Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les archives de la Révolution française désormais accessible

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Solognot
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2012
Messages: 561
Localisation: Au bord du lac Léman
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Sam 8 Mar - 11:12 (2014)    Sujet du message: Les archives de la Révolution française désormais accessible Répondre en citant

Les archives de la Révolution française désormais accessibles sur Internet

Citation:
Les Archives numériques de la Révolution française (ANRF) sont issues d’une collaboration de plusieurs années entre les bibliothèques de l’Université de Stanford et la Bibliothèque nationale de France (BnF), visant à créer une version numérisée des principales sources d’étude de la Révolution française et à les mettre à disposition de la communauté académique internationale. Les Archives s’appuient sur deux sources principales, les Archives parlementaires et un vaste corpus d’images réuni pour la première fois en 1989 et intitulé Images de la Révolution française.



http://frda.stanford.edu/fr/catalog
_________________
Si vis pacem, para bellum


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 8 Mar - 11:12 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Sam 8 Mar - 12:20 (2014)    Sujet du message: Les archives de la Révolution française désormais accessible Répondre en citant

Solognot, malheureusement, les dizaines de pages d'images que j'ai parcourues, sont à majorité révolutionnaire. Elles montrent la haine antireligieuse, ainsi que la haine envieuse de l'autre (curés refusant la (nation, impôts, capucins, nobles, militaires, corps de métiers) dans les discours de l'assemblée délibérative. Les textes numériques sont remplis de fautes de numérisations. L'agitation des villes et des assistés(sang culottes) de la révolution montrent l'archétype de toute révolution, passée, actuelle ou future;c'est le massacre des innocents. L'idéologie devient humaine, et l'humain devient l'idéologie que l'on chasse telle une idée de son cerveau. Ces livres et images montrent très bien que l'on flatte la médisance de chacun, l'on flatte la cupidité de chacun, l'on flatte la violence de chacun pour s'aliéner à une idée, meurtrière du prochain, que l'on veut par tolérance révolutionnaire, destituer de sa façon de vivre légitime. Cherchez de la Charité, foi, lois et espérance chrétiennes, dans ces lignes, vous n'en trouverez pas une once!!!
Merci pour le lien.
_________________


Revenir en haut
Geneviève Lemmer
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2012
Messages: 278
Localisation: Gironde

MessagePosté le: Sam 8 Mar - 13:04 (2014)    Sujet du message: Les archives de la Révolution française désormais accessible Répondre en citant

Je venais déposer le lien du Figaro, pour donner l'info.
Certes, je n'ai pas encore consulté le site, il est certain qu'il y a des pages à majorité révolutionnaire, mais je crois qu'il faut considérer l'ensemble, et se faire ainsi une idée.
Il m'arrive de lire la presse opposée à mes idées pour voir précisément, quels sont les mensonges dont ils sont capables.


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Sam 29 Mar - 11:16 (2014)    Sujet du message: Les archives de la Révolution française désormais accessible Répondre en citant

Réponse au discours de Milord Stanhope sur l'occupation de la France. Franc maçon anglais, beau frère de William Pitt, mécène des insurrections et fauteurs de troubles en France. Proche de Philippe Egalité.



LA réponse au discours de lord Stanhope a paru, à Londres, très-peu de jours après la publication de ce discours. Cette réponse a pour but principal de dessiller les yeux des nations étrangères sur le véritable état de l'esprit public en France. Sous ce point de vue, elle est beaucoup plutôt faite pour intéresser des lecteurs étrangers que des lecteurs français , qui tous connaissent plus ou moins les causes et les effets des événements extraordinaires qui se sont succédé avec une effrayante rapidité dans le cours des trois dernières années.




Mais au moment ou il s'agit de savoir si la France peut et doit encore avoir une ARMÉE NATIONALE ; si elle doit reprendre, au milieu de l'Europe, l'attitude imposante d'un peuple grand et respecté; ou si elle doit rester courbée sous le joug qui l'opprime et la déshonore, jusqu'à ce que la modération des alliés juge enfin que le calice est bu jusqu'à la lie, et qu'on peut nous abandonner à notre épuisement et à notre ignominie ; il doit être de l'intérêt le plus puissant pour tous les vrais Français de connaître ce dont l'étranger nous accuse, les sophismes qu'il appelle au secours de sa haine, et les mensonges qu'il invoque pour assouvir , s'il se peut, son insatiable cupidité. Telles sont les raisons qui font réimprimer à Paris, le discours de lord Stanhope, et la réponse publiée à Londres.



