Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Des partis et élections en "République"
Aller à la page: <  1, 2, 355, 56, 5768, 69, 70  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Politique Française
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
henri
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2014
Messages: 223
Localisation: SUD
Masculin

MessagePosté le: Ven 13 Mar - 19:41 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

Mais comme tous ces gens pour essayer de trouver une plateforme commune n'ont rien trouvé d'autre que "la république", sarko espère couper l'herbe sous les pieds des autres en s'emparant directement de ce qu'il estime être le plus grand commun multiple : le voici qui incarne à lui tout seul la "république" montée sur talonnettes : ça ne vole pas très haut (sauf dans les poches des contribuables !). 
_________________
Dans l'attente de la Restauration !.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 13 Mar - 19:41 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
propatria
Vicomte

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2012
Messages: 370
Localisation: Limousin
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Sam 14 Mar - 10:02 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

En fait et en simplifiant ,cette division droite gauche nous viens de la création de la 1ère internationale,1ère internationale qui était composée d'ouvriers dans un esprit de réforme et non pas de lutte de classe au fil du temps cette première internationale a été infiltrée par le socialisme marxiste qui lui prônait la lutte des classes ,la bourgeoisie qui était favorable au début aux réformes en ce qui concerne les ouvriers préconisait aussi ces réformes pour le monde ouvrier (n'oublions pas la loi le chapelier 1791 qui interdit toute coalition ouvrière ).A l'époque de LOUIS BLANC la 1ère internationale infiltrée qui prônait la lutte de classe fit peur à la BOURGEOISIE qui se cabra et empêcha toute réforme ,comme les socialistes d'ailleurs (ce qui correspondait à leur commerce )d'où cette cassure droite gauche .Aujourd'hui les choses ont changées le socialisme a rallié le capitaliste ( je vous laisse le soin d'en trouvé la raison ).
_________________
« La Contre-révolution ne doit pas être une révolution contraire, mais le contraire de la Révolution. »


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Washie
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2011
Messages: 538
Localisation: BRETAGNE
Religion: CATHOLIQUE

MessagePosté le: Sam 14 Mar - 10:10 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

Very Happy Il croit vraiment que cela va arranger sa politique ? je suis morte de rire ! et républicain en plus.... Laughing
_________________
Mon âme à Dieu, mon coeur au Roy !


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN Skype
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 611

MessagePosté le: Sam 14 Mar - 20:24 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

Comment en serait-il autrement des prophéties républicaines étalées par nos premiers ministres successifs? Quoi que nous fassions, que nous le voulons ou que nous ne le voulons pas, ne sommes-nous pas les enfants de la même patrie, et tous les grands intérêts de cette patrie ne sont-ils pas les nôtres? Peut-elle être abaissée, sans que nous ayons part à ses abaissements; glorifiée sans que nous participions à sa gloire?



Quand elle est affligée, c'est en nous qu'elle est affligée, comme un corps l'est dans ses membres. Nous portons le deuil, et les stigmates économiques de toutes ses pertes, nous saignons par toutes ses blessures, nous mourrions de sa mort, et ceux qui conspirent la ruine de leur patrie même, dans nos conspirateurs élus, sont aussi insensés que coupables et ajoutent les folies d'un suicide personnel au crime d'un parricide public.
Mais cette accusation prend un caractère d'invraisemblance encore plus marqué, quand elle s'adresse aux royalistes dont le symbole politique est le principe familial.



On peut le dire, la France, et qui a été son expression la plus forte et la plus énergique au dehors; sans ajouter encore que, tenant à la patrie par le sol dont ils sont en grande partie propriétaires, les royalistes souffriraient, plus que d'autres, de l'asservissement du territoire. C'est un principe qu'il faut garder l'héritage à l'héritier, et l'on ne comprend pas comment ceux qui ont foi dans cette personnification d'un peuple dans une race et d'une race dans un homme, seraient disposés à sacrifier l'unité et la personnalité royales, qui sont plus vivantes dans leurs doctrines que partout ailleurs.

En principe, les royalistes ne sauraient donc être le parti de l'étranger, comme le parti à deux têtes actuel qui étripe la France, par cela seul qu'ils sont royalistes, et, sans les préoccupations suscitées par les passions politiques et les ténèbres que la calomnie s'entend à répandre sur les questions les plus claires, toute démonstration serait superflue.

