Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Éducation nationale et violences scolaires
Aller à la page: 1, 2, 312, 13, 14  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Politique Française
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Jeu 13 Oct - 19:49 (2011)    Sujet du message: Éducation nationale et violences scolaires Répondre en citant

Citation:
Un professeur s'immole dans la cour d'un lycée de Béziers

Stupeur au lycée Jean-Moulin de Béziers. Jeudi matin, entre 9 h 30 et 10 heures, un professeur a tenté de s'immoler par le feu en pleine cour de récréation, à l'aide d'un bidon d'essence.

Toujours en vie mais avec un pronostic vital engagé, elle a été évacuée vers le centre des grands brûlés de Montpellier.

Selon Midi Libre, il s'agirait d'une femme professeur de mathématiques d'une quarantaine d'années. "Elle était en conflit avec des élèves. Une réunion houleuse aurait eu lieu hier avec les lycéens qu'elle aurait très mal vécue", ajoute le quotidien régional.

Avec 1.158 élèves et 162 professeurs, le lycée professionnel Jean-Moulin de Béziers est le plus important établissement scolaire de la sous-préfecture de l'Hérault
.


Source :

http://www.lepost.fr/article/2011/10/13/2612913_un-professeur-s-immole-dans…
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 13 Oct - 19:49 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Jeu 13 Oct - 19:54 (2011)    Sujet du message: Éducation nationale et violences scolaires Répondre en citant


_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Ven 14 Oct - 12:06 (2011)    Sujet du message: Éducation nationale et violences scolaires Répondre en citant

Comment, comment ??

Personne pour se lancer dans une dissertation sur la crise de l'autorité des enseignants à l'école ? C'est un sujet qui n'intéresse donc pas les légitimistes ?
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jean Bart
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2011
Messages: 38
Masculin

MessagePosté le: Ven 14 Oct - 16:51 (2011)    Sujet du message: Éducation nationale et violences scolaires Répondre en citant



Revenir en haut
Lastic
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2011
Messages: 1 466
Localisation: Duché de Bourbonnais
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Ven 14 Oct - 17:09 (2011)    Sujet du message: Éducation nationale et violences scolaires Répondre en citant

Mavendorf a écrit:
Comment, comment ??Personne pour se lancer dans une dissertation sur la crise de l'autorité des enseignants à l'école ? C'est un sujet qui n'intéresse donc pas les légitimistes ?



Bon je vais être le premier à me lancer.
Premièrement, les détails sur cette affaire sont assez flous pour l'instant. Il semblerait que ce geste ait suivi une discussion houleuse avec ses élèves, mais j'ai lu qu'ils la trouvaient trop sévère.
Deuxièmement, découlant du premier point, la question est de savoir si dans le cas considéré on a affaire à une faiblesse d'autorité ou à une Fronde envers l'autorité de la part des élèves.

Si on se place d'un point de vue plus général, la question est moins importante car les deux choses existent. Déjà et j'ai pu parfois le vivre dans ma scolarité, certains professeurs ne savent ni se faire respecter, ni se faire obéir. Quand aux causes d'un tel phénomène, je ne saurais trop dire. Une certaine "désacralisation" de la transmission du savoir, une bureaucratisation des pédagogies, des idéologies qui donnent toutes les excuses aux élèves.
Ensuite, du côté des élèves ou des "apprenants" d'après les absurdités des pédagogues, il y a ce rejet de l'autorité, de la stature hiératique du maître, qui n'est pas général mais répandu. Ce qui créé un tel rejet, je pense que c'est la décatholicisation du pays, car tout sens sacré se perd, du sacré émanant toute autorité. L'"interdit d'interdire" des soixante-huitards n'est pas loin. De tels problèmes ne doivent pas se voir dans les établissements lefebvristes, m'est avis.
Les deux aspects que sont d'un côté l'incapacité des professeurs à se faire respecter et de l'autre le refus des élèves de se soumettre à l'autorité, sont à mon avis nés d'un même paradigme à savoir le libéralisme moral et l'idéologie multi-culturaliste. Fait aggravant, ces deux maux se soutiennent, se renforcent l'un l'autre. De multiples exemples l'illustrent.

P.S.: J'ajouterais que l'autoritarisme tyrannique de certains professeurs ne sert en rien à améliorer la situation.
_________________
Vera nobilitas virtute virescit - Droit quoiqu'il soit !


Revenir en haut
V.F.H.78
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 15 Oct - 15:03 (2011)    Sujet du message: Éducation nationale et violences scolaires Répondre en citant

Il s'agit là d'un effroyable fait divers.

