Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

De l'idée de nation à celle de patrie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sicambre
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2013
Messages: 138
Localisation: Hainaut français
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Ven 29 Nov - 18:45 (2013)    Sujet du message: De l'idée de nation à celle de patrie Répondre en citant

Bonjour à tous,


après avoir utiliser le moteur de recherche, je pense nécessaire (faute d'avoir pu trouver) pour plus de visibilité de chercher la définition la plus juste de l'idée de nation.
En effet, l'idée de nation française a été pervertie par les révolutionnaires, et même instrumentalisée pour créer une opposition au pouvoir royal. De cette perversion est né le nationalisme qui nous préoccupe tous, en tant qu'idéologie politique.


Néanmoins je souhaiterais que nous évitions de nous focaliser sur le nationalisme, sans définir sérieusement ce qu'est pour nous, français catholiques-royalistes de la tradition la notion de nation.


Je vous propose ma perception de l'identité française, écartant d'emblée la définition de nation avec laquelle j'ai toujours été mal-à-l'aise, lui préférant celle de patrie.
En effet la nation se définie comme "une grande communauté humaine, le plus souvent installée sur un même territoire et qui possède une unité historique, linguistique, culturelle, économique plus ou moins forte" (Larousse), en somme, et le nationalisme en fait son graal, la nation renvoie peu ou prou à l'idée d'unité ethnique dans une dimension macroscopique.


Or, peut-on tout simplement parler de nation française?
Notre pays, situé au coeur de l'europe de l'ouest et dont les frontières n'ont cessé de bouger, est composé à mon sens d'une mosaïque d'ethnies différentes, que l'histoire, le temps, et plus que tout le jacobinisme républicain sont parvenus à vider de leur substance.
En effet, quid du basque, du breton, de l'auvergnat, du catalan, du provençal, du savoyard, de l'alsacien, du nordiste, du normand, sans parler du corse... Je ne suis pas là en train de faire un éloge des différences régionales, dans une volonté de séparatisme régionaliste tout au contraire, mais tout de même! Notre unité nationale ethnique est bien faible, si l'on y ajoute pas l'idée d'une construction politique d'une patrie commune à tous.
D'ailleurs, s'y l'on en reste à l'idée de nation, pour notre part, hennuyers français autant que les flamands et les artésiens, notre nation est belge pour une multitude de facteurs (ethnique car germains, linguistiques, culturels, historiques (nous sommes français depuis 300 ans), sociaux, économiques...); pourtant, et je l'affirme, si ma nation est belge mon coeur, mon esprit, ma patrie est français!


Il faut donc à mon sens remonter à la genèse de notre histoire, pour y voir le rôle fondamental qu'ont joué le Roy des francs et l'Eglise.
En pleine déchéance de l'Empire romain, la Gaule était en proie aux invasions germaniques, avec ça et là des royaumes burgondes, wisigoths, alamans, et francs. Or, fait de l'Histoire ces peuples germains avaient succombé, à l'exception des francs restés païens, à l'hérésie arienne; lors que les gallo-romains étaient catholiques.
La conversion miraculeuse de Clovis puis de ses chefs guerriers au catholicisme, a provoqué, à mesure que les francs remportés les batailles, l'adhésion du peuple gallo-romain les accueillant en libérateurs providentiels du joug arien (les persécutions se faisaient déjà sentir sur les catholiques).
Voilà pourquoi la catholicité du Roy de France, fils aîné de l'Eglise, est un principe sinon le principe le plus essentiel à la monarchie française. L'Histoire a prouvé combien les roys de France se sont montrés fidèles à leur vocation de protection de l'Eglise.
La France ne s'est donc pas unie à partir d'une unité ethnique ( peuple celte contre roys germains!), mais par la construction politique d'un pays catholique conduit sous la souveraineté du roy des francs.

Pour ma part donc, la France est une patrie et certainement pas une nation; consacrée par l'adage de l'alliance du Trône et de l'Autel.
_________________
Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!


Dernière édition par Sicambre le Sam 30 Nov - 01:35 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 29 Nov - 18:45 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Léandre de Brisaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 428
Localisation: Bugey Blanc
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Ven 29 Nov - 20:21 (2013)    Sujet du message: De l'idée de nation à celle de patrie Répondre en citant

Lors de la cérémonie du sacre le Roi prononçait le serment de protéger les œuvres de l'Eglise et de maintenir et défendre les coutumes et les droits de ses peuples.
_________________
«Être ouvert à son temps, ce n’est pas en accepter benoîtement les dérives et les propositions contre
nature.» Louis XX, le 31 mai 2015


Revenir en haut
FLF_BZH
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2012
Messages: 1 755
Localisation: Dugeleh Breih — Duché de Bretagne
Masculin

MessagePosté le: Ven 29 Nov - 20:47 (2013)    Sujet du message: De l'idée de nation à celle de patrie Répondre en citant

C'est vrai que parler de "nation française" n'est pas si facile que cela. La construction de la France fut lente et influencée largement par ses rois. Il est vrai qu'il semble y avoir peu de points communs entre un Breton, un Alsacien ou un Basque par exemple. Même si l'on peut dire que les principaux points communs culturels et historiques de l'ensemble des "peuples de France" sont la rencontre des influences celtes, gréco-romaines et germaniques de manière générale. Mais bien sûr, c'est bien la monarchie et le christianisme qui unifie la France et qui fait la civilisation française avant toutes autres choses.
_________________
http://www.royalistesbretons.fr/


Revenir en haut
prorege
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2013
Messages: 19
Localisation: Dauphiné
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Dim 1 Déc - 15:11 (2013)    Sujet du message: De l'idée de nation à celle de patrie Répondre en citant

Léandre de Brisaux a écrit:
Lors de la cérémonie du sacre le Roi prononçait le serment de protéger les œuvres de l'Eglise et de maintenir et défendre les coutumes et les droits de ses peuples.


