Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Syrie
Aller à la page: <  1, 2, 38, 9, 1017, 18, 19  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Politique Internationale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Lun 23 Sep - 17:18 (2013)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

Les djiinns ont à nouveau frappé au Pakistan, à la sortie d'une messe. Plus de 80 morts dont femmes et enfants dans un double attentat.
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 23 Sep - 17:18 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
V.F.H.78
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 23 Sep - 19:57 (2013)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

Oui. Encore un horrible massacre. Si l'on rajoute à ça la prise d'otages meurtrière à Nairobi au Kenya - un pays à majorité chrétienne -, la situation des Chrétiens en Syrie, en Egypte, en Algérie, au Nigeria, etc... Les Chrétiens du monde entier sont les victimes des extrémistes islamistes en ce moment (ou des laïcards socialistes franc-maçons forcenés en France). L'unité et la solidarité entre frères chrétiens est plus que jamais de mise.

Revenir en haut
Solognot
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2012
Messages: 561
Localisation: Au bord du lac Léman
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Lun 23 Sep - 21:13 (2013)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

Seigneur, que votre règne arrive
_________________
Si vis pacem, para bellum


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Sam 5 Oct - 07:35 (2013)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

Calais : les réfugiés syriens ont quitté la passerelle du ferry

Ils n'ont obtenu que partiellement gain de cause : les quelque soixante réfugiés syriens qui occupaient depuis trois jours la passerelle d'accès au terminal de ferry de Calais, dans le nord de la France, ont accepté le vendredi 4 octobre de quitter les lieux. La tension était pourtant montée d'un cran dans le courant de la journée, quatre de ces réfugiés ayant menacé se jeter du haut du terminal. Mais l'engagement pris par l'administration britannique d'examiner leur situation, au cas par cas, les a finalement convaincus de mettre un terme à leur mouvement.

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20131005-calais-refugies-syriens-ont-quitte-…
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Léandre de Brisaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 428
Localisation: Bugey Blanc
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Sam 5 Oct - 11:14 (2013)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

S'ils avaient été terroristes ils auraient sans doute obtenu directement gain de cause...
_________________
«Être ouvert à son temps, ce n’est pas en accepter benoîtement les dérives et les propositions contre
nature.» Louis XX, le 31 mai 2015


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Sam 5 Oct - 11:21 (2013)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

Léandre de Brisaux a écrit:

S'ils avaient été terroristes ils auraient sans doute obtenu directement gain de cause...

Je me pose justement la question de la confession religieuse de ces réfugiés ? Je ne trouve rien dans la presse qui apporte des précisions à ce sujet.
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Léandre de Brisaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 428
Localisation: Bugey Blanc
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Sam 5 Oct - 13:19 (2013)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

Probablement des chrétiens, des chiites ou des alaouites...
_________________
«Être ouvert à son temps, ce n’est pas en accepter benoîtement les dérives et les propositions contre
nature.» Louis XX, le 31 mai 2015


Revenir en haut
le limule
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 10 Déc 2012
Messages: 78
Localisation: Bruxelles
Masculin

MessagePosté le: Sam 5 Oct - 17:01 (2013)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

Léandre de Brisaux a écrit:

Probablement des chrétiens, des chiites ou des alaouites...

Pas nécessairement, les réfugiés sont une arme politique dans ce conflit, les rebelles vident les villages sunnites sous leur contrôle pour accroître le flot de réfugiés vers l'extérieur et limiter les bouches à nourrir. La pleurnicherie bien-pensante étant depuis le début des événements une alliée de choix pour les rebelles...
_________________
Nous sommes quatre gentilshommes de Guyenne qui combattons en lice, et courons la bague contre tous allants et venants : moi, Sansac, Essé et Chataigneraye.


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Mar 22 Oct - 14:02 (2013)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

1)MARONITES. Les Maronites ne sont autres que les anciens habitants de la Syrie, qui sont demeurés fidèles à la doctrine de Jésus-Christ. Le nom de Maronites leur vient de saint Maron, solitaire qui vivait au commencement du 8 siècle, et qui est devenu leur patron. Lors de l'invasion arabe, ils se retirèrent dans les montagnes du Liban, pour échapper à la persécution et à l'apostasie. Au temps des croisades, ils s'unirent aux chrétiens d'Occident et leur rendirent de grands services ; depuis cette époque, ils ont toujours été les alliés et les protégés de la France. On les appelle même assez souvent les Français d'Orient.


