Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 08:38 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

Citation:
1789 la Monarchie s’effondre comme un château de cartes, lorsque la tête du roi tombe c’est la stupeur dans la France entière. Les campagnes vont très rapidement devenir le « laboratoire scientifique »de toutes les mutilations et les exécutions illégitimes sommaires vont s’enchaîner, la Révolution s'acharne à changer le peuple français par la violence en le coupant méthodiquement de ses racines spirituelles et temporelles... La situation lamentable actuelle que nous connaissons dans le domaine de l'enseignement n'est que le fruit d’une opération chirurgicale pratiquée par une poignée de fous furieux, autoproclamés médecins (sans diplôme) à cette époque. S’il est vrai que de nos jours les révolutionnaires ne coupent plus les têtes, force est de constater qu’ils les vident par un formatage idéologique intensif et républicain. Ce qui est plus sournois, mais tout aussi efficace. En ce sens il nous paraît opportun en ce jour de mémoire de nous rappeler ou de faire découvrir à certains de nos jeunes lecteurs une bien sombre histoire, qui aurait pu tomber totalement dans l’oubli sans le long travail de transmission animé par quelques consciences bienveillantes soucieuses de justice et de vérité.


Nous sommes le 28 février 1794 en Vendée, les troupes des généraux Cordellier et Crouzat tuant pillant, saccageant, massacrant et incendiant tout sur leur passage selon le décret validé par la convention d’exterminer « les brigands », viennent d’essuyer un revers infligé dans les landes de la Vivandière par l’armée de Charette, général en chef de l’armée Catholique et Royale. Affaiblie après « Savenay » et la virée de galerne, privée de nombreuses forces, condamnée à pratiquer une guérilla, l’armée vendéenne doit cependant se retirer après la victoire. Martincourt, un lieutenant républicain de Cordellier s’en aperçoit et après avoir regroupé plusieurs fugitifs, se dirige vers les Lucs-sur-Boulogne avec l’intention ferme d’y exercer des représailles sans quartier…




Divisé en deux paroisses, le Grand-Luc compte 2 050 habitants et le Petit-Luc une centaine de personnes. Face à l'arrivée des colonnes, l’abbé Voyneau curé du Petit-Luc s’avance au devant des soldats républicains sur le chemin de la Malnaie pour les exhorter à ne pas tuer ses paroissiens, il sera attaché puis torturé à un arbre, on lui arrachera la langue, on lui plantera une pince dans la poitrine de manière à lui extraire le cœur que les assassins écraseront à coup de talons sur les pierres du chemin. Pris de panique, les villageois ne sachant où aller vont trouver refuge dans la chapelle du Petit-Luc. Ils ne sont pas en mesure de se défendre, ce sont des vieillards, des femmes et des enfants dont 109 avaient moins de 7 ans. L’absence d'hommes achève de convaincre les Républicains que ces derniers avaient participé aux combats sous les ordres de Charette. La petite chapelle ne pouvant contenir toute la population, les révolutionnaires sans pitié commencent par décharger leurs fusils sur la foule agenouillée à l’extérieur, puis afin d'économiser les cartouches, lancent une charge à la baïonnette massacrant et achevant les blessés. Les survivants se barricadent à l'intérieur de la chapelle, les Républicains incendient alors l'église puis ouvrent le feu avec leurs canons, le clocher s'effondre, écrasant de sa masse le monceau des victimes encore pantelantes.



