Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Idéalisme ou réalisme politique ?
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Politique Française
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Christine13
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2013
Messages: 176
Localisation: Provence
Religion: Catholique
Féminin

MessagePosté le: Mer 15 Oct - 19:23 (2014)    Sujet du message: Idéalisme ou réalisme politique ? Répondre en citant

Bonsoir a tous ,


Je sais que nous sommes dans une republique ,mais pourquoi notre Roi ne se presente t'il pas au election et ainsi gagnerais encore plus en popularite et naturelllement deviendrais le Roi de la France
_________________
Pour Dieu et le Roy !


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 15 Oct - 19:23 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
FLF_BZH
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2012
Messages: 1 759
Localisation: Dugeleh Breih — Duché de Bretagne
Masculin

MessagePosté le: Mer 15 Oct - 19:33 (2014)    Sujet du message: Idéalisme ou réalisme politique ? Répondre en citant

Christine13 a écrit:

Bonsoir a tous ,


Je sais que nous sommes dans une republique ,mais pourquoi notre Roi ne se presente t'il pas au election et ainsi gagnerais encore plus en popularite et naturelllement deviendrais le Roi de la France

Le Roi aurait tout à perdre d'une élection. Il se doit d'être au-dessus de toute division. Or, les élections, surtout celles que l'on subit, créent sans arrêt des divisions de tout ordre. De plus et surtout, sa légitimité vient de principes multiséculaires, des lois qui le dépassent, et qui font la force de notre monarchie, donc l'élection est absurde. Se présenter à une élection le décrédibiliserait complètement. Il se vendrait comme un banal politicard ambitieux, il passerait dans le camp de ceux qui détruisent la France que ses ancêtres ont permis de construire.
_________________
http://www.royalistesbretons.fr/


Revenir en haut
henri
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2014
Messages: 223
Localisation: SUD
Masculin

MessagePosté le: Mer 15 Oct - 20:55 (2014)    Sujet du message: Idéalisme ou réalisme politique ? Répondre en citant

Vilipender le nationalisme et le neo-paganisme n'est pas la panacée pour espérer la Restauration légitimiste ! ces concepts sont la suite logique, en réaction, d'un abandon par la république actuelle (nous en sommes à la 5ème !), de la défense du peuple français, et, sur le plan religieux, des dérives que tout le monde connaît !. Car enfin, le Pape, sauf erreur, est élu, et les cardinaux qui l'ont nommé, qui donc pourrait prétendre qu'ils en avaient la science divine motivant leur choix ?. Je pense même que le Pape actuel est peut-être bien franc-maçon !. Après cela, pourquoi pas Zeus ou Jupiter ?.  En ce qui concerne les élections et la "démocratie" (certes intéressantes dans de petites communautés citoyennes, sur l'Agora d'Athènes, à l'époque de Démosthène, mais le contexte actuel est différent), je citerai Oscar Wilde (un inverti, certes, mais pas un idiot) : "la démocratie, c'est la dictature du peuple, par le peuple, pour le peuple !" : je trouve cela bien résumé !. Reste le délicat pb de trouver les conditions nécessaires à restaurer une monarchie légitime ! . Tout d'abord il appartient à l'héritier du Trône, Louis XX, de nous dire son souhait ! ..... Je pense qu'il ne le fera que si la situation politique en France permet d'espérer le retour à cette légitimité. Notre tâche consiste donc à créer les conditions adéquates, tout d'abord rassembler en évitant des exclusions mortifères les éléments populaires qui veulent le changement, ensuite encadrer ce mouvement ! . Ce que j'en dis là, n'est qu'une approche modeste, sans aucune prétention, pour apporter  au débat un éclairage parmi d'autres .....  
_________________
Dans l'attente de la Restauration !.


Revenir en haut
Minervalis
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2012
Messages: 229
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Jeu 16 Oct - 06:52 (2014)    Sujet du message: Idéalisme ou réalisme politique ? Répondre en citant

Christine13 a écrit:
Je sais que nous sommes dans une république ,mais pourquoi notre Roi ne se présente t'il pas aux élections et ainsi gagnerait encore plus en popularité et naturellement deviendrait le Roi de la France


Un roi ne peut pas être élu: une origine aussi impure que le vote populaire comme source de son pouvoir ferait aussitôt de lui un partisan des uns contre les autres.


