Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Méditation
Aller à la page: <  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Religion
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
christelle
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2012
Messages: 50
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique
Féminin

MessagePosté le: Mar 18 Mar - 18:15 (2014)    Sujet du message: Méditation Répondre en citant

MÉDITATION
POUR LE DIMANCHE DE LA SEXAGÉSIME
         
            Parabole des semences.
En ce temps-la, Jésus se mit de nouveau a enseigner prés de la mer.
Or une si grande multitude se rassembla autour de lui, que pour n en être pas accable,il monta dans une barque et s y assit.
Toute cette multitude se tenait sur le rivage, tournée vers la mer.
  Jésus leur enseignait beaucoup de choses en paraboles, et leur disait selon sa maniére d instruire: Écoutez : « Celui qui sème s'en alla semer, et comme il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin; et les oiseaux du ciel vinrent, qui la mangèrent. Une autre partie tomba en des endroits pierreux, ou elle n avait pas beaucoup de terre; et elle leva aussitôt parce que la terre manquait de profondeur. Mais quand le soleil devint plus ardent, elle en fut brulée; et comme elle n avait point de racines, elle sécha. Une autre partie tomba au milieu des épines, mais les épines grandirent et l’étouffèrent; aussi elle ne porta point de fruit.
Une autre partie enfin tomba dans une bonne terre, et elle porta son fruit, qui poussa et grossit. Quelques grains rapportèrent trente pour un; d autres, soixante; et d autres, cent.»
Et il leur disait:« que celui qui a des oreilles pour entendre, entende.»
                                           Saint Marc, IV.
                           PRÉLUDE
Cette parabole a ceci de particulier, que c est Jésus lui-même qui nous en a donne l explication.
Pour trouver cette explication, nous n avons, en effet, qu a lire la suite du récit sacre. Lisons le avec la plus religieuse des attentions
                                 I
Lorsque Jésus se trouva seul, il dit aux douze qui le suivaient....Celui qui sème, sème la parole.
Ceux qui sont le long du chemin, ou la parole est semée, sont ceux qui ne l ont plus tôt entendue, que Satan vient et enlevé cette parole qui avait été semée dans leurs cœurs.

De même ceux qui reçoivent la semence dans des endroits pierreux, sont ceux qui écoutant la parole, la reçoivent d abord avec joie; mais, n ayant point en eux-mêmes de racines, ils ne durent qu un temps; et lorsqu il survient des tribulations et des persécutions a cause de la parole, ils se scandalisent aussitôt.

Il n y en a d autres qui reçoivent la semence parmi les épines; ce sont ceux qui écoutent la parole; mais les sollicitudes du siècle, l'illusion des richesses et les autres convoitises, entrant en eux, étouffent la parole et la rendent sans fruit.