LE caractère sacré de législateur qui vous rend , chez un grand peuple, partie du souverain , la majesté du sénat où vous avez prononcé votre oraison contre la France, tout, aux yeux de vos lois protectrices, couvre vos opinions d'un respect inviolable, même alors que vous conseillez la violation des lois de peuple à peuple, la violation des traités. Cependant vous attaquez ma patrie dans ce qu'elle a de plus cher et de plus précieux, son honneur et son indépendance. Dois-je,
pour obéir aux préceptes d'un vain respect, émousser les armes qui peuvent repousser cette attaque ? Et pour faire un futile honneur à mon urbanité, dois-je sacrifier l'intérêt de mon pays, en m'abstenant de le défendre à vos dépens ? Si néanmoins, entraîné quelquefois par la force de la raison et de la vérité, à la vue de l'injustice et de la violence dont vous vous déclarez l'apôtre, je ne sais pas toujours contenir ma réponse dans les étroites limites d'une froide modération, j'oserai pour mon excuse, vous redire ces paroles d'un illustre et sage orateur : « Si, malgré moi, la justice de ma cause, la grandeur des intérêts que je défends, et l'imminence des malheurs que je cherche à détourner, m'entraînent par-delà les justes bornes, je supplie votre bienveillance de n'attribuer ces écarts involontaires , qu'à l'amour de la vérité, et à la pieuse douleur qui m'inspire ce triste discours.
« C'est, dites-vous, Milord, avec un profond chagrin que vous avez vu se répandre ce bruit alarmant : « Que l'armée d'occupation allait enfin être retirée de la France. »
Dans cette fatale retraite de la garnison européenne, vous voyez d'abord, « la chute immédiate des Bourbons ; » puis, « la révolution française renaissant de ses cendres, réarmant ses bras sanglants, et frappant derechef avec ses poignards au-dedans, avec ses baïonnettes au-dehors. »
Déjà, dans la panique terreur qui vous saisit, vous voyez le colosse de la coalition abattu, les Pays-Bas révoltés ; la Belgique, la Savoie, et la rive gauche du Rhin rendues à la France, qui, debout une autre fois sur ses conquêtes, redemande impérieusement « Napoléon ou la guerre. »
Et parce qu'il vous plaît de déclarer épuisées les ressources pécuniaires de la Grande Bretagne, pour soutenir cette lutte idéale et toute guerre à venir, parce que ces événements supposés se passent dans votre imagination,

Il faut que les traités soient violés.
Il faut que tout un peuple soit foulé au delà des misères qu'un peuple peut supporter; et ce n'est rien encore que la misère !...
Il faut que tout un peuple soit humilié, avili, qu'il soit passé et repassé sous les fourches de l'Occupation.

Il faut que, jusqu'à nouvel ordre, et par delà le terme des traités, vingt-neuf millions d'hommes soient déclarés les otages et les détenus du reste de l'Europe.
Milord, dans les beaux temps de la Grèce, lorsque la marine d'Athènes venait de s'immortaliser à Salamine, Thémistocle osa proposer à ses concitoyens d'anéantir la force navale des autres Grecs, pour assurer à sa patrie l'éternel empire de la mer. Le peuple choisit Aristide pour juger du projet secret de Thémistocle. Aristide se contenta de dire au peuple : « Ce projet est utile , mais il est injuste. » Et le peuple rejeta ce projet sans le connaître.



Etrange, cela ne vous rappelle pas la situation de L'Autriche en 1918, et de l'Allemagne en 1945.
Idée source de mes recherches: Le rôle des étrangers dans la révolutions. La blanche hermine n°53
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:38 (2016)    Sujet du message: Les archives de la Révolution française désormais accessible

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com