Revenir en haut
henri
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2014
Messages: 223
Localisation: SUD
Masculin

MessagePosté le: Jeu 16 Oct - 21:58 (2014)    Sujet du message: Idéalisme ou réalisme politique ? Répondre en citant

Le Roi se présenter à des élections républicaines ? ..... Inconcevable ! mais il peut y avoir un partisan de la Restauration qui s'y présente, ou bien une action populaire d'envergure qui acclame cette Restauration ! (c'est ce que j'imagine possible, mais je ne suis pas qualifié pour prétendre tout cela !). 
_________________
Dans l'attente de la Restauration !.


Revenir en haut
propatria
Vicomte

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2012
Messages: 370
Localisation: Limousin
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Ven 17 Oct - 08:48 (2014)    Sujet du message: Idéalisme ou réalisme politique ? Répondre en citant

FLF_BZH a écrit:
Christine13 a écrit:

Bonsoir a tous ,


Je sais que nous sommes dans une republique ,mais pourquoi notre Roi ne se presente t'il pas au election et ainsi gagnerais encore plus en popularite et naturelllement deviendrais le Roi de la France

Le Roi aurait tout à perdre d'une élection. Il se doit d'être au-dessus de toute division. Or, les élections, surtout celles que l'on subit, créent sans arrêt des divisions de tout ordre. De plus et surtout, sa légitimité vient de principes multiséculaires, des lois qui le dépassent, et qui font la force de notre monarchie, donc l'élection est absurde. Se présenter à une élection le décrédibiliserait complètement. Il se vendrait comme un banal politicard ambitieux, il passerait dans le camp de ceux qui détruisent la France que ses ancêtres ont permis de construire.


RIEN D'AUTRE à DIRE
_________________
« La Contre-révolution ne doit pas être une révolution contraire, mais le contraire de la Révolution. »


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Léandre de Brisaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 428
Localisation: Bugey Blanc
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Ven 17 Oct - 13:34 (2014)    Sujet du message: Idéalisme ou réalisme politique ? Répondre en citant

henri a écrit:

Vilipender le nationalisme et le neo-paganisme n'est pas la panacée pour espérer la Restauration légitimiste ! ces concepts sont la suite logique, en réaction, d'un abandon par la république actuelle (nous en sommes à la 5ème !), de la défense du peuple français, et, sur le plan religieux, des dérives que tout le monde connaît !. Car enfin, le Pape, sauf erreur, est élu, et les cardinaux qui l'ont nommé, qui donc pourrait prétendre qu'ils en avaient la science divine motivant leur choix ?. Je pense même que le Pape actuel est peut-être bien franc-maçon !. Après cela, pourquoi pas Zeus ou Jupiter ?

L'idéologie nationaliste est, avec l'idéologie socialiste et l'idéologie libéraliste, l'une des trois fille de la révolution. Il est donc impensable de voir des légitimistes ne pas la dénoncer compte tenu du fait qu'elle trouve sa source et son inspiration dans la révolution. Sa Majesté le Roi Louis XVI a été décapité sous les cris de "Vive la Nation !"
Le néopaganisme est largement influencé par l'apport de religions polythéistes, d'ésotérisme et de sorcellerie, je ne vois donc pas bien comment les légitimistes pourraient accepter de se battre au côté de néo-païens qui ont pour leur grande majorité une haine viscérale envers le Christ et la religion catholique qu'ils accusent d'avoir détruit les religions des ancêtres. L'Eglise, malgré certaines errances, s'est toujours sortie des mauvais pas car elle est toute seule à défendre la seule vraie religion.
La Vérité ne se monnaie pas, ne se travestie pas, ne s'occulte pas tant au niveau politique qu'au niveau religieux. C'est ce pour quoi nous, légitimistes, nous battons et il nous est impossible d'adhérer à des idéologies allant à l'encontre de la Vérité sans trahir le combat que nous menons.