Enfin ceux qui reçoivent la semence dans la bonne terre, sont ceux qui écoutent la parole,
qui la reçoivent, et qui portent du fruit, l un trente, l autre soixante, et l autre cent pour un.
  Aujourd’hui, écoutons le Dieu de Vérité nous dire a nous,  comme a ceux qui l’écoutaient il y a dix-neuf siècles: Heureux les yeux qui voient et ce que vous voyez; car je vous déclare que beaucoup de Prophètes ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l ont point vu, entendre ce que vous entendez, et ne l ont pas entendu.( Saint Luc,X,23,24.)
Oui, vous qui méditez ces pages, vous êtes plus heureux que tous les Voyants d Israel, que tous les Justes des temps antiques.
Car, ce Dieu Sauveur qu ils ont vainement attendu, enfin il est venu.
Eux, ce n’était qu en des rêves, dans des visions fugitives, qu ils pouvaient le saluer; vous, c est a tout instant que vous pouvez le rencontrer. N est-ce pas lui qui vous parle aujourd'hui en ces pages?
Oh! Qu il est beau, le Christ Jésus debout sur cette barque, d ou il vous regarde. Les vents retiennent leur souffle et les flots font silence
comme pour l entendre. La vérité éternelle est sur ses lèvres; la toute puissance, en ses mains; la bonté éclate dans ses traits; une auréole divine enveloppe tout son être; son geste parait commander a des mondes invisibles; son regard fait rêver du Ciel, et sa voix, qui semble n avoir plus rien d humain, bouleverse, ravit, entraine. C est l Invisible devenu Vision!
                                 II
Que sera-ce donc si, au lieu de regarder seulement Jésus-Christ, vous écoutez sa parole avec foi et amour.
Cette parole, tombant en votre âme, vous apportera plus de vérités que n en contiennent tous les livres des hommes. D ou vous venez, elle vous l apprendra; ou vous êtes, elle vous le dira; ou vous allez, elle vous le révélera. Par elle vous aurez un maitre, qui est Dieu ; un domaine, qui est la terre; un but, qui est le bien; des moyens, qui sont le travail, la prière, la vertu! Un espoir immortel, le Ciel!
Cette parole n'est pas seulement ce qu il y a de plus beau, c'est aussi ce qu il y a de plus fort. Ecoutez, elle fait la grandeur des nations méprisée, elle condamne les individus a la ruine et les peuples aux pires decadences. C est pour avoir voulu lui barrer le chemin que l empire romain et ses Cesars ont ete renverses er aneantis. Pour l avoir entendue avec foi et amour, douze millions de martyrs sont alpes à l’immortalité. Apres l avoir recue en leur ame, les riches ont vendu leurs biens pour devenir pauvres, les pauvres ont accepte et beni leurs maux, les orgueilleux se sont faits humbles, les sensuels mortifies, les voluptueux chastes. Apres s etre nourris de cette parole de vie, de timides jeunes filles, comme Agnes, Agathe, Cecile, bravaient le glaive des legionnaires de Rome, des enfants, comme Symphorien, Pancrace, Tharsisius et tant d autres, couraient au martyre ainsi qu a une fete.
Oh! Dans ces siècles, voisins encore des jours
ou la Palestine avait entendu tomber cette parole des lèvres mêmes de Dieu, de quel amour, de quel culte n’était pas entoure le Livre qui la contenait, l’Évangile! Ce Livre, certains Pères de l'Église l appellent« le huitième Sacrement». On le gardait sur l autel, dans un tabernacle a part; et c’était la, que, dans les jours de solennité, le diacre allait le prendre pour le lire au peuple. Souvent même les chrétiens demandaient a être ensevelis avec ce Livre attache sur la poitrine, voulant emporter ainsi au fond de leur tombeau la grande semence d immortalité.
Et maintenant, vous qui aujourd’hui êtes venu, aux rivages de Tibériade, entendre et adorer le Maitre, êtes-vous l'heritier de ces martyrs, le descendant des grands Croyants d autrefois? Comme eux, chaque jour, a toute heure, vous pouvez avoir la Parole de vérité, devant votre regard, sous votre main.
Est-elle vraiment, pour vous, le mystère des mystères, le sacrement de vie, la Semence d’immortalité? Le Livre qui la contient, l'ouvrez-vous avec religion? Le lisez-vous avec une simplicité d enfant, non pour discuter, mais pour croire, aimer, adorer?
L histoire raconte que dans l’antiquité un maitre païen avait groupe autour de lui quelques jeunes disciples, et que ces disciples avaient pour ses affirmations un tel respect, une telle foi,que,pour terminer entre eux toute discussion, il suffisait de dire: « c est le maitre qui l a dit.»  Cependant ce maitre n était qu un homme. Le votre c est Dieu.
Ah! Que votre âme ne soit donc jamais ce grand chemin ou les oiseaux du ciel,  c est-a-dire les pensées d orgueil, viennent sur les pas du divin Semeur et dévorent tout ce que sa main a laisse tomber. Qu êtes-vous, que savez-vous, pour oser discuter avec Jésus-Christ?
Ne soyez pas non plus cette terre pierreuse, c est-a-dire ce cœur endurci par de vils intérêts, ou jamais une pensée généreuse ne peut croitre, encore moins donner des fruits.
Ne soyez pas davantage l une de ces âmes ou végètent en liberté, comme des ronces, les sensualités de toute nature. Une idée céleste ne tombe la que pour y être étouffée au bout de quelques jours!
Mais travaillez a devenir, chaque jour davantage, cette bonne terre dans laquelle la divine Semence reçue avec bonheur, cultivée avec zèle; ne tardera pas a rapporter trente, soixante, cent pour un.
L'un des plus illustres savants du siècle dernier( Pasteur), arrive au déclin de sa laborieuse vie, disait au prêtre confident de son âme: « Après avoir beaucoup étudié, je crois a l’Évangile avec la foi du Breton; si j avais étudié davantage encore, j y croirais avec la foi d une Bretonne.»
Sous cette charmante bonhomie, quelle profonde philosophie! Mais surtout quelle leçon pour tant de chrétiens qui ne savent rien, et raisonnent contre Dieu!
                 
