Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Des partis et élections en "République"
Aller à la page: <  1, 2, 353, 54, 5568, 69, 70  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Politique Française
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 608

MessagePosté le: Lun 26 Jan - 19:14 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

La gauche caviar « surfe » donc sur ce mécontentement contre les institutions de répression et se présente comme l’alternative jacobine. Le grand capital financier a donc imaginé une supercherie. Carte blanche et financement ont été donnés à la gauche bourgeoise pour qu’elle s’unisse et qu’elle s’organise pour remporter l’élection et s’offrir la mainmise sur l’État dont on s’est assuré au préalable qu’il (les sortants) ne le détruira pas, et qu’il fera fonctionner selon la légalité du droit bourgeois.


Un leader des nouveaux élus, ayant bien appris sa leçon, annone le refrain que voici : « La victoire décisive de SYRIZA aux élections grecques peut mettre un terme aux politiques des mémorandums et à l’austérité, et déclencher des évolutions dans l’ensemble de l’Europe. Le 25 janvier, la peur changera enfin de camp : elle sera dans le camp de l’adversaire, des néolibéraux fondamentalistes, qui ont transformé la Grèce et les autres pays (Portugal, Irlande, Italie, Grèce et Espagne) en laboratoires économiques absurdes et barbares ».




Voici ce que dirai un prince grec:



Je ne veux exclure de ma présence que ces hommes dont la renommée est un sujet de douleur pour la Grèce, et d'effroi pour l'Europe. Dans la trame qu'ils ont ourdie, j’aperçois beaucoup de mes sujets égarés et quelques coupables.

Je promets, de pardonner aux grecs égarés tout ce qui s'est passé depuis le jour où j'ai quitté Athènes, au milieu de tant de larmes, jusqu'au jour où je suis rentré dans le Péloponnèse, au milieu de tant d'acclamations.




Mais la bourse de mes enfants coule par une trahison dont les annales du monde moderne n'offrent pas d'exemple. Cette trahison a appelé l'étranger dans le cœur de la Grèce. Chaque jour me révèle un désastre nouveau. Je dois donc, pour la dignité de mon trône, pour l'intérêt de mes peuples, pour le repos de l'Europe, lutter contre les instigateurs et les auteurs de cette trame horrible qui s'avance.
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 26 Jan - 19:14 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Camisard
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2012
Messages: 119

MessagePosté le: Lun 26 Jan - 20:36 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

FLF_BZH a écrit:
Une nouvelle chose "amusante": le FN juge bonne la victoire de l'"extrême-gauche"en Grèce, et c'est loin d'être la seule chez nous:

Citation:
 Marine Le Pen s'est aussi réjouie de la victoire du parti de la gauche radicale grecque Syriza aux élections législatives, y voyant l'expression d'une liberté confisquée selon elle aux peuples par l'Union européenne. « Je me réjouis de la gifle démocratique monstrueuse que le peuple grec vient d'administrer à l'Union européenne », a dit la présidente du Front national sur RTL.




http://www.ouest-france.fr/syriza-quand-la-classe-politique-sapproprie-la-v…


 dans le canard enchainé de la semaine dernière, il est dit que Aymeric Chauprades est désavoué par MLP car les dirigeants de ce parti cherchent à capter une partie de l’électorat musulman


C'est sur que lorsque Chauprade affirme que" l' islam est un danger pour la France" ça peut bloquer des électeurs musulmans dragués par le front national Mr. Green


résumons: le FN n'est pas contre le mariage homo, il considère que les musulmans sont ses électeurs potentiels, il est pour un état tout puissant qui s'occupe de tout et il est contre toute forme de libéralisme économique et bien sur il est republicain


Quelle est la différence avec l'autre front, celui de melenchon ? Rouge bonnet et brun bonnet


Revenir en haut
Minervalis
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2012
Messages: 229
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Lun 26 Jan - 21:47 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

En république, tout est une question de "créneau" et de "positionnement"....

Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Jeu 29 Jan - 18:23 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

Le Nationalisme bras séculier de la Franc-maçonnerie.

