Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Activités, déplacements et paroles de Sa Majesté Louis XX
Aller à la page: <  1, 2, 342, 43, 4447, 48, 49  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Louis XX
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aldizo
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2015
Messages: 53
Masculin

MessagePosté le: Mar 1 Sep - 20:02 (2015)    Sujet du message: Interview Paris-match du roi Louis XX (20 juin 2010) Répondre en citant

Dimanche 13 juin, dans la chambre de l’hôtel particulier, sur la Ve Avenue, où ils sont accueillis à New York. A la naissance, Louis (devant), pesait 3,34 kilos. Alphonse avait 36 grammes de plus. C’est peut-être ce qui l’a retardé... © Pascal Rostain
Le 20 juin 2010 | Mise à jour le 20 janvier 2015
Entretien à New York avec Olivier O’Mahony






A New York Louis de Bourbon, le prétendant à la couronne de France, nous présente ses jumeaux.






­­­­­­­­­«Vous tombez pile poil pour la fin des biberons ! » Jean, baskets, chemise à carreaux, le prince Louis de Bourbon déboule dans le hall de la résidence new-yorkaise où il a posé ses valises il y a sept mois. Avant de le rencontrer, j’avais demandé à son secrétaire particulier, Xavier Bureau, comment s’adresser à lui. « Appelez-le, “Monseigneur”, ce serait parfait », m’avait-il répondu comme une évidence. Sauf qu’en voyant débarquer ce gaillard souriant de 1,90 mètre, au look très hidalgo et au fort accent espagnol, cela ne m’est pas venu à l’esprit un instant. En exclusivité, il nous présente Louis, l’aîné de ses jumeaux, dauphin de France.
Paris Match. Que vous êtes-vous dit quand Louis est né ? “Vive la France” ?
Louis de Bourbon. J’étais d’abord très ému en tant que père, et puis, en effet, je suis conscient de l’importance d’avoir un héritier mâle. Je remercie Dieu de m’avoir envoyé deux garçons. Je suis heureux que ma lignée continue...
Comment allez-vous éduquer le dauphin ?
Exactement comme mes parents m’ont élevé, c’est-à-dire de façon normale. Entre jumeaux, c’est toujours mauvais de dire à l’un qu’il est l’aîné et à l’autre le cadet, donc les deux seront traités pareil. Progressivement, j’essaierai de leur transmettre l’héritage Bourbon.
Vous avez l’air d’être un pur produit de votre époque, vous ne portez pas votre chevalière avec blason, êtes-vous vraiment monarchiste ?
Oui, mais pas antirépublicain.
Vous vous voyez monter un jour sur le trône de France ?
Si les Français m’appellent, je ne me déroberai pas. Mais je ne revendique rien.
Vous en sentez-vous capable ?
Je me sens prêt. Ce sera un changement de vie important, bien sûr, mais les grandes responsabilités ne me font pas peur. Marguerite, ma femme m’aide. Quand elle s’est mariée avec moi, elle savait qui elle épousait. Elle m’accompagnera là où j’irai. Elle prend des cours de français à l’Alliance française au cas où...
Si vous devenez roi de France, quel est votre programme ?
Je vois une monarchie constitutionnelle à l’espagnole, avec un roi qui fait office d’autorité morale, d’ambassadeur de son pays à l’étranger, garant de l’unité du pays, rappel de l’Histoire.
Dans l’esprit des Français, le prétendant au trône de France est le prince Henri d’Orléans, fils du comte de Paris, pas vous !
Le comte de Paris a intenté un procès à mon père pour contester son titre de duc d’Anjou et ses armes “pleines” [les trois fleurs de lys], et la Cour de cassation lui a donné tort en 2003. Depuis, les choses sont claires, et comme je viens d’avoir un héritier mâle, je le présente à la France.
Ne craignez-vous pas de rallumer la querelle ancestrale entre les Bourbons et les orléanistes ?
Je ne cherche de querelle à personne et n’ai aucun ressentiment. Aux célébrations des quatre cents ans de la mort d’Henri IV, j’ai revu le prince Jean, le fils d’Henri d’Orléans, et ça s’est très bien passé entre nous.
Mais on vous reproche d’être espagnol. Êtes-vous français aussi ?
Les deux ! J’ai un passeport français. Ce qui est dommage, c’est que le nom Bourbon soit tombé dans l’inconnu en France. L’autre jour, je suis allé au consulat français de New York inscrire mes enfants. J’ai fait la queue comme tout le monde, et quand j’ai décliné mon nom, je voyais bien qu’il ne disait rien à la dame qui s’occupait de moi. Il y a deux cents ans, elle n’aurait pas réagi ainsi...
Avez-vous beaucoup vécu en France ?