2)En 1860, quoiqu’attachés à l'Eglise romaine, les Maronites suivent une liturgie particulière, très-ancienne, que l'on croit être celle de saint Jacques, premier évêque de Jérusalem. Ils ont un patriarche qui prend le titre d'Antioche, et qui a plusieurs évêques sous sa juridiction. Une partie des Maronites habite presque exclusivement le riche et fertile district du Khesrouan ou Castravant, situé au nord de Beyrouth, au milieu de montagnes presque inaccessibles; d'autres vivent mélangés avec les Druses, dans la partie méridionale du Liban appelée districts mixtes. Toutefois les Maronites ne sont pas confondus avec les Druses dans les mêmes localités : ils sont ordinairement groupés par villages. Ainsi, à côté d'un village druse, s'élève un village maronite ; mais il y a peu de chrétiens mêlés avec les Druses dans le même endroit. C'est ce qui a facilité l'incendie des maisons des chrétiens.

3)Les Druses n'ont été que des instruments; le véritable coupable, c'est l'autorité turque. Les musulmans ont toujours été les ennemis déclarés du christianisme ; ils l'ont toujours poursuivi avec une haine implacable ; mais depuis la guerre de Crimée, cette haine s'est changée en fureur et en rage. Jusqu'alors les chrétiens de l'empire ottoman avaient toujours été traités en vaincus ; ils étaient méprisés comme des rayas, comme de vils sectaires, indignes d'être admis à aucun emploi public. A la suite de cette guerre, le sultan, pressé par les puissances qui l'avaient défendu, déclara solennellement, par un hatti-humayoun1 fameux, que les chrétiens seraient mis sur le pied d'égalité avec les musulmans ; qu'ils pourraient être admis aux charges de l'Etat; qu'ils ne seraient plus soumis à l'odieux impôt du karadje 2 ou de la capitation. On n'en fit rien dans la pratique, le programme fut laissé à l'état de lettre morte ; mais l'orgueil musulman lut profondément blessé. La pensée seule que des chrétiens, c'est-à-dire des infidèles, des giaours 3, fussent assimilés aux vrais croyants, fit frémir d'indignation le vieux fanatisme musulman et lui rendit sa sauvage énergie. Une vaste conspiration s'organisa, dans tout l'empire turc, pour la destruction de tous ceux qui font le signe de la croix ; des personnages importants, les plus hauts fonctionnaires, le frère même du sultan, se mirent à la tête. Cependant on ne peut dire que le sultan n’y ait pris aucune part ; au contraire, la conspiration avait aussi pour but la ruine du chef de l'empire lui-même. Les musulmans ne pouvaient lui pardonner d'avoir consenti à poser en principe l'égalité entre les disciples de Mahomet et ceux du Christ. Le complot contre le sultan échoua, comme on le sait ; mais la conjuration contre les chrétiens n'en continua pas moins à s'étendre et à se fortifier. Des émissaires partis de la Mecque parcouraient le pays pour exciter le fanatisme ; les muftis et les ulémas  prêchaient publiquement dans les mosquées, que le meurtre des chrétiens était permis et qu'il fallait les détruire tous. Les principaux chefs de l'islamisme tinrent, en 1858, une grande assemblée, dans laquelle on délibéra sur les moyens d'arrêter les progrès alarmants du christianisme; et on trouva qu'il n'y en avait pas de meilleur que l'extermination de tous les chrétiens de l'empire ottoman !



1 Espèce de charte.

2 Tribut que tous les chrétiens étaient obligés de payer aux Turcs pour avoir le droit de vivre dans l'empire ottoman.

3 Chiens.




_________________


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Jeu 31 Oct - 10:46 (2013)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

De Kabyles. net



(1) sépultures en Algérie

L’origine de l’arrêté du 23 juin 2011, relatif au regroupement de sépultures civiles françaises en Algérie, remonte à des échanges de lettres entre les deux pays en 1968. Il tient compte du plan de coopération du 3 mars 2003 et de l’arrêté du ministère de l’Intérieur algérien du 29 juin 2009 portant autorisation de procéder à ce regroupement.

À compter du 23 juin 2011, les familles de rapatriés avaient quatre mois pour faire savoir si elles souhaitaient faire revenir les restes de leurs défunts en France, à leurs frais.