Mais plus généralement, quand on parle de l'école, de l'éducation scolaire aujourd'hui, force est de constater que c'est de pire en pire au fur-et-à-mesure que les années passent. le niveau des élèves s'appauvrit, la discipline a disparu (la faute à qui?), les programmes scolaires deviennent du grand n'importe quoi... bref, tout part à vau-l'eau.
Plutôt que de se lamenter sur ce qui arrive et sortir sans cesse des idées plus débiles les unes que les autres, l'Education Nationale devrait à un moment donné dire stop : là on va dans le mur. La solution? revenir à des méthodes utilisées quand ça marchait bien. Dire qu'on se plante et revenir à de vieilles méthodes n'est pas un échec. Il faut juste savoir se remettre en question et repartir dans le bon sens. Ce que l'Education Nationale refuse constamment.


Revenir en haut
Lastic
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2011
Messages: 1 466
Localisation: Duché de Bourbonnais
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Dim 16 Oct - 23:51 (2011)    Sujet du message: Éducation nationale et violences scolaires Répondre en citant

V.F.H.78 a écrit:
Il s'agit là d'un effroyable fait divers.
Mais plus généralement, quand on parle de l'école, de l'éducation scolaire aujourd'hui, force est de constater que c'est de pire en pire au fur-et-à-mesure que les années passent. le niveau des élèves s'appauvrit, la discipline a disparu (la faute à qui?), les programmes scolaires deviennent du grand n'importe quoi... bref, tout part à vau-l'eau.
Plutôt que de se lamenter sur ce qui arrive et sortir sans cesse des idées plus débiles les unes que les autres, l'Education Nationale devrait à un moment donné dire stop : là on va dans le mur. La solution? revenir à des méthodes utilisées quand ça marchait bien. Dire qu'on se plante et revenir à de vieilles méthodes n'est pas un échec. Il faut juste savoir se remettre en question et repartir dans le bon sens. Ce que l'Education Nationale refuse constamment.


Je fais le même constat que vous. Le niveau des connaissances est catastrophique, les programmes sont ineptes (surtout en Histoire, mais je n'en parle pas plus sinon je vais m'énerver), et la discipline devient un mot rare dans le vocabulaire de l'enseignant. Dès la maternelle, les petits sont violents, y compris vis-à-vis de leurs instituteurs ! Je me souviens que de mon temps, personne ne l'aurait osé.
Quant à imaginer l'Education Nationale se remettre en cause, oui, quand les poules auront des dents. L'orgueil et la compétence infaillible des pédagogues, inspirés par les oracles du ministère, ne saurait accepter l'éventualité d'un doute sur l'efficacité du système éducatif.
Rechercher une bonne éducation pour les enfants, évidemment, mais dans quel cadre ? J'en viens à penser que, malgré toute les réformes de l'Education Nationale que nous pourrions imaginer, ce serait peine perdue. Est-ce-que ce n'est pas finalement le concept même d'Education Nationale qu'il faudrait supprimer ?

Pour terminer, une pensée pour cette malheureuse femme. Prions pour elle et pour son salut.
_________________
Vera nobilitas virtute virescit - Droit quoiqu'il soit !


Revenir en haut
Rodolphe von Thierstein
Les Chevaliers de la Couronne et de la Foi

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2011
Messages: 720
Localisation: Duché de Bourbonnais
Religion: Chrétien catholique
Masculin

MessagePosté le: Lun 17 Oct - 17:54 (2011)    Sujet du message: Éducation nationale et violences scolaires Répondre en citant

Lastic a écrit:


Je fais le même constat que vous. Le niveau des connaissances est catastrophique, les programmes sont ineptes (surtout en Histoire, mais je n'en parle pas plus sinon je vais m'énerver), et la discipline devient un mot rare dans le vocabulaire de l'enseignant.

Oui, notre niveau de connaissance au lycée est très bas, l'exemple typique c'est en histoire. Et ne parlons surtout pas des programmes, c'est odieux. En histoire-géographie, on a affaire à de la pure propagande, avec notamment une page scandaleuse dans notre manuel intitulée: "vers un nouvel ordre mondial pour le XXIème siècle", je vous laisse deviner le contenu... Le pire, c'est les langues vivantes: les cours d'anglais et d'allemand sont des monuments d'immigrolâtrie, ce qui fonds les programmes sont des adorateurs de l'homme déraciné, ou encore on tombe dans une niaise bien-pensance sur la ségrégation, le racisme ou les pauvres. Pendant ce temps, le grec et le latin sont désertés.
Mais je crois que cela dépasse le cadre éducatif, je pense que cela concerne la société dans sa totalité, les élèves sont ainsi à cause du milieu dans lequel ils vivent. En plus il est vrai que les professeurs ne sont pas toujours au point, c'est un cercle vicieux, ils ne savent pas se faire respecter, ce qui n'est pas trop grave dans un lycée général en classe de Terminal L, par exemple, mais beaucoup plus dans les collèges dit "sensibles".
_________________
Plus fideli quam vitae- Défiance et Fidélité.