Non, mais ce n’est pas faute d’avoir essayé. A la fin des années 80, mes parents m’ont inscrit au lycée Passy-Buzenval, à côté de chez ma mère qui habitait à Garches. Et puis mon père est mort accidentellement en 1989. Ce fut dramatique et, pour m’aider à me reconstruire, ma mère a préféré m’envoyer chez ses parents à Madrid, ce qui m’a fait beaucoup de bien. Jusqu’à ma majorité, j’ai donc été isolé de la France, mais pas coupé. J’étais au lycée français. Mes grands-parents maternels, très proches de mon père, m’ont encouragé à prolonger son héritage, entretenir le contact avec ses amis. Ils me parlaient beaucoup de la France. Pendant ce temps, ma grand-mère paternelle assurait la “régence” en me représentant à certains événements. A 18 ans, j’ai joué pleinement mon rôle de prétendant au trône de France. Aujourd’hui, j’y viens quatre ou cinq fois par an, pour des occasions importantes.
Quand avez-vous réalisé que vous étiez prince ?
Lors du millénaire capétien, en 1987. J’avais 13 ans. Je voyais mon père sollicité de toutes parts. J’ai compris qu’au-delà de sa vie professionnelle [il était vice-président du Banco Exterior après avoir été ambassadeur d’Espagne en Suède], il représentait quelque chose d’important. Mais il est parti trop tôt. Je n’étais pas l’aîné de la famille. Le prétendant, c’était François, qui est mort en 1984, et il s’est passé trop peu de temps entre ce décès et celui de mon père pour que celui-ci me transmette tout ce qu’il savait. Je le regretterai toujours.
La France a-t-elle vraiment besoin d’un roi ?
Pourquoi pas ? Pour moi, la ­monarchie est une forme de continuité, un lien avec l’Histoire. C’est une notion évolutive, moderne. Avec la mondialisation, on perd parfois le nord... La monarchie est un repère. Vous ne pouvez pas vous construire un futur si vous ne connaissez pas votre passé.
Comment cela ?
Prenez le général Franco. C’est mon arrière-grand-père. Ma grand-mère maternelle, dont j’étais très proche, était sa fille unique. Le gouvernement espagnol actuel fait tout pour effacer son héritage. On abat des statues, on rebaptise des rues, et c’est regrettable. Franco a créé la classe moyenne en Espagne, il a créé des forêts, des lacs et des routes, il a empêché que le pays n’entre dans la guerre et que le communisme s’installe. Évidemment il y a eu la guerre civile, mais il ne l’a pas voulue. Il ne faut pas gommer l’Histoire. Ce n’est pas parce qu’on n’aime pas la monarchie qu’il faut la faire oublier. Sans elle, Versailles ne serait pas là !
Mais vous savez bien qu’en France, depuis la Révolution, la monarchie n’est guère populaire...
La Révolution française, comme la guerre civile en Espagne, fut un moment très délicat de l’Histoire où les familles se sont entre-déchirées. C’est affreux, mais le mal est fait.
Mais où vous situez-vous, dans ces épisodes dramatiques de ­l’Histoire ?
Ce n’est pas mon rôle de ­prendre parti. A droite comme à gauche, il y a du bon et du mauvais. Mon rôle est de rappeler que la monarchie a fait de grandes choses. Henri IV, par exemple, a unifié la France et jeté ses bases économiques. Il est important de le rappeler, et je ne suis pas sûr que les manuels scolaires le fassent bien.
"Je ne vote pas"
Vous suivez la politique française ?
Je ne vote pas, autant par goût personnel que par souci de rester au-dessus des partis. Cela dit, dans mes déplacements en France, je me sens aussi bien accueilli par les représentants de droite que par ceux de gauche. Je me souviens d’une manifestation à Lyon où j’ai été salué très sympathiquement par des élus communistes.
A quoi rêviez-vous quand vous étiez enfant ?
A rien de particulier. J’ai toujours aimé l’économie, voilà pourquoi j’ai suivi un cursus en finance après le bac. Je suis rentré dans la banque, chez BNP Paribas d’abord, puis dans la banque de mon beau-père, à Caracas, dont je suis vice-président chargé de l’international.
Des passions ?
Oui, le sport. J’aime tout : le ski, le polo, le hockey sur glace, le rugby, la course à pied, le tennis, la pêche sous-marine, la chasse, le squash, la planche à voile... J’ai fait le Raid Gauloises et deux fois le marathon de New York. J’adore l’action.
Avez-vous besoin de travailler pour vivre ?
Oui, je n’ai pas de fortune personnelle ni de château ! Quand je vais à Paris, je loge chez ma mère, qui vient d’acheter un petit appartement, ou chez des amis.
Où habitez-vous aujourd’hui ?
A Caracas, depuis mon mariage, il y a bientôt six ans, avec Marguerite. Nous nous sommes rencontrés par l’intermédiaire d’un ami, à Malaga. Elle était de passage en vacances, ce fut le coup de foudre immédiat. Elle avait 17 ans, moi 26, j’ai tout plaqué pour la suivre. Depuis le début de l’année, elle habite New York pour des raisons de sécurité, car à Caracas on vit avec des gardes du corps et roule en voiture blindée, tant les enlèvements sont fréquents. Je fais l’aller-retour chaque week-end pour la retrouver, ce qui n’est pas simple car les vols directs sont rares. En plus, je n’aime pas l’avion !
Quelles sont vos chances de ­devenir roi de France ?
Je ne sais pas, ce n’est pas un chemin facile. Peut-être que de mon vivant c’est optimiste, mais ce n’est pas très grave. Je travaille aussi pour mes enfants...


