Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Éthiopie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Politique Internationale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
gwenole
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 04 Fév 2016
Messages: 40
Localisation: redon
Religion: catholique
Masculin

MessagePosté le: Jeu 3 Mar - 23:19 (2016)    Sujet du message: Éthiopie Répondre en citant

Aujourd'hui célébration de la victoire du royaume ethiopien à Adwa sur les troupes italiennes.

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 3 Mar - 23:19 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
gwenole
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 04 Fév 2016
Messages: 40
Localisation: redon
Religion: catholique
Masculin

MessagePosté le: Sam 5 Mar - 14:57 (2016)    Sujet du message: Éthiopie Répondre en citant

L'Ethiopie est un îlot de chrétienté dans toute l'Afrique de l'Est depuis plus de 1500 ans.
Ce pays a depuis toujours affronté à des revendications nationales ou religieuses. A l'heure
ou l'Europe rencontre également ce type de revendications sur son sol, la situation de ce
pays n'est pas sans intérêt pour nous.
Le nom Ethiopie ne désigne ni la tribu fondatrice de ce pays, les Amharas, ni son territoire
d'origine, les Hauts Plateaux. Ce nom désigne l'ensemble du pays et de ses communautés. Les
ethnies elles mêmes peuvent avoir des religions différentes. C'est le fruit de l'histoire
d'un empire chrétien plus que millénaire qui a su résister aussi bien militairement que
moralement dans un environnement hostile. Il ne s'agit pas d'une coexistence pacifique mais
du respect conquis par la foi et les armes.
pourtant dans le pays les étrangers sont biens accueillis et respectés. Ouvert à la modernité
l'empereur Haile Selassie avait fait venir médecins et spécialistes étrangers, s'était doté
dès 1915 d'une aviation militaire. Le pays avait conservé une structure féodale. Le servage
y était encore pratiqué.
La junte marxiste qui s'empara du pouvoir malgré ou à cause de sa volonté de maintenir l'unité
du pays reveilla les démons des nationalismes. Les aléas de la guerre firent que ce fut l'ethnie
tigrigna qui s'empara du pouvoir alors qu'elle ne combattait que pour sa propre ethnie. A la tête
du pouvoir depuis, elle a introduit le fédéralisme, reconnaissant pour chaque ethnie des droits
politiques, linguistiques et religieux.
Au lieu d'y voir un moyen de satisfaire à terme les aspirations des populations, les opposants  y
trouvent une source pour amplifier leurs revendications sur des bases nationalistes et religieuses
de plus en plus exacerbées.
Le risque n'est pas seulement un démembrement du pays mais des guerres ethniques et religieuses.
Seule la volonté des dirigeants que ce pays reste un pays chrétien permettra à l'Ethiopie de survivre.


Revenir en haut
gwenole
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 04 Fév 2016
Messages: 40
Localisation: redon
Religion: catholique
Masculin

MessagePosté le: Jeu 23 Juin - 12:05 (2016)    Sujet du message: ETHIOPIE Répondre en citant

“Aucun évènement aussi important ou singulier soit il, ne peut bouleverser le cours de l’Histoire sans que des aspirations ou des desseins n’aient durablement rendu possible les conditions de son avènement”

Un conflit armé s'est produit le 12 juin à la frontière érythréo-&thiopienne faisant plusieurs dizaines, voire centaines de morts. Tandis que les deux pays se rejettent mutuellement la résponsabilité la communauté internationale s'inquite de la reprise d'un conflit qui avait fait plus de 100000 morts entre 1998 et 2000.

