Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La guerre des Paysans de 1798 (massacre napoléonien)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 767

MessagePosté le: Lun 4 Déc - 09:34 (2017)    Sujet du message: La guerre des Paysans de 1798 (massacre napoléonien) Répondre en citant

La guerre des Paysans de 1798 (en néerlandais : Boerenkrijg) est une insurrection contre-révolutionnaire de paysans de Flandre, de la région de Liège et du Luxembourg contre la République française.






Peinture de C meunier.


En 1794, la victoire française à la Bataille de Fleurus provoque l'invasion et l'annexion à la République française des Pays-Bas autrichiens qui deviennent les neuf départements réunis. L'insurrection éclate en octobre 1798, par rejets des lois anti-catholiques et de la conscription instaurées par les Républicains, elle s'achève en décembre lorsque les rassemblements sont écrasés par les Français lors de divers combats décisifs livrés à Bornem, Diest, Mol et Hasselt.






Un Mémorial des royalistes est à Ingelmunster


Paysans contre-révolutionnaires


Commandants
Claude-Sylvestre Colaud
Jean-François Micas
Henri Antoine Jardon
François Barthélemy Beguinot
Emmanuel Jozef van Gansen
Jan Cornelis Eelen
Pieter Corbeels †
Emmanuel Rollier
Albert Meulemans †
Michiel van Rompay
Antoine Constant †
Franz Seger
Jan-Baptist Eeckhoudt †
Charles de Loupoigne






Les royalistes adoptent différents signes de ralliement, l'emblème le plus répandu étant une croix rouge sur fond blanc, elle est arborée sur les drapeaux, cousue sur la poitrine ou portée sur les chapeaux et les brassards. On relève des cocardes noires et jaunes de l'Autriche, d'autres oranges ou encore les couleurs noires, jaunes et rouges des États belges unis. Les royalistes flamands ornent souvent leurs chapeaux d'une branche de buis ou d'un plumet vert.


En Flandre (départements de la Lys et de l'Escaut) et au Brabant (départements des Deux-Nèthes et de la Dyle) la guerre s'appelle Boerenkrijg. Une troupe de 5 000 à 10 000 royalistes poursuivie à travers la Campine par l'armée française, menée par le général wallon Jardon, est défaite à Hasselt (département de la Meuse-Inférieure), le 5 décembre 1798. Il y a eu plusieurs centaines de morts et une sévère répression (170 exécutions des chefs de file). Un autre groupe est allé en direction de la côte, au-devant des Britanniques.


Aux Pays wallons, comme le Brabant wallon, le Hainaut (département de Jemappes), Namur (département de Sambre-et-Meuse) et Liège (département de l'Ourthe) il y avait une faible résistance, supportée par exemple par l'abbé de Gembloux, dom Colomban Wilmart. Mais en général, l'acceptation de l'adhésion à la France et la collaboration des autorités locales à la conscription étaient plus importantes.


Au Luxembourg (département des Forêts) on parle de la guerre des gourdins  (Klëppelkrich). Après quelques premiers attroupements à la mi-octobre 1798, les insurgés se rassemblèrent dans le nord du pays. Le 30 octobre 1798, ils furent défaits et mis en fuite par deux colonnes de gendarmes et de soldats français à Clervaux et à Arzfeld. Le massacre de deux gendarmes français à Asselborn par des insurgés rentrés chez eux marqua la fin de l'insurrection au Luxembourg. Une trentaine d'insurgés furent condamnés à mort par des tribunaux militaires. Les sentences furent exécutées par la fusillade ou par la guillotine. Au Luxembourg, Michel Pintz, l'un des responsables de la fusillade d'Asselborn, est devenu une figure emblématique de la révolte.


La révolte anti-révolutionnaire ou mouvement de libération connurent toujours des interprétations très différentes :


Les historiens catholiques ont glorifié le caractère clérical de cette guerre.
Les historiens nationalistes du XIXe siècle ont interprété ces événements comme une révolte nationale belge, alors que cette rébellion était avant tout contre-révolutionnaire.
A l'opposé, le conflit étant presque exclusivement localisé en terre flamande, les historiens flamands ont interprété la résistance à la conscription comme un événement national flamand.




