Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le Manifeste Légitimiste
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> L'Union des Cercles Légitimistes de France -> UCLF
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Dim 17 Juil - 15:33 (2011)    Sujet du message: Le Manifeste Légitimiste Répondre en citant

Manifeste Légitimiste



Non ! La Monarchie n'est pas morte !

Deux cent ans après 1789, la Monarchie Française paraît définitivement enterrée pour le commun des mortels, abreuvé par les médias de la philosophie vomitive des droits de l’homme, gangrené par cette nouvelle vérole qu’est l’esprit républicain, laïcard et maçonnique !


Les Idées ? La Question des Institutions ? La Formation politique ? Plus personne ne s’y intéresse ; « les petits esprits ne voyant », nous dit Bonald, «dans les meilleures institutions que leurs abus et dans les plus mauvaises, que leurs avantages ».
Dans un volume de plus de 300 pages, l’Union des Cercles Légitimistes de France (UCLF) nous interpelle, nous sort de notre léthargie, pour réveiller en nous le sentiment monarchique et présenter au peuple français ce qu’était l’Ancienne France, tant décriée par nos gouvernants actuels.

Cet ouvrage nous expose tout d’abord une introduction à la Politique, puis développe certaines notions-clés, comme la Légitimité d’une institution, la notion du Bien Commun, ou encore, la question de l’Autorité.

Une étude claire et précise des Lois Fondamentales du Royaume, véritable constitution monarchique, le fonctionnement et l’histoire des corporations, et l’évolution de la Politique, à travers les différentes périodes de l’histoire de France, font de ce Manifeste  un important corpus doctrinal, dont on ne peut que saluer la parution.
Dans une France en pleine décadence, ce Manifeste, d’une lecture simple et agréable,  et résolument tourné vers l’avenir, est un traité indispensable à tout Français désireux de restaurer la Grandeur perdue de son Pays.




http://beaudricourt.hautetfort.com/archive/2010/09/29/manifeste-legitmiste.…
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 17 Juil - 15:33 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
REQUETE CARLISTE
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2011
Messages: 1 150
Localisation: Provence
Religion: catholique romain FSSPX
Masculin

MessagePosté le: Sam 3 Sep - 11:26 (2011)    Sujet du message: Le Manifeste Légitimiste Répondre en citant

Un ouvrage que tout légitimiste se doit de posséder et surtout d'avoir lu! Après une lecture, en l'ayant télé-chargé, je vais le commander afin de pouvoir l'ouvrir en toute circonstance....
Un très bon outil de formation à disposition pour consolider ses idées et affirmer son légitimisme face aux militants de l"autre fausse bonne idées de la monarchie".
_________________
POUR DIEU, LA PATRIE ET LE ROI



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Anne Charlotte Lundi
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2012
Messages: 3
Localisation: Bordeaux
Religion: catholique
Féminin

MessagePosté le: Jeu 29 Mar - 13:26 (2012)    Sujet du message: Diffusion du Manifeste Légitimiste Répondre en citant

Bonjour,
Sur notre site, nous aimerions diffuser très largement le manifeste légitimiste sur notre site Livres en Famille.
COmment devons nous procéder ?
Et je vous invite tous à vous abonner à l'Info-Lettre hebdomadaire sur le site !
Très amicalement A Ch Lundi.
_________________
Anne Charlotte Lundi


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Ven 30 Mar - 17:36 (2012)    Sujet du message: Le Manifeste Légitimiste Répondre en citant

Anne Charlotte Lundi a écrit:

Bonjour,
Sur notre site, nous aimerions diffuser très largement le manifeste légitimiste sur notre site Livres en Famille.
Comment devons nous procéder ?



Bonsoir Madame, merci pour votre message,

Je viens tout juste de transmettre votre demande aux responsables de l'UCLF chargés de la diffusion du manifeste légitimiste. Je vous communique dès que possible par messagerie privée (via le forum), la procédure à suivre.
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Royalys
Les Chevaliers de la Couronne et de la Foi

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2012
Messages: 103
Localisation: Nancy
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Sam 1 Déc - 11:06 (2012)    Sujet du message: Le Manifeste Légitimiste Répondre en citant

On m'a prêté ce livre et j'ai commencé la lecture, prenant le temps de le lire et de le comprendre intégralement je suis loin de l'avoir terminé. Pourtant et je suis tout à fait d'accord avec Requête Carliste, il faut que tout Légitimiste le lise au moins une fois. C'est un simple manifeste, donc une déclaration public pour exprimer les idées et les programme d'un courant, d'une doctrine et en l’occurrence de nos principes, j'imagine alors que les auteurs l'ont simplifié pour faciliter la compréhension, toutefois il est tellement complet, clair et brillant de vérité que je n'ose pas imaginer le nombre de chose que l'on pourrait encore apprendre dans un  "Livre" complet. 
Il permet de comprendre bien des choses et d'éviter de tomber dans l'erreur, par exemple j'ai lu il y a peu sur un réseau social un Royaliste qui diffusait une idée de Principe de Nationalité... Sachant que cela n'existe pas et que c'est une invention Orléaniste, j'ai pu expliquer parfaitement que celui-ci n'existait pas. L'histoire ne dit pas s'il est d'accord ou pas mais franchement, c'est une excellente base pour se forger un argumentaire sans faille! =)


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Sam 19 Jan - 17:27 (2013)    Sujet du message: Le Manifeste Légitimiste Répondre en citant

Adonis de Nancy a écrit:
On m'a prêté ce livre et j'ai commencé la lecture, prenant le temps de le lire et de le comprendre intégralement je suis loin de l'avoir terminé.  


La lecture du Manifeste Légitimiste est en effet indispensable, pour assurer la dignité de chaque Français qui ne se discute pas mais se respecte. La misérable durée de vie de chaque homme, né sur le sol de France de nos jours, ne permet plus malheureusement dans de nombreux cas d'appréhender l'ensemble des connaissances nécessaires pour mieux saisir l'histoire de notre pays, l'histoire de ses heures de gloire comme de ses défaites.
C'est pourquoi nous sommes tous bien obligés de puiser dans le travail que bien des prédécesseurs ont fait pour nous, sachons nous en inspirer. Apprentissage et prospérité de nos "fondamentaux", voilà notre feuille de route tellement importante, car elle seule peut nous permettre d'éviter les pièges des marxistes et des francs-maçons qui contrôlent impitoyablement l'éducation nationale.
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 612

MessagePosté le: Lun 13 Mai - 05:29 (2013)    Sujet du message: Le Manifeste Légitimiste Répondre en citant

La loi de Primogeniture



L’unité et l’hérédité du pouvoir
Saint Thomas et Bossuet avaient déjà établi les bienfaits de l’unité du pouvoir, Bonald a renouvelé sa défense après la Révolution dans les termes suivants :

“La première condition du pouvoir est d’être un, et le pouvoir n’est entre les hommes un si grand sujet de division, que parce que il ne peut pas être objet de partage. C’est la tunique sans couture qui ne peut être divisée et se tire au sort, et toujours entre les soldats.”  “La division du pouvoir en lui même est la division légale de l’unité du pouvoir, loi première, ou plutôt dogme fondamental de la société : tout royaume qui s’écartera donc de cette unité sera désolé : désolé par les factions, désolé par les haines, désolé par les ambitions ; il sera désolé et détruit, car deux pouvoirs forment deux sociétés toujours en guerre l’une contre l’autre” .