C'est le Roi qui fait l'unité de la France, et il est bien naturel que celle-ci se soit divisée depuis deux siècles en partis qui entretiennent la haine entre Français de gauche et Français de droite. D'ailleurs comme l'écrit Bernanos : "Il y a une bourgeoisie de gauche et une bourgeoisie de droite. Il n'y a pas de peuple de gauche ou de peuple de droite, il n'y a qu'un peuple", orphelin depuis 1793, et que les premiers ne cessent de berner en lui faisant croire qu'il constitue un ensemble sacré, la NATION.
À propos de cette expression "les libertés des peuples", voici un extrait du roman de Jean Raspail Sire :
"Le roi règne sur le pays avant de régner sur le peuple. Le peuple, d'ailleurs, ça fait peuple. Louis XIV disait mes peuples, ce qui avait quand même une autre gueule. D'autre part, et  note-le
 bien, tu me le copieras cent fois, même si tu n'y comprends rien, ne régner que sur la population d'un royaume, c'est renoncer à l'aspect cosmique de la royauté."


La monarchie, au contraire, n'a jamais eu la volonté d'incorporer, d'assimiler ses peuples : "C'est le cas, en France, des multiples limites diocésaines, calquées sur les anciens territoires des cités gallo-romaines : elles ont duré, de façon imperturbable, des origines pré-carolingiennes, ou peu s'en faut, jusqu'à la Révolution de 1789" (F. Braudel). 


Nul doute que l'Algérie, que Charles X avait donnée à la France, eût pu trouver dans l'Ancienne France la place qui devait être la sienne, si la république des Ferry et autres avait cessé de la considérer comme une simple colonie. Les républicains des années 1950 qui, comme Mitterand ou Mendès-France, criaient "l'Algérie c'est la France", commettaient une impardonnable erreur de jugement en croyant séduisant leur mortifère modèle jacobin de nation, et en proposant aux Algériens une soi-disant assimilation, d'autant plus impossible qu'ils avaient refusé d'évangéliser ces peuples.


Braudel, dans l'Identité de la France répond négativement à la question "La géographie a-t-elle inventé la France?"; il cite pourtant Henri Martin dans son Histoire de France : "La France nouvelle, l'ancienne France, la Gaule, sont une seule et même personne morale". Cette affirmation est sans doute au moins équivoque, en tout cas elle sert de fondement aux idolâtres de la nation française. 
À mon avis, nos rois de France n'ont jamais cru à l'idée de "frontières naturelles" pour la France. L'ambition des Capétiens n'était pas seulement, il me semble, de fondre la France dans les limites de la Gaule.


 Pour Braudel : "la politique de nos rois a été contingente, circonstancielle, au bonheur la chance". 
 Je cite, au hasard, quelques unes de ses expressions :
"Curieusement, la Gaule ancienne est restée longtemps hors de la mémoire historique de notre pays, totalement oubliée [...] Pour les Français de ce temps là, le slogan "nos ancêtres les Gaulois" n'existait pas", en tout cas cette conscience d'une continuité Gaule-France n'est-elle apparue que tardivement. 
"Quant à l'allusion claire, elle est dans le testament de Richelieu : "Le but de mon ministère, fait-on déclarer au Cardinal, a été de restituer à la France les limites que la nature lui a destinées..., de faire coïncider la Gaule avec la France et, partout où a existé l'ancienne Gaule, de restaurer la nouvelle". On ne peut pas se plaindre de l'ambiguïté d'un tel texte. Mais chacun sait que ce testament est apocryphe [...] Mais avant 1642, on ne rencontre nulle part de texte analogue et, après 1642, il faut, pour retrouver le langage prêté à Richelieu, attendre les proclamations de la France révolutionnaire."



_________________
"Il est plus facile, dit Dieu, de ruiner que de fonder, de faire mourir que de faire naître et de donner la mort que de donner la vie" Péguy


Revenir en haut
Sicambre
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2013
Messages: 138
Localisation: Hainaut français
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Lun 2 Déc - 10:48 (2013)    Sujet du message: De l'idée de nation à celle de patrie Répondre en citant

"une impardonnable erreur de jugement en croyant séduisant leur mortifère modèle jacobin de nation, et en proposant aux Algériens une soi-disant assimilation, d'autant plus impossible qu'ils avaient refusé d'évangéliser ces peuples."


Oui, malheureusement, et en ce lendemain de fête du bienheureux charles de Foucault, sa lettre à René bazin ( http://www.reseau-regain.net/IslamPDF_file/IslamPDF_files/2Da98R.Ch.deFouca… ) résonne en écho. Rappelons que la franc-maçonnerie à refusé l'envoie de missionnaires en Algérie.




Le but de mon message précédent doit-être entendu de sorte que l'idéologie nationaliste repose, comme toute idéologie, sur des principes en complet décalage avec la réalité. C'est d'ailleurs le propre de l'idéologie que de vouloir à tout prix imposer une vision mystifiée, théorique, abstraite à la réalité; d'où les violences qu'elles engendrent immanquablement.
Voilà pourquoi il me semble nécessaire en connaissance de notre complexe Histoire de France, de rappeler aux nationalistes, êtres errants en manque d'identité, qu'il n'y a pas à proprement parlé de nation, de race française au sens "mystique" qu'ils abondent. Cela revient en quelque sorte à leur couper l'herbe sous le pied, puis d'affirmer à quel point la France s'est construite, malgré toutes nos différences ethniques, unie dans la foi catholique et autour du Roy Très-Chrétien.
_________________
Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:40 (2016)    Sujet du message: De l'idée de nation à celle de patrie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com