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 1 Sep - 20:02 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Aldizo
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2015
Messages: 53
Masculin

MessagePosté le: Mar 1 Sep - 20:06 (2015)    Sujet du message: Activités, déplacements et paroles de Sa Majesté Louis XX Répondre en citant

"Vous avez l’air d’être un pur produit de votre époque, vous ne portez pas votre chevalière avec blason, êtes-vous vraiment monarchiste ?
Oui, mais pas antirépublicain."
Si vous devenez roi de France, quel est votre programme ?
Je vois une monarchie constitutionnelle à l’espagnole, avec un roi qui fait office d’autorité morale, d’ambassadeur de son pays à l’étranger, garant de l’unité du pays, rappel de l’Histoire.

Heu, on est loin de la doctrine légitimiste là !


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Mer 2 Sep - 13:50 (2015)    Sujet du message: Activités, déplacements et paroles de Sa Majesté Louis XX Répondre en citant

Nous avons à plusieurs reprises débattu de ce sujet, qui consiste finalement à définir l'attitude que nous devons avoir, nous légitimistes dans le cas où le Prince, la personne désignée comme l'autorité va dans le sens contraire de l'institution (C'est à dire au principe lui même). A l'aide du moteur de recherche du forum, vous pourrez retrouver facilement d'anciens sujets qui traitent avec précision de cette question épineuse.

