Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Italie
Aller à la page: <  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Politique Internationale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Svetozar
Comte

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2012
Messages: 920
Localisation: Russia
Masculin

MessagePosté le: Mer 3 Oct - 05:08 (2012)    Sujet du message: Italie Répondre en citant

Intéressant italien forum fonctionne? Messages récents sont à l'année 2011.

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 3 Oct - 05:08 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 608

MessagePosté le: Lun 8 Juil - 08:19 (2013)    Sujet du message: Italie Répondre en citant



prètre italien donnant la communion a des soldats catholiques anglais


Bénédiction du drapeau royal italien.
_________________


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 608

MessagePosté le: Ven 17 Avr - 18:49 (2015)    Sujet du message: Italie Répondre en citant

La police italienne suspecte des réufigiés musulmans d'avoir jeter par dessus bord des chrétiens.Ce fait, qui ne doit pas être le premier du genre, fait écho dans la presse pour son ampleur.
_________________


Revenir en haut
Légitimiste d'Aunis
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2015
Messages: 35
Localisation: Comté d'Aunis
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Ven 17 Avr - 20:16 (2015)    Sujet du message: Italie Répondre en citant

Bonjour,

ma mère ayant la double nationalité française et libanaise je me sent particulièrement concerné par le sort des chrétiens d'orient.
_________________
Pour Dieu et le Roy!


Revenir en haut
FLF_BZH
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2012
Messages: 1 755
Localisation: Dugeleh Breih — Duché de Bretagne
Masculin

MessagePosté le: Ven 17 Juil - 20:07 (2015)    Sujet du message: Italie Répondre en citant

[Sujets fusionnés]
_________________
http://www.royalistesbretons.fr/


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 608

MessagePosté le: Sam 12 Sep - 21:59 (2015)    Sujet du message: Italie Répondre en citant

Durant l'automne l'Otan fera des manoeuvres militaires en Italie. Des opposants se sont prononcés contre la militarisation de l'Italie qui est actuellement "un grand porte-avions dans la Méditerranée".
Les manœuvres militaires les plus vastes depuis la fin de la "guerre froide" se tiendront du 28 septembre au 6 novembre en Italie sous le nom de "Trident Juncture 2015". Près de 40.000 militaires, 60 navires et 200 avions participeront aux manœuvres qui se prolongeront après en Espagne et au Portugal.


Le chef des opposants à ce projet, Massimo Zucchetti, estime que, en participant à ces manœuvres, l'Italie viole le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, et l'Italie mérite d'être condamnée, car 80 bombes nucléaires sont situées sur le territoire italien: 50 à Ghedi, et 30 sur la base d'Aviano. Mr Zucchetti estime que l'Italie doit quitter l'Otan, à cause de son implication dans cette escalade de la militarisation.


En tant que membre de l'Otan, l'Italie s'est transformée en laboratoire militaire des Etats-Unis, poursuit le chef de l’École polytechnique.
_________________


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 608

MessagePosté le: Mar 2 Fév - 00:39 (2016)    Sujet du message: Italie Répondre en citant

Le 16 janvier 1799, les lazzaroni séditieux s'emparèrent de Naples. Cependant l'anarchie régnait à Naples; après trois jours d’horribles convulsions, les lazzaroni donnèrent l'autorité au prince de Moliterno; il en profita pour consommer la perte de son maître en allant traiter de la reddition de la capitale du royaume avec le général Championnet. Pendant son absence, la population royaliste au fond du cœur jura de se défendre contre l'agression étrangère. Les Français commencèrent l'attaque le 2 janvier, et le 3 la ville aux abois ne put se racheter du pillage qu'en payant une somme de cinq millions de ducats.

Dans ces heures de péril on vit se dessiner de grands caractères et de nobles courages. Il faut citer en première ligne le duc de Piscielli, issu d'une famille ancienne et très illustre du royaume de Naples, une de ces vieilles et vigoureuses baronies angevines qui à travers les siècles se perpétuent dans l'amour de l'auguste maison de France, et dans cette fidélité militaire qui ne sait pas plus plier que la lame d'une épée.  Ce seigneur, au moment où il avait sous les yeux tant d'exemples de défection, reste fidèle et inébranlable dans son devoir. Commandant un régiment en garnison à Gaëte, il en défendit l'approche avec autant de vigueur que d'habileté. Ses talents stratégiques multiplièrent ses moyens de résistance il ne rentra dans le corps de la place que devant des forces tout-à-fait supérieures. Quand il fut devenu impossible de tenir plus longtemps, le général Championnét lui offrit de servir avec son grade dans l’armée française.
« Je ne sers que mon roi, répondit-il, et lorsque je ne peux le servir, je brise mon épée et j'attends. »

Le titre de général de brigade qu'on lui proposa ensuite ne le fit pas dévier de cette noble résolution. Maître de se retirer où il voudrait, il gagna la Sicile puis retourna sur le continent, où sa bravoure seconda puissamment les entreprises du cardinal Fabrice Ruffo. Les Calabres demeurèrent aussi fidèles là on n'abaissa jamais l'étendard royal devant le drapeau de cette parodie de gouvernement qu'on appela la république parthénopéenne. Le prêtre dom Reggio Rinaldi, curé de la ville de la Scala, montant à cheval, appela au secours de Dieu et du roi, d'abord ses paroissiens puis ceux des églises voisines. Déjà un noyau important se ralliait à sa voix lorsque apparut, lui quatrième, le fameux Fabrice Ruffo, cousin du cardinal de ce nom, archevêque de Naples, le 16 novembre, et comme son parent, décoré de la pourpre romaine depuis 1791 sous le titre de cardinal de Sainte-Marie, in Casmedino.

