Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Berthe, épouse de Pépin le bref (726-783)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Reines, régentes de France
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 611

MessagePosté le: Mer 18 Juin - 16:04 (2014)    Sujet du message: Berthe, épouse de Pépin le bref (726-783) Répondre en citant

« Du temps ou les reines filaient ». Nos vieux aïeux, par cet adage, nous montre en quelle vénération ils avaient des reines carolingiennes dont la reine Berthe, restée telle un type de perfection royale et féminine. Mais des jolis fuseaux de Berthe, il ne nous reste rien.
A défaut d'ouvrage, des poèmes, comme Li Romans de Berte aus grans piés, écrit par le trouvère Adenet le Roi en 1270, publié par Paulin Pâris en 1832.



Le titre d’honneur de Berthe est d’avoir été la mère de Charlemagne. Sous les voûtes de Saint-Denis, entre toutes les pierres funèbres, ce n’était pas celle qui éveillait le moins de souvenirs, que cette tombe, érigée en 783, et brisée en 1793, sur laquelle on lisait cette inscription : BERTA, MATER CAROLI MAGNI. Il faut rattacher au nom de Berthe l’origine de cette reine dont on voit la figure sur quelques vitraux gothiques. Au Moyen Age, la tradition défigurée de Berthe la faisait aussi nommer Berthe au pied d’oue (au pied d’oie). Ce n’était pas assez que la tradition lui donnât un pied démesurément grand, il fallait qu’elle allât jusqu’à la supposer difforme, ce qui n’empêchait pas qu’on alliât cette difformité avec l’idée d’une taille majestueuse et d’une beauté peu commune. Le romancier et la tradition y ajoutent une grande bonté et des talents merveilleux.
Berthe quitte en pleurant, sa mère Blanchefleur et le palais de Hongrie : car son père, Flore, est roi des Hongrois. Berthe, montée sur un palefroi bai, parcourt l’Allemagne, confiée aux soins de Margiste et de l’écuyer Tibert ; sa compagne Aliste chemine à ses côtés ; la fiancée de Pépin a voué une tendre amitié à Aliste.


Blanchefleur avait remis sa fille bien-aimée entre les mains de ces trois serviteurs ; elle les croyait fidèles. Quand elle a passé le Rhin, traversé les Ardennes, que son royal fiancé est venu au-devant d’elle, que déjà elle l’a vu à Paris où elle a reçu le salut de chacun.
La vieille Margiste profite de la ressemblance d’Aliste avec la reine, pour trahir sa maîtresse. L’heure venue de remettre Berthe à Pépin, Margiste fait cacher la princesse, donne à Aliste les habits royaux ; c’est Aliste qui est reçue comme reine, épousée et conduite au palais. Les perfides serviteurs font passer Berthe pour Aliste, l’accusent d’avoir tenté d’assassiner la fausse reine, et tout se passe si rapidement que le roi se laisse tromper, et que l’infortunée Berthe ne peut se défendre. Ici commence le tragique récit des aventures de Berthe ; les serviteurs de l’écuyer Tibert l’emmènent loin de Paris et l’égarent dans un bois (la forêt du Mans) ; ils avaient ordre de la tuer, mais ils se contentent de la dépouiller de tout ; ils ne lui laissent qu’une tunique et un petit manteau.Berthe, seule dans la forêt, exposée au froid, à la pluie, soutient cette épreuve avec douceur :


Après avoir souffert de la faim, de la soif, de la pluie, elle trouve une source pour se désaltérer ; elle se couche à terre en se signant, et évite une ourse qui allait la dévorer ; les buissons déchirent sa robe, une épine blesse son pied ; la nuit ajoute à l’horreur de cette situation. Enfin elle trouve un ermite qui a pitié d’elle, et qui lui indique la cabane d’un bûcheron où elle pourra trouver un asile. Dans ce premier moment de détresse, Berthe a fait vœu de ne pas découvrir sa naissance si Dieu lui permet de trouver des protecteurs ; elle est accueillie par le bûcheron et sa femme, elle s’attache à eux, elle aime leur fille comme sa compagne ; elle sert la femme du bûcheron comme sa mère, et elle attend de meilleurs jours en allant au bois, en puisant de l’eau à la source, et en filant le soir, de ses mains royales, ce fil d’une finesse et d’une beauté qui ont fait sa renommée, et qui ont commencé par faire vivre le bûcheron ; car le bûcheron est récompensé de sa bonne œuvre.