Sur l'article que vous nous proposez ici. C'est une interview déjà assez ancienne, et le temps Dieu merci ne s'est pas arrêté avec cette coupure de presse. Je crois que l'idée de cette "monarchie constitutionnelle" est morte en même temps que la disparition de l'IDA, et la non parution de ce livre :

http://royaume-de-france.clicforum.com/t1710-Livre-d-entretiens-avec-Louis-…
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Aldizo
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2015
Messages: 53
Masculin

MessagePosté le: Mer 2 Sep - 19:58 (2015)    Sujet du message: Activités, déplacements et paroles de Sa Majesté Louis XX Répondre en citant

Merci pour ce lien Mavendorf !

Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Sam 14 Nov - 20:31 (2015)    Sujet du message: Activités, déplacements et paroles de Sa Majesté Louis XX Répondre en citant

[Attentats à Paris] Communiqué du prince Louis de Bourbon.

"Au moment où la lâcheté provoquant l'horreur endeuille Paris et la France toute entière, je fais part de ma profonde émotion.
Mes pensées et mes prières vont aux victimes et à leur famille. Aux morts et aux blessés innocents. Aux gardiens de la sécurité et de la santé.
Au-delà de la douleur et de l'indignation, face à cet acte de guerre, il appartient à tous d'être responsables et confiants en l’avenir. Comme en d'autres temps troublés, la France retrouvera sa paix et sa grandeur par l'union autour de ce qui a toujours fait sa force et sa constance, ses valeurs, puisées aux sources de son histoire».

Louis de Bourbon, duc d’Anjou



_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Frère Cailliau
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2014
Messages: 71
Localisation: Abbaye Saint Georges 41800 Saint Martin des Bois
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Sam 14 Nov - 20:56 (2015)    Sujet du message: Activités, déplacements et paroles de Sa Majesté Louis XX Répondre en citant

Omnia vincit amor
L'amour vainc tout

L'amour n'est vrai que par la sagesse et dans la vérité

Le Royaume attend Louis XX

_________________
https://plus.google.com/u/0/ frèrematthieucailliau/posts

Placebo Domino / Je plairai au Seigneur


Revenir en haut
Marquise 1793
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2012
Messages: 102
Localisation: Ile de france
Religion: catholique
Féminin

MessagePosté le: Sam 14 Nov - 21:16 (2015)    Sujet du message: Activités, déplacements et paroles de Sa Majesté Louis XX Répondre en citant


_________________
Utrique fidelis


Revenir en haut
Washie
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2011
Messages: 538
Localisation: BRETAGNE
Religion: CATHOLIQUE

MessagePosté le: Dim 15 Nov - 08:55 (2015)    Sujet du message: Activités, déplacements et paroles de Sa Majesté Louis XX Répondre en citant

Merci Monseigneur de votre sollicitude envers ceux qui ont été durement touchés. Oui, l'amour pourra venir à bout de ces barbares, restons unis.

_________________
Mon âme à Dieu, mon coeur au Roy !


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN Skype
Chevalier-de-Moncaire
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2012
Messages: 92
Religion: Catholique Apostolique Romaine
Masculin

MessagePosté le: Dim 22 Nov - 05:28 (2015)    Sujet du message: Activités, déplacements et paroles de Sa Majesté Louis XX Répondre en citant

Mavendorf a écrit:
Message de Monseigneur le duc d’Anjou, chef de la Maison de Bourbon aux participants du forum « Après la Ve, VIe république ou monarchie » Assemblée Nationale, Paris, 15 février 2007 



« La question institutionnelle n’a jamais été plus actuelle. Elle constitue un enjeu politique de première importance et tous les Français doivent souhaiter qu’elle soit publiquement débattue, pour ne pas laisser à d’illégitimes oligarchies le soin de trancher pour nous la question de notre avenir national.

Il n’appartient évidemment pas à l’aîné des Capétiens de résoudre seul cette difficile question institutionnelle. Mais il ne m’est pas interdit de regarder avec sympathie et intérêt le développement de ces discussions au sein de la société française. Et il est de mon devoir de rappeler à tous les Français de bonne volonté, après tous mes prédécesseurs, ce que mon regretté père appelait les « vieilles recettes » de la royauté capétienne.

