Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Des milliards d’insectes modifiés génétiquement vont être di

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Sujets divers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
viveleroy
Vicomte

Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2012
Messages: 349
Localisation: Cher
Religion: Catholique traditionaliste
Masculin

MessagePosté le: Lun 11 Mar - 14:40 (2013)    Sujet du message: Des milliards d’insectes modifiés génétiquement vont être di Répondre en citant

Des milliards d’insectes modifiés génétiquement vont être disséminés dans les fruits et légumes  
L’organisation GeneWatch Royaume-Uni rejette le nouveau projet de règlement européen pour l’autorisation d’insectes, de poissons, d’animaux de fermes et domestiques génétiquement modifiés.

La firme britannique Oxitec a déjà fait parler d’elle avec ses essais de moustiques transgéniques dans les Iles Caïman et en Malaisie et dernièrement avec des lâchers à grande échelle au Brésil, avec le soutien des autorités de ce pays. Cette même firme travaille sur des papillons et mouches génétiquement modifiés. Si ce nouveau projet de règlement européen était approuvé, ce sont des milliards de chenilles et d’oeufs de papillons et insectes génétiquement modifiés qui pourraient se retrouver dans les fruits et légumes.

Les insectes ont été modifiés génétiquement afin que leurs chenilles meurent à l’intérieur des olives ou des tomates ou sur les feuilles des choux. La compagnie Oxitec prévoit de relâcher ses ravageurs modifiés génétiquement partout dans l’Union européenne afin qu’ils s’accouplent avec leurs congénères sauvages dans le but d’en réduire le nombre. Afin d’avoir un effet sur les populations sauvages, il faut procéder chaque semaines à de nouveaux lâchers d’insectes GM.
La menace est très sérieuse. Après les lâchers massifs de moustiques GM au Brésil dans des conditions qui ne peuvent qu’inquiéter, Oxitec pourrait être très bientôt actif en Espagne.

Un des principaux ravageurs pour les oliviers est la mouche de l’olivier (bactrocera olea). Chaque année les producteurs d’huile essayent de réduire la présence de ce ravageur par des épandages aériens et des mesures de contrôles au sol comme les phéromones.
Oxitec a déjà développé des mouches de l’olivier mâle qui sont modifiées génétiquement de façon que leurs descendants meurent.

L’ébauche de cadre, publiée pour consultation par l’EFSA, exclut spécifiquement tout test pour savoir si les insectes et chenilles modifiés génétiquement présentent un risque alimentaire.
Pour Helen Wallace : « Personne ne veut manger des chenilles GM mortes ou en train de mourir dans ses olives ou ses tomates. Et personne ne sait si les ravageurs GM qui sont encore vivants vont se retrouver dans le jardin ou dans le champ du paysan du coin. Ce que propose l’EFSA, c’est une partie de poker avec notre alimentation et l’environnement. »
GeneWatch Royaume-Uni a écrit à la Commission européenne pour dénoncer le rôle qu’Oxitec et Syngenta, le géant mondial des pesticides, jouent dans la rédaction des nouvelles règles, et pour poser la question de la compétence qu’a l’EFSA pour rédiger des lignes de conduite sur des problèmes qui ne sont pas de son domaine.
Syngenta a financé Oxitec pour développer des ravageurs agricoles GM et la majorité des cadres et des membres du conseil d’administration d’Oxitec sont des anciens de Syngenta. Lors de la consultation, GeneWatch a mis en évidence dans sa réponse, la manière dont les compagnies ont déformé l’ébauche de cadre pour favoriser les autorisations d’insectes GM à utilisation commerciale.

