Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Nouveaux programmes d'Histoire, ou l'art de la manipulation
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Sujets divers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Rodolphe von Thierstein
Les Chevaliers de la Couronne et de la Foi

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2011
Messages: 720
Localisation: Duché de Bourbonnais
Religion: Chrétien catholique
Masculin

MessagePosté le: Mer 14 Mar - 17:37 (2012)    Sujet du message: Nouveaux programmes d'Histoire, ou l'art de la manipulation Répondre en citant

Bulletin officiel spécial n°8 du 13 octobre 2011Enseignement spécifique d'histoire-géographie des séries économique et sociale et littéraire - classe terminale
NOR : MENE1119430A
arrêté du 12-7-2011 - J.O. du 20-9-2011
MEN - DGESCO A3-1





Vu code de l'éducation ; arrêté du 27-1-2010 modifié ; avis du CSE du 9-6-2011


Article 1 - Le programme de l'enseignement spécifique d'histoire-géographie en classe terminale des séries économique et sociale (ES) et littéraire (L) est fixé conformément à l'annexe du présent arrêté.

Article 2 - Les dispositions du présent arrêté entrent en application à la rentrée de l'année scolaire 2012-2013.

Article 3 - Les dispositions relatives à l'enseignement de l'histoire-géographie en classe terminale de l'arrêté du 30 juillet 2002 fixant le programme de l'enseignement de l'histoire-géographie dans le cycle terminal des séries générales sont abrogées à la rentrée de l'année scolaire 2012-2013.

Article 4 - Le directeur général de l'enseignement scolaire est chargé de l'exécution du présent arrêté qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 12 juillet 2011


Pour le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative
et par délégation,
Le directeur général de l'enseignement scolaire,
Jean-Michel Blanquer


Annexe
Programme de l'enseignement spécifique d'histoire-géographie
Classe terminale des séries ES et L

Préambule
La classe de première a permis d'approfondir l'approche synthétique et problématisée propre à l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et de répondre, grâce à la recherche du sens et à l'exercice du raisonnement et de l'esprit critique, aux finalités culturelles, civiques et intellectuelles de cet enseignement.
En classe de terminale des séries ES et L, l'histoire et la géographie font partie des enseignements obligatoires.
Les programmes de cette classe, identiques pour les deux séries, donnent des clés pour une lecture historique et géographique du monde actuel. Les modalités de leur mise en œuvre s'inscrivent dans la continuité de celles des programmes des classes de seconde et de première :
- parité horaire entre les deux disciplines ;
- place importante des études de cas en géographie et des études délimitées et mises en perspective en histoire ; 
- utilisation des technologies de l'information et de la communication ;
- liberté et responsabilité pédagogiques du professeur qui peut construire son itinéraire, non seulement au sein de chacun des programmes d'histoire et de géographie, mais encore en les articulant, autant qu'il le jugera nécessaire, autour de points de convergence.
Cette mise en œuvre doit également préparer les élèves à la poursuite d'études supérieures grâce à l'acquisition de connaissances et à l'approfondissement des capacités et des méthodes figurant dans le tableau qui suit et qui ont été progressivement maîtrisées de la seconde à la première. Dans cette perspective, une attention soutenue sera particulièrement accordée au développement du sens critique et à l'organisation d'un travail autonome.
Capacités et méthodes
I - Maîtriser des repères chronologiques et spatiaux
1) Identifier et localiser
- nommer et périodiser les continuités et ruptures chronologiques 
- nommer et localiser les grands repères géographiques terrestres
- situer et caractériser une date dans un contexte chronologique 
- nommer et localiser un lieu dans un espace géographique
2) Changer les échelles et mettre en relation
- situer un événement dans le temps court ou le temps long
- repérer un lieu ou un espace sur des cartes à échelles ou systèmes de projection différents
- mettre en relation des faits ou événements de natures, de périodes, de localisations spatiales différentes (approches diachroniques et synchroniques)
- confronter des situations historiques ou/et géographiques

