Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Léandre de Brisaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 428
Localisation: Bugey Blanc
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 20:16 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

Une barbarie d'autant plus affreuse, des êtres parfaitement innocents, les enfants, massacrés par la racaille révolutionnaire...
_________________
«Être ouvert à son temps, ce n’est pas en accepter benoîtement les dérives et les propositions contre
nature.» Louis XX, le 31 mai 2015


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 20:16 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Solognot
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2012
Messages: 561
Localisation: Au bord du lac Léman
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 21:04 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

J'ai relaté tout ceci dans mon entourage...il faut que les gens sachent
_________________
Si vis pacem, para bellum


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 21:30 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

En effet mon cher Solognot, il est grand temps que les français prennent enfin pleinement conscience qu'à chaque 14 juillet (fête nationale républicaine), les nouveaux maîtres du pays les font danser sur un génocide au rythme de la "marseillaise"...
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Ven 1 Mar - 09:30 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant



Texte intégral du discours prononcé par Alexandre Soljenitsyne 
le samedi 25 septembre 1993, aux Lucs-sur-Boulogne, pour l'inaugration du Mémorial de Vendée


« M. le président du Conseil général de la Vendée, chers Vendéens,

Il y a deux tiers de siècle, l'enfant que j’étais lisait déjà avec admiration dans les livres les récits évoquant le soulèvement de la Vendée, si courageux, si désespéré. Mais jamais je n'aurais pu imaginer, fût-ce en rêve, que, sur mes vieux jours, j'aurais l'honneur inaugurer le monument en l'honneur des héros des victimes de ce soulèvement.
Vingt décennies se sont écoulées depuis : des décennies diverses selon les divers pays. Et non seulement en France, mais aussi ailleurs, le soulèvement vendéen et sa répression sanglante ont reçu des éclairages constamment renouvelés. Car les événements historiques ne sont jamais compris pleinement dans l'incandescence des passions qui les accompagnent, mais à bonne distance, une fois refroidis par le temps.
Longtemps, on a refusé d'entendre et d'accepter ce qui avait été crié par la bouche de ceux qui périssaient, de ceux que l'on brûlait vifs, des paysans d'une contrée laborieuse pour lesquels la Révolution semblait avoir été faite et que cette même révolution opprima et humilia jusqu'à la dernière extrêmité.
Eh bien oui, ces paysans se révoltèrent contre la Révolution. C’est que toute révolution déchaîne chez les hommes, les instincts de la plus élémentaire barbarie, les forces opaques de l'envie, de la rapacité et de la haine, cela, les contemporains l'avaient trop bien perçu. Ils payèrent un lourd tribut à la psychose générale lorsque fait de se comporter en homme politiquement modéré - ou même seulement de le paraître - passait déjà pour un crime.
C'est le XXe siècle qui a considérablement terni, aux yeux de l'humanité, l'auréole romantique qui entourait la révolution au XVIIIe. De demi¬-siècles en siècles, les hommes ont fini par se convaincre, à partir de leur propre malheur, de que les révolutions détruisent le caractère organique de la société, qu'elles ruinent le cours naturel de la vie, qu'elles annihilent les meilleurs éléments de la population, en donnant libre champ aux pires. Aucune révolution ne peut enrichir un pays, tout juste quelques débrouillards sans scrupules sont causes de mort innombrables, d'une paupérisation étendue et, dans les cas les plus graves, d'une dégradation durable de la population.
Le mot révolution lui-même, du latin revolvere, signifie rouler en arrière, revenir, éprouver à nouveau, rallumer. Dans le meilleur des cas, mettre sens dessus dessous. Bref, une kyrielle de significations peu enviables. De nos jours, si de par le monde on accole au mot révolution l'épithète de «grande», on ne le fait plus qu'avec circonspection et, bien souvent, avec beaucoup d'amertume.

