Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Notre Dame de l'Osier

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire de l'Eglise
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Jeu 20 Déc - 19:20 (2012)    Sujet du message: Notre Dame de l'Osier Répondre en citant

Le jeudi 25 Mars 1649, Pierre Port-Combet calviniste, et Jeanne Pélion son épouse catholique, vivent aux Plantées, hameau de Vinay, à quatre kilomètres du bourg.


Ils n’oublieront pas cette journée qui va bouleverser leur vie. Jour chomé, car l’Eglise fête l’Annonciation de la Sainte Vierge. En ces temps, les fêtes religieuses sont systématiquement chômées. Mais Pierre passant outre, décide de tailler l’armarinier (l’osier) qui se trouve sur le devant de sa maison. Après quelques instants de labeur, il constate que sa serpette et ses vêtements sont couverts de sang. Croyant s’être blessé, il rentre chez lui et, aidé de Jeanne, se nettoie et ne découvre point de blessure. Accompagné de son épouse il retourne près de l’arbre, reprend son travail et l’un comme l’autre constatent que le sang coule des coupures de l’osier… un témoin a assisté à la scène.   
 
 
 
La rumeur de cet extraordinaire fait divers s’est répandue. Pierre sera poursuivi et condamné par la justice du roi pour avoir bravé l’interdiction de travailler ce jour de fête. Il sera ensuite interrogé par une commission d’enquête religieuse diligentée par Mgr Scarron, évêque et prince de Grenoble. L’événement est jugé d’importance par les autorités religieuses. Il va largement dépasser les frontières de la région.
Huit années ont passé. Ce matin-là, Pierre laboure son champ, au sud du hameau. Hameau qui s'est aujourd'hui agrandi d'une chapelle… et de quelques estaminets. Il est interpellé par une belle étrangère qui va l'interroger sur la fréquentation de sanctuaire, puis montrant qu'elle le connaît, lui reproche sa religion et lui annonce une mort prochaine qu'elle "ne pourra protéger, s'il ne change pas". Elle lui demande aussi des prières plus ferventes du public. Pierre tombe malade quelques semaines plus tard. Comprenant que sa fin est proche et se rappelant le message de la belle inconnue, il se convertira avant de mourir le 21 août 1657.


 
 
 
 
 
L'apparition de 1657.Il labourait la haut, sans penser à rien, quand d'un coup sur le monticule de l'épine, il voit paraitre une demoiselle, vétue de blanc et de bleu, avec sur la tête, un crêpe noir abattu. "Elle s'est écartée du chemin de l'osier" pense t'il.Elle arrive juste à l'opposé de l'endroit ou lui se tient. Dès qu'elle le voit, elle parait venir vers lui, au travers de la combe, qui les sépare. Il rit en lui de sa piété, et de la peine qu'elle se donne pour aller voir son armarinier, lui tourne le dos et reprend son sillon(rée) qui est court. Quand il fait demi tour au bout du sillon, la demoiselle en bleu et blanc et devant lui. Stupéfait de sa noblesse, et boulversé, il ne sait que penser.

Arrivé au bout de la raie, il reste bouche bée. La celeste demoiselle s'adresse à lui en Rompant le silence: "A Dieu Soit tu, mon ami! et continue devant le désarroi du pauvre homme: Qu'en est il de cette dévotion? Y vient beaucoup de monde? lui demande t'elle?


Pierre répond:
Bonjour mademoiselle, il vint du monde par dela! en désignant l'osier.

S'il fait il beaucoup de miracles? Questionne t-elle.
Oh des miracles! repond t'il d'un ton bourru. Il flaire un danger.
Coupant court, il pique ses boeufs.