Comme nous l’avons vu précédemment, la division du pouvoir est si peu conforme au droit naturel, qu’on la trouve très peu dans les premiers siècles, elle engendre dans la plupart des cas la disparition des sociétés qui en sont affectées. Le sort du triumvirat César - Antoine - Pompée illustre à travers les guerres qu’il a engendrées, l’utopie du gouvernement à plusieurs.

La tendance naturelle des différentes sociétés primitives reste d’établir l’unité du pouvoir.

L’exemple le plus connu de ce progrès institutionnel est bien sûr l’empire romain.

Cependant si la plupart des sociétés originelles bénéficient de l’unité, ce premier pas vers le droit naturel est incomplet. Effectivement, la possession de cette autorité est viagère. La stabilité qui en résulte ne se maintient pas dans le temps. Trois principaux problèmes sont rencontrés dans ces entités.

- Problème de la succession : le choix de l’empereur romain se résume à une compétition entre les personnes influentes d’un règne qui convoitent le pouvoir suprême et se battent entre elles pour l’obtenir. En Pologne, l’élection d’un souverain suscite les mêmes envies de la part soit des grandes familles polonaises soit de souverains étrangers qui veulent augmenter leur influence, la dévolution du pouvoir se résume à une surenchère d’or et à de nombreux assassinats.

- Faiblesse intrinsèque de l’autorité : ce flou dans l’origine et la transmission de l’autorité ne se manifeste pas seulement lors du décès du souverain. Celui-ci étant arrivé au pouvoir grâce à ses qualités ou plutôt à son ambition et aux promesses faites à son entourage, il le perd dès qu’un sujet a assez d’ambition pour le chasser. La déification de l’empereur par les Romains n’a pas suffi à compenser la faiblesse de ce système dont l’équilibre est rompu non seulement à la mort du souverain, mais souvent même bien avant que celle-ci n’intervienne.

- Problème de stabilité : pour se maintenir, le souverain va s’entourer de beaucoup de précautions, être tantôt très dur pour son entourage et ses sujets, tantôt trop prodigue. Il ne pourra pas prendre de mesures si celles-ci déplaisent au peuple, même si ces mesures sont indispensables au bien commun. Même si l’état est catholique ces inconvénients demeurent, comme cela apparaît clairement après la conversion de Constantin.

Avec l’empire romain et la Pologne voici quelques exemples de sociétés dont les causes d’instabilité résident dans la rupture chronique de l’unité :

- Garcia Moréno et Salazar ont favorisé dans leurs pays la religion catholique, une saine administration, mais cette situation ne s’est pas maintenue après leur disparition. La succession d’un grand homme a toujours été un problème. Quand elle n’est pas précisée par des lois simples et claires tenant compte de la nature humaine, elle devient l’enjeu non pas du hasard mais des convoitises, de la finance, l’objet d’influences occultes, de discours aussi pompeux que mensongers, en bref de tout un art dans lequel nos ennemis sont passés maîtres.

- Enfin à notre époque, en admettant qu’un grand homme puisse accéder au pouvoir indépendamment de la haute finance et des loges, il ne serait élu que pour 5 ans ; après cette période, quel avenir, quelle continuité sont assurés au pays ? Qu’est-ce que 5 ans à l’échelle d’un pays ?

En définitive dans ces systèmes l’autorité dépend encore beaucoup des volontés particulières des individus, de leurs passions, plus que du bien commun. Nous renvoyons au chapitre “de la nécessité d’une bonne institution” qui montre bien que cette instabilité n’est pas une vue de l’esprit.

De cette faiblesse va naître l’hérédité qui va donner à l’unité le temps qui lui est nécessaire.

L’hérédité assure on ne peut plus clairement la transmission de l’autorité sans que celle-ci perde son indépendance par la compétition qui résulterait d’un choix plus général à chaque génération. Ce n’est plus alors un individu qui exerce le pouvoir, mais une famille. Ainsi la continuité nécessaire à la prospérité du pays est assurée. L’hérédité du pouvoir est une conséquence nécessaire de l’indépendance de l’autorité, elle est à ce titre une expression fondamentale du droit naturel.



Loi qu’aucune nation n’a impunément méconnue.” Écoutons Bonald répondre à la critique rituelle qui est faite contre l’hérédité “sans doute les chances de l’hérédité portent à la tête des états comme à celles des familles privées des hommes forts et des hommes faibles ; toute famille nouvelle que l’usurpation élèverait au trône n’aurait pas à cet égard de privilège... La France a eu plus de rois faibles qu’aucune autre société, et plus qu’aucune autre aussi elle s’est accrue en population et agrandie en territoire, même sous les plus faibles de nos rois. C’est que la force de la France n’était pas dans les hommes, mais dans les institutions, et que le roi, fort ou faible, était toujours assez bon, pourvu qu’il voulût rester à sa place : semblable à la clef d’une voûte qui en maintient toutes les parties sans effort, même sans action, et par sa seule position… Sans doute Richelieu avait plus d’esprit que Charles V, Choiseul plus que Bossuet, Necker plus que le cardinal de Fleury, mais lorsque les choses sont ce qu’elles étaient en France, l’homme médiocre qui maintient est plus habile que l’homme d’esprit qui veut faire” .



Sans doute les différents empereurs romains ayant régné sur l’Empire possédaient-ils d’éminentes qualités sans lesquelles ils n’auraient pas pu accéder au pouvoir ; sans doute bon nombre de nos Rois ont ils été servis par des sujets beaucoup plus compétents qu’eux dans de nombreux domaines ; mais si l’on compare l’Empire romain à la monarchie française, sur le plan de la stabilité institutionnelle, l’avantage va de loin à la France. Car en politique - science architectonique de toutes les autres - la compétence de l’autorité passe par son caractère absolu, et cette compétence nul ne la possède plus que le successeur de nombreux rois. L’automaticité de cette désignation est si affranchie, si au-dessus des qualités individuelles - dont la fortune flatte notre orgueil - que nous l’admettons difficilement, mais c’est dans cette indépendance que réside son bienfait pour le pays. Bonald va jusqu’à dire :  “Le monarque ne conserve pas la société par son action, mais par sa seule existence”  sous-entendu les monarques n’ont pas assuré la prospérité des sociétés par les qualités éminentes de leur propre personne, mais par le maintien de leur principe.