 PRIERE ET RESOLUTION
Oui, o Verbe d eternelle verite, je veux etre de ces ames simples et droites, qui n entendent votre parole que pour mieux croire et vivre mieux.
Votre parole, n est-ce pas vous-meme? Je comprends pourquoi votre Eglise entoure l Evangile de tant de veneration; j applaudis a tous ces Saints qui portaient le volume sacre sur leur poitrine et qui voulaient l avoir avec eux jusqu au fond de la tombe. Ce Livre vous contient spirituellement, comne vous contient substantiellement le ciboire du Tabernacle. Des lors,recevoir pieusement votre parole, n est-ce pas en quelque sorte Communier?
Aussi, je veux avoir sous mon toit, a une place d honneur, le livre de vos Evangiles; je veux l ouvrir souvent, parfois en baiser les pages, comme je baiserai la porte de votre Tabernacle, si cela m etait permis.
Sous le voile de ces pages sacrees, c est vous, Verite immortelle, qui serez pres de moi pour me parler, m instruire, me consoler et me benir.
                                      Ainsu soit-il.

_________________
Vierge Lorraine - Libératrice et Patronne secondaire de la France - Sainte des soldats ; Sainte Jehanne d'Arc : "Messire Dieu premier servi !"


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 18 Mar - 18:15 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
christelle
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2012
Messages: 50
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique
Féminin

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 18:26 (2014)    Sujet du message: Méditation Répondre en citant