L’idée d’exterminer la population vendéenne est pour la première fois énoncée le 4 avril 1793 par certains politiques et officiers supérieurs. Le ministre Barrère dans sa soif intense de « liberté, d’égalité et de fraternité républicaine », propose personnellement « un plan de destruction totale ». « La Vendée »,s’exclame Turreau « doit être un cimetière national, il faut prioritairement éliminer les femmes, sillons reproducteurs». On crée des camps d’extermination comme à Noirmoutiers par exemple. A Bourgneuf et à Nantes, on organise des noyades spéciales pour les enfants, sinistre supplice que Carrier nomme « baptême républicain ». Les Vendéens ne doivent plus se reproduire, d’où le recours à une symbolique macabre à couper le sexe des hommes, ou à faire exploser des cartouches dans l’appareil génital des femmes. Les témoignages et les descriptions révèlent l’atrocité et l’horreur de la situation comme celle de Peigné, de Saint-Julien-de-Concelles, où des femmes enceintes étaient étendues et écrasées sous des pressoirs...



Aucune cause armée ne peut justifier dans le monde le massacre de population civile, rien ne peut justifier une telle barbarie. Bien des années plus tard en 1863, sous les décombres de la chapelle du Petit-Luc, on découvrit les ossements de ces martyrs enlacés de leurs scapulaires et de leurs chapelets. Le massacre des Lucs-sur-Boulogne a fait 564 victimes. Il devient donc nécessaire de revoir et d'entretenir le souvenir de l'histoire de cette journée macabre, si mal connue des manuels de l’histoire « officielle » pour des raisons qui de toute évidence s’imposent d’elles mêmes.....






_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 08:38 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 08:41 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

source :

http://beaudricourt.hautetfort.com/archive/2013/02/28/28-fevrier-1794-les-l…
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Célyne
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2012
Messages: 10
Localisation: Angers
Religion: catholique
Féminin

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 11:37 (2013)    Sujet du message: merci Répondre en citant

Merci de rétablir la Vérité. Si horrible soit-elle. Il faut que les gens sachent.

_________________
Célyne


Revenir en haut
Washie
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2011
Messages: 538
Localisation: BRETAGNE
Religion: CATHOLIQUE

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 11:49 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

Taire ce qui s'est passé à l'Epoque n'est-ce pas les tuer une seconde fois ? C'est horrible !: les allemands n'ont pas fait pire à Oradour.
Vive le Roi !
_________________
Mon âme à Dieu, mon coeur au Roy !


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN Skype
V.F.H.78
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 11:59 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

Merci pour ce vibrant hommage mon cher Mavendorf. Et ce salutaire rafraichissement de mémoire.

Combien de Français savent qu'aujourd'hui 28 février 2013, on commémore l'épouvantable massacre des Lucs-sur-Boulogne en 1794 ? Beaucoup moins "populaire" dans l'opinion publique (et dans l'esprit républicain... et pour cause!) que celui d'Ouradour-sur-Glane le 10 juin 1944, mais tout aussi monstrueux dans sa conception et barbare dans sa réalisation.


“Seigneur Jésus, qui avez couronné de l’auréole des martyrs les petits enfants de Bethléem immolés à votre place par Hérode, daignez nous accorder la Glorification des petits enfants des Lucs, victimes de l’impiété révolutionnaire. N’est-ce pas en haine de votre nom qu’ils furent eux aussi massacrés, nouveaux Saints Innocents de cette paroisse justement surnommée le Bethléem de la Vendée ? Notre-Dame du Petit-Luc, Reine des Martyrs, priez pour nous !”.
Prière composée en 1994 (lors du Bicentenaire) pour demander la Béatification des enfants martyrs des Lucs.


Revenir en haut
Svetozar
Comte

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2012
Messages: 920
Localisation: Russia
Masculin

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 12:14 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

article merveilleux! Dans mon enfance, sont des «révolutionnaires ardents» оnt été placés dans l'exemple aux enfants!

Revenir en haut
Lysardent
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2012
Messages: 17
Localisation: DIJON
Religion: catholique
Féminin

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 12:31 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

Merci pour cet article. J'avoue que j'ignorais ce terrible massacre.
Je vois une de plus la barbarie des révolutionnaires.
_________________
PER DEUS ET REGIS


Revenir en haut
Semper Fidelis
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2012
Messages: 737
Localisation: Vivarais
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 13:56 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

La complainte des Lucs

Habitants de cette terre, n’entendez-vous pas
La rumeur d’une prière monter sous vos pas?
Tous les échos de vos rues sont pleins de sanglots,
Laboureurs, sous vos charrues dorment des héros.