L’hérédité seule contient cependant une imprécision de taille qui peut remettre en cause l’unité du pouvoir : effectivement, si les bienfaits de la famille sont transposés au niveau de l’état, avec les Mérovingiens le pays est encore considéré comme un patrimoine privé. Aussi quand le souverain a plusieurs fils, le pays est partagé entre eux. Ainsi d’une seule entité politique va en naître autant que d’enfants, et la chose se renouvelant à chaque génération, cela conduit à une atomisation du pays. Il faut également noter que le partage de l’héritage fait toujours l’objet de contestations, et bien souvent de guerres civiles. Cette faiblesse des institutions sous la dynastie mérovingienne va engendrer la disparition de cette famille et l’accession des Carolingiens au pouvoir.

Avec ces derniers, un seul successeur hérite, mais cela ne fait pas encore l’objet d’une règle très précise, et aboutit à un compromis : la division de l’Empire entre les trois fils de Louis le Pieux en 843 au traité de Verdun. Les générations suivantes firent de même ou désignèrent un seul héritier choisi par le souverain régnant parmi les membres de sa famille, pas obligatoirement l’aîné, et qui est proposé à l’élection. Ce système reste faible car fondé en partie sur les qualités de la personne, et non exclusivement sur un principe. Les différentes entités qui en résultèrent se firent la guerre, les féodaux profitant de la faiblesse du pouvoir central pour augmenter leur importance, et se tailler autant de fiefs indépendants.

Lors des invasions normandes, le pouvoir n’aura plus assez de force pour lutter contre les envahisseurs. Il fera alors appel aux Capétiens.











Hérédité avec Primogéniture



Comme les Carolingiens, les premiers Capétiens, ou Robertiens, tirent leur notoriété de perturbations, cette fois engendrées par les invasions normandes, contre lesquelles ils ont su lutter efficacement à la différence du pouvoir en place affaibli pour les raisons que nous avons vues plus haut : faiblesse institutionnelle. Les Robertiens vont finir par supplanter de fait le pouvoir et feront naturellement l’unanimité lors de l’élection de 987 ; élection rendue nécessaire pour atteindre l’unité politique, les grands seigneurs ne pouvant lutter isolément contre les Normands.

Cependant Hugues Capet tenait son titre de roi de l’élection des grands, ce qui était évidemment une faiblesse pour l’exercice du pouvoir par ce souverain et un risque pour le pays dans la mesure où les grands auraient pu réclamer le renouvellement à chaque génération de cette élection, laquelle aurait pris alors force d’institution, et nous avons vu plus haut la faiblesse d’un tel système. Conscients de l’intérêt capital qu’il y avait à établir l’hérédité de manière indiscutable, les premiers Capétiens vont faire sacrer leur fils aîné de leur vivant afin de prémunir le pouvoir contre les ambitions particulières qui n’auraient pas manqué de se produire à la jonction des règnes. Avec le temps, cette précaution devint inutile, car l’hérédité de fait qu’elle établissait fut admise par tous. La différence capitale entre Carolingiens et Capétiens réside dans le fait qu’avec ces derniers, c’est l’aîné qui succède seul et automatiquement à son père. La loi fondamentale de primogéniture devient une institution de fait, même si elle n’est pas encore reconnue comme telle. «Ainsi se trouve repoussée l’assimilation du royaume à un patrimoine privé.»

Et se confirme la mise en place d’institutions plus proches du droit naturel car elles maintiennent l’unité dans le temps, malgré le changement de génération.

D’Hugues Capet jusqu’à Philippe-Auguste, les souverains ont fait sacrer leur fils de leur vivant, mais seule leur mort donnait à ce fils le titre et la fonction de roi. L’instantanéité de la transmission du pouvoir était donc assurée à une époque où la monarchie encore native aurait pu subir des contestations en cas de disparition d’un souverain respecté avant le sacre de son fils. Philippe-Auguste ne fait pas sacrer son fils aîné de son vivant car il juge le principe monarchique suffisamment bien implanté pour se passer de cette précaution. Son arrière-petit-fils Philippe le Hardi est le premier à dater ses actes non de son sacre mais de la mort de son prédécesseur. Ainsi se trouve admise la continuité de l’autorité et du principe monarchique à travers les différents princes qui personnifient ce principe.

Ainsi la fonction royale se trouve en quelque sorte séparée des personnes qui l’exercent, aspect peu admis jusqu’alors, ou tout au moins peu connu, et qui consacre la fonction royale comme publique et permanente, à l’image de la société qu’elle régente. Les actes passés au cours d’une régence sont passés au nom du Roi “mineur”, en attendant son sacre à partir duquel il exercera la fonction royale. Ce sacre est renouvelé à chaque roi pour confirmer la persistance de l’autorité dans la même famille malgré le changement de génération.



La Loi de Masculinité.



Sous les Mérovingiens et les Carolingiens les femmes n’étaient déjà pas admises à la succession.

De 987 à 1316 le problème ne se pose pas aux Capétiens, car durant cette période l’aîné est systématiquement un mâle.

En 1316 Louis X meurt en laissant une fille, Jeanne, née d’un premier mariage, et une seconde épouse enceinte qui donna naissance à Jean Ier lequel mourut après quelques jours. Malgré certaines réticences, Philippe, comte de Poitiers, frère de Louis X se fit reconnaître Roi en 1317. Deux nouvelles lois fondamentales se dégagent à travers cette succession, qui précisent un peu mieux l’indépendance du pouvoir :

1-Lorsque un souverain n’a pas d’enfant mâle, le successeur est l’aîné des capétiens lui survivant, et ce aussi lointain que soit le degré de parenté. C’est ce que certains auteurs nomment la loi fondamentale de collatéralité que nous étudierons un peu plus loin. 2- Les femmes ne peuvent monter sur le trône, c’est la loi de masculinité.

En 1322 le problème se repose avec la mort sans héritier de Philippe V ; la solution adoptée est identique à celle qui prévalut en 1317. Charles IV troisième fils de Philippe le Bel et frère des deux Rois précédents accède au trône. En 1328 Charles IV meurt à son tour sans descendant direct : son plus proche parent est Edouard III d’Angleterre, fils d’Isabelle sœur du défunt monarque. Or, cette princesse ne pouvant pas hériter du trône de France, ne peut pas non plus transmettre ce droit; aussi est-ce Philippe de Valois cousin germain du Roi disparu qui lui succède. Cette manière de trancher la succession, respectant la logique née des cas cités plus haut, fut remise en cause en 1340 par le Roi d‘Angleterre qui n’y trouvait évidemment pas son intérêt. Ce sera la guerre de Cent Ans.