MEDITATION
POUR LE DIMANCHE DE LA QUINQUAGESIME
« Ad augusta, per angusta! »
En ce temps-la,Jesus prit les douze Apotres avec lui, et leur dit :« Voici que nous montons a Jerusalem; et tout ce qui a ete ecrit par les Prophetes, touchant le Fils de l homme sera accompli. Car il sera livre aux gentils, traite avec derision, flagelle, couvert de crachats. Et, apres qu on l aura flagelle, on le fera mourir; et il ressuscitera le troisieme jour.»
Mais ils ne comprirent rien a tout cela :
Ce langage leur etait cache, et ils n entendaient pas ce qu il leur disait.
Or, comme il approchait de Jericho, un aveugle, qui etait assis le long du chemin, ou il demandait l aumone, entendant le bruit du peuple qui passait, demanda ce que c etait. On lui repondit que c etait Jesus de Nazareth qui passait.
Aussitot il se mit a crier : « Jesus, Fils de David
ayez pitie de moi.»
Ceux qui allaient devant le reprenaient et lui disaient de se taire; mais il criait encore plus fort : Fils de David, ayez pitie de moi.»
Alors Jesus s arretant, commanda qu on le fit approcher.
Quand l aveugle fut pres de lui, il lui dit:
« Que veux-tu que je fasse? »
«Seigneur, repondit l aveugle, faites que je voie.»  Jesus lui dit:« vois, ta foi t a sauve.»
A l instant meme, il vit, et il suivait Jesus, en rendant gloire a Dieu.
Tout le peuple, temoin de ce miracle, louait Dieu.
                                           Saint Luc,XVIII.
                             PRELUDE
Pour comprendre et admirer, comme elle le merite, cette belle page d Evangile, il faut, avant tout, connaitre le cadre et les circonstances au milieu desquels se produisit
la scene qu elle nous raconte.
C etait quelques semaines apres la resurrection de Lazare. L eclat de ce prodige avait ete tel, que le Sanhedrin, atterre, avait decrete la mort dexson auteur. Mais, comme Jesus lui-meme le dit, son heure n etant pas encore venue, il s etait eloigne de Jerusalem, suivi des Douze; et ses pas avaient pris la direction de Jericho, pour ne s arreter qu en un lieu solitaire, sur la lisiere du desert d Ephrem.( Saint Jean,XI,55.)
C est de la que nous allons le suivre, aujourd hui, dans son retour vers Jerusalem.
Nul sujet de meditation ne pourrait mieux convenir a une ame vraiment chretienne. Dans les jours ou nous sommes, Dieu n est-il pas plus offense que jamais encore?
Si nous pouvions l aider un peu a porter sa lourde croix!
                                   I
Notre Sauveur sait bien que ses ennemis ont jure sa mort; il sait bien que sa vie a ete mise
a prix; il sait bien que les quatre cents synagogue de la Ville Sainte ont fait publier son excommunication a son de trompe; il sait bien que, en consequence, quiconque le rencontrera sur le chemin aura droit de le tuer. Oh! Si Jesus n etait qu un homme, un homme d un genie transcendant, comme le pretend l incredulite moderne, mais enfin un homme, certainement la pensee lui viendrait de soulever le peuple. La Judee, la Galilee, la Samarie, toute la Palestine enfin n est-elle pas pleine des malades qu il a gueris, des aveugles auxquels il a rendu la vue, des possedes qui lui doivent leur delivrance? Tous ces miracules, aussi bien que les foules
qui furent si souvent les temoins enthousiastes de ses prodiges, le regardent, a tout le moins, comme un grand Prophete. Dernierement meme ils ont voulu le choisir pour leur roi.( Saint Jean,VI,15.)
D ailleurs les circonstances sont favorables.
C est le temps de la Paque : des multitudes innombrables de pelerins se pressent sur les bords du Jourdain, pour le franchir au gue de Bethabara,et,de la, gagner Jerusalem.
Que Jesus de Nazareth paraisse seulement devant ces multitudes, qu il les laisse le mettre a leur tete, et demain il entrera dans la ville Sainte, au milieu d un triomphe quu fera trembler le Sanhedrin et mettra la nation a ses pieds.
Voila bien ce qu eut fait un homme, un homme comme nous.
Ecoutez maintenant ce que fit Jesus : il prit les douze Apotres avec lui, et leur dit : voici que nous montons a Jerusalem; et tout ce qui
a ete ecrit par les Prophetes, touchant le Fils de l homme, sera accompli. Car il sera livre aux Gentils, traite avec derision, flagelle, couvert de crachats. Et, apres qu on l aura flagelle, on le fera mourir.
Ainsi donc Jesus sait qu il marche vers les opprobres, vers la mort; et il y marche avec confiance, certain que ces opprobres et cette mort vont assurer son eternel triomphe.
C est devant un tel spectacle que le plus miserable des incredules de notre epoque n a pu retenir ce cri d admiration : « Chose vraiment etrange! Jesus est venu apporter au monde cette idee que l on est tout-puissant par la souffrance et que, meme ici-bas, on triomphe de la violence par la douceur!»
                                   II
pour nous, disciples de l Evangile, Jesus-Christ est Dieu. Des lors, nous comprenons qu il ait ecarte dexsa mission de Sauveur toute violence, tout recours aux moyens humains. Mais savons-nous admirer ce qu il y a d ideal, de divin dans les moyens dont il voulut user pour sauver notre monde?
