Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Dîme

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 608

MessagePosté le: Lun 8 Déc - 00:45 (2014)    Sujet du message: Dîme Répondre en citant

Si la restauration va rétablir, comme on veut le faire croire, « la dîme et les droits féodaux ».



Voilà encore une de ces niaiseries, plus grosses qu'une montagne, et que l'on avale sans sourciller, sous les pieuses exhortations des francs-maçons et des démocrates, qui n'en croient pas un mot.



D'abord savez-vous ce que c'est que la dîme? Sur cent qui s'en épouvantent, il y en a quatre-vingt-dix-neuf qui ne savent pas ce que c'est, et le centième ne le sait pas non plus. La dîme était une redevance annuelle que payaient autrefois à l'Église les braves gens qui vivaient sous sa protection dans les domaines ecclésiastiques. C'était une espèce d'impôt qui se payait en nature, et qui constatait le devoir imposé par Notre-Seigneur au peuple chrétien de subvenir aux besoins temporels de ceux qui se dévouent à ses besoins spirituels.
Dans les temps de foi, cette redevance paraissait toute naturelle. Quoi de plus simple, en effet, que la reconnaissance effective envers cette Église bienfaisante, dont les ministres abandonnent tout pour se dévouer au salut des âmes, à l'instruction et à l'éducation du peuple fidèle, à l'administration des sacrements, à la prière publique et au soin des pauvres?



Dîme veut dire dixième ; l'Église et la coutume avaient, en effet, fixé au dixième la part qui devait revenir au clergé sur les fruits et produits de la terre.
La Révolution s'indigne contre la dîme, par ce que la dîme avait un caractère essentiellement religieux, parce qu'elle était un acte de foi et de soumission à cette Église abhorrée dont la destruction est le but final de la grande conspiration révolutionnaire. Mais que la dîme soit chose bonne ou mauvaise, juste ou injuste, où a-t-on pris que le Prince pense à la rétablir ? Ces sortes d'accusations sont tellement niaises, tellement ridicules que, pour toute réponse, il suffit de hausser les épaules.

Ce sont les sociétés secrètes et les mauvais journaux qui ont inventé ces stupidités et qui les font avaler au peuple « le plus spirituel du monde » (vieux style).
Il en est de même de ces fameux droits féodaux, disaient-ils, que la royauté va rétablir; Encore une chimère ; encore une calomnie absurde !
« Les droits féodaux " n'étaient guère que des redevances, souvent très-peu onéreuses, ou encore certains hommages, insignifiants en eux-mêmes, qu'imposaient les seigneurs à leurs vassaux, en échange des terres dont ils leur abandonnaient les fruits ou même la propriété. Dans un temps où l'orgueil et l'envie n'avaient pas encore été surexcités parmi les ouvriers et les paysans, ces droits seigneuriaux n'avaient rien de choquant; et il ne faut pas juger de ces anciens usages avec l'esprit de folle indépendance qui relâche et bouleverse aujourd'hui tous les liens sociaux.

Maintenant le seigneur universel, insatiable et invisible, qui s'appelle république française, a jeté son grappin redoutable sur la France ; il lui suffit d'une loi, d'un, décret portant l'étiquette de « l'utilité publique », pour prendre tout ce qui lui plaît, pour violer sans appel la propriété individuelle ; par la conscription, il prend de force nos enfants, les arrache au foyer et au bonheur domestiques, les jette brutalement ou dans la corruption des casernes, ou sous les canons de l'ennemi; du matin au soir, du commencement jusqu'à la fin de la vie, il foule aux pieds les droits les plus sacrés de la famille et de la conscience,, sans compter ceux de Dieu et de l'Église.


Et les misérables qui ont jeté, et qui maintiennent notre France dans cet esclavage osent accuser un passé qui avait contre lui des abus sans aucun doute, mais dont les institutions fondamentales étaient excellentes, protectrices de toutes les libertés vraies,. essentiellement conformes à la loi de Dieu,
Presque tout ce qu'on a dit de ces horribles« droits féodaux » sont ou de pures inventions ou des exagérations grossières, uniquement dictées par la haine de l'autorité légitime et par l'impiété.

De grâce, gardons-nous une bonne fois de cette école de mensonge qui nous séduit, qui nous perd depuis plus d'un siècle, et demandons à Dieu de rendre au peuple français le sens du vrai que la Révolution semble lui avoir enlevé si profondément.