La "demoiselle" reprend: Et cet iguena'ou, qui à coupé l'osier ou demeure t'il? Ne ve t'il pas se convertir?
Sa confusion après le premier miracle, l'amène à biaiser: "Je ne sais pas, il habite par la bas"
La demoiselle le coupe: Ah! misérable, que tu est donc à plaindre pour utiliser des subterfuges aussi enfantins.
L'envie et la crainte le pousse à piquer ses boeufs. Derechef, elle lui commande de les bloquer sinon elle le fera.Il bredouille: "Je les arrêterai bien moi même." Il va falloir qu'il l'écoute...
"Votre temps est fini, l'ami, vous serez l'un des plus gros tisons de l'enfer, et si vous changez je vous protégerai devant Dieu. Dites à la population de la paroisse que leur prières ne sont pas assez ferventes, et, si' elles le deviennent, elle recevra beaucoup de grâces. C'est tout."

Accroché au bois de sa charrue comme un homme qui se noie, il reprend son travail, les jambes coupées. Soudain ces fautes de l'instant lui apparaissent, en faisant sa rée. Au bout il se retourne vers elle, comme aimanté, avec le désir de réparer.
Il la voit faire demi tour. Oubliant tout, même ses boeufs indisciplinés, il court après elle.
Il court, court, l'appelant et gémissant sur ses fautes et heureux de sa consolation intérieure.
Lui permettant de l'approcher, vers le bois, elle le rassure et disparait dans un vol de colombe. La geste de notre Pierre, semble facile à deviner, les boeufs deviennent le cadet de ses soucis, as t'il répété inlassablement les prières que sa femme lui as apprises, pour ne rentrer qu'au crépuscule, les boeufs rentrés seuls longtemps avant lui?





La conversion de Pierre Port-Combet, les nombreux miracles attestés qui ont suivi, établissent la notoriété du sanctuaire. On y vient en pèlerinage de toute la province mais aussi du Lyonnais. En 1663, on ne dénombre pas moins de onze hôtels ou logis payant patente. Il y a jusqu'à dix prêtres à l'Osier. Leur présence n'a pas toujours été empreinte de toute la sérénité souhaitable. Devant les plaintes répétées des habitants et des pèlerins, Mgr Scarron viendra y mettre bon ordre.

Dès 1664, les augustins de Vinay s'y installent et construisent, entre 1668 et 1673, leur couvent. Il sera totalement détruit dans l'incendie de Noël 1948. Les miracles se succèdent au rythme des pèlerinages : 27 reconnus entre 1656 et 1660, 9 entre 1661 et 1670. Ainsi le sanctuaire, terre de miracles, va-t-il connaître plus de 100 ans d'une intense activité religieuse.



 
 
 
Les pères augustins sont chassés de l'Osier. La révolution, ici comme ailleurs, va bouleverser la vie du village. L'église est pillée, et bon nombre des objets de culte détruits. Les morceaux de la statue de la Vierge et les restes de l'Osier sanglant sont cachés dans les bois par les habitants. La restauration verra le retour de quelques prêtres mais le sanctuaire ne retrouvera pas sa fréquentation passée.En 1830, Notre-Dame-de-l'Osier est érigée en paroisse.



 
 
 
 
 
 
 
 
 
Arrivée en 1834 à l'Osier, la jeune Congrégation des OMI a la volonté de relancer le sanctuaire, d'agrandir et d'embellir les bâtiments.De nouveaux miracles sont signalés : 8 entre 1834 et 1939.
Les prêtres construisent l'Hospice de Bon-Rencontre en 1840 et créent une communauté d'Oblates chargée de l'hospitalité des pèlerins lors de leurs séjours à l'Osier.




 
En 1841, ils créent un noviciat qui recevra jusqu'à 70 pensionnaires par an. Il donnera à l'Afrique, aux Indes et à l'Amérique du Nord bon nombre de ses missionnaires. Pour héberger ces novices, le couvent des Augustins sera rehaussé d'un étage dès 1842. La révolution de 1848 épargnera le sanctuaire. En 1856, l'inauguration de la tour jointe à la chapelle de Bon-Rencontre (lieu d'apparition de la Vierge) attire 30 000 pèlerins.