Revenons a notre Evangile, pourquoi par exemple, aujourd hui Jesus ne monte-t-il pas vers Jerusalem en Prophete tout-puissant, en Dieu auquel les hommes et les choses vont obeir? Depuis les jours de Bethleem, c est-a-dire en l espace de trente trois annees de vie
terrestre, n a-t-il pas rencontre sur son chemin assez d humiliations, de fatigues, de souffrances? Ses expiations n ont-elles pas depasse nos offenses? Qu il laisse seulement faire au Ciel : des legions d Anges vont descendre vers leur Roi, pour l escorter, et courber tous les fronts, incliner tous les coeurs devant ses pas. Ou bien encore, qu il laisse faire a la terre : ces Justes, ces Saints, qui bientot se leveront de leurs sepulcres,(Saint Mathieu,XXVII,52.) pour venir a son Calvaire, vont accourir a lui, reconnaitre en sa personne leur Redempteur, et proclamer devant les vivants que Jesus de Galilee est bien le Messie qu attendait le monde. Quelle splendide ovation Jerusalem, la Palestine, et bientot tous les peuples de la terre decerneront a ce Dieu!...
Oui, splendide serait ce triomphe! mais est-ce bien de tout cela que nous avons besoin? Ah! si nous venions sur la terre pour y trouver le bonheur, y rencontrer le succes, y entendre des acclamations, et ne marcher a la conquete du ciel qu a travers les ovations!
Helas! helas! nous n entrons dans la vie qu en pleurant, nous n en sortons qu en souffrant! Et du berceau a la tombe que de deceptions, d injustices, de deuils, de douleurs, de larmes! Non, non; ce n est pas le bonheur qui nous attend a notre passage dans la vie; c est l epreuve, la souffrance et finalement la mort! Aussi, qu il est donc adorable ce Dieu de l Evangile qui, venant vers chacun de nous, maintenant encore nous dit comme autrefois a ses douze Apotres : voici que nous montons a Jerusalem...le Fils de l homme y sera traite avec derision...
                                  III
Disciple de l Evangile, qui venez d entendre le Maitre vous parler de persecutions et d opprobres, tandis que sa main vous montrait, a l horizon, la Croix qui l attend, n etes-vous pas comme ces douze Apotres dont Saint Luc
nous dit : ils ne comprirent rien....a ce que Jesus venait de leur dire?
Depuis bien des annees vous marchez a la suite du Sauveur, et vous l adorez comme le Fils de Dieu vivant. Mais ne revez-vous pas pour lui, vous aussi, des triomphes terrestres
vous voudriez qu il rejetat le manteau qui voile sa Divinite, qu il affirmat sa Toute-Puissance par quelque grand coup contre ses ennemis; il vous tarde de voir, enfin, tous les peuples de la terre se lever pour un hosanna universel. Ces sentiments sont bons;
et le Ciel vous les permet; mais, soyez-en certain, ce triomphe definitif n aura lieu que sur les ruines de notre monde.( c est ce « Triomphe» qui forme tout le sujet du dernier volume de « Retour a l Evangile».)
Le Fils de l homme ressuscitera le troisieme jour, dit notre Evangile : au sens mystique, ces trois jours seront peut-etre trois mille ans, et bien davantage encore; jusque-la, et pour le moment plus que jamais, la parole du divin Maitre va s accomplissant sous nos yeux : voici que nous montons a Jarusalem...
le Fils de l homme y sera traite avec derision..
Ayez donc confiance en votre Dieu. Il vous vaut mieux, presentement, etre  l associe de ses afflictions que le temoin de ses triomphes
Ne savez-vous pas, d ailleurs, que si Jesus marche toujours ainsi, a travers les humiliations et les souffrances, vers son mysterieux calvaire, c est pour sauver un monde toujoirs coupable, pour sauver des ames qui vous sont particulierement cheres, pour vous sauver vous-meme?
                      PRIERE ET RESOLUTION
O Fils de l homme, o mon divin Redempteur,vous me voyez, en ce moment, devant vous comme cet aveugle des portes de Jericho dont votre Evangile de ce jour me dit :
Entendant le bruit du peuple qui passait, il demanda ce que c etait. On lui repondit que c etait Jesus de Nazareth...Aussitot il se mit a crier: Jesus, Fils de David, ayez pitie de moi!
oui, je suis bien ce mendiant aveugle, assis dans la fatigue et la peine, sur le chemin par ou vous passez, pour monter a votre Calvaire
Cinquante jours seulement vous separent de l heure ou vous consommerez sur la Croix l expiation des crimes de vos ennemis et des offenses de vos amis. Ayez pitie de moi! Guerissez ma pauvre ame aveugle. Alors votre oeuvre de Redemption m apparaitra dans toute sa beaute. Je verrai que tous ceux que vous aimez d un amour de predilection, vous les attirez dans votre  voie douloureuse;
et soutenu par votre grace, mon bonheur sera de me joindre a vous, de marcher a vos cotes :
« Ad augusta, per angusta! c est-a-dire:
« Aux gloires eternelles, a travers les tristesses du temps!»
                                        Ainsi soit-il.
_________________
Vierge Lorraine - Libératrice et Patronne secondaire de la France - Sainte des soldats ; Sainte Jehanne d'Arc : "Messire Dieu premier servi !"