Et il n'est pas difficile de le démontrer clairement en quelques mots. Le Nationalisme est l'un des premiers outils politiques que va utiliser la Franc-maçonnerie en 1789 pour renverser le Roi de France, lieu-tenant de Dieu sur terre. C'est au nom de la Nation, libre, souveraine, indépendante, dégagée de l'autorité royale que les révolutionnaires vont décréter la "patrie en danger", et en profiter pour condamner le Roi. C'est cette idée nouvelle de la Nation qui va donner naissance au nationalisme..

Il n'y a donc aucune raison de s'étonner de la présence avérée de franc-maçons dans les partis politiques de sensibilité nationaliste, comme maître Gilbert Collard par exemple au Front National.. Et même dans les groupuscules qui se revendiquent de cette mouvance.
Devant l'incertitude et les hésitations du système actuel, il ne fait aucune doute que celui-ci préférera mettre en place au sommet de l'état, ceux sur lesquels il s'est appuyé dès ses origines, plutôt que de voir restaurer la France (réelle) sur le socle de ses racines traditionnelles.
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
henri
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2014
Messages: 223
Localisation: SUD
Masculin

MessagePosté le: Jeu 29 Jan - 21:46 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

Le nationalisme n'est qu'un outil dont l'action dépend de ceux qui le manient : pourquoi les Rois de France se battirent-ils contre l'Anglais ? ..... Pas pour de simples querelles dynastiques mais pour l'intérêt de la France !. Que les sans-culottes et autres poissardes révolutionnaires aient ensuite vibré au son du clairon et du canon "national" ne change rien au fait que la France des Provinces n'est pas pour le Roi la "province de france", mais aussi un peuple dans sa continuité historique, et cela s'appelle une "Nation" !.
_________________
Dans l'attente de la Restauration !.


Revenir en haut
Minervalis
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2012
Messages: 229
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Jeu 29 Jan - 22:15 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

Certes, Henri; mais si les rois de France ont défendu le royaume contre les attaques étrangères c'était pour la survie de celui-ci en tant que tel; alors que les révolutionnaires se sont servis du nationalisme pour affermir leur main-mise sur le pays, quelquefois dans des poses si ridicules qu'ils ont acheté leurs victoires, comme à Valmy, tout en prétendant "la patrie" en danger... Voilà en tout cas comment je vois les choses.

Revenir en haut
Rodolphe von Thierstein
Les Chevaliers de la Couronne et de la Foi

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2011
Messages: 720
Localisation: Duché de Bourbonnais
Religion: Chrétien catholique
Masculin

MessagePosté le: Ven 30 Jan - 00:43 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

henri a écrit:
Le nationalisme n'est qu'un outil dont l'action dépend de ceux qui le manient : pourquoi les Rois de France se battirent-ils contre l'Anglais ? ..... Pas pour de simples querelles dynastiques mais pour l'intérêt de la France !. Que les sans-culottes et autres poissardes révolutionnaires aient ensuite vibré au son du clairon et du canon "national" ne change rien au fait que la France des Provinces n'est pas pour le Roi la "province de france", mais aussi un peuple dans sa continuité historique, et cela s'appelle une "Nation" !.



Il faut préciser tout de même que le nationalisme n'est pas un outil, mais une doctrine, une idéologie. Il ne se résume pas à défendre son pays (ou ses intérêts), et se distingue du patriotisme, qui lui est tout à fait sain. C'est la croyance en la Nation en tant qu'entité, avec sa Génèse, son historiographie, ses Mystères et surtout son destin, formée par les membres d'une communauté donnée. Si le nationalisme peut éventuellement s'accoutumer à l'idée d'un roi pour mener la Nation vers son destin, à condition qu'il respecte le "caractère" inné de celle-ci (d'où un lien puissant entre nationalisme et orléanisme, les Orléans sont réputés bons français...), la royauté ne saurait quant à elle s'accoutumer du nationalisme, parce qu'il revient finalement à l'idée folle d'une déesse-nation qui la conditionnerait. On sait tous pourtant bien ici que la nation n'est qu'un accident de l'histoire, c'est évident : dès lors comment peut-on placer un accident au-dessus de tout, au point d'en faire une entité mystique ? C'est absurde. C'est finalement une sorte d'idolâtrie.