henri a écrit:

En ce qui concerne les élections et la "démocratie" (certes intéressantes dans de petites communautés citoyennes, sur l'Agora d'Athènes, à l'époque de Démosthène, mais le contexte actuel est différent), je citerai Oscar Wilde (un inverti, certes, mais pas un idiot) : "la démocratie, c'est la dictature du peuple, par le peuple, pour le peuple !" : je trouve cela bien résumé !
Laissez moi rire, après plus de deux siècles de démo(n)cratie nous nous rendons bien compte que cette citation est parfaitement erronée. Pour coller à la réalité il faudrait plutôt dire "La démocratie, c'est la dictature du peuple, par le peuple, contre lui-même"...


henri a écrit:

Reste le délicat pb de trouver les conditions nécessaires à restaurer une monarchie légitime ! . Tout d'abord il appartient à l'héritier du Trône, Louis XX, de nous dire son souhait ! ..... Je pense qu'il ne le fera que si la situation politique en France permet d'espérer le retour à cette légitimité. Notre tâche consiste donc à créer les conditions adéquates, tout d'abord rassembler en évitant des exclusions mortifères les éléments populaires qui veulent le changement, ensuite encadrer ce mouvement !

Et que pensez vous que nous faisons à l'UCLF ? Que nous nous tournons les pouces ? Ce n'est pas en présentant des clowns avec une étiquette royaliste aux élections démo(n)cratiques  que l'on créé les conditions adéquates pour une restauration monarchique. D'ailleurs il n'y a qu'à voir les résultats desdits clowns pour se rendre compte que c'est une technique totalement suicidaire.


henri a écrit:

Ce que j'en dis là, n'est qu'une approche modeste, sans aucune prétention, pour apporter  au débat un éclairage parmi d'autres .....  

Vous faites bien de préciser que c'est une approche sans aucune prétention, elle a déjà été tentée et n'a jamais fonctionné, pire, elle permet à nos ennemis de gagner toujours plus de terrain.
_________________
«Être ouvert à son temps, ce n’est pas en accepter benoîtement les dérives et les propositions contre
nature.» Louis XX, le 31 mai 2015


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 612

MessagePosté le: Ven 17 Oct - 14:26 (2014)    Sujet du message: Idéalisme ou réalisme politique ? Répondre en citant

1)La révolution et ses adeptes, par les loges, va introduire un détournement, une déformation, un négation du principe de légitimité. Pour elle la légitimité, c'est la modernité. La procédure traditionnelle de la légitimité, a été mis à mal par la vérité républicaine philosophique, économique, politique.


Pour montrer un point tout a fait spectaculaire, c'est ce qu'on avait fait en 1951 à 1956 avec les apparentements, ou on arrivait à une situation, ou la liste en tête avec parfois 25 pour cent n'avait pas de majorité, et des listes qui avait 9 pour cent, en avait une. Là, on frise le génie de l'absurde, dans la manipulation, l'art royal supplanté par le jeu électoral est parfaitement maîtrisé. De quoi s'agit-il?


Il s'agit en fait que quelque soit l'expression du suffrage, cette expression soit organisée de sorte, que la représentation soit à peu près conforme à ce qu'on attend!
Et quand ce n'est pas tout a fait le cas, aujourd’hui c'est un peu plus difficile encore. Pendant la troisième république, il y avait le système des invalidations au troisième tour. Premier tour, deuxième tour, les députés sont élus, troisième tour, allez on va voire la liste des députés de l'opposition, (émargés comme dans le panachage d'une liste de mairie), un tel invalidé, un autre invalidé, (élections de 1877, de 1880,) c'est comme cela que la république à suffrage post-censitaire c'est imposée en France.