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Mar 18 Oct - 17:40 (2011)    Sujet du message: Éducation nationale et violences scolaires Répondre en citant

Merci à tous pour vos réflexions pertinentes à ce sujet.

Citation:
Quand aux causes d'un tel phénomène, je ne saurais trop dire. Une certaine "désacralisation" de la transmission du savoir, une bureaucratisation des pédagogies, des idéologies qui donnent toutes les excuses aux élèves.
Ce qui créé un tel rejet, je pense que c'est la décatholicisation du pays, car tout sens sacré se perd, du sacré émanant toute autorité. 
C'est exact !

Il faut remonter un peu le temps pour comprendre l'origine de ces phénomènes actuels. Ni maîtres, ni écoles ne sont sortis du néant ! Les premières universités sont héritières d'une tradition très ancienne. A l'époque carolingienne fut imposée pour chaque établissement ecclésiastique d'entretenir une école, à la base ces écoles étaient destinées à la formation des jeunes clercs, mais ont par la suite été ouvertes aux laïcs. L'école est née de l'intelligente collaboration de l'Etat et de l'Eglise.

Faux procès qu'il est fait à l'Eglise, trop souvent accusée de vouloir entretenir l'ignorance parmi les populations pour mieux les dominer. L'intérêt des papes pour la construction des première universités, la protection et le développement de l'école montrent bien au contraire le souci permanent de l'Eglise pour l'enseignement. L'Eglise est une tradition, sa tâche principale est de transmettre le dépôt de la foi, éclairé par les décisions du Magistère, il s'agissait donc avec l'école de former des personnes capables de soigner les corps et les âmes, et capables de servir la société civile et l'Eglise. La raison se mettait au service de la foi en quête d'intelligence.

Citation:
Mais plus généralement, quand on parle de l'école, de l'éducation scolaire aujourd'hui, force est de constater que c'est de pire en pire au fur-et-à-mesure que les années passent. le niveau des élèves s'appauvrit, la discipline a disparu (la faute à qui?), les programmes scolaires deviennent du grand n'importe quoi... bref, tout part à vau-l'eau. 

La source des difficultés qui vinrent affaiblir l'éducation se trouve à la fin du "Moyen Age". Cette source est d'ordre philosophique, avec l'apparition de l'occanisme et du nominalisme, on recherchera à détacher la théologie de la philosophie au détriment de la tradition anselmienne (de foi en quête d'intelligence).

Dieu devient synonyme d'incertitude en philosophie, la preuve ne provient que de l'expérience (C'est la pensée de Guillaume Occam). Ces conceptions nominalistes sont devenues la référence dès le XIVè siècle, l'enseignement des universités en a été profondément marqué. Sans ce travail destructeur de la théologie, l'Occident n'aurait certainement pas connu les errements de la Renaissance et de la Réforme. C'est alors que les sciences de la nature ont commencé à se développer dans un autre contexte de rupture entre la foi et la raison. C'est la naissance du rationalisme, la science se developpe désormais contre la religion...
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lastic
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2011
Messages: 1 466
Localisation: Duché de Bourbonnais
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Mar 18 Oct - 20:32 (2011)    Sujet du message: Éducation nationale et violences scolaires Répondre en citant

Merci pour ces précisions, Mavendorf.
Pour compléter votre petit historiques de l'école sous la monarchie traditionnelle, je me permettrai de signaler en outre les efforts admirables de Louis XIV pour développer le tissu scolaire dans le royaume.
Quant aux calomnies contre l'Eglise, beaucoup oublient facilement l'incroyable étendue de l'oeuvre de l'Eglise Catholique en faveur de l'éducation, du développement économique, des soins des malades, des mourants, des pauvres, des mendiants, des pèlerins... Sans cela, peut-être ces gens ne seraient pas en mesure de critiquer, car leurs aïeux ont sans doute profiter des soins attentifs des clercs. Les ingrats...
_________________
Vera nobilitas virtute virescit - Droit quoiqu'il soit !