Il a recueilli Berthe ; mais Berthe file par reconnaissance, et son fil se vend très cher à la ville. Ses persécuteurs, selon les variantes d’une Berthe allemande, lui avaient laissé un coffret qui contenait ses fuseaux avec l’or et la soie qu’elle filait sous le toit royal de Flore. Ce trésor lui sert dans son malheur ; elle emploie l’or et la soie du coffret à faire des broderies merveilleuses qui se vendent un grand prix.
Tandis que la pieuse Berthe cache son nom et ses malheurs, la reine, que l’on croit la véritable Berthe, étonne le peuple par sa hauteur ; il n’est bruit que de sa cruauté ; personne ne reconnaît la douce Berthe, cette femme, la meilleure et la plus belle qui fût par « delà la mer » (on ne sait trop ce que la mer a à faire ici), et dont un noble baron avait dit en parlant à Pépin : « On la nomme Berthe la Débonnaire, avec elle te viendra le bonheur. »


Depuis sept ans, Berthe filait dans la cabane de bois du bûcheron, elle regrettait peu le trône, la paix du ciel était dans son cœur ; mais les années d’absence affligeaient Blanchefleur, qui supplia le roi Flore de la laisser partir pour visiter sa fille bien-aimée ; elle obtient cette faveur ; elle se hâte, elle abrège la route par sa vitesse ; mais quoi !... Quand elle a franchi les forêts de la Germanie, quand elle arrive sur la noble terre des Francs, au lieu des bénédictions qu’elle attend sur son passage, elle entend le nom de la reine Berthe, prononcé avec horreur ; son cœur se serre, elle se demande comment la douce Berthe a mérité la haine ; mais son amour de mère la rassure : plutôt que de croire le cœur de sa fille changé, elle « accuse d’erreur tout le peuple à la fois !... » Elle pressent la vérité : motif de plus pour hâter son voyage.



Inquiétudes au palais de la fausse Berthe! Enfin, quand tous les délais sont épuisés, Margiste introduit Blanchefleur dans un appartement obscur, où la malade est couchée au fond d’une alcôve sombre, entourée d’épaisses tapisseries, « De draps d’or et de soie, très bien encourtinée (courtine, rideau) ».
Mais Aliste se trahit, elle parle d’une voix si basse, qu’à peine la reine l’entend ; elle dit qu’elle n’ose se montrer, que sa vue effraierait sa mère.
Elle la supplie de lui pardonner si elle ne peut la mieux recevoir, et finit par lui dire qu’elle a besoin de repos, et qu’elle veut rester seule. A ce dernier trait Blanchefleur est convaincue :
Elle veut voir cette fille mourante, prend un cierge allumé, approche, découvre les pieds de la malade ; or, Aliste avait les pieds parfaitement égaux, et c’est à cette marque que Blanchefleur acquiert la certitude de l’horrible réalité. Berthe, avait été trahie ! Mais où était-elle ? Vivait-elle encore ?... Où les misérables l’avaient-ils abandonnée ? Blanchefleur éclate en sanglots, elle se prosterne aux pieds du roi, lui découvre la perfidie, et demande justice. Pépin, qui n’avait jamais aimé l’humeur de la reine, est convaincu et menace les criminels ; Margiste et Aliste sont chassées avec ignominie. Mais Blanchefleur demande sa fille. Sa fille, peut-être, est morte de misère et de douleur. Tibert a avoué qu’il allait la tuer, mais que Morand lui avait laissé la vie.