Le principal avantage de la loi de masculinité, est d’éviter les compétitions et guerres civiles qui ne manquent jamais de se produire autour du mariage de l’héritière d’un royaume. Une bonne illustration de cette tendance nous est fournie par le mariage d’Anne de Bretagne, dernière héritière du duché de Bretagne ; sa main fut convoitée par tous les souverains d’Europe, à main armée bien souvent, au détriment des populations. Pour la chance de cette région ce fut la France qui l’emporta. Il faut bien insister sur le fait que si Édouard III d’Angleterre fut exclu du trône c’est bien uniquement du fait de cette loi salique, et pas du tout à cause de la nationalité de ce Prince.

Effectivement, en appréciant les événements du quatorzième siècle avec un sentiment moderne de ce que sont alors la France et l’Angleterre, la nationalité peut être invoquée comme facteur influençant le rejet d’Edouard III. Mais ce n’est pas là une démarche d’historien digne de ce nom, toute analyse historique impliquant de se replacer dans le contexte de l’époque. Et c’est en se replaçant dans la mentalité du quatorzième siècle que nous pouvons affirmer sans hésiter que la nationalité n’est pas entrée en jeu, car la nationalité d’Edouard III si elle était étrangère, ne l’était pas plus que celle d’Henri IV qui, lui, est monté sur le trône. Effectivement en 1328, l’Angleterre est moins étrangère à la France que la Navarre en 1589.

En 1328 elle compte 10 fois moins d’habitants que la France, les fiefs les plus importants du roi anglais sont en France, et ce monarque y est d’ailleurs à ce titre vassal du Roi de France. La ville la plus importante de la brumeuse et peu attirante Albion est Bordeaux ! Un moine envoyé en mission en Angleterre par le roi de Perse crut son voyage achevé quant il atteignit cette dernière ville. En terme de possessions en France, de proximité avec le domaine royal, et surtout par sa proche parenté avec le roi défunt par sa mère, Edouard III était moins étranger qu’Henri IV. Et force est de reconnaître que ce qui a porté le pays à accepter celui-ci et à refuser celui-là, c’est la race, le nom, qui en France n’est transmis que par les hommes, non seulement au niveau des familles privées, mais aussi et surtout au niveau de la famille royale ; famille entièrement publique qui, précédant les familles privées, en fut le modèle pour ce caractère comme pour bien d’autres.

Ainsi en France, lorsqu’aucun enfant mâle ne vient assurer la suite d’une famille, le nom disparaît à jamais. Si une ou plusieurs filles relèvent le nom en question, la nouvelle famille n’en devient pas moins autre. Même si en adoptant un vieux nom elles en marquent le prestige et en assurent le souvenir, la mémoire collective le regardera toujours comme disparu. Lorsqu’une famille a plusieurs branches, si l’aînée de celle-ci disparaît, l’aînesse de la race passe à la branche qui la suit de plus près, aussi lointaine soit la parenté ; les filles pourront transmettre à leurs heureux conjoints toute leur fortune mais pas la race.








La Loi de Collatéralité

En 1328, la mort de Charles IV, troisième fils de Philippe le Bel, sans autre héritiers que des filles, ouvre une nouvelle crise successorale plus importante puisqu’elle déclenche, en 1340, la guerre de Cent Ans.

Qui doit-on choisir parmi les candidats mâles possibles ? Est-ce Edouard III d’Angleterre, neveu des trois derniers rois par sa mère Isabelle et, par conséquent, parent au troisième degré mais en ligne féminine ou bien Philippe de Valois, cousin germain du dernier roi, parent en ligne masculine mais au quatrième degré.

Isabelle, exclue comme toutes les filles de la succession royale, n’a jamais possédé le moindre titre à succéder. L’inexistence du titre entraîne l’inexistence d’une transmission. C’est donc à un collatéral par la ligne masculine qu’est revenue la Couronne. Philippe de Valois est devenu Philippe VI.

La Couronne est par conséquent dévolue, à l’infini, à l’aîné de la branche collatérale aînée, c’est-à dire celle qui se rattache au roi défunt par l’ancêtre le plus rapproché.

Cette dévolution en ligne collatérale jouera entre cousins parfois éloignés : en 1498, Louis XII est cousin de Charles VIII au cinquième degré ; en 1589, Henri IV est parent de Henri III au vingt et unième degré.

La coutume de masculinité précisée par celle de collatéralité permettra, au début du XVIIe siècle, à Antoine Loysel d’écrire : “En France, le royaume ne peut tomber en quenouille”.









 La Loi d’Indisponibilité

On a vu et compris dans le chapitre sur la loi de primogéniture mâle que la succession au trône repoussait toute considération de droit privé. C’est-à-dire que même le Roi n’est pas à l’origine de la désignation de son successeur, mais celui-ci est saisi par le droit public qui est supérieur à la volonté du souverain. La maison de Bourbon fait partie intégrante de l’institution dont elle est la clef de voûte. Cette personnalité morale acquise par le temps ne peut être diminuée par la personnalité physique qui la représente à un moment donné.

Cette indisponibilité a plusieurs conséquences sur l’exercice de la fonction royale : le Roi ne peut altérer le royaume dans sa “substance tant territoriale que juridique au détriment des prérogatives de ses successeurs”.  Il ne peut pas renoncer à la couronne pour lui-même et donc encore moins pour ses successeurs, comme le Parlement de Paris le rappela à François Ier captif à Madrid et soumis aux exigences de Charles Quint. De même les abdications de Charles X et du duc d’Angoulême en 1830 n’ont jamais eu aucune validité et leurs auteurs pas plus que leurs bénéficiaires ne les considérèrent comme valides. Enfin de nombreux royalistes se fixent sur les renonciations du traité d’Utrecht. Ecoutons Stéphane Rials, Jean Barbey et Frédéric Bluche à ce sujet avant de le développer plus profondément dans le chapitre sur l’orléanisme :



Aucune renonciation n’est valable au regard des lois fondamentales. Elles violent la coutume constitutionnelle émanant de l’ordre même du royaume. Cette renonciation a beau revêtir la forme de lettres patentes, ces lettres, royales, mêmes enregistrées au parlement, mêmes prises en raison de nécessités internationales, ne peuvent, ainsi que tout acte issu de la volonté législatrice du monarque, parce que de valeur juridique moindre, déroger aux lois fondamentales constitutives d’un ordre supérieur... Attenter à cette coutume serait attenter au statut de la couronne et ôter toute signification à la fonction publique. C’est faire perdre à la monarchie le bénéfice d’efforts séculaires qui lui ont permis, avec l’élaboration des lois fondamentales, de profiler d’abord, d’asseoir ensuite le concept juridique d’état...







Le Principe de Catholicité
Cet ultime principe a été précisé dans les difficiles années du conflit politico-religieux de la fin du XVIème siècle.
  En 1589, l’assassinat d’Henri III ouvre une nouvelle crise de succession.