La Vierge du Belvédère s'élève au-dessus d'une stèle en maçonnerie de briques inaugurée en 1949. Située à l'origine au lieu-dit L'Epinouze, elle fut offerte en 1946 par la commune de Vinay en échange de six candélabres provenant de la chapelle du Couvent des Soeurs de Notre-Dame-de-L'Osier.







_________________


Dernière édition par Henryk le Lun 16 Sep - 07:32 (2013); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 20 Déc - 19:20 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
viveleroy
Vicomte

Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2012
Messages: 349
Localisation: Cher
Religion: Catholique traditionaliste
Masculin

MessagePosté le: Ven 21 Déc - 15:05 (2012)    Sujet du message: Notre Dame de l'Osier Répondre en citant

Merci pour ce récit, je connaissais Notre Dame de l'Osier, mais pas dans tout ses détails. encore merci.
Notre Dame de l'Osier, priez pour nous.
_________________
Vive Dieu, Vive la France, Vive le Roi
http://vivejesus.unblog.fr


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Dim 10 Mar - 14:55 (2013)    Sujet du message: Notre Dame de l'Osier Répondre en citant

Récits de conversions de russes au catholicisme, qu'il faut regarder avec l'époque de celle ci
http://institut-est-ouest.ens-lyon.fr/spip.php?article287
_________________


Dernière édition par Henryk le Mer 10 Avr - 18:29 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Mar 9 Avr - 16:49 (2013)    Sujet du message: Notre Dame de l'Osier Répondre en citant


Placard Calviniste contre la  Sainte Messe répandu à Paris, en 1534.
(Semez de l'ivraie,il en restera toujours quelquechose...)

J'invoque le ciel et la terre en tesmoignage de verité contre ceste pompeuse et orgueilleuse Messe Papale, par laquelle le monde (si Dieu bientost n'y remedie) est et sera totalement desolé, ruiné, perdu et abysmé : quand enicelle nostre Seigneur est si outrageusement blasphemé, et le peuple
seduit et aveuglé ; ce que plus on ne doit souffrir ni endurer. Mais afin que plus aisément le cas soit d'un chacun entendu, il convient proceder par articles.
Premierement, à tout fidele Chrestien est et doit estre tres-certain , que nostre Seigneur et seul Sauveur Jesus Christ, comme grand Evesque et pasteur eternellement ordonné de Dieu, a baillé son corps, son ame, sa vie et son sang pour nostre sanctification, en sacrifice tres-parfait : lequel sacrifice ne peut et ne doit jamais estre reiteré par aucun sacrifice visible, qui ne veut entierement renoncer à icelui, comme s'il estoit sans efficace, insuffisant et imparfait, et que Jesus Christ n'eust point satisfait à la justice de Dieu son Père pour nous, et qu'il ne fust le vrai Christ, Sauveur, Prestre, Evesque, et Mediateur, laquelle chose non seulement dire, mais aussi penser, est un horrible et exécrable blaspheme. Et toutesfois la terre a esté et est encore de présent, en plusieurs lieux, chargee et remplie de miserables sacrificateurs : les-quels, comme s'ils estoyent nos redempteurs se mettent au lieu de Jesus Christ, ou se font compagnons d'icelui, disans qu'ils offrent à Dieu sacrifice plaisant et agreable comme celui d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, pour le salut tant des vivans que des trespassez : ce qu'ils font apertement contre toute la verité de la S. Escriture, faisans menteurs tous les Apostres et Evangelistes : et sedesmentent eux-mesmes, veu qu'avec David ils chantent et con- fessent tous les Dimanches en leurs Vespres, que Jesus Christ est eternel Sacrificateur selon l'ordre de Melchisedec.
Or ne peuvent-ils faire entendre à nul de sain entendement, que Jesus Christ et ses Prophetes et Apostres (qui rendent tesmoignage de lui) soyent menteurs; mais faut maugré leurs dents que le Pape et toute sa vermine de Cardinaux, d'Evesques et de prestres, de moines et autres caphards diseurs de messes, et tous ceux qui y consentent, soyent tels : assavoir, faux-prophetes,damnables trompeurs, apostats, loups, faux-pasteurs, idolatres, seducteurs, menteurs et blasphémateurs execrables , meurtriers des ames, renonceurs de Jesus Christ, de sa mort et passion, faux-tesmoins, traistres, larrons et ravisseurs de l'honneur de Dieu, et plus detestables que les diables. Car par le grand et admirable sacrifice de Jesus Christ, tout sacrifice exterieur et visible est aboli et evacué : et jamais autre n'est demeuré. Ce que je di est tres-amplement monstre en l'Epistre aux Hebrieux, es chap. 7. 9. et 10. lesquels je supplie à tout le monde de diligemment considerer. Toutesfois pour un peu le toucher, et aider l'esprit des plus petis, au 7. il est ainsi escrit, Il estoit convenable que nous eussions un Evesque sainct, innocent et sans macule : lequel n'a point necessité d'offrir tous les jours sacrifices, premierement pour ses pechez, puis apres pour ceux du peuple : car il a fait cela en s'offrant une fois. Notamment il dit, En s'offrant une fois : car jamais cette oblation ne fut, ni ne sera reiteree, n'aucune pareille. Item, au 9 chap. Christ Evesque des biens avenir, par son propre sang est entré une fois es sanctuaires. Voici où derechef il dit que par s'estre presente une fois. la redemption eternelle est faite. Parquoi il est evident que en nostre redemption nous n'avons besoin de tels sacrificateurs si nous ne voulons renoncer à la mort de Jesus Christ. Item, au 10 chap. Voici je vien, afin, ô Dieu, que je face ta volonté, par laquelle volonté nous sommes sanctifiez , par l'oblation une fois faite du corps de Christ. Et aussi le Saint Esprit le testifie, disant, Je n'aurai plus souvenance de leurs iniquitez : et là où est remission d'icelles, il n'y a plus d'oblation pour le pe