 

 

2) Mali
Le ministère de la Défense annonce, jeudi 24 octobre, que la France mène actuellement une nouvelle opération militaire de "grande ampleur" au Mali avec les forces maliennes et la Minusma (la force de l’ONU au Mali), "pour éviter une résurgence de mouvements terroristes". "Nous avons engagé, avec l’armée malienne et la Minusma une opération de grande ampleur au nord et au sud de la boucle du Niger", a déclaré le colonel Gilles Jaron, porte-parole de l’état-major des armées françaises, à propos de cette opération baptisée "Hydre".



Des attaques en recrudescence ;"Plusieurs centaines" de soldats français sont engagés dans cette opération, de l’ordre d’un "bataillon", a déclaré le colonel Jaron, sans préciser le nombre total de militaires impliqués dans "Hydre".

Depuis fin septembre, trois attaques ont été perpétrées par des jihadistes malgré la traque menée par des milliers de soldats français et africains depuis janvier dans le nord du Mali. La dernière en date, qui visait des soldats tchadiens, s’est produite mercredi à Tessalit, dans le nord-est du pays.

 

 

3) Blasphèmes en Europe
Les pays arabes préparent un projet de loi contre la diffamation des religions qui leur permettra de poursuivre les contrevenants même s’ils résident à l’étranger.
Présenté par le Qatar, le projet de loi est actuellement examiné par les délégués de plusieurs pays membres de la Ligue arabe. Toutes les formes de diffamation, de dérision ou de dénigrement des religions et des prophètes constitueraient des crimes.
« La principale caractéristique du projet de loi est d’accorder à chaque État le droit de traduire en justice ceux qui insultent et méprisent les religions même s’ils résident à l’étranger », a déclaré Ebrahim Mousa Al Hitmi, secrétaire adjoint pour les affaires juridiques au ministère de la Justice du Qatar, rapportait mercredi le quotidien arabe local Al Arab.


Selon cet officiel, le projet de loi n’entre pas en conflit avec la liberté d’expression. « La loi ne porte atteinte en aucune façon à la liberté d’opinion et d’expression, laquelle est bien protégée et garantie. Toutes les lois pénales dans les pays arabes criminalisent la diffamation des religions mais il n’y a pas de sanctions spécifiques pour les délinquants qui sont à l’extérieur du pays. Par conséquent, ce projet de loi vise principalement à décourager toutes les formes de diffamation des religions et à donner aux pays qui l’auront ratifié le droit d’engager des poursuites contre ceux qui insultent les religions, même s’ils résident à l’étranger », a-t-il dit.

Il a ajouté que l’initiative du Qatar s’inscrit dans le cadre d’un effort pour contrer les campagnes incessantes ciblant les religions. Le projet de loi sera examiné lors d’une réunion des ministres de la Justice des pays arabes.

 

 

 

4) Allah et le mensonge
Je ne sais pas comment présenter ce billet sans avoir la crainte d’être taxé de racisme. J’ai des amis de toutes les couleurs, de tous les horizons et de toutes opinions et cette chronique n’est le fruit que de mes seules expériences.

Dans ma carrière, et après, j’ai eu à faire face à plusieurs cas criminels impliquant des musulmans de toutes ethnies. J’ai  constaté que nous ne jouions pas avec le même jeu de cartes. Pour eux, il semble que mentir, exagérer, enjoliver, faire semblant, ne soient pas spécialement des fautes graves.

Dans les années 80, je travaillais sur un groupe iranien vendeur d’héroïne, pratiquant tout autant, le vol qualifié et à l’étalage. Un matin, venant d’arrêter un membre du groupe pour vol, et détenant une certaine preuve pour d’autres crimes, j’allai rencontrer un complice, pas un vrai criminel, mais disons un arrondisseur de fin de mois. L’homme jura sur la tête de son fils de quelques mois, en prenant ’’Allah’’ comme témoin, qu’il ne savait rien de l’affaire. Devant la preuve, il me dit tout simplement : « Je devais mentir, ça ne compte pas, tu es un infidèle ».

Un autre Iranien, qui « éduquait » sa femme selon le Coran vint me jurer sur ’’Allah’’ que sa compagne mentait. Il eut même l’audace de me demander de la retrouver, pour l’empêcher de témoigner contre lui. « Tu es un homme, tu vas comprendre ça ».
Dans la même période, un Algérien, selon lui très croyant, disciplinait sa femme au bâton de base-ball. Lui aussi jura, mais je connaissais la chanson, « Je suis un infidèle ». Il se murera dans un silence complet. À la cour, il dira avoir eu les coutelas, gants avec des chaines, revolver et batte, pour protéger sa compagne d’éventuels violeurs.