Le successeur désigné par la coutume de masculinité est le chef de la maison de Bourbon qui descend de Robert, sixième fils de saint Louis, mais il est protestant. Henri III avait ajouté aux coutumes constitutionnelles en vigueur une nouvelle - mais l’était-elle vraiment ? - loi fondamentale. C’est la loi de catholicité, exceptionnellement écrite dans l’édit d’Union de juillet 1588.

Dès la mort d’Henri III, les ligueurs s’en autorisent pour proclamer roi, sous le nom de Charles X, le cardinal de Bourbon, violant ainsi le principe de primogéniture tandis qu’une grande partie de l’armée et de la noblesse reconnaît Henri de Navarre, violant ainsi le principe de catholicité. Ce qui n’était encore, de la part de la Ligue, qu’entorse grave à la «loi salique» devient bientôt violation flagrante : au décès du prétendu Charles X en 1590, faisant fi de certains Bourbons catholiques mais alliés politiques d’Henri de Navarre, elle présente la candidature de Claire-Isabelle, fille de Philippe II d’Espagne et petite-fille par sa mère de Henri II. Double violation de la coutume de masculinité, qui provoque la réaction du Parlement de Paris.

Aux termes de l’arrêt Lemaistre, rien ne peut être fait “au préjudice de la loi salique et autres lois fondamentales du royaume de France”. La réplique est d’autant plus forte qu’elle réaffirme dans ses débuts, et non moins nettement, la loi de catholicité. Le but de l’arrêt est politique. Il convient de rappeler le titre d’Henri de Navarre à succéder, tout en l’invitant à abjurer la Religion Réformée. On sait que ce dernier franchit le pas en juillet 1593.

L’Édit d’Union de 1588 ne proclame pas une loi nouvelle mais une règle latente depuis le baptême de Clovis et chaque fois rappelée, depuis les Carolingiens, dans la cérémonie du sacre.

Les rapports entre la loi de catholicité et la loi salique ne sont pas d’ordre conflictuel ou hiérarchique. En mentionnant l’une et l’autre sans établir de primauté, l’arrêt Lemaistre les considère comme également nécessaires et complémentaires. Ce point est important car de nombreux catholiques considèrent que la loi de catholicité est la plus importante ou la plus nécessaire des lois fondamentales.

Cette appréhension de la loi de catholicité cache un surnaturalisme dénoncé dans le chapitre sur la nécessité d’une bonne institution. En effet à force de dire que la loi de catholicité est la plus importante, on finit par penser qu’elle est la seule nécessaire, et alors, faute d’instruction en ce domaine, on admet les pires erreurs politiques. La loi de catholicité touche à un domaine plus élevé que les autres lois, mais elle n’est pas plus nécessaire.

Avant son abjuration, Henri IV n’en était pas moins le successeur légitime, même si la loi de catholicité lui interdisait d’être le roi légitime. A supposer que le Béarnais eût persévéré dans sa foi, la loi salique suffisait à interdire toute désignation d’un autre successeur. Cette situation aurait simplement rendu nécessaire l’établissement d’une régence d’attente ou d’absence.

En bref, la loi de succession désigne le roi de droit, mais celui-ci ne peut devenir roi d’exercice que sous condition suspensive de sa catholicité.

Trois compléments doivent être fournis, concernant la loi de catholicité.

Tout d’abord, si le roi doit être catholique, la question du contenu de sa foi relève de Dieu et de sa conscience seule. Tant qu’il ne porte pas atteinte aux grands édifices dogmatiques et institutionnels de l’Église, il n’appartient pas à celle-ci de remettre en cause la légitimité du roi. Les rois excommuniés n’en sont pas moins demeurés rois.

En second lieu, de l’avis des légistes anciens et modernes, la théorie statutaire s’oppose au droit canonique sur un point : elle n’admet pas la légitimation par mariage subséquent. On naît prince du sang, on ne le devient pas. Enfin, la loi de catholicité implique que le successible soit issu d’un mariage canoniquement valable.








III - Entre permanence et changement : naissance et évolution des institutions
   naissance

Après avoir étudié les lois fondamentales, il importe de savoir comment elles ont pu naître. Nous emprunterons à Bonald  un peu de sa clarté, pour introduire ce sujet difficile à traiter, surtout à notre époque. Bonald au début du dix-neuvième siècle disait : “la nature est la législation de Dieu, le temps est son mode d’expression” .



Joubert affirme la même chose : “Les gouvernements sont une chose qui s’établit de soi-même, ils se font et on ne les fait pas... les constitutions ont été, sont, et ne sauraient être que filles du temps”.



Effectivement, des lois constituant l’Ancien Régime, lesquelles peuvent être données comme résultant du choix des hommes ? Aucune. La construction de l’édifice social ne peut être assimilée à l’expression d’une quelconque volonté générale. C’est seulement après une longue application appelée coutume qu’un élément de la constitution arrive à être désigné comme loi fondamentale par les juristes.



Voici ce que nos ancêtres appelaient la coutume :

“...La coutume n’est pas une règle posée délibérément par une volonté législatrice - comme une ordonnance royale ou une loi moderne - mais une systématisation juridique spontanée de la vie et de la pensée collective... La coutume n’est pas déclarative d’un nouvel état de droit. Elle ne crée ni ne décrète des règles nouvelles. Au contraire, par les liens directs et immédiats qu’elle établit entre l’ordre des faits et l’ordre juridique, elle constate des pratiques répétées - parfois inconsciemment - à la faveur d’un précédent ; ce précédent la fait surgir au grand jour et cristallise sur elle l’opinion publique ; la coutume les fixe en leur donnant consistance juridique et formulation consciente”.

L’histoire des institutions d’ancien régime, et le fondement de leur prospérité, se résument dans ce comportement sage de nos ancêtres, cette soumission au droit naturel, qui seul permet à une société de s’établir, de passer de l’état natif à l’état naturel ; deux états que définit Bonald :

L’état sauvage de société est à l’état civilisé ce que l’enfance est à l’homme fait. L’état sauvage est l’état natif : donc il est faible et imparfait ; il se détruit ou se civilise. L’état civilisé est l’état développé, accompli, parfait, il est l’état naturel” .


On ne peut se contenter du mot obéissance pour qualifier le comportement de nos ancêtres vis-à-vis de leurs institutions. Ils sentaient si instinctivement leur bonheur lié à ces institutions (paternelles) qu’ils leur portaient une véritable affection. Attitude pour laquelle Bonald emploie et justifie le mot amour :

“En effet l’amour est le principe des sociétés constituées ou monarchiques ; parce que l’amour est le principe de conservation des êtres, et que la société constituée est une réunion d’êtres semblables pour la fin de leur conservation. Ainsi volonté générale du corps social, volonté essentiellement droite et conservatrice, agissant par l’amour : principe des sociétés constituées”.  Il faut bien préciser que par volonté générale Bonald sous-entend ici le droit naturel qui est commun à tous les hommes.