ché. Ce que par argument inevitable de l'Apostre je monstre ainsi : au chap. 5.7. 8. et 10. des Hebrieux, le sainct Apostre dit que pour l'imperfection des sacrifices de l'ancienne Loy, il faloit tous les jours recommencer, jusqu'à ce qu'il en eust esté offert un du tout parfait, ce qui a esté fait une fois par Jesus Christ. Dont je demande à tous sacrificateurs, si leur sacrifice est parfait ou imparfait. S'il est imparfait, pourquoi abusent-ils ainsi le povre monde?
S'il est parfait, pourquoi le faut-il reiterer? Mettez-vous en avant, sacrificateurs : et si vous avez puissance de respondre, respondez.
Secondement, en ceste malheureuse messe, on a non seulement provoqué,- mais aussi plongé et du tout abysmé quasi l'universel monde en idolatrie publique, quand faussement on a donné à entendre que sous les especes de pain et devin, Jesus Christ est contenu et caché corporellement, reellement et personnellement, en chair et en os , aussi gros, grand et parfait, comme de present il est vivant. Ce que la saincte Escriture et nostre foy ne nous enseigne pas : mais est du tout contraire, car Jesus Christ après sa resurrection est monté au ciel, et est assis à la dextre de Dieu le Pere tout-puissant, et de là viendra juger les vifs et les morts. Aussi S. Paul aux Coloss. 3. esprit ainsi, Si vous estes resuscitez avec Christ, cerchez les choses qui sont en haut, où Christ est seant à la dextre de Dieu. Il ne dit point, Cherchez Christ qui est en la Messe, ou au sacraire, ou en la boite , ou en l'armoire : mais au ciel. Parquoi il s'ensuit bien, que si le corps est au ciel, pour ce mesme temps il n'est point en la terre : et s'il est en la terre, il n'est point au ciel. Car pour certain jamais un veritable corps n'est qu'en un seul lieu pour une fois, occupant certain lieu et place en qualité et grandeur certaine. Parquoi il ne se peut faire qu'un homme de 20. ou 30 ans soit caché en un morceau de paste , tel que leur oublie.