II - Maîtriser des outils et méthodes spécifiques
1) Exploiter et confronter des informations
- identifier des documents (nature, auteur, date, conditions de production)
- prélever, hiérarchiser et confronter des informations selon des approches spécifiques en fonction du document ou du corpus documentaire
- cerner le sens général d'un document ou d'un corpus documentaire et le mettre en relation avec la situation historique ou géographique étudiée
- critiquer des documents de types différents (textes, images, cartes, graphes, etc.)
2) Organiser et synthétiser des informations
- décrire et mettre en récit une situation historique ou géographique
- réaliser des cartes, croquis et schémas cartographiques, des organigrammes, des diagrammes et schémas fléchés, des graphes de différents types (évolution, répartition)
- rédiger un texte ou présenter à l'oral un exposé construit et argumenté en utilisant le vocabulaire historique et géographique spécifique
- lire un document (un texte ou une carte) et en exprimer oralement ou par écrit les idées clés, les parties ou composantes essentielles ; passer de la carte au croquis, de l'observation à la description
3) Utiliser les Tic
 - ordinateurs, logiciels, tableaux numériques ou tablettes graphiques pour rédiger des textes, confectionner des cartes, croquis et graphes, des montages documentaires

III - Maîtriser des méthodes de travail personnel
1) Développer son expression personnelle et son sens critique
- utiliser de manière critique les moteurs de recherche et les ressources en ligne (internet, intranet de l'établissement, blogs)
- développer un discours oral ou écrit construit et argumenté, le confronter à d'autres points de vue
- participer à la progression du cours en intervenant à la demande du professeur ou en sollicitant des éclairages ou explications si nécessaire
2) Préparer et organiser son travail de manière autonome
- prendre des notes, faire des fiches de révision, mémoriser les cours (plans, notions et idées clés, faits essentiels, repères chronologiques et spatiaux, documents patrimoniaux)
- mener à bien une recherche individuelle ou au sein d'un groupe ; prendre part à une production collective
- utiliser le manuel comme outil de lecture complémentaire du cours, pour préparer le cours ou en approfondir des aspects.


Histoire - Regards historiques sur le monde actuel
Introduction
Le programme de terminale des séries ES et L se situe dans la continuité de ceux de seconde et de première. Il en reprend l'organisation thématique déclinée en questions, elles-mêmes abordées à partir d'études précises. Il permet d'acquérir des connaissances et d'approfondir des capacités et des méthodes acquises lors des deux années précédentes, en accordant une grande place à l'organisation du travail autonome et au travail critique sur les sources. Parmi ces dernières, les productions artistiques doivent faire l'objet d'une attention particulière, conformément aux objectifs de l'enseignement de l'histoire des arts.
Ce programme, qui offre l'opportunité de développer une réflexion historique et d'appréhender les démarches de la discipline, est ainsi de nature à préparer les élèves aux exigences de l'enseignement supérieur en leur permettant d'approfondir leur réflexion historique et d'appréhender les démarches de la discipline.
Le fil conducteur du programme
Le programme propose un éclairage des enjeux majeurs du monde actuel à partir du regard spécifique de l'historien. Afin de faire comprendre d'emblée ce qui caractérise ce regard, le premier thème est consacré à une réflexion sur la discipline, montrant ce qui différencie l'histoire d'autres rapports des sociétés à leur passé, le rapport patrimonial et le rapport mémoriel, et mettant en évidence la démarche critique de l'historien et ses outils. Les trois thèmes suivants (« Idéologies, opinions et croyances en Europe et aux États-Unis de la fin du XIXème siècle à nos jours », « Puissances et tensions dans le monde de la fin de la Première Guerre mondiale à nos jours», « Les échelles de gouvernement dans le monde de la fin de la Seconde Guerre mondiale à nos jours ») ont été choisis de façon à ce que soient abordés des sujets essentiels à la compréhension du monde actuel, en faisant appel à des temporalités différentes adaptées à chacun des thèmes.
Pour traiter le programme
Les quatre thèmes sont déclinés en dix questions dont la mise en œuvre se fait à partir d'études reliées aux problématiques des thèmes et des questions. Loin de constituer une juxtaposition d'objets singuliers, ces études, choisies en fonction de leur pertinence pour faire comprendre une période et/ou un phénomène historique, doivent être sous-tendues par une problématique et impliquent une mise en perspective par rapport à la question traitée.
Le professeur exerce pleinement sa liberté et sa responsabilité pédagogiques. Il a la possibilité de construire son propre itinéraire en traitant les thèmes dans un ordre différent de celui de leur présentation, à l'exclusion du thème 1 qui doit ouvrir obligatoirement la mise en œuvre du programme. À l'intérieur de chaque thème, les questions peuvent être traitées dans un ordre différent.