Désormais, nous comprenons toujours mieux que l'effet social que nous désirons si ardemment peut être obtenu par le biais d'un développement évolutif normal, avec infiniment moins de pertes, sans sauvagerie généralisée. II faut savoir améliorer avec patience ce que nous offre chaque aujourd'hui. II serait bien vain d'espérer que la révolution puisse régénérer la nature humaine. C'est ce que votre révolution, et plus particulièrement la nôtre, la révolution russe, avaient tellement espéré.
La Révolution française s'est déroulée au nom d'un slogan intrinsèquement contradictoire et irréalisable : liberté, égalité, fraternité. Mais dans la vie sociale, liberté et égalité tendent à s'exclure mutuellement, sont antagoniques l'une de l'autre! La liberté détruit l'égalité sociale - c'est même là un des rôles de la liberté -, tandis que l'égalité restreint la liberté, car, autrement, on ne saurait y atteindre. Quant à la fraternité, elle n'est pas de leur famille. Ce n'est qu'un aventureux ajout au slogan et ce ne sont pas des dispositions sociales qui peuvent faire la véritable fraternité. Elle est d'ordre spirituel.

Au surplus, à ce slogan ternaire, on ajoutait sur le ton de la menace : « ou la mort», ce qui en détruisait toute la signification. Jamais, à aucun pays, je ne pourrais souhaiter de grande révolution. Si la révolution du XVIIIe siècle n'a pas entraîné la ruine de la France, c'est uniquement parce qu'eut lieu Thermidor.
La révolution russe, elle, n'a pas connu de Thermidor qui ait su l'arrêter. Elle a entraîné notre peuple jusqu'au bout, jusqu'au gouffre, jusqu'à l'abîme de la perdition. Je regrette qu'il n'y ait pas ici d'orateurs qui puissent ajouter ce que l'expérience leur a appris, au fin fond de la Chine, du Cambodge, du Vietnam, nous dire quel prix ils ont payé, eux, pour la révolution. L'expérience de la Révolution française aurait dû suffire pour que nos organisateurs rationalistes du bonheur du peuple en tirent les leçons. Mais non ! En Russie, tout s'est déroulé d'une façon pire encore et à une échelle incomparable.

De nombreux procédés cruels de la Révolution française ont été docilement appliqués sur le corps de la Russie par les communistes léniniens et par les socialistes internationalistes. Seul leur degré d'organisation et leur caractère systématique ont largement dépassé ceux des jacobins. Nous n'avons pas eu de Thermidor, mais - et nous pouvons en être fiers, en notre âme et conscience - nous avons eu notre Vendée. Et même plus d'une. Ce sont les grands soulèvements paysans, en 1920¬-21. J'évoquerai seulement un épisode bien connu : ces foules de paysans, armés de bâtons et de fourches, qui ont marché sur Tanbow, au son des cloches des églises avoisinantes, pour être fauchés par des mitrailleuses. Le soulèvement de Tanbow s'est maintenu pendant onze mois, bien que les communistes, en le réprimant, aient employé des chars d'assaut, des trains blindés, des avions, aient pris en otages les familles des révoltés et aient été à deux doigts d'utiliser des gaz toxiques. Nous avons connu aussi une résistance farouche au bolchévisme chez les Cosaques de l'Oural, du Don, étouffés dans les torrents de sang. Un véritable génocide.

En inaugurant aujourd'hui le mémorial de votre héroïque Vendée, ma vue se dédouble. Je vois en pensée les monuments qui vont être érigés un jour en Russie, témoins de notre résistance russe aux déferlements de la horde communiste. Nous avons traversé ensemble avec vous le XXe siècle. De part en part un siècle de terreur, effroyable couronnement de ce progrès auquel on avait tant rêvé au XVIIIe siècle. Aujourd'hui, je le pense, les Français seront de plus en plus nombreux à mieux comprendre, à mieux estimer, à garder avec fierté dans leur mémoire la résistance et le sacrifice de la Vendée ».