De repliquer, que comme il est tout-puissant, il est aussi invisible, infini et par tout : cela ne peut avoir lieu, considerant que comme il est tout-puissant, il est aussi véritable et la verité mesme, nous ayant certifié de la vérité de son corps, parce qu'il a
respondu à ses disciples que c'estoit lui ( parlant de sa presence corporelle ) leur faisant entendre qu'il n'estoit point fantosme ni invisible : et que l'esprit n'a ne chair ni os comme lui. Et en ce qui est recité en l'Evangile de S. Jean 20. chap. qu'il vint et fut au milieu de ses disciples , les portes fermees, n'est pas à dire (comme ces abuseurs faussement font entendre) qu'elles n'ayent esté ouvertes par la vertu divine de Jesus Christ, pour le passage de son vrai corps. Car s'il a bien eu la puissance de les faire ouvrir par son Ange, pour delivrer S. Pierre de la prison, il lui a bien esté autant facile de se faire ouverture pour entrer à ses disciples : par les moyens miraculeux qu'il lui a pleu sans changer la nature de son corps en esprit, ou en un autre qui ne fust point vrai corps 

Aussi l'Evangeliste ne dit pas que Jesus entra par les portes fermees : mais qu'il vint à ses disciples , et qu'il fut là au milieu d'eux, les portes estans fermées. En quoi il a voulu donner à entendre en quelle crainte estoyent assemblez ses disciples, et qu'il a en cela voulu monstrer une preuve manifeste de la puissance divine du Seigneur Jesus, par laquelle les portes s'ouvrirent devant lui : sans ce que ils se soyent apperceus , ne comment elles ont esté ouvertes, ne comment elles ont esté closes à la venue d'icelui entrant miraculeusement pour rendre ses disciples plus attentifs à sa nature divine. Conclusion , le corps de Jesus Christ n'est point semblable à un esprit. Aussi qu'il soit infini et par tout, cela ne peut estre : ou autrement il ne seroit ni vrai corps ni vrai homme, s'il estoit aussi bien infini pour raison de sa nature humaine, comme il l'est pourraison de sa nature divine. Il est donc contenu en certain lieu :
y estant, il n'est pas en un autre. Ce que sainct Augustin a bien conu, quand en parlant du Seigneur Jesus Christ, il est ainsi escrit, Donec finia-
tur seculum, sursum Dominus est, sed tamen hic hobiscum est veritas Domi- ni. Corpus enim in quo resurrexit in uno loco esse oportet : veritas autem ejus ubique diffusa est. c. Jusques à ce que le monde prene fin, le Seigneur est en haut : neantmoins la verité du Seigneur est ici avec nous.
Car il faut que le corps auquel il est resuscité soit en un lieu : mais sa verité ( c'est-à-dire sa nature divine ) est espandue par tout. Item, Ful-
gence escrit ainsi , Absens erat coelo secundum humanam substantiam, quum esset in terra : et derelinquens terram, quum ascendisset in coelum, secundum vero divinam et immensam substantiam, nec coelum dimittens quum de coelo descendit, nec terram deserens quum ad coelum ascendit. e. Il estoit absent du ciel selon sa nature humaine, lors qu'il estoit en terre : et il delaissa la terre lors qu'ilmonta au ciel. Mais quant à sa nature immerise et divine, il ne delaissa point le ciel quand il descendit du ciel, ni ne delaissa la terre
quand il monta au ciel.
Outre, nous avons infaillible certification par la saincte Escriture, que l'advenement du Fils de l'homme, quand il lui plaira partir du ciel, sera visi-
ble et manifeste. Et si aucun vous dit, Ici est Christ, ou là, ne le croyez point. Jesus Christ dit, Ne le croyez point : et les sacrificateurs disent, Il le
faut croire. Ils chantent bien, sursum corda, exhortans le peuple à cercher Jesus Christ au ciel : mais ils font le contraire, en ce qu'ils l'arrestent pour le faire cercher en leurs mains , et en leurs boites et armoires.