En invalidant à tour de bras, tous les députés monarchistes, qui étaient élus avec moins de 10 points d'avance. Notamment sur Angers, Fougères Avranches. Lyon... comme dans tous les départements naissants de ces régions passées aux laminoirs civils, qui était élu avec 58 points d'avance ou l'invalidation était systématique. Ce n'était pas une élection qui se faisait sur le fil. Une pression du népos jacobin préfectoral, le copain républicain passe par le piston sur la validation. La fois suivante les électeurs remettaient les monarchistes dans l'urne, ils étaient ré invalidés, et cela s'est produit plusieurs fois. Un républicain qui passait avec une voix d'avance, il était sur de ne pas être invalidé.
Ainsi la majorité regagnait 30 voir 40 voir 50 sièges. Là, nous touchons un aspect du système représentatif qui présente une rigueur profondément oligarchique, dans son essence.


Il faut mentionner également, dans cet art royal, le rôle du club des jacobins, et l'ambition régénératrice dont il a été le porteur, le promoteur. Qui est il? A l'origine c'est un club de députés, breton, c'est un groupe parlementaire, ou est réparti le travail, ou est définie la stratégie, et puis c'est devenu un réseau, de sociétés, privilégiées, et donc un puissant moyen de manipulation de l'opinion.


2)Avant chaque coup de force, avant chaque mouvement un peu brusque, le 10 août, le 31mai 1793, lors de la nomination des girondins, on assiste à un préparation psychologique de l'opinion par le biais de sociétés affiliés, aujourd'hui les médias, ou les réseaux sociaux, par des consignes, faites provoquer des pétitions, demandant telle ou telle chose (Ex le 10 août, est demandée la déchéance du Roi, le 31 mai, l'élimination des girondins), puis en septembre 1793, nouvelles consignes, élaboration d'une nouvelle constitution. La constitution à été ratifiée par référendum (référent d'hommes). Ils ont votés, les 25 pour qui étaient là, et c'est ainsi que l'on met en œuvre la constitution (comme le référendum du président Sarkosy), et donc si sont organisées des élections, les girondins vont nous faire la peau dès six semaines, ils sont en prison, ils vont être réélus dans les circonscriptions et ils vont revenir à l'assemblée. De plus, nous risquons de voir rappliquer un certain nombre de royalistes, qui eux aussi ont été élus.


Les jacobins viennent d'arriver au pouvoir, ce n'est pas pour le perdre aussi vite. Il faut trouver un tour de passe passe pour la constitution ne puisse revenir à d'autres. C'est


et des pétitions qui remontent 15 jours après la proclamation de la constitution. Elle disent toutes la même chose. Que la montagne reste à son poste dirait Jean Ferrat, et notre triomphe et assuré. (Exemple La société populaire et le citoyens d'Angers, ce qui n'est tout à fait faux pour un révolutionnaire; curieusement ces que sur trente mille habitants d'Angers ils sont trente. A trente, ils sont le peuple. Le peuple demande que ceci, le peuple demande que cela. Est fabriqué un mouvement d'opinions artificielles avec ces centaines de pétitions, est avec ce mouvement, est justifié le coup de force qui est prévu depuis le départ (ex:10 octobre la suspension de la constitution, du gouvernement révolutionnaire.)


3)C'est gouvernement révolutionnaire qui donnant aux jacobins les moyens d'actions, va mettre en place ce programme de régénération, qui est le cœur du dessein révolutionnaire. faire naître un monde nouveau, régénérer la république, et régénérer l'homme pour rendre celui-ci compatible avec ce monde nouveau. Sous le contrat social, ou tout est artificiel, ou tout est le fruit de la législation, comme le clame la loi de la fédération "l'expression de la volonté générale" elle se définit et se mêle de tout. Elle se mêle de l'instruction, elle se mêle de la religion, elle se mêle du temps, elle se mêle de l’organisation de la journée, du calendrier révolutionnaire. Elle instaure une nouvelle religion (comme le fera Peillon) de l'être supr-haine. Elle se mêle du droit privé, change les successions.