Cet homme extraordinaire, sorti de haute maison, était déjà connu par de rares talents administratifs. Il avait rempli honorablement les fonctions importantes que lui confia Pie VI ces campagnes lui durent la loi utile qui décernait une récompense à quiconque planterait un olivier. Le cardinal Ruffo(1) était taillé pour le pouvoir d'un courage à toute épreuve, d'un caractère hardi et entreprenant, ayant la tête qui conçoit et la main qui exécute, soldat et politique, général par goût et prêtre quand il le fallait; c'était le cardinal de Retz des champs de bataille. Il accourut à Palerme, dès que le roi de Naples y eut débarqué, et il lui demanda la permission de reconquérir son royaume. « Eh comment fera votre éminence?» » répondit Ferdinand.





1)Fabrizio Dionigi Ruffo de Bagnara dit le Général-cardinal (né le 16 septembre 1744 à San Lucido, dans la province de Cosenza, en Calabre, alors dans le royaume de Naples et mort le 13 décembre 1827 à Naples) fut un  cardinal de l'Église catholique et un chef royaliste.


Trésorier de Pie VI, qui le créa cardinal in pectore, quoiqu'il ne fût que diacre. Ayant perdu les bonnes grâces du pape, il retourna à Naples et s'y montra l'adversaire d'Acton.

Venu de Sicile il débarqua le 8 février 1799, prit la tête de l'armée de la Santa Fede (la Sainte Foi) et il souleva la Calabre contre les Français républicains, aidé de quelques troupes régulières.

Lors de sa marche en avant il supprima les droits féodaux et seigneuriaux ce qui explique en partie le soutien populaire mais les sanfédistes étaient également partisans du rétablissement du catholicisme.

Le cardinal reprit Naples à la République parthénopéenne le 13 juin 1799 avec l'aide des Russes, des Anglais et même des Turcs. La répression sanglante qui s'exerça dans la ville fut plutôt ordonnée par le roi Ferdinand Ier et les anglais que par lui.

En 1805, fut disgracié pour ce motif par le roi Ferdinand, et en 1809, fut déporté à Paris avec le pape Pie VII.



« Sire j'emploierai tour à tour les clefs de saint Pierre et l'épée de saint Paul. »
En effet, descendu, lui quatrième, en Calabre, tenant d'une main un crucifix d'or et de l'autre une épée nue dont néanmoins il ne se servait pas; précédé d'un étendard blanc, chargé d'une croix rouge il appela les les bourgeois, les nobles et jusqu'aux bandits tous répondirent à son appel. Le curé Rinaldi, le célèbre Fra-Diavolo, Pauganera, Sciarpa condottieri modernes le duc de Piscielli tous accoururent autour de son drapeau.

Ayant reçu de Palerme des secours et un plein pouvoir il parcourut la Pouille les Abbruzzes; portant partout l'effroi, victorieux souvent et constamment redoutable, non seulement il obtint des succès contre les Napolitains rebelles, mais contre les Français jusque là invincibles, notamment à Cassano. Il marcha, téméraire et rapide vers la capitale. Le général Spinelli qui voulut l'arrêter, fut battu et périt les armes à la main à Campistrioto, où il y eut une déconfiture e totale des rebelles. Le cardinal Fabrice Ruffo voyant que tout tournait au gré de ses vœux envoya Sciarpi insulter Naples. Il fit mieux le général Àndria devant lui, se renferma dans la forteresse de Pescara. Scipani fut vaincu par Sciarpi; les 11 et 13 juin le cardinal attaqua la capitale, il fut repoussé; c'était la seconde attaque infructueuse malgré le concours des royalistes de l'intérieur; cette tentative fut suivie de massacres effroyables.

Ruffo, revenant une troisième fois à la charge fut plus heureux. Le 21 du même mois, Naples tomba au pouvoir du cardinal royaliste, secondé de Fra Diavolo, de Sciarpi et de Rinaldi. Tant de beaux succès devaient grossir le nombre de ses ennemis et au moment où il rendait au roi sa ville capitale, le roi le disgraciant, lui retirait sa confiance et son autorité. On reconnut dans cette circonstance l'action des courtisans, qui faisant toujours apercevoir l'ambition là où est la puissance, rendent le dévouement suspect et dénoncent les services, laissant entrevoir que la main qui a relevé un trône peut le renverser. Ce fut alors que commencèrent ces tristes réactions déplorables suites de ces temps de discordes civiles, où les partis tour à tour proscrits et proscripteurs se succèdent au pourvoir et sur les échafauds .



Enfin, à la même époque, un général français publiait l'ordre du jour suivantsur le sol italien:
« Toute ville ou tout pays rebelle à la république sera brûlé et détruit.
» Les cardinaux, les archevêques, les évêques les curés, les abbés, en un mot tous les ministres du culte seront regardés comme coupables des révoltes qui éclateront dans les milieux de leur résidence et seront punis de mort. » Tout rebelle sera puni de mort, ses complices séculiers » ou clercs seront traités comme les rebelles.
Il est défendu de sonner le tocsin; partout où cet ordre sera enfreint, les ecclésiastiques seront punis de mort. Quiconque répandra des nouvelles contraires aux intérêts de la France ou de la république parthénopéenne sera considéré comme rebelle et puni de mort.
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:48 (2016)    Sujet du message: Italie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Politique Internationale Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com