Tiercement, ces sacrificateurs aveugles, pour adjouster erreur sur erreur, ont en leur frenesie encore dit et enseigrié, qu'apres avoir soufflé ou parlé sur ce pain, lequel ils prenent entre leurs doigts, et sur le vin, lequel ils mettent au calice, il n'y demeure ne pain ne vin : mais ( comme ils parlent de grans et prodigieux mots ) par transsubstantiation Jesus Christ est sous les accidens du pain et du vin, caché et envelopé : qui est doctrine des diables, contre toute verité, et apertement contre toute l'Escriturc. Et pourtant je demande à ces gros enchaperonnez, Où ont-ils inventé ce gros mot Transsubstantiation? sainct Matthieu, sainct Marc, sainct Luc, sainct Jean, sainct Paul, et les anciens Peres n'ont point ainsi parlé : mais quand ils ont fait mention de la saincte Cene de Jesus Christ, ils ont ouvertement et simplement nommé le pain et le vin, Pain et Vin. Voyez sainct Paul comment il escrit, L'homme s'esprouve soy-mesme, puis s'ensuit, Et ainsi mange de ce pain. Il ne dit point, Mange le corps de Jesus Christ qui est enclos, ou qui est sous la semblance , ou sous l'espece ou apparence du pain : mais il dit apertement et purement, Mange de ce pain.