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
christelle
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2012
Messages: 50
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique
Féminin

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 18:27 (2014)    Sujet du message: Méditation Répondre en citant

MÉDITATION POUR LA FETE DE SAINT MATHIAS, APÔTRE
                     ( le 24 ou le 25 février )
En ces jours-la, Pierre se levant au milieu des frères, qui étaient au nombre d'environ cent vingt, leur dit : mes frères, il fallait que s' accomplit ce que le Saint-Esprit, par la bouche de David, a prédit de Judas, qui a été le guide de ceux qui ont arrêté Jésus. Nous le comptions comme l'un de nous, et il avait reçu sa part du même ministère. Il a possédé un champ du prix de son iniquité ; puis, étant allé se pendre, son corps s est ouvert par le milieu, et toutes ses entrailles se sont répandues a terre. C est ce qui a été si connu de tous les habitants de Jérusalem, que ce champ ils l ont nomme, en leur langue, Haceldama, c est-a-dire le champ du sang.

Or, il est écrit au livre des Psaumes : Que sa demande devienne déserte, que personne ne l'habite, et qu'un autre prenne sa place dans l’épiscopat. Il faut donc que ceux qui ont été des nôtres pendant tout le temps que le Seigneur Jésus a vécu avec nous, depuis le baptême de Jean jusqu au jour ou il a été enlevé de nos côtés, on en choisisse un qui ait été comme nous témoin de sa résurrection.
Ils en présentèrent deux, Joseph, appelé Barrabas, surnomme le Juste, et Mathias.
Se mettant alors en prière, ils dirent :
Seigneur, vous qui connaissez le cœur de tous, montrez-nous lequel de ces deux vous avez choisi,  afin qu il prenne sa part du ministère et de l apostolat dont Judas est déchu par son crime, pour aller dans son lieu.
  Aussitôt on les fit tirer au sort; le sort tomba sur Mathias; et il fut adjoint aux onze Apôtres.
                                  Actes des Apôtres, I.
   