Toujours selon Mme Wallace : « Les compagnies qui espèrent gagner de l’argent en jouant avec la santé des gens et l’environnement, écrivent elles-mêmes leurs propres règles. A quoi sert une autorité de sécurité des aliments qui ne veut pas faire son travail ? »

Les points qui inquiètent GeneWatch sont les suivants :

- L’EFSA affirme que les risques alimentaires des insectes présents dans les aliments ont été abordés lors d’une précédente consultation qui en fait les a explicitement rejetés; – L’EFSA n’explique pas comment on pourrait empêcher des oeufs d’insectes ou de poissons GM de se retrouver au mauvais endroit et de nuire à l’environnement;
- L’EFSA a essayé de changer son domaine d’action et d’y inclure les prétendus « avantages » (réduction de l’usage des pesticides) : cela ne fait pas partie du rôle de l’EFSA dans la réglementation européenne. – L’environnement naturel va s’adapter aux lâchages d’insectes GM avec des réponses complexes qui ont été ignorées, alors que la réduction d’un ravageur par la méthode Oxitec peut rendre les problèmes avec un autre ravageur encore pires. – les impacts des insectes GM sur les maladies touchant humains et animaux sont très mal compris et n’ont pas été correctement pris en compte.

- L’EFSA a ignoré les risques qu’il y a à relâcher plus d’un type d’insecte GM dans une même zone les projets d’Oxitec de combiner les ravageurs GM avec les plantes GM comme méthode pour essayer de ralentir la progression de la résistance des ravageurs aux plantes insecticides GM (plantes Bt); – le lâchage de poissons GM pourrait avoir de graves conséquences pour les poissons sauvages et pour l’environnement; – on continue d’ignorer le fait que des animaux de ferme GM perdent spontanément leurs petits ou mettent bas des animaux déformés ou morts nés. La commercialisation des animaux GL passe avant le bien être animal.
Source : newspress.fr
_________________
Vive Dieu, Vive la France, Vive le Roi
http://vivejesus.unblog.fr


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 11 Mar - 14:40 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Mar 11 Fév - 22:13 (2014)    Sujet du message: Des milliards d’insectes modifiés génétiquement vont être di Répondre en citant

Gilles-Eric Séralini:Neuf des pesticides les plus vendus au monde seraient 1000 fois plus toxiques qu'on ne le pense. 

Désavoué par ses pairs, le professeur Gilles-Eric Séralini ne baisse pas les bas et n'en démord pas : les pesticides sont beaucoup plus toxiques qu'on veut bien nous le faire croire.

"Nous avons étendu les travaux que nous avions faits avec le Roundup et montré que les produits tels qu’ils étaient vendus aux jardiniers, aux agriculteurs, étaient de 2 à 1000 fois plus toxiques que les principes actifs qui sont les seuls à être testés in vivo à moyen et long terme", précise le professeur.


Le Roundup, le plus toxique
Le professeur a ainsi testé la toxicité de neuf pesticides parmi les plus utilisés dans le monde : trois herbicides (Roundup, Matin E1, Starane 200), trois insecticides (Pirimor G, Confidor, Polysect Ultra) et trois fongicides (Maronee, Opus, Eyetak).



Cette fois, contrairement à d'autres études qui ne testaient que les principes actifs de ces produits, le professeur Séralini a passé au crible les formulations employées (c'est-à-dire les principes actifs modifiés pour leur commercialisation). Les résultats font frémir : "8 formulations sont clairement en moyenne des centaines de fois plus toxiques que leur principe actif", écrit le chercheur. En cause, selon lui, les produits additifs, souvent considérés comme étant relativement bénins par les fabricants.
Le Roundup, qui faisait déjà l'objet de son étude précédente, serait le produit le plus toxique de tous alors qu'il était jusqu'ici considéré comme relativement fiable par la communauté scientifique. Perso: Le Roundup, dérivé de l'agent orange?...
_________________


Revenir en haut
nanabel
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 12 Mar 2013
Messages: 79
Localisation: nancy
Religion: catholique
Féminin

MessagePosté le: Mer 12 Fév - 17:37 (2014)    Sujet du message: Des milliards d’insectes modifiés génétiquement vont être di Répondre en citant

Dans les années 50, l'industrie apicole brésilienne décide d'augmenter brutalement sa production de miel.