Le plus sublime offertoire en l’honneur de Dieu,
Il est écrit dans l’histoire de vos bons aïeux;
Bonnes gens de la paroisse, venez l’écouter,
pour qu’en vous, la Foi s’accroisse, et la Charité.

Sur les bords de la Boulogne, l’on vivait heureux,
Chacun faisait sa besogne d’un cœur généreux.
Quand de vos clochers antiques sonnait l’Angélus,
On entendait les cantiques d’un peuple d’élus.

Au Petit-Luc, Notre Dame régnait, consolait;
Tous aimaient son oriflamme et son chapelet.
Près d’Elle notre Bocage, Palluau, Légé,
Venaient en pèlerinage pour la louanger.

A la veille du grand drame, quand vint la Terreur,
Les Lucs gardaient la même âme, sous deux saints pasteurs;
On voyait marcher en tête, sous même drapeau,
Le fier curé Barbedette et le doux Voyneau.

On vint enlever nos prêtres, même du Saint Lieu,
Brimer la Foi des ancêtres, chasser le Bon Dieu;
Alors, du pied des calvaires, quittant leur pâtis,
En récitant le Rosaire, nos gars sont partis.

Partis pour la Guerre Sainte, soldats en sabots,
Sans haine, sans lâche crainte, armés de leurs faux;
Ils ont, d’un geste unanime, pris le Sacré-Cœur,
C’est l’emblème magnanime qui les rend vainqueurs.

Dans la paroisse fidèle, le curé Voyneau
mène à la vie éternelle son fervent troupeau.
Au milieu de ses ouailles, autour du foyer,
Pour les gars à la bataille, il fera prier.

Barbedette en la mêlée, crâne, s’enrôla;
Près des siens, l’âme zélée, le Pasteur est là.
Prêchant le soir, à la brume, le Dieu des combats,
Il montre au Ciel la fortune des vaillants soldats.

Devant les rudes brigades de ces paysans,
Partout, fuient de nos bourgades les " bleus " mécréants.
La République apostate est en désarroi;
Ces nouveaux croisés se battent pour venger leur Foi.

Alors, de haine obsédée, jurant d’en finir,
Pour écraser la Vendée, pour l’ensevelir,
La Terreur féroce et sombre, redoublant d’efforts,
lance des troupes sans nombre, pour la lutte à mort.

Pour défendre nos parages, Charette est bien là;
Il attaque avec courage, autour de Gralas.
Hélas, la moisson de gloire qui nous couronnait,
Vient s’achever outre-Loire, près de Savenay.

Charette donne la chasse à tous ces bandits,
Les épuise, les harasse, partout sans répit;
Il est au pays de Bouaine, il est à Légé,
Dans la forêt, dans la plaine, toujours au danger.

Dans sa fureur sanguinaire, la Convention
trace des itinéraires de destruction;
Prêchant le meurtre et la flamme, Cordelier, Turreau,
Sur les enfants et les femmes, lancent leurs bourreaux.

Les colonnes infernales, meutes de démons,
promènent leurs saturnales dans tous les cantons.
C’est une traque émouvante, par les champs, les bois;
La misère et l’épouvante d’un peuple aux abois.

Profitant de son absence, fin de février,
Sur un peuples sans défense, lâches meurtriers,
Les bleus font leurs randonnées, en lâches pillards,
Massacrant des maisonnées d’enfants, de vieillards.

Bientôt la horde inhumaine, vers les Lucs descend,
On suit les énergumènes aux traces de sang.
Le tocsin répand l’alerte, on court aux genêts;
On dit, sous leur voûte verte, de longs chapelets.