Être royaliste, c'est vouloir la condition la plus puissante de l'unité et de l'indépendance royale, condition dont la perpétuité est garantie par la transmission régulière du gouvernement , de génération en génération, dans une même famille, de sorte que jamais les ambitions du dehors ne trouvent de brèche ouverte pour s'introduire dans les affaires intérieures. Aussi voit-on que, dès que l'indépendance nationale est menacée, par les Anglais, au temps de Jean-le-Bon et Charles VI ; par les Espagnols, sous Charles-Quint, Philippe Il et les rois de la maison d'Autriche, elle s'appuie sur l'institution royale et sur les royalistes. Les règnes de Philippe Le Bel, Charles V, Charles VII, Louis XI et  Henri IV; le règne de Louis XIV témoignent, d'une manière éclatante, de cette vérité.



Le Roi! Sait-on bien le sens qu'a cette magnifique appellation, et par conséquent les raisons qui dominent la conduite de ceux qu'on appelle les royalistes? Le Roi, c'est une société faite homme ; son intérêt, c'est l'intérêt de la France; l'honneur royal est son honneur; les malheurs publics sont pour lui des malheurs personnels; il grandit et décline, souffre et se réjouit, s'élève et s'abaisse avec le royaume; car il est le Roi.

Il supporte les adversités communes; il a la gloire des succès et la responsabilité des revers. Il parle, la voix d'une Patrie toute entière retentit dans sa voix; il tire de son fourreau huit cent mille épées; quand il a donné sa parole, la parole de trente millions d'hommes est engagée; son inimitié, c'est la guerre; son amitié, c'est la paix dans le drapeau blanc si souvent mal brandi ; un seul de ses pas retentit profondément dans la situation, car c'est le pas d'un peuple; il est la tête et le bras du Royaume, il est le Roi.



Mais il n'est pas la haine incessante de vociférateurs haineux de calculateurs de partis sous la presse électorale, soldant la dette du mandat, à chaque passation de pouvoir. Maitre qui change souvent de valet, ne voit pas plus loin que son nez.

_________________


Revenir en haut
henri
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2014
Messages: 223
Localisation: SUD
Masculin

MessagePosté le: Dim 15 Mar - 14:50 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

Une fois de plus, il faut rappeler les bases de ce qu'est (ou doit être) une société équilibrée ! Le "Tiers-Etat" ne doit pas, contrairement à une certaine propagande, être considéré comme "le Parti bourgeois", mais comme celui du "Monde du Travail", dans lequel la notion de "classe" n'existe pas, mais uniquement celle de "corporations" ! . Il existe des différences de niveau social, culturel, etc ... dans tous les ordres : cela participe d'une diversité inévitable, et cette constatation n'implique nullement une absence d'entraide ou de fraternité (bien ordonnée), c'est même le socle d'une préoccupation essentielle, qui s'exprime par la charité et la solidarité. La république en voulant détruire cet équilibre a créé la haine, la jalousie, la cupidité (en tout cas a favorisé cela) : c'est une raison essentielle pour exiger le retour à une Monarchie légitime, sanctifiée par l'Histoire de notre Pays, au fil des siècles ! ; la république c'est le désordre, la misère, et la perversité.   
_________________
Dans l'attente de la Restauration !.


Revenir en haut
DFR49
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2015
Messages: 41
Localisation: Angers
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Sam 21 Mar - 18:20 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

Personnellement je n'irai pas voter, mais cela de manière assez exceptionnelle car je prend toujours un malin plaisir, soit à laisser une petite surprise dans l'enveloppe (un petit mot rappelant la présence royaliste en France) ou soit à donner ma voix à un troisième partie... persuadé (sûrement à tort je ne sais) que le système bipartite dans lequel nous vivons ne peut que s'effondrer si trois parties viennent à se taper dessus Laughing Okay
Quand à l'amende... La loi n'a pas vraiment l'air d'exister... Et puis si ils voulaient l'appliquer réellement, ils récolteraient beaucoup d'argent du fait que les départementales sont les élections les plus anti démocratiques au possible avec plus de 50% d'abstention... Mais bon nos dirigeants sont encore persuadés d'être aimé par plus de la majorité des français... Mort de Rire
_________________
Pour Dieu, La France, Le Roi et tout cela dans la province du Maine et Loire


Revenir en haut
FLF_BZH
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2012
Messages: 1 758
Localisation: Dugeleh Breih — Duché de Bretagne
Masculin

MessagePosté le: Sam 21 Mar - 22:41 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