Pas plus que vous, je ne sais ce qui viendra « après la Ve République ». Ce que je sais, en revanche, c’est qu’aucun régime ne pourra durablement s’implanter en France s’il cherche à dresser une France contre l’autre ; à occulter le glorieux passé de notre patrie ; ou à conférer, plus ou moins discrètement, le pouvoir à une petite caste de privilégiés.

En réfléchissant à notre avenir commun, il est sage d’écouter les leçons de notre passé. »


Les leçons du passé sont toujours les plus sages.
_________________
Pour Dieu, la Royauté légitime et la Famille: PRESENT!


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Mar 24 Nov - 18:23 (2015)    Sujet du message: Activités, déplacements et paroles de Sa Majesté Louis XX Répondre en citant

Discours du prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, pour commémorer le tricentenaire de la mort du Roi Louis XIV (1715-2015)

Chers Amis,

Alors qu’il y a quelques mois, nous apprenions qu’allait se tenir à Versailles la passionnante exposition Louis XIV et que nous organisions une soirée en hommage au grand roi, autour de la conférence qui nous a tant intéressés, personne n’imaginait que la France serait frappée par un acte d’une barbarie infinie.

La France frappée, et en particulier Paris, sa capitale. Paris, que le Comte de Chambord en 1870 alors que les ennemis étaient en son cœur qualifiait, de « la ville de Clovis, de Clotilde et de Geneviève, (...) la ville de Charlemagne et de Saint Louis, de Philippe Auguste et d’Henri IV, (...) la ville des sciences, des arts et de la civilisation ». L’ennemi, une nouvelle fois, est là !

Frappée au plus profond d’elle-même car, répétant un geste que les révolutionnaires connaissent bien, les assassins ont pris les jeunes pour cibles. Faire mourir des enfants, c’est aussi pour une part, tuer les parents. Alors, ne supportons plus le déni, donnons leurs sens aux événements et aux mots, parlons en vérité : ceux qui ont commis ces massacres sauvages sont des assassins et des barbares sans foi ni loi.

Ma compassion et mes prières vont à toutes les victimes et à leurs familles meurtries et j’adresse mes encouragements et félicitations aux forces de l’ordre et aux autorités judiciaires dont l’action dangereuse s’est révélée efficace ainsi qu’aux médecins et infirmières qui ont secouru et soigné, confrontés à des blessures de guerre bien inhabituelles pour eux.
Mais comme héritier des rois, comme héritier d’une tradition, ayant élevé au rang des principes intangibles de la politique, l’état de droit garanti par les lois fondamentales, je ne peux, comme vous tous, que ressentir au plus profond de moi la tragédie que représentent de tels actes perpétrés sur notre sol, perpétrés contre la France et les Français.

Évoquer cette tragédie en cette journée, où nous tenions à honorer le roi Louis XIV à l’occasion du tricentenaire de sa mort, apparait alors comme un vrai symbole, tant elle en est l’antithèse. En effet, qu’a voulu le roi, si ce n’est tendre vers le meilleur régime ? Le moins mauvais, en tout cas, sachant ce que sont les individus. Gouvernement d’équilibre entre Dieu et les hommes. Entre les égoïsmes de chacun et le bien commun pour tous. Entre tradition et progrès.

S’il fut un grand souverain, celui dont le professeur Jean Christian Petitfils nous a si bien parlé ce soir, c’est qu’il a découvert tôt dans sa vie, lorsqu’il a décidé de gouverner personnellement, ces principes qu’il s’est appliqué ensuite à mettre en œuvre. Pouvoir d’équilibre et de maîtrise du monde naturel comme des hommes ; du monde spirituel comme des institutions. Pouvoir pour ordonner la société comme un jardin à la française, c’est-à-dire lui donner du sens, mais aussi pour permettre aux Lettres et aux Arts d’acquérir leur plein épanouissement. Sa mort fut à l’image de sa vie comme Madame Saule l’a si bien évoqué dans la remarquable exposition qu’elle a montée à Versailles et qu’elle m’a fait visiter cet après-midi. Sa mort résume sa vie et la magnifie. L’astre a alors rejoint les cieux !

