Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Opinion de Bismarck sur la République
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lastic
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2011
Messages: 1 466
Localisation: Duché de Bourbonnais
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Jeu 25 Avr - 11:10 (2013)    Sujet du message: Opinion de Bismarck sur la République Répondre en citant

 Est-on bien certain que cette lettre de Bismarck est authentique ?
_________________
Vera nobilitas virtute virescit - Droit quoiqu'il soit !


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 25 Avr - 11:10 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gilgalaad
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 166
Localisation: Crest-Drôme
Religion: Catholique traditionnel

MessagePosté le: Jeu 25 Avr - 12:19 (2013)    Sujet du message: Opinion de Bismarck sur la République Répondre en citant

La seule "source" que j'ai trouvé pour ma part remonte à un sénateur Français Gaudin de Vilaine ; Source: Instruction citée par GAUDIN DE VILAINE, au sénat, le 6 avril 1911, Journal Officiel du 7 avril 1911.

Avec un texte du même "gabarit" que celui donné par Henryk ;

Instruction de BISMARCK au comte Von ARNIM, ambassadeur à Paris, le 16 novembre 1871.


 « Nous devons enfin désirer le maintien de la République en France pour une deuxième raison qui est majeure : la France monarchique était et sera toujours catholique; sa politique lui donnait une grande influence en Europe, en Orient et jusqu'en Extrême-Orient. Un moyen de contrecarrer son influence au profit de la nôtre, c'est d'abaisser le catholicisme et la papauté qui en est la tête. Si nous pouvons atteindre ce but, la France est à jamais annihilée. La monarchie nous entraverait dans ces tentatives. La République nous aidera... J'entreprends contre l'Eglise catholique une guerre qui sera longue et, peut-être, terrible! On m'accusera de persécution et j'y serai peut-être conduit, mais il le faut pour achever d'abaisser la France et établir notre suprématie religieuse et diplomatique, comme notre suprématie militaire. Et bien! Je le répète : ici encore les républicains m'aideront ; ils joueront notre jeu ; ce que j'attaque par politique, ils l'attaquent par formalisme anti-religieux. Leur concours est assuré. Entretenez dans les feuilles radicales françaises à notre dévotion la peur de l'épouventail clérical, en faisant propager les calomnies ou les préjugés qui font naître cette peur... Faites aussi parler, dans ces feuilles, des dangers de la réaction..., des crimes de l'absolutisme, des empiètements du clergé. Ces balivernes ne manquent jamais leur effet sur la masse ignorante. Oui! Mettez tous vos soins à entretenir cet échange de services mutuels entre les républicains et la Prusse! C'est la France qui paiera les frais! ... »


Il y eut aussi (et je suppose que les sources furent trouvés ici) la découverte d'enregistrement, comptes-rendus de presse, correspondances privées, etc...
http://www.lexpress.fr/culture/la-voix-du-chancelier-bismarck-decouverte-sur-un-enregistrement-de-1889_1077980.html

et donc la voix de Bismarck : http://www.youtube.com/watch?v=czko31-6O8I

_________________
Pour Dieu, pour le Roy et pour la France !

Seigneur Dieu premier servi !


Revenir en haut
Michaël
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2013
Messages: 174
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Jeu 25 Avr - 21:21 (2013)    Sujet du message: Opinion de Bismarck sur la République Répondre en citant

Il n'a rien d'un Chrétien celui qui entreprend une guerre contre l'Eglise Corps Mystique du Seigneur.
Qui ose parler de suprématie "religieuse" ?
Quand il déclare la guerre à l'Eglise établie par Dieu.
N'a-t-il donc pas le même Dieu ? 
Il ne s'agit ici que de dictature militaire et politique. 

"La république l'y aidera" (nul besoin de lettre majuscule à cette abomination).
"par formalisme anti-religieux. Leur concours est assuré."


Aider l'ennemi, cela s'appelle de la haute trahison, et cela ne m'étonne pas. 
_________________
pour Dieu et pour le Roi de France héritier légitime.


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Ven 26 Avr - 07:33 (2013)    Sujet du message: Opinion de Bismarck sur la République Répondre en citant

L'on croirait entendre un empereur romain enflammé par sa propre autocratie prussienne, que Adulph reprendra pour son compte, quelques années plus tard.
Mikaël, Bismark fait de l'autosati faction, le reste n'est que de la poudre aux yeux pour le peuple Luthéro-calviniste (voir adepte d'Até) allemand, qui continue la lutte intestine contre les catholiques.
_________________


Revenir en haut
Lastic
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2011
Messages: 1 466
Localisation: Duché de Bourbonnais
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Ven 26 Avr - 12:04 (2013)    Sujet du message: Opinion de Bismarck sur la République Répondre en citant

Gilgalaad a écrit:
La seule "source" que j'ai trouvé pour ma part remonte à un sénateur Français Gaudin de Vilaine ; Source: Instruction citée par GAUDIN DE VILAINE, au sénat, le 6 avril 1911, Journal Officiel du 7 avril 1911.
J'ai vu cette mention sur tous les sites qui reproduisent ce texte. Cependant ce ne sont que des sites catholiques et/ou de droite et/ou royalistes, et comme souvent ils se reprennent les uns les autres...