C’est le fait de savoir sa vie liée ici bas à la présence d’une autorité, et des institutions qui organisent la société sous ce pouvoir, qui est à l’origine de cet amour : il est logique que le sentiment de piété filiale qui anime les individus envers l’autorité se reporte également sur les institutions qui régissent l’ensemble des rapports sociaux.

Ces lois de la nature ou dérivées de la nature, s’expriment, s’appliquent, enfin parviennent à la connaissance des hommes avec le temps, et par les faits ordonnés et cohérents que celui-ci soumet à l’intelligence humaine…

Ceci explique pourquoi certaines institutions dites fondamentales ne sont pas apparues à l’origine des sociétés, mais tout au long de l’histoire. Elles ont formé peu à peu la constitution, ou institution d’un pays, sorte de droit canon qui définissait un champ au sein duquel la prudence et la liberté pouvaient s’exercer mais dont les limites ne devaient pas être franchies.

Ceci étant, il reste que ces lois dites fondamentales n’ont pas toujours été appliquées : parfois rejetées, ou même tout simplement écartées dans certains autres pays qui ne les ont jamais reconnues et qui existent pourtant toujours. Pourquoi ne pourrait-on pas s’en passer aujourd’hui nous aussi : il y a bien d’autres institutions qui ont disparu. Il y a bien une évolution naturelle de la société au cours de l’histoire : l’oublier serait faire preuve de passéisme.



Adaptation

Même si la présence des institutions dépasse la volonté humaine, l’intervention de l’homme est réelle néanmoins puisque la forme des institutions qui structurent la société entre la famille et l’état évolue dans le temps et dans l’espace.

Cette évolution dépend donc dans une certaine mesure de la volonté humaine, et c’est cette mesure qui nous intéresse ici. Pourquoi en effet certaines institutions disparaissent ’elles quand d’autres apparaissent ? A quels critères obéissent ces mutations ? Comment est-il possible de définir certaines lois comme fondamentales, immuables : mises en place par la volonté de l’homme, elles seraient pourtant indépendantes de sa volonté.

N’y a-t-il pas là un paradoxe ?

Les institutions mises en place puis maintenues ou supprimées au cours de l’histoire le sont pour

une cause précise puisque, comme dit saint Thomas, : “en toute chose qui ne naît pas du hasard, la forme est nécessairement la fin de l’action.”. Si la cause disparaît, l’institution perd sa raison d’être. Il est nécessaire de l’analyser pour ne pas faire durer ce qui doit disparaître. Si la cause demeure, il importe d’en avoir conscience également afin de ne pas faire disparaître ce qui doit durer. Il convient donc de distinguer si la cause qui est à l’origine d’une institution est susceptible de changement ou non, afin d’éviter un blocage ou une récession dans la réalisation du bien commun.

Ainsi les institutions liées aux conditions matérielles doivent évoluer de la même manière que ces conditions matérielles par lesquelles elles existent. Cette évolution se fait de manière progressive depuis le début de l’humanité parce que l’homme a reçu ce pouvoir sur la matière.

Il y a cependant des lois qui durent depuis le début de l’humanité dans toutes les civilisations, même les plus primitives : un meurtre est un meurtre depuis toujours, et réprimé comme tel. La soumission des enfants aux adultes en est une autre. Ces lois sont liées en effet à la nature de l’homme elle-même, à sa fin, sa cause. Elles ne peuvent changer que si l’homme change, si l’homme n’est plus homme. Or ce changement, s’il était voulu par l’homme, constituerait une tentative d’usurpation contre nature. C’est pour cela que ces lois n’ont jamais été remises en cause (ce qui n’empêche pas pour autant les meurtres, et les désobéissances, mais c’est un autre sujet.)

Ecoutons Bonald décrire cette situation et les vrais rapports des hommes avec l’institution :

“L’homme est libre dans un ordre de chose nécessaire ; il peut faire des lois d’administration, lois transitoires et qui règlent les actions privées ; en revanche, il ne peut faire des lois de constitution, lois fondamentales qui déclarent l’état naturel de la société et ne le font pas”.

Ces institutions liées à la nature humaine (interdiction du meurtre, soumission des enfants etc.) sont donc fondamentales pour la réalisation du bien commun : leur disparition entraîne nécessairement une régression, un mal. Il en va de même pour certaines institutions politiques : liées à la nature humaine directement, leur disparition est un malheur à éviter et leur retour toujours souhaitable. Il y a donc bien une évolution des institutions, un progrès. Mais il ne se fait pas au hasard : ce progrès a une cause finale.

C’est cette cause qui peut nous renseigner sur l’actualité d’une institution ou sur sa vétusté. Ces institutions que l’homme a mises en place au cours de l’histoire peuvent changer quand leur cause disparaît, mais quand la forme de l’institution est liée à l’homme lui-même, comme c’est la cas pour les lois fondamentales énumérées ci-dessus, la cause ne peut pas disparaître. Ce serait peu ou prou la disparition de l’homme lui même.

Le progrès dans le domaine des sciences physiques, de la médecine, de l’architecture, passe par la découverte de nouvelles lois, de nouvelles techniques, sur la base desquelles l’homme peut réaliser des choses de plus en plus performantes. Ainsi toutes les réalisations architecturales qui nous entourent n’existent que grâce à une connaissance approfondie de la résistance des matériaux… sans laquelle elles n’auraient pu voir le jour, ou se seraient écroulées rapidement.

Des sciences comme l’éducation, la morale, la politique, n’échappent pas à la règle.

Dans les sociétés primitives, les institutions sont assez rudimentaires parce que la structure du groupe humain est très réduite et très simple également. Avec le temps, la société croît, sa structure est plus importante, et les institutions évoluent également. Des origines à nos jours, il y a donc eu un progrès : dans le domaine politique comme en architecture ou en médecine. L’autorité patriarcale du roi et  du chef de famille s’exerce de manière différente : la justice, la diplomatie, la guerre, l’économie, la finance exigent la mise en place de nouvelles institutions.