Alexandre SOLJÉNITSYNE
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
V.F.H.78
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 1 Mar - 17:45 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant



Revenir en haut
propatria
Vicomte

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2012
Messages: 370
Localisation: Limousin
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Mer 6 Mar - 10:42 (2013)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

Merci de ce rappel, je transmet cette information à tous mes contacts Mail, et noublions pas que nous n'avons pas à travailler pour des DICTATEURS !
_________________
« La Contre-révolution ne doit pas être une révolution contraire, mais le contraire de la Révolution. »


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Bernard le Légitimiste
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 25 Fév 2013
Messages: 73
Religion: Chrétien Orthodoxe Russe
Masculin

MessagePosté le: Sam 1 Mar - 09:43 (2014)    Sujet du message: 1793-1794...LA RIPOUXBLIQUE REGICIDE et GENOCIDAIRE ! Répondre en citant

        Les NEGATIONNISTES, les REVISIONNISTES [ francs-maçons, jacobins...tous les ripouxblicains ]désirent pérenniser le MEMORICIDE. 
Ils veulent masquer leur propre violence et voiler leur ARBITRAIRE !


 NON ! UN PASSE QUI NE PASSERA JAMAIS !
NOTRE 1er REQUIEM EST DESTINE  AUX MORTS DE VENDEE AU POPULICIDE DE VENDEE !


Carnot l'organisateur du GENOCIDE VENDEEN déclarait :
"Anéantissement de tous les biens...La Vendée doit être un anéantissement national"
Le républicain radical Clémenceau approuvant les massacres démocratiques déclarait :
"J'approuve toute la révolution, j'approuve tous les massacres de septembre, j'approuve les noyades de Nantes, j'approuve les horreurs de Lyon où l'on attachait les enfants à la gueule des canons..."


               
   Pour une RECONNAISSANCE OFFICIELLE DU GENOCIDE VENDEEN sous l'égide de notre ROY LOUIS XX  L'AÎNE des CAPETIENS !


               VIVAT REX ! VIVE NOTRE ROY DE DROIT DIVIN LOUIS XX !
_________________
Royaliste Légitimiste ! Louis XX l'aîné des Capétiens et le chef de la Maison des Bourbons !
"Le premier devoir d'un Roy c'est de rendre son peuple heureux "Louis XIV
Je suis Royaliste et Tsariste (Louis XIV et Nicolas II : des Crimes d'Etat)


Revenir en haut
henri
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2014
Messages: 223
Localisation: SUD
Masculin

MessagePosté le: Ven 27 Fév - 22:14 (2015)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

Je me permets de préciser la raison pour laquelle, sans doute, le rapprochement a été fait avec le 19 mars : ce jour en 1962 la république a décidé de laisser des ressortissants français abandonnés au couteau des égorgeurs fellouzes algériens, désarmant les musulmans restés fidèles à la France, crime de forfaiture !. Pour en revenir aux massacres républicains, je condamne la comparaison avec Oradour sur glane :  là, nous avons affaire à un crime de guerre (de peu d'importance si on le compare à l'holocauste nucléaire de Hiroshima et Nagasaki) perpétré par des troupes ennemies : aux Lucs les massacres ont été perpétrés par des français sur des français, c'est différent, et il faut en retirer la leçon suivante : l'ennemi est à l'intérieur, il faut le débusquer, et le détruire.
_________________
Dans l'attente de la Restauration !.


Revenir en haut
Marquise 1793
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2012
Messages: 102
Localisation: Ile de france
Religion: catholique
Féminin

MessagePosté le: Sam 28 Fév - 21:56 (2015)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

Tous les ans il y a une marche en récitant le chapelet  qui part de la Croix de Charette et se termine dans la Chapelle des Lucs par une messe dite par le Père Argouach . Nous prions pour la béatification des petits enfants massacrés .Cette année le pèlerinage est fixé au 15 mars .Vous serez tous les bienvenus .J'y participe avec la Troupe des Cœurs de Chouans et il y a aussi le Chœur Mont joie Saint-Denis
_________________
Utrique fidelis


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Sam 28 Fév - 22:19 (2015)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant


_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Henryk
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 610

MessagePosté le: Dim 1 Mar - 13:48 (2015)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

Union de prières, pour ces victimes ainsi que pour celles du petit village de Maillé, prés de Tours, tombées sous la fureur jacobine rouge et noire, en 1944 pour la Saint Louis.
_________________


Dernière édition par Henryk le Jeu 12 Mar - 13:19 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
Melchior
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2013
Messages: 31
Localisation: Vivarais
Masculin

MessagePosté le: Jeu 12 Mar - 12:54 (2015)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

Réponse à Bernard Le Légitimiste.