Votre hypothèse est intéressante (j'avais entendu parler du fameux enregistrement). Le problème, c'est que les références de la source primaire ne sont pas précises, et je n'ai pas vu d'études historiques sur ce document en tout cas sur Internet.

Je ne conclus pas sur l'authenticité, j'en serai bien incapable, mais ce qui est sûr, c'est que l'analyse politique qui s'y trouve est d'une grande acuité, et par rapport à ce qu'on sait de la pensée de Bismarck, c'est plutôt réaliste.
_________________
Vera nobilitas virtute virescit - Droit quoiqu'il soit !


Revenir en haut
Gilgalaad
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 166
Localisation: Crest-Drôme
Religion: Catholique traditionnel

MessagePosté le: Ven 26 Avr - 14:43 (2013)    Sujet du message: Opinion de Bismarck sur la République Répondre en citant

Lastic a écrit:
Votre hypothèse est intéressante (j'avais entendu parler du fameux enregistrement). Le problème, c'est que les références de la source primaire ne sont pas précises, et je n'ai pas vu d'études historiques sur ce document en tout cas sur Internet.

Il en est de même pour moi, et je ne sais pas dans quel lieu peuvent être archivé ces documents qui sont mis en avant au sénat ou à l'assemblée, mais souvent les archives embarrassantes sont mises dans des coins "perdus".
_________________
Pour Dieu, pour le Roy et pour la France !

Seigneur Dieu premier servi !


Revenir en haut
REQUETE CARLISTE
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2011
Messages: 1 150
Localisation: Provence
Religion: catholique romain FSSPX
Masculin

MessagePosté le: Ven 26 Avr - 21:24 (2013)    Sujet du message: Opinion de Bismarck sur la République Répondre en citant

GAUDIN de VILLAINE AdrienAncien sénateur de la Manche
 


  • Ancien sénateur de la 
    IIIe République





Election
  • Elu le 7 janvier 1906
  • Réélu le 11 janvier 1920
  • Réélu le 6 janvier 1924
  • Fin de mandat le 28 mai 1930 ( Décédé )

Extraits de la table nominative :
1906 à 1908 , 1909 à 1911 , 1912 à 1914 , 1915 à 1917 , 1918 à 1920 , 1921 ,1922 , 1923 , 1924 à 1926 , 1927 , 1928 , 1929 , 1930

Biographie
avant 1889 (Extrait du «Robert et Cougny») 
1889-1940 (Extrait du «Jean Jolly»)


avant 1889
GAUDIN DE VILLAINE (ADRIEN-PAUL-MARIE-SYLVAIN), député de 1885 à 1889, né au château de Boisferrand (Manche) le 12 décembre 1852, fils d'un général, se présenta à l'Ecole de Saint-Cyr en 1870 ; mais l'invasion s'opposant à la réunion de l'Ecole, il s'engagea au 5e bataillon de chasseurs à pied et prit part aux opérations de l'armée de la Loire. Promu sous-lieutenant le 2 décembre 1870, il fut nommé lieutenant quelques semaines après et attaché à l'état-major du général Bruat. La paix faite, le lieutenant Gaudin de Villaine se trouva à Paris lors du 18 mars 1871, avec le général Chanzy ; il fut arrêté par la garde nationale de la Commune, enfermé au secret à la prison de la Santé, puis relâché au bout de peu de temps. Démissionnaire comme officier à la fin de 1875, M. Gaudin de Villaine vint habiter l'arrondissement de Mortain, et devint conseiller municipal en 1877 ; maire de Saint-Jean depuis 1881, il fut nommé, le 12 août 1883, conseiller général du canton de Mortain, et porté, le 4 octobre 1885, sur la liste conservatrice de la Manche, fut élu, le 6e sur 8, député de ce département par 57,249 voix (109,795 votants, 139,724 inscrits). Il s'assit à droite, prit plusieurs fois la parole, interpella (12 février 1886) le ministre de la guerre, général Boulanger, sur le déplacement d'une brigade de cavalerie soupçonnée de tendances réactionnaires, et, lors de la discussion de la loi militaire (juin 1887), défendit le service militaire de trois ans. Il vota constamment avec les conservateurs contre les divers ministères républicains de la législature et interpella (7 mars 1889) le cabinet au sujet du canal de Panama, dans le but de sauvegarder les intérêts des porteurs de titres. M. Rouvier, ministre des Finances, ayant déclaré ne pas vouloir intervenir, l'ordre du jour pur et simple fut voté, par 344 voix contre 185. Dans la dernière session, M. Gaudin de Villaine s'est prononcé contre le rétablissement du scrufin d'arrondissement (11 février 1889), pour l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution, contre les poursuites contre trois députés membres de la Ligne despatriotes, contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse,contre les poursuites contre le général Boulanger. 
Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Robert et Cougny (1889)