Mais celui que les hommes avaient peut-être jugé un peu vite, trop occupé de sa propre grandeur, ne la poursuivait pas pour lui-même mais pour la France dont il a fait un exemple donné au monde et un modèle de civilisation.
Or, n’est-ce pas le message que l’on attend actuellement ? Notre société a besoin de sens et de modèles auxquels se référer. Ne faut-il pas, une nouvelle fois, rappeler la phrase si prophétique de saint Jean-Paul II, « France qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ? »

La France tient-elle toujours sa place ? Au fond d’elle-même peut-elle toujours dire qu’elle est un modèle à donner aux autres nations quand elle renie la vie, quand elle ne sait plus éduquer ses enfants, quand elle abandonne ses vieillards, quand elle baisse la garde alors que depuis près de 15 ans la menace était visible, quand elle oublie l’essentiel de son histoire et méprise la réalité au profit de l’idéologie ? Pour pouvoir être un modèle auquel le monde peut et veut adhérer, encore faut-il être exemplaire.

La France vient de montrer qu’elle était capable de l’être dans le malheur et lorsqu’elle est attaquée, en retrouvant une certaine union ainsi que réalisme et lucidité. Elle doit continuer à le montrer à l’avenir. Reprendre sa place de veilleur et de sentinelle dont la vocation est de protéger et de promouvoir ses idéaux puisés aux sources chrétiennes et ses valeurs nées de l’héritage gréco-romain et polies par quinze siècles d’histoire. « Ne l’oubliez pas, c’est du retour à ses traditions de Foi et d’honneur, que la grande nation, un moment affaiblie, recouvrera sa puissance et sa gloire », écrivait le Comte de Chambord toujours si pertinent dans ses jugements. C’est cette France que le monde attend et espère surtout quand les barbares sont à ses portes, prêts à répandre la mort, le désespoir, la ruine et la désolation.

Chacun à leur manière, Madame Saule et Monsieur Petitfils, à qui je tiens à redire tous mes remerciements, l’ont grandement montré. La première par l’exposition qu’elle offre à Versailles et qui j’en suis persuadé recevra de très nombreux visiteurs ; le second par ses talents d’historien et tous ses travaux dont la conférence de ce soir nous a donné un aperçu trop bref mais si convaincant.
La dynastie capétienne depuis les premiers temps, a toujours accompagné la France dans ses moments de gloires comme dans ceux d’épreuves : à Bouvines et à Rocroi, comme à Crécy et Malplaquet. Chaque fois, elle a apporté son message d’espoir. Incarnée dans une famille, elle sait, plus que tout autre, qu’il y a toujours une génération pour prendre la relève. Louis XIV laissant la France aux mains d’un enfant de 5 ans le savait. Son héritier incarnait la jeunesse du monde. La jeunesse de la France sans cesse renouvelée, celle qui porte notre avenir.

Par l’intercession de Saint Louis, protégeons notre pays et transmettons notre héritage à nos enfants.

Merci de m’avoir écouté.

Louis de Bourbon, duc d’Anjou
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Washie
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2011
Messages: 538
Localisation: BRETAGNE
Religion: CATHOLIQUE

MessagePosté le: Mer 25 Nov - 09:43 (2015)    Sujet du message: Activités, déplacements et paroles de Sa Majesté Louis XX Répondre en citant

Merci Monseigneur pour ce discourt plein de bon sens, vous nous manquez, vous manquez à la France et vos visites nous font à tous chaud au coeur.




                                                          VIVE LA FAMILLE ROYALE DE FRANCE !