Le roi fait parcourir son royaume en tous sens; les écuyers vont partout, sonnant du cor et de la trompette ; les fidèles se mettent en prières, le peuple pleure en demandant sa bonne reine; mais on ne découvre nulle trace de l’existence de Berthe ; Blanchefleur est réduite à retourner seule et accablée en Hongrie. Margiste est brûlée vive, Tibert est pendu, Aliste est reléguée par grâce, dans un cloître ; et chacun est convaincu que Berthe a dû périr de froid, de misère, ou qu’elle a été dévorée par les bêtes féroces. L’histoire de Berthe passe de bouche en bouche, en lamentables récits ; le roi n’espère plus retrouver sa fiancée.


Un jour, Pépin s’égare dans la forêt du Mans ; il recontre une jeune fille. Il demande si elle peut le remettre en son chemin. Cette jeune fille, vient d’une chapelle où elle est demeurée longtemps à prier. Elle indique au roi la maison de Simon ; sa beauté touche Pépin, qui lui dit qu’il est « premier dans la maison du roi » et qu’il veut l’emmener ; il lui promet de grandes richesses ; Berthe refuse de le suivre ; pressée de plus en plus par ce seigneur, elle lui déclare que c’est la femme de son roi qu’il voit en elle, et qu’il doit la respecter.


Elle raconte à l’inconnu comment elle a été recueillie dans ce bois, et y vit depuis sept ans. Simon et Constance (le bûcheron et sa femme), auxquels il veut parler, lui disent que cette sage fille, qu’ils font passer pour leur nièce, depuis sept ans avec eux, par elle leur chaumière est bénie, et lorsqu’ils l’ont recueillie, elle était abandonnée et prête à mourir de douleur, de froid et de faim.


Cependant Berthe s’est cachée, elle ignore encore que c’est au roi lui-même qu’elle a parlé ; il faut que Pépin la laisse à ses protecteurs ; du reste, il agit prudemment : trompé une première fois par Aliste, il ne veut pas courir le risque de l’être une seconde fois par cette bergère qui se dit si à propos la reine Berthe, mais qui refuse de soutenir, en présence du bûcheron, ce qu’elle a avancé sans connaître le roi. Pépin juge plus sage d’envoyer un messager en Hongrie quérir la reine Blanchefleur et le roi Flore qui devront reconnaître leur fille.  Après un long voyage, les épous royaux reconnaîssent sa fille.
Le royaume est en fête ; les cloches sonnent dans chaque ville pour le passage des époux et des heureux parents ; le bûcheron, sa femme, leur fils, leurs filles, sont convertis en de grands seigneurs. Le romancier prend soin de nous décrire leurs armoiries et les dons qu’on leur fait. Morand, qui avait conservé la vie à Berthe, dans la forêt, est récompensé. Berthe reste aussi modeste, aussi bonne : c’est toujours Berthe la Débonnaire ; mais c’est une noble reine, elle est aimée de tous.



Berthe mourut en 783, à Choisy-sur-Aisne ; Charlemagne inhuma ses restes à Saint-Denis. Elle avait eu neuf enfants ; l’aîné de ses fils est Charles le Grand (Charlemagne), né avant qu’elle ne devienne l’épouse légitime de Pépin et dont le nom seul réveille l’idée de toutes les grandeurs.

Berthe avait perdu un troisième fils du nom de Pépin (né en 756 et mort en 762), et deux filles, Romaïde et Adélaïde, tous trois morts dans leur enfance. Une autre fille, Isleberge, a été regardée comme sainte. Une quatrième, Gisèle (né en 757 et morte en 811), a pris le voile et a gouverné en qualité d’abbesse la communauté de Notre-Dame de Soissons. Charlemagne, qui aima tendrement toutes ses sœurs, avait pour celle-ci une vénération presque filiale, ce qui suffit à son éloge. Une cinquième princesse qu’on ne nomme pas, a vécu non mariée, à la cour de Charlemagne ; et une sixième, que Bertin appelle Rothaïde, femme d’un comte du Mans, est regardée comme la mère du fameux Roland.

Cette histoire inspirera un faux conte maçonnique: (peau d’Âne)
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 18 Juin - 16:04 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Reines, régentes de France Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com