Thème 1 - Le rapport des sociétés à leur passé (9-10 heures)
Questions
Mise en œuvre
Le patrimoine : lecture historique
Une étude au choix parmi les trois suivantes :
- Le centre historique de Rome ;
- La vieille ville de Jérusalem ;
- Le centre historique de Paris.
Les mémoires : lecture historique

Une étude au choix parmi les deux suivantes :
- L'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France ;
- L'historien et les mémoires de la guerre d'Algérie.


Thème 2 - Idéologies, opinions et croyances en Europe et aux États-Unis de la fin du XIXème siècle à nos jours (15-17 heures)
Questions
Mise en œuvre
Socialisme et mouvement ouvrier
Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne depuis 1875.
Médias et opinion publique
Médias et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l'affaire Dreyfus.
Religion et société
Religion et société aux États-Unis depuis les années 1890.


Thème 3 - Puissances et tensions dans le monde de la fin de la Première Guerre mondiale à nos jours (17-18 heures)
Questions
Mise en œuvre
Les chemins de la puissance
- Les États-Unis et le monde depuis les « 14 points » du Président Wilson (1918).
- La Chine et le monde depuis le « mouvement du 4 mai 1919 ».
Un foyer de conflits
Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale.


Thème 4 - Les échelles de gouvernement dans le monde de la fin de la Seconde Guerre mondiale à nos jours (16-17 heures)

Questions
Mise en œuvre
L'échelle de l'État-nation
Gouverner la France depuis 1946 : État, gouvernement et administration. Héritages et évolutions.
L'échelle continentale 
Le projet d'une Europe politique depuis le congrès de La Haye (1948).
L'échelle mondiale
La gouvernance économique mondiale depuis 1944. 


En histoire, comme en géographie, le programme est conçu pour être traité dans un horaire annuel de 57 à 62 heures.

Géographie - Mondialisation et dynamiques géographiques des territoires
Introduction
Ce programme se situe dans le prolongement de celui des classes de seconde et de première, tant du point de vue des connaissances que des capacités et des méthodes à acquérir par les élèves. La classe de terminale doit permettre une préparation à l'enseignement supérieur. Une attention soutenue sera ainsi accordée à l'acquisition d'une plus grande autonomie par les élèves et à l'exercice du sens critique qui fait l'objet d'un point de programme spécifique dédié à une réflexion sur les enjeux de la représentation cartographique.
Le fil conducteur du programme
En classe de première, en histoire et en géographie, une approche du processus de mondialisation a déjà été entreprise. Le programme de terminale approfondit cette thématique et l'articule avec d'autres grilles de lecture du monde ; le phénomène de mondialisation est ainsi mis en regard avec des logiques plurielles d'organisation de l'espace mondial (géo-économiques, géopolitiques, géo-environnementales et géoculturelles). Le programme propose des approches territoriales à différentes échelles, de la ville aux grandes aires continentales, pour prendre en compte la complexité et les évolutions d'une planète mondialisée.
Pour traiter le programme
Le programme comporte huit questions organisées en trois thèmes.
Le premier thème vise à présenter et à discuter quelques grandes notions et grilles d'analyse (développement, développement durable, puissance, réseaux, mondialisation, Nord/Sud, centre/périphérie, aires de civilisation, rôle des États, etc.) permettant une lecture des territoires mondiaux. Ces outils sont mis au service de l'étude d'un espace dont la situation géographique sur la planète est complexe : la Russie. Les grilles de lecture du thème 1 seront ensuite reprises tout au long du programme. Ce thème est donc obligatoirement étudié en début d'année.
Le thème 2 aborde les dynamiques de la mondialisation. Le thème 3 porte sur trois grandes aires continentales, appréhendées chacune selon une problématique spécifique. Pour chaque aire continentale, le programme prévoit trois entrées qui éclairent cette problématique : une étude de cas, une thématique générale et l'étude d'un ou de deux États (dans ce dernier cas, l'approche est comparative). Le professeur détermine l'ordre dans lequel les thèmes 2 et 3 sont traités en fonction de son projet pédagogique. De même, au sein de ces thèmes 2 et 3, les différentes questions peuvent être abordées dans un ordre librement choisi.
Comme en classes de seconde et de première, le programme accorde une place substantielle aux études de cas ; celles-ci ont une portée générale par les problématiques qu'elles soulèvent, les méthodes qu'elles mettent en œuvre, les enjeux et les choix qu'elles illustrent.
On accordera une place essentielle à la construction de représentations cartographiques par les élèves (croquis et schémas) afin de rendre compte des multiples dimensions territoriales du programme.