En 1988, j’étudiais à l’Université du Québec en relation interethnique, et dans une de mes classes se trouvaient cinq étudiants algériens. Ces jeunes hommes criaient haut et fort qu’ils allaient « foutre la merde dans le monde et nous niquer. » C’était leur but avoué. Pas besoin d’être universitaire pour ça !

En 1990, lors d’une affaire de viol, un Bosniaque est aussi venu mettre à témoin son Dieu ’’Allah’’, disant ne jamais avoir touché la jeune femme qui l’accusait de viol. Au procès, changement de version, c’est elle qui lui avait sauté dessus. Le pauvre n’avait pu résister.

En 1993, un autre Algérien vint encore une fois me jurer, ’’Allah’’ comme témoin, en s’écriant : « Si je mens, arrache-moi les yeux ! » Il venait de violer une jeune femme à la pointe d’un couteau. Je n’avais pas l’arme, mais une bonne description. En décrivant le couteau à la compagne du violeur, celle-ci fut prise de tremblements. Devenant livide, atterrée, elle se terra dans un mutisme complet. La solidarité féminine n’allait pas jusque-là. Retournant le voir en cellule, je lui dis : « Tes yeux, si je pouvais, tu les perdrais maintenant. »

Dans la même année, je donnais du temps à une organisation caritative qui s’occupait des enfants. L’association avait quelques immigrants payés en partie par un programme gouvernemental. Un Algérien et sa charmante épouse voilée obtinrent un poste. L’homme, d’une incompétence crasse, avait menti sur ses capacités. Dès le deuxième jour de travail, comme il était l’homme de la place, il exigea de toutes les employées d’être décentes, donc plus de bermudas ou de blouses décolletées, car ils étaient sources de désir.

1995, Bell Canada demande mon aide dans une fraude de plusieurs milliers de dollars. Des étudiants venus d’un pays islamiste ont trouvé une façon de ne pas payer les comptes outre-mer. Je finis par les coincer. À la cour, ils jureront sur ’’Allah’’, ne pas avoir eu leurs droits, avoir été menacés et avoir eu tellement peur de nous. Le juge me regarda durement, pire il me sermonna. J’avais à mon actif, 3.000 arrestations. Comme si je pouvais oublier de donner les droits ! Au sortir de la cour, ils riaient à s’en taper sur les cuisses.

En 1996, lors d’une fraude téléphonique de plus de deux millions de dollars, je fis l’arrestation d’un groupe de 13 musulmans de plusieurs ethnies (voir l’article dans la galerie à la fin du texte). Ceux qui ont bien voulu m’adresser la parole le firent pour jurer sur qui ? ’’Allah’’... Ce pauvre Dieu servant encore une fois de paravent aux mensonges.

En 1997, autres fraudes téléphoniques de centaines de milliers de dollars impliquant la filière pakistanaise. Comme nous étions en plein Ramadan, j’attendis le coucher du soleil, histoire de respecter les gens devant moi. Ceci porta fruit. Le chef de l’organisation vint me jurer qu’il n’y aurait plus de fraudes au Québec. Il déménagera à Toronto. Il fut le seul â ne pas évoquer son Dieu.

En 2000, lors de l’affaire Ressam, j’étais avec CBC. Tous les gens rencontrés nous ont menti avec grande conviction, même après leur avoir montré des preuves accablantes. Tous sans exception, venaient de nous parler d’’Allah’’.

Il y en aurait d’autres, un fraudeur de 12 chèques mensuels de B.S., battant son épouse, des hackers téléphoniques, des vendeurs de cellulaires clonés et j’en passe.
S’attendre à un mensonge lors d’une arrestation est plausible. Mes criminels russes, jamaïcains, anglophones et francophones l’ont fait. J’en ai juste contre le fait d’ajouter Dieu à ce mensonge.

S’il me fallait ajouter « Que Dieu m’en soit témoin », j’aurais la décence de dire la vérité. Quand on est religieux, on n’abuse pas du nom de celui que tu pries.
« Il y a pire que ceux qui mentent, il y a ceux qui y croient ! »

* Selon plusieurs articles non scientifiques sur le Coran, la taqiya (qui signifie « dissimulation ») est un devoir des musulmans quand ils sont en situation d’infériorité, de minorité.