De la cachette, en silence, le cœur angoissé,
On voit le feu qui s’élance du foyer laissé;
Et de village en village, au milieu des cris,
Dans un odieux carnage, combien ont péri!

Tout le bourg est sur la route, cherchant à s’enfuir,
Mais l’ennemi qu’on redoute va bientôt surgir;
Les pauvres petits qu’on traîne, bien péniblement,
forment des grappes humaines autour des mamans.

" Notre Dame nous appelle! ", dit le vieux curé;
" Courons tous en sa chapelle, nous réfugier! "
Blotti près de sa Madone, ce peuple au cœur fort,
A la Vierge s’abandonne, sans craindre la mort.

Entendez-vous des sicaires, les cris avinés?
Et les deux chœurs du Rosaire, monter obstinés?
Ces chrétiens sans anathème, sont prêts à mourir,
Pour la Foi de leur baptême, qu’ils font refleurir.

Le Pasteur s’offre en victime pour tout le troupeau;
Il se présente sublime, devant ses bourreaux.
Dès sa première parole, il est massacré;
du ciel descend l’auréole, sur son front sacré.

Alors c’est la chasse à l’homme à travers le bourg,
On incendie, on assomme tout le long du jour;
On se jette sur la foule, qui prie à genoux;
Dans le Saint Lieu, le sang coule, le sang de chez nous.

Sous la Vierge qui regarde, crie un chef grossier:
" Enfoncez jusqu’à la garde vos lames d’acier! "
Dans cette horrible tuerie, nul n’est épargné,
Et le temple de Marie devient un charnier.

Dans les clameurs des blasphèmes, qui vont crescendo,
Des voix défaillantes sèment des bouts de Credo.
Ce peuple qui persévère, qui prie et qui croit,
Vient de finir son Calvaire, son chemin de Croix.

Dans l’amour de Notre Dame et pour Jésus-Christ,
Dans la Foi que tous proclament, tous ils ont péri;
Sacré-Cœur sur la poitrine, chapelet au cou,
Ils sont morts pour leur doctrine, fermes jusqu’au bout.

Des tas d’enfants pêle-mêle sont là, confondus,
Gisant dans cette chapelle, les bras étendus.
Mais là-haut dans le ciel calme, le Seigneur descend:
Il fait couronner de palmes les Saints innocents.

Las d’une telle hécatombe, et pris de boisson,
Dans le soir pourpré qui tombe, les soldats s’en vont.
Sur l’église qui domine, on tire au canon;
Reste un monceau de ruines, sur des morts sans nom.

Quand le vaillant Barbedette revint des combats,
Dans sa paroisse muette, régnait le trépas;
La douleur saisit son âme, et tout angoissé,
Il revit l’atroce drame qui s’était passé.

Mais, comprenant la victoire de tous ses enfants,
Il fit léguer à l’histoire leurs noms triomphants;
Tous ces noms que chacun porte chez nous, dans l’honneur,
A tous, qu’ils ouvrent la porte du divin Bonheur!

Ainsi moururent nos pères, au jour de jadis,
Afin que leurs fils espèrent dans le Paradis.
Pour mériter leur suffrage, sachons imiter
Leur intrépide courage, leur fidélité.

Les petits gars de Vendée ont versé leur sang,
Comme ceux de la Judée, pour Jésus naissant.
Tout en chantant leur histoire, Vendéens, prions
Pour qu’un jour la même gloire couronne leurs fronts.

*******
_________________
« Le trône de Saint Louis sans la religion de Saint Louis est une supposition absurde ».

(Chateaubriand)


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
austrasie
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 24 Déc 2012
Messages: 21
Masculin

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 15:11 (2013)    Sujet du message: 28/02/1794 - les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

Pour faire écho à l'importante citation de Mavendorf sur l'effondrement de la monarchie, j'emprunterai l'expression d'un de nos amis sur ce forum : "Suis catholique avant d'être royaliste" : devise très profonde de sens du royaliste. Les révolutionnaires de 1789 ne pouvaient démolir la monarchie qu'en éradiquant le christianisme - la foi en Dieu. Alors, notre éducation nationale républicaine, par un enseignement conventionnel (choisi) ne peut qu'évoquer "proprement" ces atrocités réalisées de techniques françaises très raffinées, que par une cynique et brêve pirouette d'appellation très contrôlée : "les guerres vendéennes". 