Les nationalistes, qui se disent souvent contre-révolutionnaires, oublient bien vite je trouve les racines profondes de leur courant : les "Lumières". Au vu de ce qui est dit plus haut, on comprend dès lors aisément pourquoi Louis XVI a été guillotiné pour avoir trahi la Nation, qui venait récemment d'embrasser son destin : celui d'être la Nation de la Liberté.

Le fait que les Valois aient défendu la France, n'a rien à voir avec le nationalisme, qui n'existait d'ailleurs pas, mais avec le devoir le plus élémentaire qu'un Roi doit à ses peuples et à la Couronne de ses Pères. Continuons sur la Guerre de Cent Ans.
Les Français se sont battus pendant la Guerre de Cent Ans (enfin pas tous précisons tout de même, loin de là, c'était surtout une guerre civile...), parce que l'Anglais menaçait leurs terres, leurs femmes, leurs enfants, ce qu'on appelle la Petite Patrie, et parce qu'ils ont reconnu la Couronne de France comme leur protectrice et comme l'Etat dont ils étaient redevables. Je ne crois pas me tromper en disant qu'il n'y avait pas de "souffle national" à l'époque, seulement des populations désespérées qui se sont défendues, les Français n'avaient pas la pré-science d'un quelconque destin extraordinaire, même si ils se sont mis à détester les Anglais (c'est compréhensible), ni même de former un "tout mystique". On voit que le nationalisme se base sur un fantasme, une adoration de ce qui n'est qu'un phénomène, le patriotisme sur une réaction naturelle.

De même Jeanne d'Arc, grande icône nationaliste, n'avait pas non plus pour mission première de "bouter l'Anglois hors de France", selon l'expression consacrée, sinon elle aurait échoué (prise de Calais en 1558), mais bien de faire valoir les droits de Charles VII sur la Couronne, et de le sacrer, et c'est mission accomplie.
Le reste c'est du romantisme.
_________________
Plus fideli quam vitae- Défiance et Fidélité.


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 608

MessagePosté le: Ven 30 Jan - 06:34 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

Le martyre des deux Saintes Jeanne au XV siècle, n'as pas était suivi de faits.

Les principaux acteurs européens se sont éloignés de Dieu, après leurs martyrs, alors que tout était payé par le sang.

Trois fléaux arrivent: Le protestantisme dans la perte de la Foi de son Altesse Henri VIII, L'Islam aux portes de Vienne, les billevesées des princes catholiques pour l'Empire, sans parler de la redoutable mise en place de la renaissance française.


Les quatre cartes, archétypes de la révolution, dont le nationalisme jacobin ( les extrêmes) se revendique aujourd'hui, sont Catherine de Médicis(républicaine morte en 1589), Sully, père de l'Europe Palatine, Richelieu et Mazarin, enchanteurs de la lutte des classes.(voir Richelieu, le destructeur de donjons, et Mazarin, semeur de zizanie pour la Fronde, et raquetteurs publics, dont les élus actuels sont les dignes fils spirituels).
_________________


Revenir en haut
FLF_BZH
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2012
Messages: 1 757
Localisation: Dugeleh Breih — Duché de Bretagne
Masculin

MessagePosté le: Sam 31 Jan - 17:13 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

Le blogue est inactif depuis 19 mois maintenant, ce qui montre bien la fragilité d'une entreprise isolée de ce genre.
_________________
http://www.royalistesbretons.fr/


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Sam 31 Jan - 20:08 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

FLF_BZH a écrit:

Le blogue est inactif depuis 19 mois maintenant, ce qui montre bien la fragilité d'une entreprise isolée de ce genre.