1889-1940
GAUDIN DE VILLAINE (ADRIEN, PAUL, MARIE, SYLVAIN), né le 12 décembre 1852 à Moulines (Manche), mort le 28 mai 1930 à Cannes (Alpes-Maritimes). 
Député de la Manche de 1885 à 1889. 
Sénateur de la Manche de 1906 à 1930. 
(Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. III, p. 134.) 
En 1906, la mort de Jules Labiche ouvrit les portes de la Haute Assemblée à Gaudin de Villaine qui fut alors élu sénateur de la Manche, le 7 janvier, au troisième tour, par 639 voix sur 1.163 votants. Il devait le rester jusqu'à sa mort. 
Il siégea à droite pendant vingt-cinq années et se montra, au Sénat, comme jadis à la Chambre des députés, adversaire résolu du régime républicain. Il fit successivement partie de presque toutes les grandes commissions : finances, affaires étrangères, armées, enseignement, administration générale. 
Dès 1906 il intervint activement dans les travaux du Sénat. II se déclara hostile à la juridiction de la Haute Cour, à cette juridiction « que l'expérience du passé, dit-il, n'est pas faite pour justifier ». Puis il proposa au Sénat de réformer ses méthodes de travail en nommant certaines commissions pour trois ans et lui demanda de « prendre les initiatives dont la Chambre se montrait incapable ». Il participa aux discussions budgétaires et, à propos du budget des Beaux-arts, demanda au gouvernement de protéger le site du Mont Saint-Michel. Il en reparlera souvent au cours des discussions budgétaires. 
Une de ses préoccupations était la politique coloniale de la France. « Je n'ai jamais été partisan de notre expansion coloniale en dehors du bassin de la Méditerranée... tous les peuples continentaux qui ont sacrifié aux colonies en sont sortis diminués, appauvris, quelquefois ruinés. » 
Pendant la Grande guerre, l'activité parlementaire de Gaudin de Villaine ne se ralentit pas. Il interpelle longuement le gouvernement sur l'espionnage allemand en France et à Paris et lui reproche de tolérer un honteux trafic de permis de séjour. En 1918, Gaudin de Villaine demande, en vain, à interpeller le gouvernement a sur la situation faite à l'épargne française créancière de l'Etat russe » ; il critique âprement son attitude envers les porteurs de titres russes ainsi que les grandes banques qu'il appelle les pirates de l'épargne française ». 
Réélu le 11 janvier 1920, au premier tour, par 737 voix sur 1.137 votants, il se préoccupe alors toujours de la politique à l'égard de la Russie, de la santé de Paris envahi par les réfugiés d'Orient. En 1922, il intervient de nouveau en faveur des épargnants français détenteurs de valeurs russes. A propos d'un projet de loi sur les spéculations illicites, il dépose un contre-projet prévoyant la « répression impitoyable de tous les scandales de spéculation et d'accaparement ». 
En 1924, il est réélu sénateur de la Manche, le 6 janvier, par 749 voix sur 1.148 votants. 
En 1929, il participe à la discussion du projet de réorganisation judiciaire. Ce sera sa dernière grande intervention. Très diminue par la maladie, il ne fera plus au Luxembourg que de rares apparitions jusqu'à sa mort, survenue le 28 mai 1930, à Cannes, dans sa 78eannée. 
Adrien Gaudin de Villaine avait publié en 1916 L'espionnage allemand en France en 1918, Choses de Russie, puis Le Fou du roi. 
Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)






Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.
Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

 

_________________
POUR DIEU, LA PATRIE ET LE ROI



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Léandre de Brisaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 428
Localisation: Bugey Blanc
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Jeu 16 Mai - 22:36 (2013)    Sujet du message: Opinion de Bismarck sur la République Répondre en citant

Une édition datée de 1874 de cette fameuse lettre de Bismarck :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5456557q/f2.image
_________________
«Être ouvert à son temps, ce n’est pas en accepter benoîtement les dérives et les propositions contre
nature.» Louis XX, le 31 mai 2015


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:51 (2016)    Sujet du message: Opinion de Bismarck sur la République

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com