_________________
Mon âme à Dieu, mon coeur au Roy !


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN Skype
Jean François Vion
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 05 Jan 2014
Messages: 142
Localisation: Languedoc
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Mer 25 Nov - 15:04 (2015)    Sujet du message: Activités, déplacements et paroles de Sa Majesté Louis XX Répondre en citant

Comme les mots sont justes, et nous touchent au coeur...Merci Monseigneur !
_________________
Pro Deo, pro Patria , pro Regem


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Lun 25 Jan - 03:20 (2016)    Sujet du message: Discours de Monseigneur le Duc d'Anjou le 26 janvier 2016 Répondre en citant

Paris Dimanche 24 janvier 2016
 



Chers Amis,


Nous voici réunis pour le 223ème anniversaire de l’assassinat du Roi Louis XVI au lendemain d’un procès dont le verdict était décidé d’avance. La France traversait alors des jours dramatiques et cette mort du monarque allait, malheureusement, être la première d’une longue liste.


Mais il me semble que se réunir plus de deux siècles après les évènements n’est pas anodin. Les exemples ne sont pas choses courantes. Ils le sont d’autant moins que cette Messe à laquelle nous venons d’assister, et pour laquelle je remercie les desservants, est loin d’être unique. Ce sont, en fait, des dizaines de Messes qui sont célébrées autour du 21 janvier. Cela dans toute la France et même à l’étranger (puisque la Belgique, la Suisse, les USA s’honorent de cérémonies d’hommage au Roi martyr). Ces cérémonies sont importantes et leur sens dépasse de beaucoup ce que peuvent être des commémorations. Seule la mort du Roi amène, chaque année, cet évènement à se renouveler. Les générations passent et cela continue. C’est au sens propre un évènement national et il n’est pas étonnant que, chaque année, alors que les médias ne sont pas très ouverts à la monarchie, il fasse l’objet de séquences à la télévision comme à la radio et d’articles dans la presse papier ou numérique.


Cela donne une autre dimension à cet acte. Nous ne commémorons pas seulement un évènement tragique. La mort du Roi est d’une autre nature.
Elle atteint, au plus profond, chacun d’entre nous, chacun d’entre vous. Non seulement parce que, comme je le disais en introduction, la justice a été sacrifiée aux passions humaines et partisanes, mais aussi parce qu’elle est contraire aux fondements mêmes de l’âme française.


Elle est destructrice. Elle a crée un vide dans nos vies, dans nos coeurs et dans nos familles comme dans la société. Ayant perdu son chef naturel, légitime, la société est déboussolée.
Or une société, un Etat, a besoin de savoir, comme un individu, d’où il vient et où il va. Sa quête est philosophique et spirituelle. La société ne peut pas se contenter d’errance, de vérité d’un jour, qui ne l’est plus le lendemain. Au contraire, elle a besoin de certitudes. Les jeunes encore plus. Les voir présents lors des cérémonies à la mémoire de Louis XVI confirme le besoin d’absolu et de vérité. Les jeunes n’aiment pas les idées fausses. S’ils sont prêts à se donner, ce n’est pas pour des chimères. C’est pour du vrai, du juste et du beau. C’est parce qu’ils ont la foi et que dans cette foi, ils puisent leur espérance.
Il faut donc voir l’assassinat du Roi qui nous réunit non pas seulement comme un tragique souvenir que nous serions quelques uns à partager, mais comme un appel à mieux réfléchir à ce que nous souhaitons pour l’avenir. Le Roi n’est pas mort pour rien. Son sacrifice, accepté et offert, a été celui de nombreux français ; son sacrifice, officialisé par un procès, acte dont on attend qu’il fasse ressortir la vérité, a marqué l’entrée de la France dans une spirale de déchristianisation et d’avènement du matérialisme et de l’individualisme dont nous voyons, actuellement, combien elle est dangereuse.
Le fait d’avoir exécuté le monarque a coupé ce lien filial si particulier, si fondamental, qui unissait le Roi et son peuple ; qui unissait le peuple à son histoire. C’est ce lien qu’évoquent ces commémorations annuelles. Ce désir de retrouver la filiation perdue.
Tous les grands pays, de la Grande Bretagne au Japon, de la Russie aux USA, vivent par et pour ce rapport au temps de leur histoire.
La France en s’en privant, continue à se mutiler et à se perdre.