Le mensonge est mal, excepté pour trois choses selon Mahomet : le mensonge d’un homme à son épouse pour la satisfaire ; un mensonge à un ennemi, parce que la guerre est déception ; ou un mensonge pour régler un différend entre des personnes.
Les érudits enseignent que les musulmans doivent généralement dire la vérité, à moins que le but du mensonge soit d’apaiser des différents.
Il y a deux formes de mensonges autorisées à dire aux mécréants (non-croyants en Allah) dans certaines circonstances, la taqiya et le kirman. Ces circonstances sont typiquement celles qui servent la cause de l’islam, dans certains cas dans le but de gagner la confiance des mécréants afin de les laisser exposer leur vulnérabilité et de les vaincre.

 

_________________


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Sam 2 Nov - 18:29 (2013)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

Du Liban    source


À l’occasion du centenaire d’un conflit qui fit des millions de morts, une exposition de documents puisés dans les archives de la Compagnie de Jésus au Liban est en préparation.


« On fait le pain avec l’eau de mer à Beyrouth (...) L’argent se prête à 40, 50 et 100 %. » Deux détails, parmi des dizaines d’autres, qui donnent une idée des conditions de vie dramatiques qui furent celles des Libanais durant la Première Guerre mondiale (1914-1918), encore appelée la Grande Guerre. Comme un vol de sauterelles, tous les malheurs du monde s’abattirent sur le Liban de l’époque.

À l’occasion du centenaire d’un conflit qui fit des millions de morts, une exposition de documents puisés dans les archives de la Compagnie de Jésus au Liban et les diaires (journaux rédigés quotidiennement) de nombreux pères jésuites est en préparation. Exhumés et parcourus par Christian Taoutel et Pierre Wittouck s.j., les documents révèlent de nombreuses pages oubliées de la vie quotidienne des Libanais durant cette période tragique, et de celle des missionnaires jésuites qui les accompagnèrent spirituellement et physiquement.
Les documents sont révélateurs. Les membres de la congrégation écrivent et agissent avec foi, dans l’intérêt avoué et explicite de protéger leurs élèves, leurs malades, leurs maisons, leurs églises, et finalement toute la population libanaise en ces circonstances tragiques. Certains diaires détaillent les terribles souffrances endurées par les habitants, en particulier à Beyrouth. Les témoignages dénoncent la brutalité des Ottomans et montrent à quel point la Grande Guerre renforça la cohésion et l’amour des jésuites pour leur ordre et le Liban.(*)


La guerre éclate
Le conflit éclate sous un prétexte : le 28 juin 1914, l’héritier de l’empire austro-hongrois et son épouse sont assassinés à Sarajevo par un anarchiste serbe. Imputé à la Serbie par le gouvernement autrichien, l’assassinat va déclencher la Première Guerre mondiale. Quand la guerre se déclare en Europe, l’Empire ottoman se rapproche naturellement de l’Allemagne et de l’empire d’Autriche-Hongrie, contre l’ennemi héréditaire russe. Il entre en guerre à l’automne 1914.
Frustré par les accords de 1861 convenus avec l’Europe instaurant au Liban la moutassarrifiya, accordant des privilèges administratifs et fiscaux à la Montagne libanaise, l’Empire ottoman se déchaîna : il fit arrêter et pendre de nombreux citoyens libanais et syriens, nationalistes et autonomistes, soupçonnés et accusés d’être pro-occidentaux.
Considérés comme « associés » aux puissances
européennes, les jésuites (majoritairement français à cette époque) subirent également les intimidations répétées des autorités ottomanes qui s’en prirent aux établissements et missions de la Compagnie.
Et très rapidement, le Liban sombra dans la famine...





L’USJ évacuée...
Comme indiqué plus haut, le déclenchement de la Première Guerre mondiale entraîna la disparition de l’autonomie partielle acquise en 1861 grâce à la moutassarrifiya. Le 5 juin 1915, le dernier moutassarrif, Ohannès Kouyoumdjian Pacha, démissionne.