On pourrait penser que l'industrie brésilienne a vu ses carnets de commandes exploser, l'obligeant à produire plus de miel pour répondre à une demande soudainement élevée. Il en était rien. La demande mondiale de miel n'a pas augmenté dans les années 50.


On pourrait alors de se dire, que de nouvelles applications ont été découvertes et qu'il fallait augmenter la production de miel pour créer de nouveaux produits. Là non plus, aucune application dérivée n'apparaît dans les années 50.


Alors pourquoi l'industrie apicole brésilienne décide t-elle soudainement d'augmenter sa production ?


Un gros investisseur ne peut pas investir sur les marchés internationaux tout seul. Il délègue ses investissements à un professionnel de l'import/export (société de trading) dont le rôle sera d'exécuter ses ordres et de le conseiller sur les meilleurs investissements. Dans les années 50 il n'existe aucune industrie apicole. Le miel n'étant pas coté en bourse, les apiculteurs vendent leurs productions aux coopératives locales qui se chargent de l'exporter aux industries du secteur alimentaire. Quand un produit n'est pas coté en bourse, son prix est définit par 2 critères : en premier la qualité et en second la demande.


Dans les années 50, les Etats-Unis et l'Europe sont en plein boum économique. Tout investissement est rentable, quel que soit le secteur, quelle que soit la demande. Il suffit de mettre un nouveau produit sur le marché boursier pour qu'il se vende comme des petits pains. Dans une explosion économique, les gros investisseurs cherchent la nouveauté, LE produit révolutionnaire qui va les enrichir plus que leurs concurrents. Or, à cette époque le plus gros concurrent des investisseurs yankees est l'investisseur européen. C'est dans cette course à l'innovation industrielle que le miel brésilien va intéresser quelques gros investisseurs américains.


Le miel européen est réputé comme étant le meilleur miel mondial. Les apiculteurs, essentiellement espagnols, italiens, suisses, français et un peu anglais échangent depuis de nombreuses années un savoir faire particulier. Contrairement aux apiculteurs sud-américains, ils pratiquent le nomadisme des ruches en symbiose avec l'agriculture locale. Ce qui fait du miel européen un produit d'exception et dont de prix élevé.


Les sociétés de trading cherchent en permanence des produits, peu coûteux à produire et à haute rentabilité, qu'ils pourraient proposer à leurs clients avides de profits. Le miel est libre de droit (c'est à dire qu'il n'appartient à aucune industrie cotée en bourse) est rentre parfaitement dans les critères exigés par leurs clients. Il s'agit donc, pour les intermédiaires boursiers américains, de convaincre leurs clients d'acheter les productions apicoles aux coopératives sud-américaines pour les revendre en masse sur le marché des matières premières. Pour faciliter les opérations de trading de grandes envergures, les traders ont inventé un moyen de regrouper leurs clients (intéressés pour investir dans un secteur commun) dans une entité qu'on appelle holding. Une holding est un groupement de portefeuilles boursiers (clients de la même société de trading) dont les investisseurs exercent des activités industrielles non concurrentielles. Ainsi la holding crée en 1956 par les traders de la JP Morgan (spécialiste des matières premières) permet aux industriels américains de s'emparer de la totalité de la production annuelle de miel brésilien pour un prix dérisoire. La vente massive sur le marché européen entraîne la chute des cours du miel. Les investisseurs yankees sont satisfaits et les traders obtiennent de fabuleux bonus. L'année suivante, de fortes intempéries touchent la production apicole brésilienne. La récolte de miel chute dangereusement au profit des apiculteurs européens qui pratiquent le nomadisme. Le cours du miel remonte en flèche. Au grand désarrois de son rival, le miel européen retrouve sa place de leader mondial.


