Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Visite du Tsar à Paris

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Lun 18 Avr - 18:34 (2016)    Sujet du message: Visite du Tsar à Paris Répondre en citant

LA MATINÉE

Boulevard Saint-Germain, dès huit heures du matin, les trottoirs des voies qui mènent de l'ambassade à Notre-Dame commencent à se garnir. Mais on est triste, Par moments tombe une petite pluie fine. Si, au lieu d'être intermittente, elle se mettait à durer? Et mélancoliquement on regarde les guirlandes transversales qui, bientôt, ils n'auront plus de fleurs, les lanternes dont la pluie a crevé le papier. Et, peu à peu, le temps se calme. Et le public, il faut le reconnaître, en est encore plus content pour le Tsar que pour soi.

Alors, vers neuf heures trois quarts, joie immense, voici des cavaliers. C'est le cortège. On se tait d'abord, attentif, puis au passage de la voiture présidentielle, un immense cri retentit. En son uniforme de colonel du régiment de Prébbrajensky, le Tsar est assis à la gauche de la Tsarine qui porte un collet mauve sur une robe beige. Elle tient à la main le bouquet que lui a offert au départ le Président de la République. Celui-ci qui est en habit, mais n'a point de décorations, est, comme la veille, assis en face du couple impérial.

Des personnages si hauts ont l'air si simple que la foule en est émerveillée. Elle crie « Vive le Tsar Vive l'Impératrice!... »

Boulevard Saint-Michel
Ici plus de monde encore. Nous sommes en plein quartier Latin et on s'en aperçoit. Beaucoup d'étudiants, coiffés du béret traditionnel, s'y ont donné rendez-vous. Quelques-uns maintiennent, non sans fierté, leurs amies, cramponnées aux grilles du musée de Cluny. Le long des magasins sont dressées des estrades surchargées.

L'une est occupée par des enfants. Ils crient, à la vue de l'Impératrice, un mot qui a dû lui aller au cœur: « Vive la grande-duchesse Olga! »

Une voisine, qui a une idée charmante, nous dit C'est vrai, monsieur. Pourquoi ne nous la montre-t-on pas la petite grande duchesse ? Si elle était en voiture derrière ses parents, on lui ferait un si beau succès! Si on ne veut pas la sortir, on devrait permettre aux mères accompagnées d'une petite fille de défiler devant elle dans le jardin de l'ambassade. C'est cela qui scellerait l'alliance !»

Quai du Marché

Les trottoirs sont très étroits. Aussi n'ont-ils pas tardé à être garnis. On s'y presse littéralement, ce qui, au passage du cortège, accroît l'enthousiasme. Un vieil ouvrier vocifère « Vive le sauveur » Le Tsar se tourne vers lui et le salue. Le brave homme s'en souviendra longtemps

Il t'a salué!
Tu l'as vu?

Au parvis Notre-Dame


Un amoncellement humain. Du monde à toutes les fenêtres de la Préfecture de police et sur les terrasses de l'Hôtel-Dieu. Les convalescents agitent leurs mouchoirs. La foule acclame les souverains. Le Tsar paraît ravi et c'est surtout son air de bonne humeur qui enchante la foule. La Tsarine est forcée de saluer tout le temps avec cette inclinaison du corps qui lui est bien personnelle. Il ne faut pas vous en aller! crie une voix.

Une femme, qui porte sur les bras une petite fille, la dresse au-dessus des têtes comme pour prier la Tsarine de la bénir.

Au moment où le cortège arrive devant Notre-Dame, dont le gros bourdon sonne à la volée, les acclamations re- doublent.

II faut dire que la place est surtout entourée de fidèles, très touchés de voir le Tsar venir rendre hommage à leur religion..

A Notre-Dame

Aucune personne étrangère à l'archevêché, au chapitre, au clergé, ou à la fabrique de Notre-Dame, et ne faisant pas partie du cortège officiel n'a été admise, hier matin, à la cathédrale, pendant la visite des souverains russes. La consigne était, à ce point rigoureuse, que plusieurs évêques notamment Mgr Bécel, évêque de Vannes qui avaient exprimé le désir d'y assister, se sont vu refuser nettement cette faveur.

M. Darlan, le nouveau ministre des cultes et M. Degournay, son chef de cabinet M. Dumay, directeur des cultes; M. Selmersheim, architecte diocésain, sont arrivés à neuf heures trois quarts. Le cardinal Richard était déjà là et attendait Leurs Majestés sous le porche de la basilique, entouré de ses vicaires généraux et des membres du chapitre. L'archevêque, avait revêtu, pour la circonstance, le costume officiel que les princes de l'Eglise prennent pour les réceptions en Cour de Rome': la soutane rouge, le rochet de dentelle, la manteletta rouge et la mosette de même couleur. Les chanoines étaient en noir, avec le manteau de cérémonie, et portaient, en outre, comme aux réceptions de l'Elysée, la croix et le ruban bleu, insignes officiels du chapitre.
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 18 Avr - 18:34 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com