Intrinsèquement, la manière d'enseigner de l'éducation nationale est déjà une atrocité.


Savoir pour Servir. 


Vive Louis XX, notre Roy en Dieu tout puissant.
AUSTRASIE


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 15:41 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

On m'informe par messagerie que cette année encore une messe sera célébrée par le Père Argouarc'h à la chapelle élevée sur le lieu du massacre, pour obtenir la béatification des enfants martyrs (dimanche 7 avril).
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Alpaïde
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 18 Déc 2012
Messages: 27
Féminin

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 17:45 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

Merci pour cet indispensable rappel historique !! j'ai lu votre article avec attention, émotion et même avec épouvante ! Cette "République" a plus que du sang sur les "mains" : barbarie, folie, destruction et cruauté inimaginables de cette volonté de génocide  Evil or Very Mad Sad

J'ai même lu un patronyme que je connais bien (porté par un ami âgé, né à Nantes).


Revenir en haut
Regine Gourenko Cousin
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2012
Messages: 73
Localisation: Montreuil sous bois
Religion: chretienne/catholique
Féminin

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 18:45 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

Comment un régime imposé par un génocide et par la terreur peut il rester en place aussi longtemps?Je ne comprend pas que les Français soient fiers de cette république née dans le sang!«Bien mal acquis ne profite jamais!»:j'espère que la Vérité eclatera un jour et que les gens réaliseront à quel point ils ont été manipulés!Ce ne sera pas chose facile!Un exemple:nous discutions entre collègues lors de la pause déjeuner;la conversation s'est portée sur les génocides(une collègue,mariée à un Japonais,parlait de génocide entre Chinois et Japonais;moi,j'ai rappelé que la France,soi disant «patrie des droits de l'Homme»,a été concernée par le génocide vendéen; une troisième collègue,jeune et brillante infirmière pourtant,donc,une fille plutôt intelligente m'a rétorqué:Oui,mais ça,c'est plus ancien!Je lui ai répondu,choquée:«Donc,pour toi,comme c'est ancien,ça n'a pas existé?»Voila les fruits de la propagande républicaine!Pour le Français lambda,les génocides ne se passent qu'à l'Étranger!Lamentable! Evil or Very Mad

Revenir en haut
Geneviève Lemmer
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2012
Messages: 278
Localisation: Gironde

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 19:28 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

Un très bel article, un rappel historique. Merci à vous.
Ce massacre a-t-il eu lieu un 19 mars? il me semble.


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 19:41 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

Geneviève Lemmer a écrit:
Ce massacre a-t-il eu lieu un 19 mars? il me semble.


Non c'était un 28 février comme aujourd'hui, il y a très exactement 219 ans jour pour jour. Le fait de publier cet article aujourd'hui n'est pas un hasard.
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
V.F.H.78
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 20:06 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

Mavendorf a écrit:

On m'informe par messagerie que cette année encore une messe sera célébrée par le Père Argouarc'h à la chapelle élevée sur le lieu du massacre, pour obtenir la béatification des enfants martyrs (dimanche 7 avril).

Merci pour cette information mon cher Mavendorf. Il est vrai que le Père Jean-Paul Argouarc'h, de la Sainte-Croix de Riaumont, célèbre tous les ans une messe en mémoire des martyrs des Lucs.
L'an passé, la messe avait eu lieu le dimanche 25 mars 2012. D'ailleurs j'avais posté ce sujet : Pèlerinage en hommage aux martyrs des Lucs


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:18 (2016)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com