Sous Saint Louis, la France était moins “ constituée ” que sous Louis XIV. L’institution, les lois fondamentales, si elles étaient indéniablement présentes en la personne du Roi , ( bien que peu connues ) étaient souvent malmenées par les grands qui se révoltaient. La France comptait en 1250 une multitude de fiefs, d’entités plus ou moins indépendantes, hérités des troubles du XIe siècle, souvent concurrents entre eux, parfois coalisés contre le Roi pour en contester l’autorité et mettre en avant leurs intérêts privés. Ce manque d’affirmation des institutions se traduisait par des troubles peu favorables à la paix. Sous Louis XIV les institutions s’imposent avec davantage de précision, de fermeté, à l’ensemble du pays, nul seigneur ne peut sur la base de ses terres contester l’autorité du roi, il s’ensuit une mécanique plus favorable à la paix intérieure. Personne, aucun penseur n’a conçu l’évolution des institutions qui sont restées les mêmes mais plus admises sous Louis XIV que sous saint Louis. Parce que la notion de progrès est indissociable de celle du temps comme cela a été vu précédemment, la vérité, que ce soit celle des institutions dans la science politique ou dans n’importe quelle autre science, ne peut être connue et appliquée que peu à peu. Mais le progrès enrichit, il ne détruit pas. C’est l’héritage de la tradition qu’il a fallu des siècles pour définir ; sa remise en cause serait non pas un progrès, mais une régression que nous ne pouvons souhaiter. Rejeter ces lois fondamentales issues de la nature humaine au nom du progrès est donc une absurdité, sauf à estimer que l’homme a changé de nature, auquel cas rien ne sert de vouloir restaurer un ordre lié à une nature humaine disparue : rejeter les lois fondamentales, c’est rejeter ce pour quoi elles ont été mises en place. Il faut donc choisir : soit l’on souhaite restaurer le bien commun lié à la nature humaine telle que l’admettait l’ancien régime, auquel cas il est nécessaire de restaurer et conserver ces institutions et lois fondamentales qui étaient liées à ce bien commun comme la cause à l’effet, soit l’on rejette les institutions et les lois fondamentales au nom du progrès, de la “réalité” du moment ou pour toute autre raison, et l’on rejette également le bien commun qui y est lié ainsi que la définition de la nature humaine dont était issu ce bien commun.

Qu’il y ait une évolution des institutions dites fondamentales ne peut être nié, mais il s’agit d’un enrichissement qui ne peut s’envisager par la destruction de ce qui a été acquis par l’expérience. C’est la distinction entre évolution et révolution qu’il est nécessaire d’opérer ici.

Ce n’est donc pas au nom du progrès que l’on pourra remettre en cause le rétablissement de ces lois, et encore moins au nom de la restauration du bien commun Très Chrétien. Vouloir édifier une société en rejetant ces lois qui assurent la transmission de l’autorité ou qui en précisent les caractères (absolue, paternelle etc…) au nom du progrès des transports, de la communication, de l’informatique, de la finance, de l’économie, est une erreur de raisonnement : ces institutions fondamentales ont une origine qui n’est pas liée aux progrès techniques quels qu’ils soient.

Ceci posé, les lieux et les temps ont vu naître et disparaître des sociétés et des pays divers parfois très éloignés de “nos” lois fondamentales.

Comment donc affirmer que ces lois fondamentales, liées à une nature humaine unique, universelle, sont indispensables à la réalisation du bien commun et reconnaître en même temps la très grande diversité des institutions qui ont régi les diverses sociétés au cours de l’histoire ? Soit ces lois sont indispensables, le bien commun ne peut être réalisé sans elles, ce qui revient à affirmer que les sociétés qui ne les ont pas connues n’ont pas connu le bien commun (ce qui est faux), soit ces sociétés ont pu réaliser le bien commun sans ces institutions, auquel cas elles ne sont pas indispensables : ce qui détruirait l’affirmation selon laquelle ces lois liées à une nature humaine unique sont nécessaires quelques soient les lieux et les époques. Il y a là un paradoxe.
  

 Multiplicité des Lois



La perfection n’est pas de ce monde, et on ne peut accorder à aucune société d’avoir eu une constitution parfaitement naturelle, c’est-à-dire parfaitement légitime ; de même qu’on ne peut dire qu’un homme a vécu parfaitement suivant les lois de sa nature et du décalogue, puisque même le plus grand des saints pèche soixante dix fois sept fois par jour.

Les sociétés se sont plus ou moins rapprochées du droit naturel dans leurs constitutions. On peut affirmer que leur degré de légitimité correspond au degré d’indépendance de leur constitution comme le remarque Bonald :

“Ainsi l’Espagne est moins constituée que la France, puisque de la loi fondamentale de la succession héréditaire, elle déduit la loi politique qui appelle les femmes à succéder, conséquence que j’ai prouvé n’être pas un rapport nécessaire dérivé de la nature des êtres, la Pologne est moins constituée que l’Espagne, parce que, de la loi fondamentale de l’unité du pouvoir, elle n’a pas déduit la loi politique de la succession héréditaire”.

Si les trois pays concernés par cet exemple, ont - entre autres - une loi fondamentale sur l’unité du pouvoir celle-ci se décline de manière plus ou moins précise d’un pays à l’autre. Présente à l’état brut en Pologne elle s’est améliorée en France, où cette unité se maintient dans le temps par l’hérédité. Cette diversité s’explique par deux phénomènes principaux : soit moral, c’est-à-dire lié aux hommes eux mêmes, à leur capacité à progresser dans la science politique avec plus ou moins de bonheur, soit matériel ou contingent, c’est-à-dire lié aux phénomènes physiques sur lesquels l’homme ne peut rien faire d’autre que de les supporter. On ne peut nier que la géographie ou le climat ait une influence.

Cet effet du temps varie selon des données matérielles : géographiques, climatiques, etc. Si les institutions sont aussi variées que le nombre des pays, il reste que la réalisation du bien commun observée est étroitement liée aux capacités dont le pays concerné a fait preuve dans son histoire pour se rapprocher ou s’éloigner des lois naturelles que nous avons nommées “fondamentales”.

La multiplicité des institutions n’infirme pas le principe des lois fondamentales, pas plus que le temps plus ou moins long pendant lequel elles ont été connues et appliquées. Même les sociétés actuelles, dont les dirigeants souhaitent tout sauf le bien commun scolastique, sont obligées d’admettre peu ou prou la nécessité de ces lois. Ainsi, la moitié des pays européens sont encore officiellement des monarchies. Officiellement, car en réalité la Hollande, l’Espagne et la Grande Bretagne... sont des oligarchies. Mais les oligarques apprécient la présence d’une “famille” royale qui donne dans une certaine mesure l’impression que le pouvoir est paternel et sacré : la cohésion du pays n’en est que renforcée. L’exemple de la Belgique est plus flagrant : seule la présence du monarque assure la très difficile cohésion entre les Flamands et les Wallons. La disparition de la monarchie entraînerait immédiatement l’éclatement du pays. Les deux peuples ne sont unis qu’au travers de cette autorité paternelle du roi. Même s’il s’agit ici aussi d’une oligarchie, la seule présence d’un être humain comme figure de l’autorité suffit pour produire l’unité, première nécessité pour la réalisation du bien commun. En France, où il n’y a plus de roi, le désintérêt pour la chose publique ne fait que croître.



Ce besoin inné de l’incarnation de l’autorité se retrouve d’ailleurs peu ou prou dans les acclamations des meetings électoraux, ou le pouvoir est assuré par un “secrétaire général”, un “président”, un chef quelconque, mais non par un comité exécutif. Encore plus que le FN, c’est Jean-Marie Le Pen qui est honni. Le PCF, c’est Robert Hue. Chaque parti est incarné par une “personne”. Il n’y a pas de parti sans “tête de liste”, et qu‘est-ce que cette “tête de liste”, sans pouvoir d’ailleurs, sinon une rémanence de ce besoin naturel qu’a l’être humain de voir, d’entendre, d’écouter, de connaître une autorité incarnée et non abstraite, une rémanence de lois fondamentales ?