Thème 1 introductif - Clés de lectures d'un monde complexe (10-11 heures)
Questions
Mise en œuvre
Des cartes pour comprendre le monde 
L'étude consiste à approcher la complexité du monde par l'interrogation et la confrontation de grilles de lectures géopolitiques, géo-économiques, géoculturelles et géo-environnementales.
Cette étude, menée principalement à partir de cartes, est l'occasion d'une réflexion critique sur les modes de représentations cartographiques.
Des cartes pour comprendre la Russie
Les grilles de lectures de la question 1 sont utilisées pour appréhender la complexité d'une situation géographique :
- La Russie, un État-continent eurasiatique en recomposition.

Thème 2 - Les dynamiques de la mondialisation (18-20 heures)
Questions
Mise en œuvre
La mondialisation en fonctionnement
- Un produit mondialisé (étude de cas).
- Processus et acteurs de la mondialisation.
- Mobilités, flux et réseaux.
Les territoires dans la mondialisation
- Une ville mondiale (étude de cas).
- Pôles et espaces majeurs de la mondialisation ; territoires et sociétés en marge de la mondialisation.
- Les espaces maritimes : approche géostratégique.
La mondialisation en débat
- États, frontières et mondialisation.
- Débats et contestations.

Thème 3 - Dynamiques géographiques de grandes aires continentales (29-31 heures)
Questions
Mise en œuvre
L'Amérique : puissance du Nord, affirmation du Sud
- Le bassin caraïbe : interface américaine, interface mondiale (étude de cas).
- Le continent américain : entre tensions et intégrations régionales.
- États-Unis-Brésil : rôle mondial, dynamiques territoriales.
L'Afrique : les défis du développement
- Le Sahara : ressources, conflits (étude de cas).
- Le continent africain face au développement et à la mondialisation.
- L'Afrique du Sud : un pays émergent.
L'Asie du Sud et de l'Est : les enjeux de la croissance
- Mumbai : modernité, inégalités (étude de cas).
- L'Asie du Sud et de l'Est : les défis de la population et de la croissance.
- Japon-Chine : concurrences régionales, ambitions mondiales.

En géographie, comme en histoire, le programme est conçu pour être traité dans un horaire annuel de 57 à 62 heures
_________________
Plus fideli quam vitae- Défiance et Fidélité.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 14 Mar - 17:37 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Rodolphe von Thierstein
Les Chevaliers de la Couronne et de la Foi

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2011
Messages: 720
Localisation: Duché de Bourbonnais
Religion: Chrétien catholique
Masculin

MessagePosté le: Mer 14 Mar - 17:56 (2012)    Sujet du message: Nouveaux programmes d'Histoire, ou l'art de la manipulation Répondre en citant

On note dans ces nouveaux programmes, la (trop) grande place que prennent les Mémoires, ce n'est plus de l'histoire que l'on va faire mais du bourrage de crâne mémorialiste. L'histoire de France -hormis bien sûr l'Affaire Dreyfus et les IV et Vèmes Républiques- disparaît au profit d'idéologies, les cours vont être déconnectés de toute chronologie et de tout liens logiques, pourtant nécessaire pour comprendre l'évolution de l'Histoire. L'élève sera donc baladé de continents en continents, sans comprendre le lien entre les différentes leçons, cela n'aura strictement aucun sens, en outre ce programme fera "bénéficier" l'élève d'une vision très mondialiste, utile pour le futur ( Mr. Green ), chaque leçon ne durant en plus que quelques heures, on pourra de plus grappiller juste ce qu'il faut dans l'histoire pour alimenter une bonne propagande révolutionnaire !
_________________
Plus fideli quam vitae- Défiance et Fidélité.