Les incidents frontaliers entre l’Ethiopie et l’Erythrée sont réccurents, qu’il s’agisse d’accrochages entre forces armées nationales, mouvements rebelles locaux (tigréens ou Afars), mouvements armés d’opposition nationaux, ou simples bandes armées. Certaines incursions ont visé les populations locales, voire des touristes étrangers. Certaines incursions ont donné lieu à des mesures de rétorsions suivies de tensions diplomatiques et militaires.
Les incidents du 12 et 13 juin 2016 sont incontestablement les plus graves. Plusieurs régiments ont été impliqués de part et d'autre et le nombre de victimes de chaques côté est probablement de plusieurs dizaines de tués. Certes les accrochages ont été particulièrement violents et les plus importants depuis le cessez-le-feu de 2000, mais l’escalade et la montée en puissance tant au plan militaire que diplomatique sont surtout révélateurs de problèmes particulièrement profonds et latents. Malgrè le peu d’informations communiquées par les deux parties il semblerait selon les Médias Sociaux que l’incident aurait débuté dans la nuit de dimanche quand les Forces Armées Nationales Erythréennes ont poursuivi sur le territoire éthiopien et ouvert le feu sur des conscrits et des déserteurs érythréens qui tentaient de fuir leur pays. Des groupes armées d’opposition érythréennes ont alors engagé le combat pendant plusieurs heures. L’incident dégénérant avec des tirs de mortiers les Forces Armées Nationales Ethiopiennes sont alors intervenues pour repousser l’Armée Erythréenne bien au-delà de la frontière  et prendre le contrle des hauteurs de Inda-Hawarya. L’Armée Erythréenne dit avoir lancé une contre-attaque, estimant les pertes éthiopiennes à 200 tués, tandis que l’Armée Ethiopienne dit s’être retiré des positions conquises au prix de pertes conséquentes. Depuis lundi midi les combats ont cessé mais des mouvements de troupes et de matériels vers la frontière sont signalés. D'autres accrochages auraient également eu lieu dans les secteurs de Sheraro et Zalembesa.
Cet accrochage qui n’a pas été prémédité est révélateur de la situation interne erythréenne. L’Erythrée vient de fêter les 25 ans de son indépendance dans un contexte difficile. Isolée régionalement (le pays a rompu ses relations diplomatiques avec deux de ses voisins, l’Ethiopie et Djibouti avec lesquels elle a des différents frontaliers) et internationalement où elle est accusée par l’ONU de Crime contre l’Humanité contre sa propre population la contraignant à fuir le pays et en faisant une des principales sources au niveau mondial de la Crise des Migrants, ainsi que de soutenir et d’héberger les principaux mouvements rebelles armés et terroristes qui ensanglantent la région. La situation économique difficile qui résulte de la politique répressive et autocratique du président Issaias Aferworki amène le pouvoir érythréen à faire appel constamment à une réthorique nationaliste et patriotique qui vise à rendre l’Ethiopie responsable de la situation intérieure. Mettre en avant les revendications territoriales et les menaces de conflits est avant tout une justification de l’effort de guerre et patriotique constant et de la politique économique qui conduit jusqu’à pressurer financièrement la communauté érythréenne installée à l’étranger. L’antienne de la volonté hégémonique de l’Ethiopie de chercher à conquérir un accès direct à la Mer Rouge manque de pertinence depuis que l’Ethiopie a créé de véritables alternatives avec le développement du port de Djibouti, prochainement de Berbera au Somaliland, ainsi que de Port-Soudan.  Des projets de route doivent relier l'Ethiopie au Kenya  entre Turbi et Moyale ainsi que Merille à Marsabit. A terme l'Ethiopie sera connectée au port de Mombassa. Malgrè tout l’Ethiopie ne peut négliger son voisin erythréen tellement le contentieux entre les deux pays s’est crystallisé et ignorer ses capacités de nuisance et d’ingérence. Djibouti a récemment conclu un accord militaire avec l'Ethiopie permettant à ce dernier pays de disposer de troupes sur son sol. Il s'agit tout à la fois de sécuriser l'accès de L'Ethiopie à la Mer Rouge que de se prémunir des actions de la rebellion Afar hébergée en Erythrée dont la composante djiboutienne, le FRUD.  D'autre part l’Erythrée est membre de la Ligue Arabe et bénéficie du soutien de l'Arabie Saoudite dont elle est un allié actif en mettant à disposition ses ports pour la  lutte contre les chiites du Yemen. Envdépit de son isolement diplomatique le pays bénéficie néanmoins de la mansuétude de certains pays européens qui craignent avant de tout de voir le flot des migrants érythréens s'intensifier en cas de sanction supplémentaire. L'Ethiopie doit oeuvrer à maintenir une cohésion nationale tout en devant prendre en considérations des revendications éthniques, religieuses et démocratiques particulièrement délicates qui risqueraient de remettre en cause l’unité du pays et son développement économique. Aussi l’Ethiopie a renouvellé sa volonté de ne pas vouloir s’engager dans la voie d’un conflit armé, probablement que l’Erythrée ne veut pas non plus aller jusqu’au conflit armé; mais il faut reconnaître que les conditions d’un conflit irraisonnable sont présentes.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:46 (2016)    Sujet du message: Éthiopie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Politique Internationale Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com