Effectivement, nous savons combien il est difficile de faire prospérer la légitimité en travaillant en réseau. Alors seul, forcément celui qui se lance dans cette entreprise, termine par céder très rapidement au découragement..
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 608

MessagePosté le: Dim 1 Fév - 07:54 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

  Pierre- Francois Ghisoni semble passer par la Charte de Fontevrault pour parler de L'UCLF et de la Gazette royale.
_________________


Revenir en haut
FLF_BZH
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2012
Messages: 1 757
Localisation: Dugeleh Breih — Duché de Bretagne
Masculin

MessagePosté le: Mar 3 Fév - 12:03 (2015)    Sujet du message: Duel PS-FN en Franche-Comté Répondre en citant

Ce n'est pas le premier du genre. Lors des législatives partielles d'avant-hier, pour remplacer Muscovici, c'est ce résultat-ci qui est apparu. Une affaire qui, une fois de plus, embarrasse naturellement l'UMP.
Voyez ici par exemple:

http://www.ouest-france.fr/legislative-partielle-dans-le-doubs-le-fn-et-le-…
_________________
http://www.royalistesbretons.fr/


Revenir en haut
henri
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2014
Messages: 223
Localisation: SUD
Masculin

MessagePosté le: Mar 3 Fév - 21:40 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

Je ne vote pas, mais j'entends tellement parler de "république" dans le camp du PS et de l'UMP que je ne peux pas m'empêcher de me réjouir de leur déroute !.
_________________
Dans l'attente de la Restauration !.


Revenir en haut
REQUETE CARLISTE
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2011
Messages: 1 150
Localisation: Provence
Religion: catholique romain FSSPX
Masculin

MessagePosté le: Mar 3 Fév - 23:29 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

Malheureusement ceux qui viennent jouer les troubles fêtes dans le cirque républicain le sont tout autant qu'eux.....
_________________
POUR DIEU, LA PATRIE ET LE ROI



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 608

MessagePosté le: Mer 4 Fév - 00:22 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

La démocratie par les partis est une servitude et une aliénation. Le peuple y est déclaré souverain, comme un joker électoral, mais il l’est si peu qu’il ne lui est pas permis de renoncer à cette prétendue souveraineté et de la rendre à qui de droit, à Dieu, au roi, à un chef providentiel. Le Malin avance par bonds contradictoires, mais le jeu qu’il mène est d’une effroyable logique.



Après avoir poussé les élites à secouer le joug des nations et empires séculaires, France, Russie Autriche, au nom du droit sacré à l’autonomie hors de laquelle il n’y aurait ni bonheur ni salut pour personne, le voilà qui les convainc de renoncer à leur souveraineté pour remettre leur sort à de gigantesques organisations mondiales et pour se fondre dans de grands ensembles internationaux hors desquels on les persuade qu’ils ne peuvent survivre !


Livré à la démocratie, il ne peut s’en délivrer ! C’est bien la preuve que cette souveraineté n’est qu’un faux-semblant. Ceux qui veillent sur sa perpétuation, sont ses nouveaux maîtres, occultes profiteurs d’un régime qui fonctionne si bien pour eux qu’ils ne permettent point qu’on en change. L'évolution la conduit d’un haut idéal de salut public à une abjecte servitude sous la coupe du pire et des pires.


Au départ, le nouveau pouvoir se promet de gouverner par la vertu, d’être incorruptible et généreux : la « République pure et dure  » ! Mais un gouvernement constitué comme tel, ne peut assumer l’impopularité. Ce qu’il impose de rigueurs d’un côté, il doit le compenser de l’autre par des facilités. La surenchère libre des partis qui aspirent au pouvoir contraint celui qui en dispose, à flatter les passions du grand nombre, comme les grimaces des chefs de parti, et à tomber finalement au niveau du Bas-Empire romain : Panem et Circenses, où nous sommes rendus. Du pain et des jeux. Quand un peuple en est là, le barbare n’est pas loin, prêt au massacre.