PRÉLUDE
L Église nous invite aujourd'hui a célébrer la fête de l’apôtre saint Mathias. Son histoire nous est peu connue. Nous voyons, cependant, par la page sainte qui est sous nos yeux
qu il fut l un des premiers qui s'attachèrent a notre Sauveur.
  Arrêtons notre pensée sur ce disciple de la première heure. Ne sera-ce pas, encore, vivre en quelque manière avec le celeste Adolescent? Oui, puisque c est au sortir meme de Nazareth que Jesus rencontra et s attacha ce disciple.
Nous le comptions comme l un de nous; c est de Judas, le traitre, que saint Pierre parle ainsi. Que de choses sont contenues dans ces simples mots!
C est Jésus lui-même qui avait appelé Judas; il l avait appelé tout aussi bien que Pierre et Jean; et cet appel datait de la même époque, c est-a-dire des premiers jours de la Prédication évangélique. Donc Judas avait assiste a tous les prodiges par lesquels notre Sauveur prouvait sa mission messianique. Il l avait vu calmer les tempêtes, multiplier les pains au désert; il était a ses cotes lorsque d un mot il rendait le mouvement aux paralyses, l’ouïe aux sourds, la vue a des aveugles-nés; il était la lorsque Lazare, au tombeau depuis quatre jours, se dressait du creux de son sépulcre, et que, encore enveloppe de son linceul, il venait, au milieu de la stupeur générale, s agenouiller aux pieds du Maitre de la vie et de la mort.
Bien plus, écoutez ce qu ajoute saint Pierre: il avait reçu sa part du même ministère. C est dire clairement que Judas avait prêché l' Evangile de verite, qu il avait chasse les demons, qu il avait opere des miracles!
Or, voyez comment tout cela s est termine pour ce malheureux : il a possédè un champ du prix de son iniquité. Tant de bienfaits tant de grâces pour en arriver la!  Un champ de mort, d une valeur de quatre-vingt-dix francs!
Car il n’était pas plus élevé, le prix que Judas avait demande pour vendre son Dieu!...
Mais a peine eut-il touche cette misérable somme, que la honte, le remord, le désespoir le prirent, et il alla se pendre.

Ici saint Pierre, pour être vrai jusqu au bout, rappelle un souvenir horrible, que nul de ses auditeurs ne peut ignorer : Judas étant allé se pendre, son corps s est ouvert par le milieu, et toutes ses entrailles se sont répandues a terre.
Juste châtiment de la Communion sacrilège que cet infortune venait de faire, a quelques heures de la!....
En nos jours un peintre de grand renom( Tissot.) a essaye de reproduire cette scène...Oh! l'horrible vision! les yeux n en peuvent soutenir la vue.  A peine a-t-on regarde que l on veut s'éloigner! Mais la vision vous suit, vous poursuit...
Et quand on songe que c'est la mort d un Apôtre! voila donc ou peut mener l'abus des grâces divines!...

O vous, âme privilégiée du Ciel, vous que Dieu a comblee, accablee de ses bienfaits surnaturels, prenez garde, oui, prenez garde!
La négligence des petites choses, l'infidélité aux grâces reçues, et un jour, fatalement le mépris de tous les bienfaits de Dieu, tel est bien le chemin qu a suivi Judas, Judas, autrefois l'appelé du Sauveur Jésus et maintenant le seul humain dont nous sachions, de révélation divine, qu il est dans l abime de l'éternel malheur!  Déchu par son crime, dit le récit sacre, il s en alla dans son lieu!
                                  II
Mais détournons nos pensées de cette trop lugubre histoire, pour les reporter sur l’apôtre dont nous célébrons la fête.
Lui aussi fut « un appelé de Jésus» ; il a été, dit saint Pierre, l un de ceux qui ont vécu avec nous, depuis le baptême de Jean jusqu au jour ou le Seigneur Jésus a été enlevé de nos cotes. Toutefois, ce n est pas comme apôtre, mais simplement comme disciple qu il suivait le Maitre.
Confondu dans la foule, cet homme de bien ne rêve pas d en sortir. Croire en Jésus, lui demeurer fidèle, servir sa cause dans une grande simplicité de vie, voila toute son ambition. Il est bien le convive dont nous a parle la Parabole : invite au festin des noces du Fils de Dieu avec l’Humanité, il va s assoir aux derniers rangs. Mais Celui qui l y a invite ne tardera pas a entrer dans la salle du festin et, venant a lui, il lui dira : Mon ami, monte plus haut.( Saint Luc, XVI,10.)
Écoutez, en effet, et méditez ce qui suit. A la demande de Pierre, les cent vingt disciples rassembles dans le Cénacle,- c était toute l Église naissante,- se prosternent;et, dans le recueillement de la prière, ils disent : Seigneur, vous qui connaissez le cœur de tous, montrez-nous lequel...vous avez choisi, pour qu il.prenne sa part de. ....l apostolat dont Judas est déchu. Et le récit sacre se  termine ainsi : Le sort tomba sur Mathias; et il fut adjoint aux onze Apôtres.
On le voit par tout cet ensemble, c est Dieu qui des l abord appelle Mathias parmi ses disciples; c est par sa volonté sainte que durant trois années ce disciple reste dans un rang obscur; et, l heure venue, c est Dieu encore qui, sous l anonyme du sort, d un hasard il semble, intervient pour l’élever aux périls, aux labeurs, mais aussi aux gloires éternelles de l apostolat.
Qu il est donc vrai de dire :« L homme s agite et Dieu le mène.»

