Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Mouvements des pastoureaux sous St Louis

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Jeu 23 Mai - 19:27 (2013)    Sujet du message: Mouvements des pastoureaux sous St Louis Répondre en citant

Solicité par un arien, qui fustigea les foules, et nommé actuellement "Croisade des pastouriaux" par des auteurs contingentés de la république, ce mouvement était dans son essence, voué a renversé le trône de France. 
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 23 Mai - 19:27 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
REQUETE CARLISTE
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2011
Messages: 1 150
Localisation: Provence
Religion: catholique romain FSSPX
Masculin

MessagePosté le: Ven 24 Mai - 22:33 (2013)    Sujet du message: Mouvements des pastoureaux sous St Louis Répondre en citant



Ce qu'on en dit dans Wikipédia....


La croisade des Pastoureaux est le nom porté par deux insurrections populaires qui font partie des croisades populaires initiées sans l'appui des puissants et même souvent contre eux. Ces croisades datent de 1251 et de 1320.
Origine [modifier

Lors de la septième croisadeLouis IX de France (Saint Louis) prend Mansourah. Mais son armée, victime d'une épidémie de peste ou, selon les dernières recherches, de dysenterie, de typhus et de scorbut1, s'y trouve prise au piège. Saint Louis est fait prisonnier avec deux de ses frères en 1250. Cette nouvelle, quand elle parvient en Occident, provoque incrédulité et révolte. Comment un roi très pieux a-t-il pu être abandonné de Dieu ?
La réponse vient de prédicateurs populaires, en particulier un certain Job, ou Jacob ou Jacques, moine hongrois de l'ordre de Cîteaux. Ce moine charismatique, nommé le « maître de Hongrie », prétend avoir reçu de la Vierge Marie une lettre affirmant que les puissants, les riches et les orgueilleux ne pourront jamais reprendre Jérusalem, mais que seuls y parviendront les pauvres, les humbles, les bergers, dont il doit être le guide. L’orgueil de la chevalerie, dit la lettre, a déplu à Dieu.
À l'époque, le terme « pastoureaux » désignait les bergers, il donna son nom à cette croisade.
Déroulement [modifier]
L'appel solennel aurait eu lieu pour Pâques 1251. Des milliers de bergers et de paysans prennent la croix, et marchent vers Paris, armés de haches, de couteaux et de bâtons. Ils sont 30 000 à Amiens, peut-être 50 000 à Paris, où Blanche de Castille les reçoit. Dans un premier temps elle donne son appui. Mais le mouvement est trop dangereux sur le plan social et religieux pour être accepté par les puissants : il accuse abbés et prélats de cupidité et d'orgueil, et s'en prend même à la Chevalerie, accusée de mépriser les pauvres et de tirer profit de la croisade.
Des conflits s’ensuivent avec le clergé dans plusieurs villes (RouenOrléansTours). À Bourges, les pastoureaux s'en prennent aussi aux juifs, et sont réprimés par les forces royales. Lorsque les villes ne veulent pas les nourrir, des pillages ont lieu en France, par exemple à Bordeaux, où Simon V de Montfort réprime les Pastouraux.
Le mouvement s'étend en Rhénanie et dans le nord de l'Italie. La répression est de plus en plus féroce et seuls quelques rescapés parviennent jusqu'à Marseille et s'embarquent pour Acre, où ils rejoignent les croisés.
La seconde croisade des Pastoureaux [modifier]


Pastoureaux assiégeant une ville
 
 

On retrouve le terme Pastoureaux lors de la révolte des Pastoureaux de 1320, aussi connue sous le nom de seconde croisade des Pastoureaux.
À la suite d’un pèlerinage au Mont-Saint-Michel, des groupes de Miquelets, essentiellement de jeunes paysans du nord de la France, s’étaient organisés pour partir en croisade. Ce sont les Pastoureaux. Ce vaste mouvement populaire est soutenu par les prêches enflammés d’unbénédictin apostat et d’un prêtre interdit pour sa conduite, qui les ont convaincus de l’urgence du « Saint Voyage » pour aller combattre les infidèles. Par bandes entières, ces Pastoureaux convergent vers Paris où ils entrent le 3 mai 13203. Cinq jours plus tard, averti de ce mouvement incontrôlé et subversif, Jean XXII lance l’excommunication contre tous ceux qui se croisent sans l’autorisation pontificale.
Après quelques pogroms, ils se laissent convaincre de quitter Paris recrutant sur leur passage de nouveaux adeptes. Au début du mois de juin, les Pastoureaux traversèrent laSaintonge et le Périgord, qu’ils dévastent et pillent. De plus en plus nombreux, ils entrent enGuyenne. Arrivés dans l’Agenais, ils se divisent en deux groupes. Le premier traverse lesPyrénées par le chemin de Saint-Jacques pour continuer ses massacres en EspagneN 1. Le second groupe remonta la vallée de la Garonne massacrant cagotsN 2 et Juifs.


Juifs portant la rouelle condamnés au bûcher
 
 

Mis au courant du carnage, Pierre Raymond de Comminges, que Jean XXII venait de nommer archevêque de Toulouse, écrit au pape pour lui demander aide et conseil. Le pape accuse alors le roi de France d’irresponsabilité et s’étonne, auprès de son légat Gaucelme de Jean, « que la prévoyance royale ait négligé de réprimer les excès et le pernicieux exemple des Pastoureaux, qu’on devrait plutôt appeler loups, rapaces et homicides, dont les procédés offensent gravement la Majesté Divine, déshonorant le pouvoir royal et préparant, pour tout le royaume, des dangers inexprimables si on ne les arrête pas ».
Ce qui n’empêche point, le 25 juin, les Pastoureaux de s’en prendre aux Juifs d’Albi et de Toulouse. Quatre jours plus tard, ils sont aux portes de Carcassonne où l’armée royale les attend. Placée sous le commandement d’Aimeric de Cros, le Sénéchal du Languedoc, elle a le soutien des troupes du jeune Gaston II de Foix-Béarn, alors âgé de douze ans. Les Pastoureaux sont écrasés.
Les rescapés du massacre s’enfuient vers la région de Narbonne. Les consuls, avertis par leSénéchal, mettent leur cité en état de défenseN 3. Le pape écrit à l’archevêque Bernard de Fargues pour qu’il fasse de même. Les routes et les cols sont barrés et l’on pend systématiquement les chemineaux, les fuyards et tout ce qui ressemblait de près ou de loin à un Pastoureau. Bref il n’en resta plus un seul en Languedoc à l’automne 1320N 4.
_________________
POUR DIEU, LA PATRIE ET LE ROI



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:39 (2016)    Sujet du message: Mouvements des pastoureaux sous St Louis

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com