La citation de Clémeanceau: "J'approuve toute la révolution, j'approuve tous les massacres de septembre, j'approuve les noyades de Nantes, j'approuve les horreurs de Lyon où l'on attachait les enfants à la gueule des canons..." et qui est plus longue et d'une noirceur satanique, n'est pas de Clémeanceau.
In extenso, cela donne:
« J’approuve toute de la Révolution. J’approuve les massacres de Septembre où pour s’éclairer, la nuit venue, les travailleurs plantaient des chandelles dans les yeux des morts. J’approuve les noyades de Nantes, les mariages républicains où les vierges accouplées à des hommes, par une imagination néronnienne, avant d’être jetées dans la Loire, avaient à la foi l’angoisse de la mort et la souffrance de la pudeur outragée. J’approuve les horreurs de Lyon où on attachait des enfants à la gueule des canons, et les égorgements de vieillards de quatre-vingt-dix ans et de jeunes filles à peine nubiles. Tout cela forme un bloc glorieux et je défends qu’on y touche. Je défends que, sur un théâtre qui dépend de l’État, un dramaturge illustre vienne après plus de cent ans révolus, prononcer une parole de pitié qui serait un outrage aux mânes augustes de Robespierre et de Marat. »  


Cette citation est de l'antisémite Edouard Drumont qui en 1899 in "Les juifs contre la France, une nouvelle Pologne",  la met dans la bouche de Clémeanceau pour noircir l'avocat du capitaine Dreyfus.
Cette fausse citation fut ensuite reprise par le journal "Légitimisme" dans les années 1970, et depuis tourne sur les blogs. D'où l'importance de restituer la vérité pour éviter de passer pour de ridicules rigolos.
Par contre Clémeanceau dans son discours de 1891, avait bien dit:
"La révolution est un bloc, un bloc dont on ne peut rien distraire"
"C'est que cette admirable Révolution par qui nous sommes n'est pas finie, c'est qu'elle dure encore, c'est que nous en sommes encore les acteurs, c'est que ce sont toujours les mêmes hommes qui se trouvent aux prises avec les mêmes ennemis. Oui, ce que nos aïeux ont voulu, nous le voulons encore."et plus lion: 

Voilà, nous sommes prévenus. La révolution n'est pas arrêtée, elle continuera tant qu'il y aura encore quelque chose à détruire et des descendants de Clémenceau.


La citation inventée de Drumont est donc une suite logique et poétique de la pensée républicaine et socialiste non seulement française, mais internationale. Les terroristes européens de l'époque, les bolchéviques, les spartakistes n'en pensaient et n'en disaient pas moins, avec seulement moins de talent littéraire. (j'ai parfois aussi une pensé émue pour Vincent Peillon.)
_________________
SERVAT ODOREM
"Il y aura toujours plus de liberté dans la plus autoritaire des monarchies que dans la plus libérale des démocraties libérales."


Revenir en haut
henri
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2014
Messages: 223
Localisation: SUD
Masculin

MessagePosté le: Jeu 12 Mar - 16:21 (2015)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

Il y a une logique, dans la persistance de nuisance de la république qui tient à la structure mentale des psychopathes qui s'y abandonnent : on retrouve toujours une attirance pour le sang et le stupre, des données récurrentes chez ceux qu'on appelle "tueurs en série", et cela même parmi des individus d'apparence normale, voire affable : une sorte de double face dont la part la moins sympathique est toujours prête à émerger et détruire l'autre.
_________________
Dans l'attente de la Restauration !.


Revenir en haut
Jean François Vion
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 05 Jan 2014
Messages: 142
Localisation: Languedoc
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Mar 24 Mar - 10:00 (2015)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne Répondre en citant

Il y a des massacres bons a évoquer, ceux qui vont dans le "sens de l'histoire" cher à nos historiens "progressistes", sur les autres, mieux vaut , n'est ce pas,  jeter un voile pudique...;


Les martyrs ne sont pas égaux devant l'histoire......




Pro Deo, pro Regem.
_________________
Pro Deo, pro Patria , pro Regem


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:55 (2016)    Sujet du message: 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com