En 1957, la guerre du miel est déclarée entre les traders européens et leurs rivaux américains. Pas question de perdre des super bonus ! Les traders londoniens ont des méthodes légèrement différentes de leurs concurrents yankees. Les holdings européennes bénéficient d'une arme redoutable que leurs adversaires outre-atlantique ne peuvent obtenir : l'appui de leurs gouvernements ! Le miel devient un enjeu de santé publique. Une grande campagne publicitaire, financée par les ministères, est lancée dans toute l'Europe pour promouvoir les propriétés médicinales extraordinaires du miel européen. Le miel devient un produit industriel à la mode. L'industrie alimentaire décline le produit sous toutes ses formes, la réclame crée l'offre et la ménagère, qui veut ce qu'il y a de mieux pour ses enfants, achète ce produit qu'elle croit nouveau.


Pendant ce temps, à New-York, le marché du miel s'effondre. Les industriels, qui ne s'avouent pas vaincus, réfléchissent au moyen de contourner les aléas climatiques brésiliens. Et comme aux Etats-Unis tout n'est qu'une question d'argent, la holding investit dans la recherche universitaire. Des équipes partent au Brésil étudier l'apiculture au microscope. Les parutions de leurs travaux apportent à la communauté scientifique internationale une meilleure connaissance des abeilles. Mais rien sur comment contourner les aléas climatiques, jusqu'à ce qu'une équipe canadienne apporte, malgré elle, la solution. Cette équipe étudie en Tanzanie, une abeille sauvage très particulière. Ses essaims peuvent compter plus de 2000 ouvrières pour une seule reine et produire une quantité phénoménale de miel. L'insecte a des aptitudes hors norme. Sa morphologie lui permet de résister aux maladies ET aux conditions climatiques. C'est tout ce qu'avaient besoin d'entendre les industriels. Malheureusement, l'importation des abeilles miraculeuses sur le territoire sud-américain est un échec. L'animal ne peut être domestiqué. Les scientifiques ont beau expliquer aux industriels qu'il a fallu des centaines d'années aux apiculteurs pour domestiquer l'abeille, les marchands n'entendent pas attendre des siècles les bons vouloir de l'animal. Ils veulent que ça rapporte tout de suite et ils ont le moyen de raccourcir le temps. L'abeille africaine sera croisée avec une abeille européenne. L'hybride, génétiquement modifié, sera appelé plus tard sous le nom d'abeille tueuse.


Lorsque les ressources autour de la ruche se raréfient, l'abeille tueuse n'hésite pas à abandonner la ruche pour coloniser des lieux plus propices. La colonisation d'une nouvelle ruche se fait par la fécondation en plein vol d'une reine domestique par un mâle hybride. Les œufs des reines tueuses éclosent une journée avant ceux des reines domestiques. Elles détruisent alors toutes les cellules royales de leurs rivales. Les apiculteurs assistent impuissants au remplacement de leur élevage d'abeilles domestiques par une population d'abeilles tueuses sans pouvoir enrailler le phénomène qui leur échappe.


L'abeille tueuse a colonisé tout le continent sud américain dans les années 60, le Mexique dans les années 80 et le sud des Etats-Unis dans les années 90. Les autorités gouvernementales n'ont trouvé à ce jour, aucune solution pour stopper la tueuse en série, qui supprime et remplace ses rivales.


L'industrie crée des OGM dans le seul but de gagner plus de pognon que ses concurrents, qui sont poussés à faire de même et ainsi de suite. C'est une folle escalade qui n'a pas de fin.


Mais a bien y regarder, les monstres industriels d'aujourd'hui sont également le résultat de manipulations génétiques, créés par les sociétés de trading. En mélangeant des portefeuilles d'investisseurs d'origines différentes dans des matrices de holdings, les traders ont créé des monstres financiers qui ont colonisé la planète et dont les gouvernements n'ont trouvé aucun remède pour stopper ces serials killers boursiers, qui suppriment et remplacent les économies rivales.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:28 (2016)    Sujet du message: Des milliards d’insectes modifiés génétiquement vont être di

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Sujets divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com