La loi est là pour supprimer tous ceux qui ne sont pas rééligibles (les opposants comme pour l'épuration) et ils sont de plus en plus nombreux. Plus la révolution se radicalise, comme actuellement, moins l'adhésion populaire existe, plus elle est violente (par l'économie) pour s'imposer et par opposition plus la liste de ces ennemis est en progression constante. Et cela donne la terreur, le massacre paysan sur les deux berges du Rhin en 1914, l'épuration en 1945, qui à été porté à son paroxysme dans l'avortement, par les représentants dans cette dé-génération ( dit la chanson)


La semence civile est toujours là, comme la religion civile ou le calendrier républicain, ainsi que l'instrumentalisation civique de l'instruction, des fêtes. Par la suite, sous le directoire, et sous l'usurpation du tandem Talleyrand-Napoléon s'en servira le code civil pour ranimer la révolution.


Ce dessein de la révolution de 1789 réapparaît aux moments opportuns par époque, commencement de la troisième république, jusqu’à la république radicale de 14.


Elle réapparaît depuis quelques années. Il suffit pour s'en convaincre, des ses desseins réactifs, de lire les écrits de nos ministres, l'ouvrage qui en porte le sceau: "La révolution n'est pas terminée" de Peillon V. Il est toujours question de changer de civilisation, de faire naître un nouvel homme.(le sien)


4)Ce n'est pas une rixe ou un choc ordinaire, il se joue au fur et à mesure du temps notre civilisation, notre survie, de ce qui tient encore debout de notre vieille civilisation royale. Nous ne sommes plus sur le sol du Royaume de France que par sang et par devoir. Nous n'y sommes plus, au nom de tous les nôtres, par opposition aux votes et par oppositions aux droits anonymes, du papier légal et asservissant de l'indignité républicaine.




Plagiat de Mr Pichot Bravard, sur l'essence et l'énergie révolutionnaire.
_________________


Revenir en haut
propatria
Vicomte

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2012
Messages: 370
Localisation: Limousin
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Ven 17 Oct - 14:44 (2014)    Sujet du message: Idéalisme ou réalisme politique ? Répondre en citant

Léandre de Brisaux a écrit:
henri a écrit:

Vilipender le nationalisme et le neo-paganisme n'est pas la panacée pour espérer la Restauration légitimiste ! ces concepts sont la suite logique, en réaction, d'un abandon par la république actuelle (nous en sommes à la 5ème !), de la défense du peuple français, et, sur le plan religieux, des dérives que tout le monde connaît !. Car enfin, le Pape, sauf erreur, est élu, et les cardinaux qui l'ont nommé, qui donc pourrait prétendre qu'ils en avaient la science divine motivant leur choix ?. Je pense même que le Pape actuel est peut-être bien franc-maçon !. Après cela, pourquoi pas Zeus ou Jupiter ?

L'idéologie nationaliste est, avec l'idéologie socialiste et l'idéologie libéraliste, l'une des trois fille de la révolution. Il est donc impensable de voir des légitimistes ne pas la dénoncer compte tenu du fait qu'elle trouve sa source et son inspiration dans la révolution. Sa Majesté le Roi Louis XVI a été décapité sous les cris de "Vive la Nation !"
Le néopaganisme est largement influencé par l'apport de religions polythéistes, d'ésotérisme et de sorcellerie, je ne vois donc pas bien comment les légitimistes pourraient accepter de se battre au côté de néo-païens qui ont pour leur grande majorité une haine viscérale envers le Christ et la religion catholique qu'ils accusent d'avoir détruit les religions des ancêtres. L'Eglise, malgré certaines errances, s'est toujours sortie des mauvais pas car elle est toute seule à défendre la seule vraie religion.
La Vérité ne se monnaie pas, ne se travestie pas, ne s'occulte pas tant au niveau politique qu'au niveau religieux. C'est ce pour quoi nous, légitimistes, nous battons et il nous est impossible d'adhérer à des idéologies allant à l'encontre de la Vérité sans trahir le combat que nous menons.


henri a écrit:

En ce qui concerne les élections et la "démocratie" (certes intéressantes dans de petites communautés citoyennes, sur l'Agora d'Athènes, à l'époque de Démosthène, mais le contexte actuel est différent), je citerai Oscar Wilde (un inverti, certes, mais pas un idiot) : "la démocratie, c'est la dictature du peuple, par le peuple, pour le peuple !" : je trouve cela bien résumé !
Laissez moi rire, après plus de deux siècles de démo(n)cratie nous nous rendons bien compte que cette citation est parfaitement erronée. Pour coller à la réalité il faudrait plutôt dire "La démocratie, c'est la dictature du peuple, par le peuple, contre lui-même"...


henri a écrit:

Reste le délicat pb de trouver les conditions nécessaires à restaurer une monarchie légitime ! . Tout d'abord il appartient à l'héritier du Trône, Louis XX, de nous dire son souhait ! ..... Je pense qu'il ne le fera que si la situation politique en France permet d'espérer le retour à cette légitimité. Notre tâche consiste donc à créer les conditions adéquates, tout d'abord rassembler en évitant des exclusions mortifères les éléments populaires qui veulent le changement, ensuite encadrer ce mouvement !

Et que pensez vous que nous faisons à l'UCLF ? Que nous nous tournons les pouces ? Ce n'est pas en présentant des clowns avec une étiquette royaliste aux élections démo(n)cratiques  que l'on créé les conditions adéquates pour une restauration monarchique. D'ailleurs il n'y a qu'à voir les résultats desdits clowns pour se rendre compte que c'est une technique totalement suicidaire.


henri a écrit:

Ce que j'en dis là, n'est qu'une approche modeste, sans aucune prétention, pour apporter  au débat un éclairage parmi d'autres .....  

Vous faites bien de préciser que c'est une approche sans aucune prétention, elle a déjà été tentée et n'a jamais fonctionné, pire, elle permet à nos ennemis de gagner toujours plus de terrain.

LEANDRE DE BRISAUX est excellent du début à la fin ,non nous ne nous tournons pas les pouces !
_________________
« La Contre-révolution ne doit pas être une révolution contraire, mais le contraire de la Révolution. »


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Ven 17 Oct - 17:19 (2014)    Sujet du message: Idéalisme ou réalisme politique ? Répondre en citant

Léandre de Brisaux a écrit:

henri a écrit:

Vilipender le nationalisme et le neo-paganisme n'est pas la panacée pour espérer la Restauration légitimiste ! ces concepts sont la suite logique, en réaction, d'un abandon par la république actuelle (nous en sommes à la 5ème !), de la défense du peuple français, et, sur le plan religieux, des dérives que tout le monde connaît !. Car enfin, le Pape, sauf erreur, est élu, et les cardinaux qui l'ont nommé, qui donc pourrait prétendre qu'ils en avaient la science divine motivant leur choix ?. Je pense même que le Pape actuel est peut-être bien franc-maçon !. Après cela, pourquoi pas Zeus ou Jupiter ?


L'idéologie nationaliste est, avec l'idéologie socialiste et l'idéologie libéraliste, l'une des trois fille de la révolution. Il est donc impensable de voir des légitimistes ne pas la dénoncer compte tenu du fait qu'elle trouve sa source et son inspiration dans la révolution. Sa Majesté le Roi Louis XVI a été décapité sous les cris de "Vive la Nation !"
Le néopaganisme est largement influencé par l'apport de religions polythéistes, d'ésotérisme et de sorcellerie, je ne vois donc pas bien comment les légitimistes pourraient accepter de se battre au côté de néo-païens qui ont pour leur grande majorité une haine viscérale envers le Christ et la religion catholique qu'ils accusent d'avoir détruit les religions des ancêtres. L'Eglise, malgré certaines errances, s'est toujours sortie des mauvais pas car elle est toute seule à défendre la seule vraie religion.
La Vérité ne se monnaie pas, ne se travestie pas, ne s'occulte pas tant au niveau politique qu'au niveau religieux. C'est ce pour quoi nous, légitimistes, nous battons et il nous est impossible d'adhérer à des idéologies allant à l'encontre de la Vérité sans trahir le combat que nous menons.