Le Prince ne songe pas plus à rétablir la dime et les droits féodaux qu'à nous faire marcher la tête en bas, ou à remplacer les Famas par les vieilles arbalètes du temps de saint Louis, et les canons rayés par les vénérables catapultes des Étrusques.
_________________


Dernière édition par Henryk le Dim 14 Déc - 18:33 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 8 Déc - 00:45 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Minervalis
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2012
Messages: 229
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Sam 13 Déc - 10:20 (2014)    Sujet du message: Dîme Répondre en citant

Une étude sérieuse qui comparerait par rapport au revenu ce qu'on appelle désormais les "prélévements obligatoires" sous 'Ancien Régime et notre république actuelle serait sans doute très édifiante tant nos impôts et taxes sont nombreux et élevés... Elle a sûrement été faite. Quelqu'un ici pourrait(il nous éclairer ?

Revenir en haut
henri
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2014
Messages: 223
Localisation: SUD
Masculin

MessagePosté le: Sam 13 Déc - 21:52 (2014)    Sujet du message: Dîme Répondre en citant

Il est impossible de faire une comparaison ! même les maîtres prestigieux que j'ai eu à l'université (tel Georges Duby : "médieviste" émérite et apparemment marxiste en 68, en réalité une façade, et il termina quand même au "Collège de France") ont renoncé à établir des parallèles, car les liens de vassalité n'avaient rien à voir avec nos relations "fiscales", même si l'idée de l'impôt sur les revenus a été présentée par Vauban (oui, c'est curieux, mais ce bâtisseur et concepteur ne s'arrêtait pas à "l'immobilier") et rejeté par sa Majesté Louis XIV qui y trouvait un goût trop "inquisiteur" !..... Il faut bien comprendre qu'avant la ripoublike les liens étaient divers : envers le Roy, certes, mais aussi l'Eglise, et enfin l'autorité locale (le seigneur) qui protégeait les foyers.   
_________________
Dans l'attente de la Restauration !.


Revenir en haut
propatria
Vicomte

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2012
Messages: 370
Localisation: Limousin
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Jeu 18 Déc - 21:02 (2014)    Sujet du message: Dîme Répondre en citant

Un bon texte au sujet de la dîme de Henryk.Il me semble avoir lu que tous les impôts au Moyen âge correspondait à 13 jours de travail dans l'année et au moment de la révolution 18 jours il faudrait pouvoir retrouvé les archives ,et où en sommes nous en 2014 sur ces prélèvements taxes impôts direct indirect ,sur le revenu ,taxe sur l'essence et autres ?.
_________________
« La Contre-révolution ne doit pas être une révolution contraire, mais le contraire de la Révolution. »


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
henri
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2014
Messages: 223
Localisation: SUD
Masculin

MessagePosté le: Jeu 18 Déc - 22:43 (2014)    Sujet du message: Dîme Répondre en citant

La réponse est assez simple : il suffit de commencer par les taxes à l'emploi, puis les taxes sur l'employé, l'impôt sur le revenu, et on arrive déjà à plus de 50% ! , ensuite il y a la tva sur les produits achetés et la csg sur les sommes épargnées  : la ripoublike spollie le travailleur français des trois quarts de son effort de travail ! ; quand on pense que jacqueries et autres révoltes s'effectuaient sur des ponctions qui ne dépassaient guère 10 %,  on reste pantois devant l'immobilisme du citoyen actuel, abruti, il est vrai , par la propagande républicaine et le flot ininterrompu d'inepties débité par des media "aux ordres" !.
 
_________________
Dans l'attente de la Restauration !.


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 608

MessagePosté le: Lun 22 Déc - 00:01 (2014)    Sujet du message: Dîme Répondre en citant

L'étude complète de la dîme mérite plus qu'une longueur de vie d'homme. Ce travail échappe à la compétence des historiens républicains, parce qu'ils jugent la dîme en haine de l'ancien régime parce qu'il voient cet impôts comme une honte populaire. Comme la gabelle, ils semble résumer des impôts illégitimes et vexatoires.




Pour exciter la lutte des classes, ces mots sont toujours employés, à la réprobation universelle. La plupart de ceux qui les condamnent sans hésitation, seraient assez embarrassés, après une longue étude sur le sujet, de tenir les mêmes propos.




Les profanes qui ont négligemment parlé de la dîme, comme Voltaire, pendant qu'elle fonctionnait encore, raille le curé de campagne qui dispute une gerbe de blé, ou des pois et des lentilles.