Quel jeu intéressant ! quels émois ! quelle succession presque ininterrompue de coups de théâtre présente la vie d’une élection macro-présidentielle ou mini-cipale ! Tout le peuple y participe activement en constituant des partis qui représentent ses convictions les plus chères, en choisissant parmi les programmes des candidats celui qui répond le mieux à ses idées et à ses volontés.



Au Parlement parisien ou de village, tout se discute au grand jour, comme dans le village gaulois, en de magnifiques et clairs discours par lesquels le peuple voit bien comment il est gouverné, par la zizanie, voit très mal comment il peut vivre aisément.(L'urne ou la bourse) Au nom de quels principes et de quels intérêts sont prises les grandes décisions de l’État? Si celui-ci commet quelque faute, sur-le-champ, aux élections suivantes, le gouvernement est renversé par l’opposition C'est automatique ks) et de nouvelles élections permettent de former un nouveau gouvernement, plus sage et plus juste. Le croira qui voudra… car l'amoureux de la démocratie est aveugle.



Ce régime de liberté manipulée exige, en effet, un mécanisme électoral. Ceux qui le détiennent sont maîtres du pouvoir apparemment populaire mais en réalité oligarchique. Or, qui peut orienter, canaliser et finalement s’approprier le flot tumultueux des bulletins de vote de l’opinion démocratique ?



Ceux qui peuvent créer des partis, réunir des états-majors, présenter des candidats, tenir la presse, créer des mouvements de masse, tenir des assemblées, agiter la rue… Seuls le peuvent ceux qui ont de l’argent, et qui l’investissent dans cette industrie électorale convaincus de pouvoir y réaliser une excellente opération, en dominant l’État, en occupant toutes les places et mettant en coupe réglée le patrimoine national. La ploutocratie achète les gens de presse et de tribune, fait élire ses candidats et dès lors gouverne au nom du peuple souverain pour son profit exclusif.



La gauche jusqu’à l’extrême gauche, représente une volonté populaire résolument, religieusement démocratique, mais éprise de justice et d’égalité, très soucieuse de voir organiser idéalement la liberté sacrée ! Elle fait confiance à l’État républicain pour assagir l’arbitraire populaire et faire coïncider les volontés, la Volonté du peuple, avec l’intérêt de la nation, le désordre avec l’ordre, la démocratie avec l’autorité de l’État. Tel est le socialisme, dont la fausse position est criante, mais qui rassure l’opinion peu encline aux grandes, aux ruineuses, aux sanglantes aventures révolutionnaires.


La droite jusqu’à l’extrême droite, représente une volonté plus conservatrice que révolutionnaire, plus oligarchique que démocratique. Réaliste ! Elle met au-dessus de la volonté populaire la conservation de l’ordre, la sauvegarde des biens matériels et spirituels que la Révolution compromet. Démocrate pour accéder au pouvoir, la droite est autoritaire dans son gouvernement et, dans les temps de crise, volontiers césarienne. Démocrate mais autoritaire, libérale mais conservatrice, elle veut que le pays se gouverne lui-même mais, pour mieux le dominer, en fonction de ses propres intérêts.






Toutes les manières de concilier l’exercice réel de l’autorité politique avec la délégation démocratique du pouvoir aux gouvernants ont été essayées et la manière de gouverner en 1830, 1848, 1852, 1870, 1945,  depuis 1789. Ces constitutions sont des essais politiques, comme on essaye un médicament sur un cobaye.



Sous quelque régime que ce soit, la contradiction de l’autorité qui s’exerce de haut en bas, de l’un sur le multiple, et de la démocratie le dénominateur commun  qui veut à toute force la déléguer de bas en haut, de la foule souveraine aux gouvernants ses mandataires, produit le choc de deux forces, conventionnellement dites de droite et de gauche, armées chacune de leur principe, pleines d’arrière-pensées, d’accusations, d’implications métaphysiques et religieuses.
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:52 (2016)    Sujet du message: Des partis et élections en "République"

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Politique Française Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 353, 54, 5568, 69, 70  >
Page 54 sur 70

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com