Les lois fondamentales, si vilipendées, demeurent toujours peu ou prou : “chasser le naturel, il revient au galop” affirme le dicton. On le voit encore au travers de nos modernes institutions. Très peu sans doute, le moins possible évidemment : tout est orienté vers un bien commun qui ne connaît pas de nature humaine, pas d’autorité sacrée, absolue, paternelle, seulement une autorité rationnelle, mais rationnelle inversée, où la raison est au service des sentiments et des passions, où l’esprit est au service de la matière. Une autorité qui est le négatif de l’autorité d’ancien régime. Et malgré cela, cette Europe n’arrive pas à supprimer tous ces restes de lois “naturelles”. Il s’agit là bien sûr de l’archétype de la société qui ignore les lois fondamentales : il y a en fait entre l’ancien régime et la constitution des USA une multitude de constitutions différentes. Il y a même autant de constitutions que de sociétés politiques. Mais cette diversité ne remet pas en cause les lois fondamentales telles que nous nous attachons à les défendre : elle démontre, pour peu que l’on se donne la peine d’étudier “les faits qui jugent”, que la réalisation du bien commun est indissociable de la connaissance de ces lois. Que ce bien commun est assuré d’autant plus que ces lois sont admises.



_________________


Revenir en haut
PhilTheChouan
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2013
Messages: 18
Localisation: Paris
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Lun 21 Oct - 12:08 (2013)    Sujet du message: Le Manifeste Légitimiste Répondre en citant

Il y a aussi un manifeste légitimiste sur ViveLeRoy : http://www.viveleroy.fr/IMG/Documents/Manifestelegitimiste.pdf


Sont-ce les mêmes ?
_________________
La France du XXIIè siècle sera royale ou ne sera plus.

Twitter: @AvenirRoyal


Revenir en haut
Lastic
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2011
Messages: 1 466
Localisation: Duché de Bourbonnais
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Lun 21 Oct - 14:14 (2013)    Sujet du message: Le Manifeste Légitimiste Répondre en citant

Oui ce sont les mêmes.
_________________
Vera nobilitas virtute virescit - Droit quoiqu'il soit !


Revenir en haut
Sicambre
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2013
Messages: 138
Localisation: Hainaut français
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Ven 17 Jan - 19:13 (2014)    Sujet du message: Le Manifeste Légitimiste Répondre en citant

Chers amis,


voici que je termine la lecture du manifeste.
C'est qu'il m'a fallu du temps, et de temps je crois qu'il va m'en falloir pour le relire une seconde fois... C'est qu'il y a à boire et à manger, un repas intellectuel des plus raffiné et consistant!


Sincèrement je suis stupéfait de l'exacte justesse de cet ouvrage, mais par-delà, justesse de la pensée légitimiste. A plusieurs reprise je me suis surpris à dire que l'Esprit-Saint avait soufflé en majesté...
Je pensais, en début de lecture que mon esprit critique remettrait en cause tel ou tel aspect, tel ou tel principe. Or rien de cela, il n'y a rien à enlever, et rien à ajouter. J'ai l'intime conviction que la pensée légitimiste colle au plus près de ce que fut notre monarchie Très-chrétienne, et je me rends compte à quel point ses institutions étaient justes, équilibrées pour l'Amour de Dieu et le Salut des âmes.
Par ailleurs, au delà du simple aspect politique, l'aspect spirituel est aussi des plus éclatant, consacrant en France l'alliance du Trône et de l'Autel.


Je vous remercie infiniment pour cet ouvrage qui, si bon nombre s'en nourrissait, enverrait les foules dans les bras de la Sainte-Eglise et de la monarchie Très-chrétienne.


Dieu bénisse la France et le légitimisme!


PS: serait-il possible d'avoir connaissance des auteurs?
_________________
Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!


Revenir en haut
henri
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2014
Messages: 223
Localisation: SUD
Masculin

MessagePosté le: Jeu 23 Oct - 20:08 (2014)    Sujet du message: Le Manifeste Légitimiste Répondre en citant

Je ne me suis jamais posé la question, pardonnez-moi, d'avoir à légitimer mon légitimisme, merci d'éclairer tout cela .....
_________________
Dans l'attente de la Restauration !.


Revenir en haut
chighizola
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 11
Localisation: Sainte Gemmes sur Loire
Religion: catholique
Masculin

MessagePosté le: Ven 24 Oct - 08:31 (2014)    Sujet du message: Le Manifeste Légitimiste Répondre en citant

j'ai en possession ce livre que j'ai lu. C'est un livre remarquable issu d'un véritable travail.


Un livre de base  dont on doit approfondir les thèmes, sans cesse. 


Revenir en haut
Washie
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2011
Messages: 538
Localisation: BRETAGNE
Religion: CATHOLIQUE

MessagePosté le: Ven 24 Oct - 13:11 (2014)    Sujet du message: Le Manifeste Légitimiste Répondre en citant

Très bon livre qui aide les légitimistes dans leur quotidien. Je l'ai depuis longtemps.
_________________
Mon âme à Dieu, mon coeur au Roy !


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN Skype
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 612

MessagePosté le: Dim 15 Fév - 02:41 (2015)    Sujet du message: Le Manifeste Légitimiste Répondre en citant

A lire sans modération
_________________


Revenir en haut
Olivier2
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 14 Juil - 13:13 (2016)    Sujet du message: Le Manifeste Légitimiste Répondre en citant

Je n'ai pas réussi à lire ce manifeste légitimiste.
Je l'ai trouvé très lourd et indigeste dès le début, incompréhensible, tordu, très mal ordonné, c'est vraiment le souk, le bazar complet.
Je m'attendais à un exposé clair et bien dirigé avec un sommaire, un plan, et je suis tombé sur une thèse de doctorat en philosophie, théologie ou je ne sais quelle discipline d'érudit verbeux.
Existe t-il un autre exposé de la doctrine légitimiste à la portée des jeunes, comme un abrégé-compendium plus court et direct que ce pavé de béton armé?
Ce type de document ne devrait pas rebuter, décourager mais au contraire, soulever de l'enthousiasme et l'amour du Roy et du royaume, avec des mots simples, forts, profonds, universels, éloquents, édifiants.
Alors non, je regrette mais cette doctrine présentée ainsi ne passe pas du tout.
Je ne sais comment faire face à cette barrière du langage et de l'esprit.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:57 (2016)    Sujet du message: Le Manifeste Légitimiste

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> L'Union des Cercles Légitimistes de France -> UCLF Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com