Or est-il certain que l'Escriture n'use point de deception, et qu'en icelle il n'y a point de feintise : dont il s'ensuit bien que c'est pain. Item, en un autre lieu il est ainsi escrit, Et un jour de Sabbath les disciples estans assemblez pour rompre le pain, etc. Ausquels tant evidens passages, la saincte Escriture dit et prononce expressement estre pain, non point espece, apparence ou semblance de pain. Qui pourra donc plus soustenir, porter et endurer tels moqueurs, telles pestes et pervers Antechrists? lesquels comme présumptueux et arrogans, selon leur ordinaire coustume,ont esté si temeraires et hardis, de conclurre et determiner au contraire. Parquoy comme ennemis de Dieu et de sa saincte
parole, à bon droict on les doit rejetter et merveilleusement detester. Car n'ayans eu nulle honte de vouloir enclorre le corps de Jesus en leur oublie : aussi (comme effrontez heretiques qu'ils sont) ils n'ont eu aucune honte et vergongne de dire qu'il se laisse manger aux rats, araignes et vermine
comme il est escrit de lettre rouge en leurs Messels en la XXII.
Cautelle, qui se commence ainsi, Si le corps du Seigneur estant consumé par les souris et les araignes, est devenu à rien, ou soit fort rongé : si le ver est trouvé tout entier dedans, qu'il soit bruslé et mis au Reliquaire. O terre, comment ne t'ouvres-tu pour engloutir ces horribles blasphemateurs? O vilains et detestables, ce corps est-il du Seigneur Jesus vray Fils de Dieu ? se laisse-il manger aux souris et aux araignes? lui qui est le pain des Anges et de tous les enfans de Dieu, nous est-il donné pour en faire viande aux bestes? Lui qui est incorruptible à la dextre de Dieu, le ferez-vous sujet aux vers et à pourriture, contre ce que David en a escrit, prophetisant de la resurrection d'icelui? O miserables quand il n'y auroit autre mal en toute vostre theologie infernale, sinon en ce que vous parlez tant irreveremment du precieux corps de Jesus, combien meritez-vous de fagots et de feu, blasphemateurs et heretiques, voire les plus grands et enormes qui jamais ayent esté au monde ?
Allumez donc vos fagots pour vous brusler et rostir vous mesmes, non pas nous, pource que nous ne voulons croire à vos idoles, à vos dieux nouveaux et nouveaux christs, qui se laissent manger aux bestes et à vous pareillement, qui estes pires que bestes, en vos badinages lesquels vous faites à l'entour de vostre dieu de paste, duquel vous vous jouez comme un chat d'une souris : faisans des marmiteux, et frappans contre vostre poictrine, après l'avoir mis en trois quartiers, comme estans bien marris, l'appelans Agneau de Dieu, et lui demandans la paix. S. Jean monstroit Jesus Christ present, vivant et tout entier (qui estoit la verité des agneaux qui ont esté figure de lui en l'ancien Testament) et vous monstrez vostre oublie partie en pieces : puis la mangez, vous faisans donner à boire. S. Jean a-il mangé Jesus Christ en ce point? Que pourroit dire un personnage qui n'auroit jamais veu telle singerie? ne pourroit-il pas bien dire, Ce povre agneau n'agarde de devenir mouton : car le loup l'a mangé; par l'agneau le Seigneur a ordonne le sacrement de l'agneau paschal : et S. Jean et S. Paul qui ont exposé la vraye signification d'icelui, pourroyent-ils reconoistre tels basteleurs pour serviteurs de Dieu ?
Quartement, le fruict et l'usage de la Messe est bien contraire au fruict et à l'usage de la saincte Cene de Jesus Christ, et n'est pas de merveilles : car entre Christ et Belial il n'y a rien commun. Le fruict et le vray usage de la saincte Cene de Jesus Christ est pour le premier, de considerer comment le Seigneur nous présente de sa part le corps et le sang de son Fils Jesus Christ, à ce que nous communiquions vrayement au sacrifice de la mort et passion d'icelui, et que Jesus nous soit pour nourriture spirituele et eternelle, et que nous nous en tenions pour asseurez : comme il le nous declare et nous en assure par ce sainct Sacrement. L'autre poinct est, de publiquement faire protestation de sa foy : et en confiance certaine de salut, avoir actuellement memoire de la mort et passion de Jesus Christ, par laquelle nous sommes rachetez de damnation et perdition, avoir aussi souvenance de la grande charité et dilection de quoi il nous a tant aimez, qu'il a baillé sa vie pour nous, et nous a purgez par son sang. Aussi en prenant tous d'un pain et d'un breuvage, nous sommes admonnestez de la charité et grande union en laquelle tous d'un mesme esprit nous devons vivre et mourir en Jesus Christ. Et ceci bien entendu, resjouit l'ame fidèle, la remplissant de divine consolation en toute humilité, croissant en foy de jour en jour, s'exerçant en toute bonté très-douce et amiable charité. Mais le fruict de la Messe est bien autre, comme l'expérience le nous demonstre.


Car par icelle toute, conoissance de Jesus Christ est effacee, la predication de l'Evangile est rejettee et empeschee, le temps est occupé en sonneries, hurlemens, chanteries, vaines ceremonies, luminaires, encensemens, desguiseméns, et telles manieres de sorceleries, par lesquelles le povre monde est (comme brebis où moutons) misérablement trompé, entretenu et pourmené, et par ces loups ravissans mangé, rongé et devoré. Et qui pourroit dire ne penser les larrecins de ces paillards? Par ceste Messe ils ont tout empoigné, tout destruit, tout englouti. Ils ont desherité princes et rois, seigneurs, marchans et tout ce qu'on peut dire, soit mort ou vif. En somme, verité leur défaut, verité les menace, verité les pourchasse, verité les espouvante : par laquelle en bref leur regne sera destruit à jamais.


http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5739428r.r=catéchisme.langFR


    ^
     l
     l
ici  l



Source Gallica
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:09 (2016)    Sujet du message: Notre Dame de l'Osier

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire de l'Eglise Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com