Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Bas Limousin, procession de la St Jean Baptiste.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire de l'Eglise
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Mer 21 Mai - 17:04 (2014)    Sujet du message: Bas Limousin, procession de la St Jean Baptiste. Répondre en citant





Cette fête, de tout temps célébrée à Tulle avec magnificence, était vraiment populaire. Institué dans des jours malheureux, le Tour de la Lunade était une tradition religieusement observée en l'honneur du saint qui fit cesser le fléau de la peste. Qui de nous n'a suivi avec recueillement, avec admiration la procession de saint Jean, à travers les sentiers des montagnes ? On part de la cathédrale, on revient par les rochers des Malades, A la tête de la procession, la statue de saint Jean, grossièrement sculptée en bois, est portée sur les épaules de deux pénitents blancs. Le clergé en habit de cérémonie, les confréries, les élèves des écoles chrétiennes, les fidèles de la ville, se pressent pieusement dans le cortège. Les habitants des campagnes sont accourus en foule, des points les plus éloignés. On marche en priant et en chantant on respire le parfum des fleurs on contemple la grandeur et la bonté de Dieu, dans les moissons et dans les fruits de la terre. Les cloches de toutes les églises sonnent à volées. Solennité profondément émouvante et religieuse.
En 1790, les agitations politiques avaient empêché la célébration de cette fête. En 1791, les Amis de la Constitution provoquèrent le rétablissement du Tour de la Lunade. – Voulurent-ils donner au nouvel évêque un moyen de se recommander auprès des populations peu disposées à l'accueillir? Furent-ils touchés une dernière fois de la grâce? La procession du Tour de la Lunade réunit, en 1791, un concours immense de fidèles. Saint Jean fut porté en triomphe, au milieu des parfums des fleurs et de la prière.
(1) Lettre de J.-J. Brival. Archives départementales.
Franchissons l'espace du temps, anticipons sur les événements. En 1793, les églises sont fermées les cloches ont été brisées les images des saints profanées la croix est proscrite au nom de la raison et de l'échafaud. Le peuple, effrayé ou égaré par le crime, semble avoir oublié les principes de la religion, les prières du foyer, les fêtes catholiques, qui consolaient ses douleurs, ranimaient le courage et rendaient l'espérance. Le roi était mort assassiné. Les prêtres sont emprisonnés, exilés, décimés. Qui pense au Tour de la Lunade, dans la ville de Tulle, le 23 juin 1793 ? La statue de saint Jean libérateur n'a t-elle pas disparu à jamais, au milieu de la tourmente qui a emporté la reconnaissance et la foi ?
C'est le 23 juin, c'est l'heure de la procession. les flèches des églises sont muettes, les places publiques sans peuple. l'encens ne brûle plus au sanctuaire.
Voici un pauvre artisan qui sort furtivement de sa maison. Il est bossu, il est boiteux; sur son épaule difforme, il porte un fardeau enveloppé dans un sac.
L'artisan bossu, chargé d'un sac, s'appelle Bonnefont. A sa porte, il rencontre un des anciens sociétaires des Amis de la Constitution, aujourd'hui membre du comité du salut publie. Le membre du comité interpelle Bonnefont
Qué port'athii ? (que portes-tu là ? )
Bonnefont répond par une obscénité, laissez-passer recommandable aux yeux du membre du comité. Il poursuit tranquillement son chemin.
Où va-t-il ?
Il prend la direction du Tour de la Lunade.
L'aubépine est fleurie les blés penchent vers la terre leurs épis jaunissants; les fleurs du châtaignier épanouissent leurs grappes fécondes le soleil à l'horizon rayonne ses flots dorés Dieu a semé les trésors inépuisables de sa bonté c'est un beau jour de Saint-Jean. Mais les sentiers du Tour de la Lunade sont abandonnés la cloche est silencieuse les rangs des fidèles ne laissent pins les lambeaux de leurs vêtements aux ronces du chemin. Plus de confréries couvertes de voiles bleus ou blancs plus de clergé brillant de la blancheur du lin et de l'éclat de l'or. Rien n'est changé dans la nature et dans l'infinie bonté de Dieu. Les hommes seuls ne sont plus les mêmes.
Sur le haut de la colline déserte, au fond des ravins silencieux, un pauvre artisan difforme s'avance mystérieusement. Il marche avec peine. Il porte un sac sur l'épaule. Il récite à voix basse des paroles inintelligibles.
Qué port'athii ? – que portes-tu là ?
Vingt fois cette question lui est adressée par un paysan attardé, par un promeneur curieux. Vingt fois, la grossière réponse que son intelligence lui a suggérée écarte les importuns. Le soir, rentré à son foyer, il dépose avec respect son précieux fardeau dans le secret d'une cachette.
Quand les églises furent saccagées, la piété de quelques fidèles courageux sauva une partie des objets du culte de la profanation et de la dévastation. Bonnefont s'était emparé de la statue de saint Jean. M. de Boulogne nous apprend que dans les plus mauvais jours de la terreur les exercices catholiques furent célébrés à Paris sans interruption. A Tulle, un pauvre artisan boiteux et bossu affronta la guillotine pour observer la dévotion du Tour de la Lunade. il avait caché dans sa maison la statue du saint; il la promena sur son épaule, de la cathédrale au rocher des Malades accomplissant, sous les yeux d'une population égarée, un pieux pèlerinage qui pouvait être puni de mort. Ah si l'un des Amis de la Constitution, un des promoteurs de la procession de 1793 eût découvert la pieuse fraude!
Bonnefont a survécu à la Révolution La tradition n'avait pas oublié cet acte d'intrépidité religieuse; mais le ridicule s'attaque trop souvent aux actions les plus grandes et les plus méritoires. Bonnefont boiteux, Bonnefont bossu, Bonnefont portant dans un sac un saint qu'il baptisait d'un nom républicain, était devenu, sur la fin de ses jours, un sujet de risée et de moquerie. Qu'il me soit permis de payer à la mémoire du pauvre artisan l'hommage de respect et d'admiration dû à ceux qui accomplissent bravement le devoir de chrétien dans la simplicité du cœur et dans l'obscurité.



Le bas limousin et la révolution.

_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 21 Mai - 17:04 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire de l'Eglise Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com