Toutefois, les exactions avaient déjà commencé. Le dimanche 8 novembre 1914, quelques jours après la rentrée scolaire, le commandant de la police et des gendarmes turcs ordonnent au recteur de l’Université Saint-Joseph, le père Gérard de Martimprey s.j., de « faire évacuer la maison en 2 heures et de lui en remettre les clefs ». Il y avait là 70 séminaristes, 300 élèves et 60 religieux, parmi lesquels des vieillards et des infirmes. Le jour même, le père recteur se rendit chez le wali de Beyrouth pour essayer d’obtenir un sursis, mais ce dernier lui répondit froidement : « Je suis fâché de ce qui vous arrive, mais vous avez le malheur d’être les alliés de nos ennemis traditionnels, et c’est la guerre... »

Dans une lettre émouvante et sévère, adressée le 15 novembre 1914 au consul général des États-Unis, le père Mc Court s.j. – agissant en tant que jésuite américain, comme supérieur légal provisoire de l’Université Saint-Joseph – semble complètement désemparé face à l’agression ottomane. Il prévient les autorités américaines que les Ottomans ont expulsé les jésuites de leur maison de l’Université Saint-Joseph et informe les autorités américaines des conséquences de cet acte :
« Ayant été expulsés de notre maison de l’Université Saint-Joseph, propriété de la mission et du Saint-Siège, nous sommes dans l’impossibilité de sauvegarder les nombreux objets de valeur... bibliothèque, matériel d’imprimerie, instruments de physique, musées et mobilier d’église... Et je crois de mon devoir de vous en prévenir et de vous prier d’en prévenir qui de droit, afin que, le cas échéant, chacun supporte la responsabilité de ses actes. »


Déportés en Grèce
Dans les jours qui suivirent, les prêtres des congrégations religieuses européennes sont obligés de quitter le pays. Ils sont rassemblés sur des bateaux et embarquent, sans rien emporter, pour la Grèce.
« Nous sommes sur un petit bateau construit pour une cinquantaine de personnes, presque 500 religieux et religieuses de toutes les congrégations, jésuites, maristes, lazaristes, dominicains, capucins, franciscains... Le voyage sera horrible, le prix aussi (...). Mais à peine le bateau eut-il levé l’ancre du port de Beyrouth qu’un joyeux Ave Maria s’échappa de toutes les bouches et tous les cœurs. Marie avait sauvé ses enfants de la main des barbares turco-allemands. »
« Les Ottomans réquisitionnent donc les hôpitaux et les institutions d’enseignement gérés par les missionnaires étrangers. Ce sont ainsi plus de 400 religieux et religieuses français qui quittent le Mont-Liban et Beyrouth. »

Le 22 février 1916, le provincial des jésuites, le père Claude Chanteur s.j., remet une copie de l’inventaire des possessions de la Compagnie de Jésus au Liban à l’abbé Séraphin Lagier (qui se charge de faire parvenir le document au ministère des Affaires étrangères en France). Un document manuscrit détaille la liste des biens, qui sont confiés aux Tabet et aux Sfeir, des familles résidant près de la maison de la Compagnie de Jésus à Beyrouth. Valises des prêtres, lampes, calices, livres et tapis, soutanes, uniformes et draps... autant d’objets du « patrimoine » de la mission jésuite, qui vont être dissimulés dans des maisons, risquaient moins d’être l’objet des perquisitions ottomanes.


Chapelles transformées en mosquées
En août 1916, la situation des jésuites est des plus mauvaises. L’USJ est occupée par le Croissant-Rouge ottoman et par la « Défense nationale ». Literie et mobilier ont été emportés. L’église Saint-Joseph de la Compagnie de Jésus a été fermée et l’une des chapelles aurait été transformée en mosquée. Une grande partie des manuscrits de la Bibliothèque orientale est envoyée à Istanbul.

Le bâtiment de la faculté de médecine est occupé par la faculté de médecine ottomane de Damas. La chapelle y a été transformée en mosquée. Les machines et instruments de l’imprimerie catholique ont été volés (le père Maalouf s.j. estime les pertes à 500 000 FF). Toutes les provisions cachées à Beyrouth ont été confisquées. Les lettres nous apprennent aussi qu’un agronome allemand, allié des Ottomans, a vendu aux enchères, à moitié prix, tout ce qui se trouvait à Bickfaya, Taanaïl et Ksara. Il faut rappeler que les pères jésuites (français) menacés avaient abandonné le domaine de Taanaïl pour rejoindre la résidence de Ksara (qui appartenait administrativement au Mont-Liban).