Attention de donner sa voix même à un "troisième" parti, peu importe la raison, ça ne fait que cautionner ces élections diaboliques. Vaut mieux toujours rester chez soi ou faire autre chose pour occuper son dimanche, sinon ça peut créer des habitudes mauvaises et on peut finir à croire à y trouver du bon dans cet océan de perversité, ça peut être un risque.
Pour l'amende, je confirme, ça n'existe pas, mais la menace est présente.
Je dirais que presque toutes les élections sont antidémocratiques car ce n'est qu'écran de fumée. Lesdites élections européennes sont peut-être celles qui voient l'abstention la plus forte globalement, même s'il y a aussi je crois le cas des législatives où le taux est élevé également.
_________________
http://www.royalistesbretons.fr/


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 611

MessagePosté le: Dim 22 Mar - 02:15 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

1)Mon intention n'est pas de renouveler les haines.  Hélas ! elles n'ont que trop duré ! Mais souvenons-nous, qu'il ne faut jamais confier les rênes de l'Etat aux hommes qui ne sont pas nés pour régner. La sagesse de ce conseil nous est démontrée jusqu'à l'évidence, depuis 1789 et 1830.




2) Deux systèmes se partagent le monde : le Droit divin et la Souveraineté du peuple. Chacune de ces deux thèses est soutenue par un illustre champion et un champion de l'illusion : Bossuet et Rousseau.


Monseigneur Bossuet, dans sa Politique tirée de l'Écriture, défendant la cause de la monarchie du Droit divin, affirme que « Dieu donne à tous les peuples, leurs rois. »
Cet enseignement est auguste et noble. De Bonald, de Maistre et autres grands génies appartiennent à cette grande école. Ici, on se trompe un peu, sans doute, mais on erre en bonne et noble compagnie.




3)Les bases fondamentales du suffrage politique sont la liberté et l'intelligence. L'électeur doit être libre ; il doit encore savoir pour qui et pourquoi il vote. Or, dans les conditions où se trouve le peuple français , l'électeur est-il libre? Oui. Est-il assez intelligent pour voter validement ? Non. Avec son instruction si incomplète et son éducation politique si imparfaite, les électeurs manquent d'une intelligence suffisante pour que leur vote soit valide.
4)Le suffrage universel est le principe fondamental de tout gouvernement légitime; il est d'institution divine. Voilà pourquoi son abus est une monstruosité ; car la corruption de l'excellent est la pire de toutes les corruptions : corruptio optimi pessima. Tel qu'il s'exerce aujourd'hui, il est un mensonge pour la France et un péril pour la société entière. Oui maintenant, le vote populaire est une armée sans discipline aboutissant infailliblement à des désastres sociaux. Et les électeurs libres des penser dans l'isoloir, ne sont ques des adeptes du suffrage unisersel



5)Le suffrage universel est l'arbitre suprême des destinées de la République. Demain, peut-être, il disposera du sort du monde tout entier jusque dans les plus petits recoins poussiéreux. Or, il ne faudrait pas que cette précieuse conquête du progrès politique, qui doit être partout l'instrument de salut pour les sociétés modernes, en devînt la cause légale d'une ruine assurée. Il faut donc l'assujettir immédiatement à la loi que réclame impérieusement la situation de la France, qui se trouve à la veille de choisir son gouvernement définitif.

Donc, on doit recourir à la double catégorie que j'indique , si l'on ne veut pas que les élections soient nulles de plein droit ou stupides au suprême degré, et le peuple toujours une machine, mais une machine infernale modulable, suivant les républiques ou les votes, censitaires ou universels!



6)Qu'on ne vienne pas me dire que nous vivons sous un régime de liberté, de fraternité , d'égalité. Le maire de la place est mon frère, je l'admets ; comme moi la nature l'a créé libre, je l'accorde encore. Mais est-il mon égal politiquement? Mille fois non. Et de même que je ne suis nullement son pareil pour cirer les de bottes de ses supérieurs, de même, il m'est très inférieur quand il s'agit faire un plan simple de gestion forestière.









7)Les avocats, appuyant la réthorique des promesses électorales, oubliant que le roi est mort par leur votes, sont comme ces sophistes antiques, qui disaient blanc et noir , qui plaidaient le pour et le contre. Leur intelligence est un assemblage harmonieux et régulier de calculs d'honoraires , de paradoxes et de scepticisme ; jamais leur esprit ne rencontra le point fixe où se trouve l'équilibre stable. Leur existence n'est qu'un tissu serré de paroles brillantes ; pour eux mourir n'est pas cesser de vivre , mais finir de parler. Aussi, les rencontre-t-on toujours dans les rangs de l'opposition systématique, parce que sur ces bancs siège en permanence l'occasion facile de pérorer sans cesse, habitude chronique qui devient chez eux une seconde nature.