Oui, tant que le péché volontaire, le péché grave, n est pas venu creuser ses abimes et entasser ses épaisses ténèbres entre le Ciel et nous, c est Dieu qui nous guide, et toujours nous conduit par ou il nous est meilleur d aller.
Parfois, ne comprenant pas les desseins de Dieu, nous sommes tentes de nous croire abandonnes, de murmurer peut-être. Mais attendons l heure de Dieu : toujours cette heure sonne dans une vie restée chrétienne.
Alors tout se comprend, parce que tout s illumine de clartés supérieures.
Un paysan, étant venu a la ville, de grand matin, pénétra, pour la première fois de sa vie, dans l'une de nos vieilles cathédrales. C'etait l hiver et le jour n'était pas encore levé. Cependant a la clarté de quelques flambeaux allumés ici et la,  pouvait entrevoir la hauteur des voutes et admirer quelques-unes des merveilles sans nombre que renfermait ce magnifique edifice. Mais une chose l’étonnait; les immenses fenêtres n'avaient pour vitres que des petits morceaux de verre, sillonnes de la façon la plus disgracieuse par une infinité de bandes de plomb qui en achevaient la laideur...
Quelques années après, cet homme, qu'une occasion avait ramené dans cette ville, voulut revoir la cathédrale. Quand il y entra, il faisait
grand jour au dehors. O stupéfaction! o merveille! ces plombs, ces verres, autrefois trouves si malheureux et si laids, maintenant
que la lumière tombant du ciel les éclairait,  mettaient dans les grandes fenetres des visions de Paradis! Jamais; non jamais, ce pauvre paysan n avait vu quelque chose d aussi merveilleux.
que souvent nous ressemblons a ce simple d esprit! aux plus belles œuvres de Dieu, nous
ne comprenons rien, parce que les clartés célestes ne les éclairent pas encore. Mais sachons attendre Ce dont nous sommes tentes de nous plaindre présentement sera un jour, bientôt peut-être, l'objet de notre plus grande admiration, et le motif de notre plus aimante gratitude envers la divine Providence.

PRIÈRE ET RÉSOLUTION
A l'exemple de votre Apôtre, o mon adorable Maitre, je veux m attacher a vos pas,  croire a votre parole, servir votre cause. Du reste, je ne m'inquiéterai en rien.
Pourvu que je ne vous trahisse pas par mes offenses, je sais que vous veillerez sur moi, que vous me guiderez, que vous me préparerez a d’éternelles félicités.
Que cette pensée soit sans cesse présente a mon esprit. Elle sera ma force dans les tentations,  ma consolation dans les épreuves et mon salut au terme de mon terrestre voyage.
                                                                                       Ainsi soit-il.

_________________
Vierge Lorraine - Libératrice et Patronne secondaire de la France - Sainte des soldats ; Sainte Jehanne d'Arc : "Messire Dieu premier servi !"


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:49 (2016)    Sujet du message: Méditation

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Religion Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com