Dans la Montagne, on meurt de faim
En dehors de Beyrouth aussi, la guerre de 1914-1918 causera d’énormes dégâts aux jésuites. Abandonnée, la maison de Taanaïl est pillée, saccagée et incendiée. Les Turcs profitent de la situation et coupent tous les frênes du domaine déserté, ce bois étant recherché pour fabriquer les roues des porte-canons de l’armée ottomane.

Au collège Saint-Joseph de Antoura, chez les pères lazaristes, même son de cloche : « L’église, notre jolie église, est devenue cuisine. On fait les feux à la mode arabe sur les autels, et c’est pure barbarie gratuite, puisqu’il y a au collège une superbe cuisine pour alimenter 600 personnes. Mes confrères sont cachés dans la montagne où ils meurent de faim. »

À Ksara, la maison, les caves et l’observatoire sont entièrement saccagés et la bibliothèque dispersée. À Ghazir et à Bickfaya, les maisons sont très endommagées, les portes et les fenêtres démontées et emportées. À Homs et Alep, en Syrie, « il n’y a plus que les quatre murs des maisons ».




Les pendaisons
Les archives des pères jésuites dévoilent aussi que plusieurs notables ont été pendus à cause de leurs sentiments francophiles. À Beyrouth, Joseph Béchara Hani et Philippe et Farid Khazen sont pendus sur la place publique. Ils meurent « courageusement et chrétiennement après avoir reçu les sacrements d’un prêtre maronite ». Ahmad Tabbara, propriétaire d’un journal, subit le même sort.

À Damas, Abdel Wahab el-Inglizi et Michel Pacha Moutran, condamnés comme traîtres à la patrie ottomane, sont promenés publiquement dans une charrette, fouettés et couverts de crachats et d’ordures. Tous les drogmans des consulats d’Alep, de Damas et de Tripoli, comme Espère Choukaire, du consulat anglais à Beyrouth, et Aziz Fiani du consulat russe de Beyrouth, sont déportés.

« Les patriarches maronites résidant à Dimane, ainsi que le patriarche syrien, ont été interrogés plusieurs fois par la cour martiale et ont été humiliés. Le Monseigneur Chebli, évêque maronite, a été déporté, condamné à mort par la cour martiale de Aley. L’évêque syrien de Gezireh ainsi que 34 prêtres catholiques ont été massacrés en 1915... »


Famine, misère et épidémies
À travers les diaires, on apprend que le pain se fit rare et souvent inexistant. Dans ses Mémoires, le patriarche maronite Élias Hoayek assure que le Liban « a perdu pendant la Grande Guerre plus du tiers de sa population en raison d’une famine organisée volontairement par l’ennemi ».
Le calcul politique ottoman consiste à affaiblir les Libanais en général, et les chrétiens en particulier, en les affamant au lieu de les massacrer comme en Arménie.
« Dès le 11 août 1914, chevaux, mulets, chameaux, tout est réquisitionné. Les chemins de fer eux-mêmes furent réservés aux transports militaires ottomans. Les locomotives (faute de houille) sont alimentées au bois de mûriers et des forêts libanaises... »
« À Beyrouth, les gens meurent de faim, on les ramasse dans les rues. » « En mai 1916, le déficit dans l’élevage du ver à soie atteint 85 %, les banques 50 % et l’argent se prête à 40, 50 et 100 %. »
« À Beyrouth, le kilo de farine coûte 2 francs 25. Le sucre 10 francs au minimum, le beurre 12 francs le kilo, l’huile, le riz, le café et le savon sont inabordables, le sel manque et on fait le pain avec l’eau de mer... »

Pour comprendre la famine dans les régions chrétiennes, un document rédigé par un père jésuite, le 13 novembre 1916, explique que les lois ottomanes de 1915 autorisant les gouverneurs ottomans à déporter en masse les populations ont poussé les chrétiens de Beyrouth à garder leur argent plutôt que de faire des provisions intransportables.
« Ceux qui n’ont pas de ressources ni de fortune ni de provisions sont condamnés à mourir de faim. Entre 40 000 (au minimum) et 60 000 personnes sont déjà mortes de faim au début de l’été 1916. »
« Les districts qui ont le plus souffert sont le Keserwan, le Metn et Batroun, où certains villages se vident littéralement. L’absence de médicaments, de médecins et de pharmaciens, tous réquisitionnés pour l’armée turque, est totale. Des épidémies de choléra, variole et typhus viennent s’ajouter aux malheurs de la population. »


Beyrouth-mouroir
« Beyrouth est transformée en mouroir, et seuls quelques secours aux affamés sont organisés par les Américains. Mais les Turcs les en empêchèrent très rapidement, de peur que la population ne s’attache aux Occidentaux », souligne un diaire.