Revenir en haut
Jean Bart
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2011
Messages: 38
Masculin

MessagePosté le: Mer 19 Oct - 18:33 (2011)    Sujet du message: Éducation nationale et violences scolaires Répondre en citant

Cette pauvre femme est décédée.

Revenir en haut
Lastic
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2011
Messages: 1 466
Localisation: Duché de Bourbonnais
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Mer 19 Oct - 18:52 (2011)    Sujet du message: Éducation nationale et violences scolaires Répondre en citant

Oui, malheureusement...

Je poste un lien qui donne un éclaircissement sur l'affaire : http://www.leparisien.fr/faits-divers/beziers-le-pere-de-l-enseignante-immo…

Lorsqu'on lit qu'elle souhaitait "refonder une nouvelle et authentique école de la République", on entrevoit le terrible fourvoiement de sa part. Elle semble être parti d'un juste constat : la faillite de l'autorité. Mais, contaminée par la propagande républicaine, baignant durant toute sa vie dans les mensonges, elle n'a pu concevoir une autre voie que celle du dépérissement. Sans espérance, la seule délivrance fut la mort. Tout un symbole : "la démocratie, c'est la mort".
_________________
Vera nobilitas virtute virescit - Droit quoiqu'il soit !


Revenir en haut
Julien Sauvage
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 13 Juil 2011
Messages: 4
Localisation: Boulogne sur Mer
Religion: Chrétien
Masculin

MessagePosté le: Jeu 27 Oct - 18:06 (2011)    Sujet du message: Éducation nationale et violences scolaires Répondre en citant

Je ne suis pas d'accord avec certains propos tenus précédemment.
Ce n'est pas la rationalisation des savoirs et le désengagement du religieux qui est responsable de la situation actuelle, mais le vide éducatif et moral qui a suivi.
C'est d'ailleurs un point essentiel que la quasi totalité des "révolutionnaires" de tous bords oublie : il ne suffit pas de mettre à bas un système, il faut aussi être capable de le remplacer par un autre reprenant ses mêmes fonctions en les améliorant.
Cela n'a jamais été fait pour l'éducation et on s'est retrouvé, dans les années 68, avec un troupeau de brebis égarées scandant des slogans totalement inconsidérés et aux conséquences psychologiques désastreuses tel que "il est interdit d'interdire".
C'est de là que provient l'ensemble des problèmes de société que nous connaissons aujourd'hui et dont les maux de l'éducation nationale ne sont que l'un des symptômes. Le libéralisme, la permissivité, la non intervention, voilà l’ennemi!
L'être humain a besoin d'un cadre bien défini et de règles strictes pour pouvoir se développer de façon harmonieuse et devenir civiliser. La ripoublique, en refusant d'en donner, a enfanté des barbares et permis toutes les dérives qui existent actuellement.


Revenir en haut
Lastic
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2011
Messages: 1 466
Localisation: Duché de Bourbonnais
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Lun 31 Oct - 22:53 (2011)    Sujet du message: Éducation nationale et violences scolaires Répondre en citant

Julien Sauvage a écrit:
Ce n'est pas la rationalisation des savoirs et le désengagement du religieux qui est responsable de la situation actuelle, mais le vide éducatif et moral qui a suivi.


Posez-vous la question de l'origine de ce "vide éducatif et moral". La conclusion en sera vite évidente.

Je vous rejoins sur le désastre que représente mai 68 du point de vue de l'éducation. D'ailleurs nombres d'enseignants, à la retraite depuis peu, ou toujours en activité, sont de cette génération. C'est un cercle vicieux !

L'homme a besoin d'un cadre et de règles, c'est vrai, et la religion catholique en était un, d'autant meilleur qu'elle proclame la Vérité. Ce fut un cadre scolaire, mais aussi et surtout quotidien et familial. Cadre omniprésent civilisateur et élévateur.
La Révolution est dans l'incapacité, de par son essence, de bâtir une chose semblable.
 
_________________
Vera nobilitas virtute virescit - Droit quoiqu'il soit !


Revenir en haut
Templier
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 30 Sep 2011
Messages: 7
Localisation: Artois
Religion: catholique

MessagePosté le: Mer 2 Nov - 19:09 (2011)    Sujet du message: Éducation nationale et violences scolaires Répondre en citant

L'éducation maçonnique et socialo-communiste, la laïcisation de la masse, sont des dangers mortels qui pèsent sur l'avenir de la France.
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:48 (2016)    Sujet du message: Éducation nationale et violences scolaires

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Politique Française Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 312, 13, 14  >
Page 1 sur 14

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com