Wink Okay
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
henri
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2014
Messages: 223
Localisation: SUD
Masculin

MessagePosté le: Ven 17 Oct - 20:56 (2014)    Sujet du message: Idéalisme ou réalisme politique ? Répondre en citant

N'y a-t-il pas une difficulté à équivaloir le concept actuel de "nationalisme" avec le sens qu'il en avait à l'époque des jacobins coupeurs de têtes ?.  Je vous dirai que lorsque j'étais étudiant les vendeurs de "Aspects de la France" (le journal royaliste reprenait ainsi le sigle A.F. à l'époque interdit) faisaient partie de mes amis, mais l'action se déroulait ailleurs ! voyez-vous, les marxistes tenaient le terrain universitaire, et seuls les "natios" comme moi s'y opposaient, autrement que par le Verbe !... il faut bien comprendre que la pensée est une chose, et que les nécessités du moment, qui fondent éventuellement l'action politique, en sont une autre ; en ce sens je n'ai fait que suivre les conseils éclairés du colonel Château-Jobert, fondateur du Mouvement Contrerévolutionnaire (il souhaitait qu'il n'y eût point de "tiret" dans le terme) : il s'est battu avec les compagnons d'armes que la Providence lui envoya ! . Mais du moins s'est-il battu !.  Il n'y aura pas en France de "putsch" royaliste : l'armée n'existe presque plus ! il n'y aura pas de conversion magique du peuple et de ses prétendues "élites" à un retour à la monarchie légitime ! ; il y aura un combat dans lequel prendront part différentes options, et dont l'objectif sera d'abattre la république ! : c'est un préalable absolu, ensuite Dieu, Zeus, ou Jupiter, feront le tri ..... L'essentiel étant que Louis XX retrouve sa place sur le trône de France.
_________________
Dans l'attente de la Restauration !.


Revenir en haut
Minervalis
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2012
Messages: 229
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Ven 17 Oct - 21:49 (2014)    Sujet du message: Idéalisme ou réalisme politique ? Répondre en citant

Le terme de "nation" a toujours aujourd'hui le sens que lui ont donné les révolutionnaires, celui de la construction purement intellectuelle d'un pays qui n'a de lien avec ses ressortissants ni historique ni génétique ni quoi que ce soit d'humain ce lien étant censé être une communauté de principes abstraits (et étant en réalité le hasard plus ou moins grand qui fait naître sur le territoire). Le terme de nation existait avant la révolution avec le sens de "peuple", et c'est le propre de tous les régimes dictatoriaux de changer le sens des mots.

Revenir en haut
REQUETE CARLISTE
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2011
Messages: 1 150
Localisation: Provence
Religion: catholique romain FSSPX
Masculin

MessagePosté le: Sam 18 Oct - 07:55 (2014)    Sujet du message: Idéalisme ou réalisme politique ? Répondre en citant

C'est une utopie des nationalistes de toujours tourner le regard vers l'institution militaire. Si elle est dans le même état que l'Armee royale à l'aube de la révolution bourgeoise ( n'en déplaise au pseudo gauchiste Melenchon) elle doit alors être complètement noyautée par la FM comme le sont d'ailleur les forces de sécurité. Je parle pour ce qui est de l'encadrement et des officiers supérieurs. Même si bien sur d'honnêtes et sincères patriotes et fils de bonne famille tradi s'engagent pour servir la patrie, ils ne sont qu'une minorité.


Il est facile de toujours nous rétorquer que les nationalistes ont pour eux de faire du bruit et de battre le pavé ou de monter la garde dans certaines universités. Mais leur combat est sans issue. Ils sont un peu comme au milieu du guet. Ils veulent changer la société mais sans remettre en cause l'institution et son héritage révolutionnaire. Quel gâchis pour eux de ne pas connaître la légitimité, de ne pas s'engager pour restaurer le Trône et l'Autel plutôt que de suivre des petits chefs, cloisonnés dans des petites chapelles. C'est un peut l'esprit gaulois que nous retrouvons là, si chère à la république pour tenter de gommer 1000 ans de pouvoir et de tradition royale d'unification de la France.