Le 26 octobre 1916, une nouvelle loi ordonne l’appel général au service militaire, même pour ceux qui avaient payé le « bédél askariyé ». La Sublime Porte dénonce officiellement le traité de Berlin de 1878 et les accords qui garantissaient l’autonomie du Liban. C’est ainsi que les sujets en âge de servir vont être enrégimentés par la force contre les Alliés.
Dans un extrait de lettre du père Cattin s.j. datant du 18 septembre 1916, on peut lire : « On souffre de la cherté des vivres et du manque d’argent. L’abbé Mezarey, secrétaire de Monseigneur Doumani, a été pendu. »

M. Sarloutte, supérieur du collège lazariste de Antoura, dans une lettre datée du 7 septembre 1916, évoque la même tragédie : « La famine systématiquement organisée continue son œuvre. Le “rothol” de farine est vendu par les Turcs 12 francs, et si l’on s’avise de venir en acheter, le lendemain les Turcs, flairant de l’argent, en exigent 30 francs... Le collège est occupé par des officiers turcs, on y a installé 300 petits Arméniens dont les Turcs ont massacré les parents, et qui sont devenus turcs par la force. »
_________________


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Jeu 5 Déc - 21:11 (2013)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

Une situation qui s'approche de celle des Chrétiens de Syrie, les nouvelles de Centrafrique ne sont guère réjouissantes :
 
Citation:

Centrafrique :

Après les massacres, les chrétiens effrayés attendent les renforts français. Au nord du pays, des dizaines d'habitants auraient été tués, les autres ont fui. 



Source et suite :

http://www.francetvinfo.fr/monde/centrafrique/video-centrafrique-les-chreti…
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Sicambre
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2013
Messages: 138
Localisation: Hainaut français
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Ven 6 Déc - 13:31 (2013)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

Aux informations hier soir ils parlaient de "conflits entre musulmans et chrétiens dans le Nord du pays"...
Belle tournure de phrase, pour éviter de pointer du doigt les persécutions dont sont l'objet les chrétiens. Le pire c'est que ces fumiers de médias les taxeraient d'extrémistes chrétiens si ils en viennent à défendre leur terre et leurs familles.
Quelle désinformation déplorable...


Paix à nos frères de Centrafrique!
_________________
Christus Vincit! Christus Regnat! Christus Imperat!


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Mar 10 Déc - 20:48 (2013)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

 
Citation:
Centrafrique : deux jeunes soldats français tués


Il s'agit des deux premiers soldats français à périr à Bangui, dans l'opération Sangaris.
L'info. Alors que l’Elysée vient d’annoncer que François Hollande se rendra en Centrafrique mardi soir, après avoir assisté à la cérémonie d’hommage à Nelson Mandela en Afrique du Sud, on apprend que deux soldats français ont été tués à Bangui, la capitale.



Source et suite

http://www.europe1.fr/International/Centrafrique-deux-jeunes-soldats-franca…
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Dim 12 Jan - 18:57 (2014)    Sujet du message: Syrie Répondre en citant

Mr Fabius, qui se prend pour la France, estime, dimanche, que la conférence internationale de paix en Syrie, dite Genève 2,* prévue dans dix jours en Suisse, doit «se réunir et réussir» alors que la participation de l'opposition reste incertaine. «Il importe que Genève 2 se réunisse. Il n'y a pas d'autre solution au drame syrien que la solution politique», a affirmé le chef de la diplomatie française, (non d'un référendum  Vox populi) à l'issue d'une réunion en République française usurpatrice  des Amis de la Syrie, soutenant l'opposition syrienne.

*(pays ou l'argent des 5 frégates de Taiwan, dossier passé en Secret défense à l'époque) alors qu'il était ministre sous Mitterrand sont venus s'échouer; il n'y a pas un des frères de Ben Laden qui réside en Suisse?)
Tous les pays cités sont de façon modérés christianophobes, et pour d'autres, viscéralement christianophobes.

 
Onze pays
Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, République française, Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Qatar, Egypte, Jordanie, Etats-Unis, Turquie. (Pas la Suisse?)
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:28 (2016)    Sujet du message: Syrie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Politique Internationale Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 38, 9, 1017, 18, 19  >
Page 9 sur 19

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com