Pour  Xavier Rousseaux, historien, environ 5 000 insurgés seraient morts, 1 800 ont été faits prisonniers et parmi ces derniers 300 auraient été exécutés.


Par les données collectées par les autorités républicaines dans les 9 départements réunis, 5 608 insurgés auraient été tués par l’armée ou la gendarmerie et 1 687 auraient été arrêtés, 648 prêtres auraient également été capturés et déportés. Les pertes sont surtout importantes dans le département de la Dyle, où l'on a recensé 2 712 rebelles tués et 304 prisonniers ainsi que 120 prêtres.


Nous rendons hommage à nos voisins belges pour ce combat contre la gueuse. Qu'ils prient et intercèdent pour nos rois respectifs!
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 4 Déc - 09:34 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
GiBy
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2016
Messages: 59
Masculin

MessagePosté le: Lun 4 Déc - 10:38 (2017)    Sujet du message: La guerre des Paysans de 1798 (massacre napoléonien) Répondre en citant

Auriez-vous des sources à partager? J'ignorais complètement cet évènement

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
nicole
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2011
Messages: 12
Localisation: wolfisheim
Religion: catholique
Féminin

MessagePosté le: Lun 4 Déc - 16:06 (2017)    Sujet du message: La guerre des Paysans de 1798 (massacre napoléonien) Répondre en citant

Je serais intéressée  par plus d informations sur ce sujet  , que je ne connaissais pas

Revenir en haut
pilayrou
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 03 Oct 2017
Messages: 13
Localisation: Brest
Religion: Sans
Masculin

MessagePosté le: Mar 5 Déc - 08:27 (2017)    Sujet du message: La guerre des Paysans de 1798 (massacre napoléonien) Répondre en citant

Pourquoi napoléoniens ? Il n'était pas au pouvoir et combattait en Egypte !  Shocked
_________________
"Je sais que le fils de Louis XVI existe"
Paul de Barras - sous le Consulat.


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 4 071
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Jeu 7 Déc - 19:33 (2017)    Sujet du message: La guerre des Paysans de 1798 (massacre napoléonien) Répondre en citant

GiBy a écrit:
Auriez-vous des sources à partager? J'ignorais complètement cet évènement




Il existe ce document en ligne sur le site de la BNF, qui traite de ce sujet : ICI
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 767

MessagePosté le: Jeu 7 Déc - 23:09 (2017)    Sujet du message: La guerre des Paysans de 1798 (massacre napoléonien) Répondre en citant

Napoléon l'aventurier étranger, n'est qu'une hydre de la politique anglaise comme Voltaire. En quelle année, à-t-il été projeté au pouvoir, au champ de Mars, après le crash boursier? Ces actions en Egypte, prouve sa complicité dans ces actes honteux, dans l'obéissance à ses supérieurs.


Vous avez raison, l'armée parallèle républicaine du corse ne massacrait pas en Lotharingie, mais en Egypte...


Italie 1797 Le général corse fait savoir au général Victor son «  étonnement » de le voir rester inactif à Trévise au lieu de disperser les rassemblements de paysans révoltés. « Si dans quelques villages vous trouviez de la résistance par la force des armes, vous êtes autorisé à mettre le feu à ces villages. »


3 mai 1797 – Le ministre de France près la République de Venise reçoit de celui-ci l'ordre de « sortir de la dite ville » ; les généraux de l'armée d'Italie celui de «  traiter en ennemi les troupes de la République de Venise et de faire abattre dans toutes les villes le lion de Saint-Marc ». 

Le 6 mai, la ville de Vérone doit payer une imposition de 170 000 sequins, fournir du cuir pour 40 000 paires de souliers et 2 000 paires de bottes, 12 000 paires de culottes, 12 000 vestes, 4 000 habits, 12 000 chemises, 12 000 paires de guêtres, 12 000 chapeaux, 12 000 paires de bas. L'argenterie et les tableaux appartenant aux églises et aux établissements publics seront confisqués au bénéfice de la République française. Les Véronais seront désarmés. Les cinquante responsables principaux du massacre des Français seront déportés en Guyane, sauf les nobles, qui seront fusillés. 