Alors oui pour l'action bien sur! Mais en œuvrant pour le roi, lieutenant de Notre Seigneur Jésus Christ. La France ne pourras exister et se sauver que sous la protection de la couronne et des lys,. 
_________________
POUR DIEU, LA PATRIE ET LE ROI



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
le limule
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2012
Messages: 78
Localisation: Bruxelles
Masculin

MessagePosté le: Sam 18 Oct - 12:02 (2014)    Sujet du message: Idéalisme ou réalisme politique ? Répondre en citant

henri a écrit:

N'y a-t-il pas une difficulté à équivaloir le concept actuel de "nationalisme" avec le sens qu'il en avait à l'époque des jacobins coupeurs de têtes ?.  Je vous dirai que lorsque j'étais étudiant les vendeurs de "Aspects de la France" (le journal royaliste reprenait ainsi le sigle A.F. à l'époque interdit) faisaient partie de mes amis, mais l'action se déroulait ailleurs ! voyez-vous, les marxistes tenaient le terrain universitaire, et seuls les "natios" comme moi s'y opposaient, autrement que par le Verbe !... il faut bien comprendre que la pensée est une chose, et que les nécessités du moment, qui fondent éventuellement l'action politique, en sont une autre ; en ce sens je n'ai fait que suivre les conseils éclairés du colonel Château-Jobert, fondateur du Mouvement Contrerévolutionnaire (il souhaitait qu'il n'y eût point de "tiret" dans le terme) : il s'est battu avec les compagnons d'armes que la Providence lui envoya ! . Mais du moins s'est-il battu !.  Il n'y aura pas en France de "putsch" royaliste : l'armée n'existe presque plus ! il n'y aura pas de conversion magique du peuple et de ses prétendues "élites" à un retour à la monarchie légitime ! ; il y aura un combat dans lequel prendront part différentes options, et dont l'objectif sera d'abattre la république ! : c'est un préalable absolu, ensuite Dieu, Zeus, ou Jupiter, feront le tri ..... L'essentiel étant que Louis XX retrouve sa place sur le trône de France.

Bonjour,

Vous vous êtes battu contre les "marxistes", et votre anticommunisme a fait avancer quoi? Depuis 1990, votre cause a-t-elle avancé d'un pouce? Marine Le Pen est plus républicaine que jamais et surtout le libéralisme est plus puissant que jamais, vous l'avez aidé à abattre un de ses "ennemis" (je mets des guillemets parce que le communisme n'est bien sûr qu'une des incarnations de la révolution, libérale dans son essence). Vous vous gargarisez d'avoir été l'auxiliaire d'une politique que vous dites combattre et vous voudriez nous convaincre que c'est la voie à suivre?

La lutte contre la révolution ne peut être une affaire de coups de main, de barbouzes, mais bien de principes. L'essentiel n'étant pas que Louis XX remonte sur un trône, mais bien les conditions de cette restauration. Le comte de Chambord a illustré cela au plus haut point. C'est là le message et la grandeur du Légitimisme, son "trésor" issu d'une histoire millénaire, il convient à chacun de le comprendre et de le faire partager.
Espérer "faire le tri après" Rolling Eyes (sans parler de Zeus et Jupiter, dont on voit mal ce qu'ils ont à faire ici...)
_________________
Nous sommes quatre gentilshommes de Guyenne qui combattons en lice, et courons la bague contre tous allants et venants : moi, Sansac, Essé et Chataigneraye.


Revenir en haut
henri
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2014
Messages: 223
Localisation: SUD
Masculin

MessagePosté le: Sam 18 Oct - 19:54 (2014)    Sujet du message: Idéalisme ou réalisme politique ? Répondre en citant

Comment envisager la Restauration autrement que par une action politique sur le terrain ?. En brûlant des cierges dans les lieux consacrés par un pape franc-maçon ?.
_________________
Dans l'attente de la Restauration !.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:49 (2016)    Sujet du message: Idéalisme ou réalisme politique ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Politique Française Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 3 sur 6

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com