Les archives départementales, outre qu'elles font revivre la dîme sous nos yeux, avec les mille incidents dont elle étaient l'occasion, permettent de fixer la quotité pour la France entière. Peut-on faire confiance aux cahiers de doléances, qui supportent le poids des attaques des agitateurs les plus aigris?


Mathieu: (X verset 5;XXII v 2et3) Luc: X verset 1; Jean: XII v 6


Exode: XII v 29
Lévitique: XXVII v 30
Nombres XVIII v 19
Deutéronome: XIV v 22


Ces offrandes à l'origine étaient purement volontaires. Voir les paroles de St Pierre aux époux Ananie et Saphire sur une transaction malhonnête.


Saint Cyprien et Origène, au IIIe siècle parlait des dîmes comme d'un usage courant.


Les constitutions apostoliques, au début du IVe siècle, recommandent les dîmes d'une manière très explicite: Vous donnerez aussi aux prêtres, les prémices du pressoir et de l'aire, de la vendange et de la moisson, des bœufs et des brebis, comme de tout animal. Vous donnerez la dîme de tout à l'orphelin et à la veuve, au pauvre et au nouveau converti.
Dieu vous à délivré de la servitude; il ne vous a pas délivré des rétributions que vous devez fournir de bon cœur aux prêtres et aux indigents...


Les saints du Ve et du VIe siècle le constatent en rejetant sur cette négligence, les malheurs qui affligeaient alors la société.


St Augustin disait dans une homélie, sur la rigueur des impôts: Nos ancêtres, abondaient en toutes sortes de biens parce qu'ils payaient à Dieu la dîme et l'impôt au Roi. Maintenant que la dévotion s'est affaiblie, les exigences du fisc ont augmenté. Nous n'avons pas voulu faire à Dieu l'aumône d'un dixième de notre bien, et le fisc aujourd'hui nous le prend tout. Ce que le Christ n'as pas reçu, les taxes nous l'enlèvent.


Par Grégoire de Tours nous savons qu'un reclus de Nice, ascète, nommé Hospitius, prédisait à ses contemporains, les incursions des Lombards, parce que le peuple infidèle à Dieu, devenu parjure et voleur, et ne payait plus la dîme.
_________________


Revenir en haut
henri
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2014
Messages: 223
Localisation: SUD
Masculin

MessagePosté le: Jeu 1 Jan - 22:43 (2015)    Sujet du message: Dîme Répondre en citant

L'impôt ne me gêne pas c'est l'usage qui en est fait qui m'inquiète dans le système républicain : je ne pense pas qu'il soit utilisé dans l'intérêt du Royaume !. Pour la petite histoire c'est Vauban qui avait inventé le système d'impôt sur le revenu ! cet extraordinaire architecte s'intéressait aussi à la finance : mais le Roi Louis XIV a refusé ce système, pour des raisons non explicites (Vauban était tombé en disgrâce dans l'intervalle !).
_________________
Dans l'attente de la Restauration !.


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 608

MessagePosté le: Lun 26 Jan - 17:12 (2015)    Sujet du message: Dîme Répondre en citant

Sur quoi portait la dîme?

En principe, le paiement de la dîme, acte de justice entre les ministres de l'Eglise, qui comme tout ouvrier ont droit à un salaire, est aussi un acte de religion. Dieu ayant tout donné, il doit avoir sa part de tout. Lui refuser la dîme d'un bien quelconque, serait implicitement refuser de reconnaître, qu'il est l'auteur et le maitre de tous les biens.

La dîme de la pêche et des étangs disparut aussi à peu près partout, car il n'y avait pas la taxe du timbre halieutique annuelle, à la révolution. Les dîmes réelles se divisées en grosses dîmes et en menues dîmes. Mais chaque région affinaient sa dîme suivant les corps de métiers.

*grosses dîmes: levée sur les produit qui faisaient le principal revenu d'une paroisse. pareilles dans toutes la France, elles comprenait le blé, le seigle le méteil, l'orge l'avoine et le vin.
*menues dîmes: levées sur le revenu accessoire d'une paroisse.


Les menues dîmes se subdivisaient en dîmes vertes, et en dîmes de sang.
* dîmes vertes: levées sur les légumes ou plantes des jardins, ou fruits menus des champs.
*dîmes de sang: appelées carnen, charnage, dimes sacramentelles, parce qu'elles appartenaient toujours à celui qui administrait les sacrements, c'est-à-dire au curé, et tombait sur les fruits des animaux, tel que laine(pour la Sainte Agnès.
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:47 (2016)    Sujet du message: Dîme

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com