8)La France a fait cinq fois a fait l'essai de la république , en 93, en 48 et 1870, 1945 et 1958. Or, toujours ces épreuves ont été infructueuses ; jamais les efforts accomplis pour l'établir n'ont pu aboutir. Les quatre premières sont mortes, la cinquième agonise, que dis-je, elle périra elle aussi ; car si nous avons encore le mot, nous n'avons déjà plus la chose. Comment donc se fait-il que cet édifice de corruption dont la base est si large, dont les lignes sont si épurées, ne puisse se tenir debout sur le sol de ma patrie, sans montrer à chaque seconde les épouvantails royaux sur lequels elle se tient à califourchon?




9)Premièrement et finalement, la république est le drapeau du passe-droit. En effet, toujours et partout la canaille est ou du moins se dit républicaine , et quand la vile multitude de tous les partis qui se partagent le pays veut se lancer dans la politique elle arbore le drapeau rouge ou tricolore de la république parisienne. Ce qui fait dire à nos ennemis que tous les républicains ne sont pas de la canaille, mais que toute la racaille est républicaine.





_________________


Revenir en haut
Minervalis
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2012
Messages: 229
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Dim 22 Mar - 19:49 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

On n'a pas assez insisté sur le sens réel que présente l'innovation majeur de cette élection: l'insigne stupidité que constitue l'instauration d'une parité homme/femme obligatoire.

Ecartons d'abord les remarques évidentes: Bien entendu, cette idiotie est une manoeuvre de la part d'une formation politique majoritaire pour rendre plus difficile la constitution d'une liste aux plus petits partis ! Evidemment, cette ânerie est produite par le clientèlisme propre au système démocratique! Certes, il s'agit là d'un des derniers avatars de la rage infantile du principe si détestable et si funeste d'Egalité!

Mais personne ne semble avoir remarqué que c'est là le signe qui montre précisément que la république est à bout de souffle, et qu'elle en est réduite, pour maintenir une apparence de vie, à adopter des expédients qui vont à l'encontre de ses propres principes et qui vont participer à la détruire de l'intérieur!

En effet, la république repose, comme on ne le sait que trop, sur la fiction de la représentation du peuple par le moyen du vote; et cette fiction, qui apparaît précisément au peuple comme de moins en moins vraisemblable, impose que le peuple est représenté dans son entier par n'importe quel élu.

Comprenez-vous ? Qu'il soit homme, femme, blanc, noir, myope, unijambiste ou autre, chaque français est représenté par n'importe lequel de ses élus. C'est cette fiction qui permet de clamer haut et fort qu'une mesure prise à une voix de majorité est prise par le peuple tout entier.

Or, cette instauration d'un "binôme" a pour but express d'imposer des élus de sexe féminin dans les assemblées départementales (pour commencer). Quelle qu'en soit la raison, ce diktat est déjà par lui-même en contradiction avec la fiction de la représentation du peuple, comme on vient de le voir. Mais si l'on creuse un peu, c'est encore pire, car il est pris pour l'aveu, ou le nouveau credo, que l'on ne peut être représenté que par quelqu'un qui a le maximum de points communs avec vous.

Pour l'instant, les hommes seront donc représentés par les hommes et les femmes par les femmes (Sinon, il n'y aurait pas besoin de parité!). Mais pourquoi s'arrêter là ? En effet, cette demi-mesure, qui a pourtant été prise au nom de la tarte à la crème de la république, l'Egalité, porte atteinte par son inaccomplissement, à l'égalité entre citoyens: dans une république vraiment démocratique et égalitaire, ce n'est pas un binôme qu'il faudrait, mais un véritable polynôme: un hétérosexuel blanc, un hétérosexuel noir, un hétérosexuel jaune, un hétérosexuel rouge, un homosexuel blanc, un homosexuel noir, un homosexuel jaune, un homosexuel rouge, une hétérosexuelle blanche, une hétérosexuelle noire, une hétérosexuelle jaune, une hétérosexuelle rouge, une homosexuelle blanche, une homosexuelle noire, une homosexuelle jaune, une homosexuelle rouge, un transsexuel blanc, un transsexuel noir, un transsexuel jaune, un transsexuel rouge, une transsexuelle blanche, une transsexuelle noire, une transsexuelle jaune, une transsexuelle rouge, etc... (la liste est sans fin, toujours à compléter, parce qu'elle repose sur un principe absurde)

Non seulement cette liste ne peut que croître, mais la logique veut qu'une fois que les "représentants" seront au maximum calqués sur le peuple, leur mandat devienne impératif (sinon l'absurdité du système sera encore mieux mise en lumière), ce qui est encore une autre atteinte aux fameux principes républicains...