Depuis près de deux siècles, les crises succèdent aux crises, dont certaines sanglantes, les républiques aux républiques. Cela ne change rien au vide dont un ministre, et pas des moindres, s’appuyant sur sa formation de philosophe, a reconnu l’existence il y a quelques mois !
Ainsi commémorer cet assassinat plus de 200 ans après qu’il a été commis, c’est affirmer que l’idée de la Royauté est toujours nécessaire et vivante. En France, le Roi ne meurt jamais selon l’adage. Il se perpétue.
C’est aux Français de lui redonner vie, de retrouver leur racines.


Mais ceci ne peut être simplement formel. La Royauté ce n’est pas une république couronnée. Elle est avant tout un ensemble de valeurs vécues et partagées, puisque ce sont d’elles que vient l’unité entre toutes les composantes du pays. Par le passé, ces valeurs étaient directement issues du baptême chrétien de Clovis. Actuellement elles sont à retrouver, à reconstruire et surtout pas à travestir par des slogans. La France, en renouant avec ce qui l’a animée tout au long de son histoire, pourra alors surmonter difficultés et épreuves et reprendre le cours de sa destinée.
Derrière le rejet de cet assassinat de Louis XVI se profile le besoin de redonner primauté à la vie, de la naissance à la mort ; la nécessité de redonner à la famille tous ses droits notamment dans l’éducation des enfants. Pensons à Louis XVI faisant faire, en prison des pages d’écritures à son fils et lui enseignant la géographie. Quel exemple !


Derrière le rejet de la mort du Roi apparait aussi le désir de retrouver la nécessaire souveraineté garante de toutes les libertés.
Tout cela ne peut rester de vains mots.  Ces réalités doivent vivre. Il appartient à nous tous de le faire dans nos métiers, nos professions, dans nos familles et nos activités. Beaucoup de jeunes l’ont compris. Leur voix sans doute ne s’entend pas encore suffisamment, mais comme ils sont l’avenir, les veilleurs qu’ils sont actuellement, deviendront rapidement les acteurs de demain.
Tels sont les voeux que je forme, en ce début d’année, pour vous tous ici présents et pour tous les Français. Pour la France.
Je les accompagne de remerciements. Merci à ceux qui m’ont envoyé leurs voeux ainsi qu’à ma famille ; merci à ceux qui ont participé à la cérémonie d’aujourd’hui, les desservants mais aussi à tous ceux qui ont contribué à son organisation et à sa tenue.
Puisse Saint Louis continuer à veiller sur la France et Saint Martin dont on commémore cette année le 1700ème anniversaire, continuer à l’inspirer. Merci.


Louis, duc d’Anjou

Source : ICI
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Dernière édition par Mavendorf le Lun 25 Jan - 14:15 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Minervalis
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2012
Messages: 229
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Lun 25 Jan - 08:28 (2016)    Sujet du message: Activités, déplacements et paroles de Sa Majesté Louis XX Répondre en citant

Voilà un discours clair et d'une grande force. Je le diffuse à mes amis.

Revenir en haut
Washie
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2011
Messages: 538
Localisation: BRETAGNE
Religion: CATHOLIQUE

MessagePosté le: Lun 25 Jan - 10:07 (2016)    Sujet du message: Activités, déplacements et paroles de Sa Majesté Louis XX Répondre en citant

Très beau discours que je diffuse autours de moi. VIVE LOUIS XX ! VIVE LE ROI !
_________________
Mon âme à Dieu, mon coeur au Roy !


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN Skype
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:25 (2016)    Sujet du message: Activités, déplacements et paroles de Sa Majesté Louis XX

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Louis XX Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 342, 43, 4447, 48, 49  >
Page 43 sur 49

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com