++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++




1er-2 août 1798 –Défaite navale d'Aboukir. ; seuls deux vaisseaux de ligne et deux frégates peuvent échapper.    
 
 
 
 
 
 
14 août – La nouvelle du désastre naval d'Aboukir lui parvient sur le chemin du retour, la veille de son anniversaire. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
25 août  – Il ordonne : « Les habitants du village d'A'Iqam ayant assassiné seize Français, ce village sera brûlé... Tous les bestiaux, grains qui pourraient s'y trouver, seront embarqués et confisqués au profit de la République... Le village sera livré au pillage, de manière qu'il ne reste aucune maison entière ». – 27 août – Il requiert : « Les différentes provinces d'Égypte fourniront 2 100 chevaux à titre de présent d'usage ».  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
4 septembre – Napoléon Bonaparte décide que tous les habitants de l'Égypte porteront la cocarde tricolore ; que toutes les embarcations navigant sur le Nil porteront le pavillon tricolore ainsi que le plus haut minaret du Caire et celui de chacun des chefs-lieux des provinces. –  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
6 septembre – Seid Mohammed el-Koraïm, « convaincu d'avoir trahi la République après lui avoir juré fidélité », est fusillé ; on promène sa tête dans les rues du Caire.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16 septembre– Les diamants, pièces d'or et étoffes précieuses enlevés aux Égyptiens, sont vendus à l'encan. –   
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
Le 22 septembre– Célébration solennelle de la fête de la fondation de la République française.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 Le 25 septembre– De Bonaparte à l'ordonnateur des finances Poussielgue : «  Faites verser dans la caisse du payeur, dans la journée d'aujourd'hui, l'argent que vous auriez des morts sans héritiers, des cotons et des cafés, ou de tout autre objet, la caisse se trouvant absolument dépourvue de fonds et l'armée ayant de grands besoins ».  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
26 septembre– Au général Dugua : « Désarmez le plus que vous pourrez ; n'écoutez point ce qu'ils [les habitants] pourraient vous dire, que, par le désarmement, vous les exposez aux incursions des Arabes ; tous ces gens-là s'entendent... Faites arrêter tous les hommes suspects. Prenez des otages, exigez que les villages vous remettent leurs fusils ». Il ecrit au général Dupuy, gouverneur du Caire : « Faites couper la tête aux deux espions, et faites-la promener dans la ville avec un écriteau. » 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
6 octobre – Napoléon Bonaparte au général Vial : « Il est temps de mettre de la sévérité dans votre province. Prenez des otages, comme je vous l'ai ordonné, et envoyez-les au Caire ».  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
9 octobre – A Poussielgue à nouveau : «  Il est indispensable, citoyen, de faire de l'argent le plus promptement possible, afin de subvenir à la solde de la troisième décade de vendémiaire [du 12 au 21 octobre 1798]... Faites vendre le café, l'encens, la mousseline, les dents d'éléphants qui ont été trouvés dans la maison qu'on a dernièrement inventoriée. Enfin, voyez de presser la rentrée des contributions que l'on doit encore ».  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 21 octobre – Révolte de la population du Caire : le général Dominique-Martin Dupuy est tué ainsi que Joseph Sulkowski, aide de camp du général en chef. Napo supprime le grand divan du Caire.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
23 octobre: A Berthier : « Vous voudrez bien donner l'ordre au commandant de la place [du Caire] de faire couper le cou à tous les prisonniers qui ont été pris les armes à la main. Ils seront conduits cette nuit aux bords du Nil ; leurs cadavres sans tête seront jetés dans la rivière ». –   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
28 octobre  A Louis Charles Antoine Desaix : « Tout est parfaitement tranquille et dans l'ordre. Nous faisons tous les jours couper quelques têtes ». 
 
 
 
 
 
 

_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:24 (2017)    Sujet du message: La guerre des Paysans de 1798 (massacre napoléonien)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com