Nous avons donc dans tout ceci, grossièrement schématisé, une sorte d'implosion de la république, qui, pour maintenir son apparence et affirmer sa fidélité à ses propres principes, déjà aberrants, en est réduite, dans une sorte de fuite en avant, à les pousser à bout jusqu'à ce qu'elle meure sous l'effet de leur contradiction interne... Ce que personne ne regrettera.

Comme quoi les élections peuvent être un phénomène intéressant à observer !


Revenir en haut
Melchior
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2013
Messages: 31
Localisation: Vivarais
Masculin

MessagePosté le: Lun 23 Mar - 16:13 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

Il existe aussi la possibilité de voter tranche de beurre.


Qu'est-ce donc? Une gaudriole? pas du tout.


Vous découpez une tranche de beurre pas trop grosse, pas trop fine, vous la placer la vieille des élections au congélateur. Au dernier moment vous la glisser dans un papier d'aluminium. Pour le transport, vous envisagez un mini sac isolant et dans l'isoloir vous placer la tranche de beurre dans l'enveloppe et hop, dans l'urne. Arrivez trois à quatre heures avant la fermeture pour que le beurre puisse se répandre sur le gros tas d'enveloppes précédentes qui je vous le rappelle doivent être archivées à la préfecture pour les siècles des siècles.


Et voilà, Vive la République Laitière!
_________________
SERVAT ODOREM
"Il y aura toujours plus de liberté dans la plus autoritaire des monarchies que dans la plus libérale des démocraties libérales."


Revenir en haut
DFR49
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2015
Messages: 41
Localisation: Angers
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Mar 24 Mar - 06:43 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

Superbe idée!!! Il est vrai qu'il y a là un moyen de pourrir tous les papiers présent dans l'urne!!
_________________
Pour Dieu, La France, Le Roi et tout cela dans la province du Maine et Loire


Revenir en haut
BLPR
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2015
Messages: 6
Localisation: Lyon
Religion: Catholique romain
Masculin

MessagePosté le: Mar 24 Mar - 11:31 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

Bonjour,

je comprends les avis précédents, mais il n'est jamais question du vote blanc.
Il faut bien sûr militer en même temps pour une reconnaissance du vote blanc dans les votes exprimés.

Qu'en pensez-vous?
_________________
Pour un Royalisme concret.


Revenir en haut
FLF_BZH
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2012
Messages: 1 758
Localisation: Dugeleh Breih — Duché de Bretagne
Masculin

MessagePosté le: Mar 24 Mar - 18:26 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

Le vote blanc ne sert pas à grand-chose. Son éventuelle reconnaissance ne changera rien. Mieux vaut s'abstenir complètement, cela montre qu'on ne cautionne en rien le régime en place. Tandis que voter blanc implique de se déplacer et de faire le rite républicain, donc ça veut dire qu'on ne se retrouve pas dans le marché des candidats mais que l'on approuve le régime en place quand même. Voyez-vous?
_________________
http://www.royalistesbretons.fr/


Revenir en haut
Minervalis
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2012
Messages: 229
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Mar 24 Mar - 19:07 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

On ne peut pas employer les moyens du mal dans le but vertueux de combattre le mal.

Revenir en haut
henri
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2014
Messages: 223
Localisation: SUD
Masculin

MessagePosté le: Mar 24 Mar - 22:21 (2015)    Sujet du message: Des partis et élections en "République" Répondre en citant

Lorsque l'on est englué dans un système dont on ne comprend pas l'intérêt et que l'on sait illégitime, on peut soit vouloir le combattre de l'intérieur soit essayer de l'abattre par action extérieure! ..... Si le système est profondément pervers et mortifère, le mieux serait une exécution par voie externe, si on en possède la possibilité ,  cela est affaire de circonstance et de moyens.  En attendant cette bienheureuse opportunité, il faut le combattre, par tous les moyens, même légaux, avec acharnement.
_________________
Dans l'attente de la Restauration !.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:20 (2016)    Sujet du message: Des partis et élections en "République"

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Politique Française Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 355, 56, 5768, 69, 70  >
Page 56 sur 70

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com