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Sam 17 Mar - 08:51 (2012)    Sujet du message: Nouveaux programmes d'Histoire, ou l'art de la manipulation Répondre en citant

Les nouveaux programmes d'Histoire vont continuer à faire de nos enfants des "ignorants" facile à manipuler, sans la moindre référence à notre civilisation Catholique et Royale. L'instruction publique est en train de créer des générations entières de déracinés.

Trop de mensonges trompent nos jeunes, peu nombreux hélas sont ceux qui s'en rendent compte...
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
V.F.H.78
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 17 Mar - 09:38 (2012)    Sujet du message: Nouveaux programmes d'Histoire, ou l'art de la manipulation Répondre en citant

Pour ma part, ayant pris conscience de l'absurdité de ces nouveaux programmes et des graves conséquences qu'ils pourraient avoir sur la compréhension de l'Histoire de France pour nos enfants, je me suis déjà procuré L'altermanuel d'Histoire de Dimitri Casali, que je garde bien précieusement chez moi pour le jour où ma fille sera en âge de comprendre. Comme ça, lorsqu'elle commencera ce fameux programme absurde, elle aura en parallèle un livre d'Histoire qui lui permettra de suivre la chronologie de l'Histoire de France tout en n'évitant aucun sujet "sensible".

Revenir en haut
Solognot
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2012
Messages: 561
Localisation: Au bord du lac Léman
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Jeu 12 Avr - 22:56 (2012)    Sujet du message: Nouveaux programmes d'Histoire, ou l'art de la manipulation Répondre en citant

Je vais commander l'altermanuel d'Histoire de Dimitri Casal
Pour ceux qui l'ont, qu'en pensez vous ?
_________________
Si vis pacem, para bellum


Revenir en haut
Solognot
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2012
Messages: 561
Localisation: Au bord du lac Léman
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Mar 17 Avr - 00:58 (2012)    Sujet du message: Nouveaux programmes d'Histoire, ou l'art de la manipulation Répondre en citant

Cet après midi, en famille, visite du château de Loches.(j'ai vraiment aimé)
J'y ai acheté la généalogie des rois de france et épouses royales . livre de Claude Wenzler; éditions Ouest-france
_________________
Si vis pacem, para bellum


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 611

MessagePosté le: Mar 17 Avr - 05:41 (2012)    Sujet du message: Nouveaux programmes d'Histoire, ou l'art de la manipulation Répondre en citant

Racontez nous un peu la visite...
_________________


Revenir en haut
Solognot
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2012
Messages: 561
Localisation: Au bord du lac Léman
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Mar 17 Avr - 21:49 (2012)    Sujet du message: Nouveaux programmes d'Histoire, ou l'art de la manipulation Répondre en citant

Henryk a écrit:
Racontez nous un peu la visite...










Demain matin je vous fais un compte rendu sur ma visite à la Cité royale de loches Wink
_________________
Si vis pacem, para bellum


Revenir en haut
Pharamon
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2012
Messages: 13
Localisation: Ila de France
Religion: Catholique

MessagePosté le: Sam 21 Avr - 23:13 (2012)    Sujet du message: Nouveaux programmes d'Histoire, ou l'art de la manipulation Répondre en citant

Je ne suis pas certain qu'il faille se désoler de la façon dont l'Histoire est actuellement "désenseignée" en notre Royaume de France. Au contraire...

Depuis le début du XXième siècle, l'enseignement de cette matière n'est que mensonge et propagande. Moins elle est enseignée, moins cette propagande fait de dégat.
Je préfère m'adresser à un esprit "vierge", qu'à une tête formatée pleine de la vulgate révolutionnaire marxiste.
Mon fils a un prof d'Histoire qui fait son travail correctement. Résultat, il m'a expliqué l'autre soir pourquoi il fallait voter pour Poutou.
Bon, il n'a que 15 ans, et ne votera pas non plus... Mais quand même. S'il faut sans cesse repasser derrière les professeurs, qu'on arrette donc d'enseigner l'Histoire à l'école.
_________________
« Tout ce que tu peux régler pacifiquement, n’essaie pas de le régler par une guerre ou un procès. »
Mazarin


Revenir en haut
Solognot
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2012
Messages: 561
Localisation: Au bord du lac Léman
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Dim 22 Avr - 08:16 (2012)    Sujet du message: Nouveaux programmes d'Histoire, ou l'art de la manipulation Répondre en citant




J'ai visité le château de Loches. Il ne pouvait en être autrement, ma femme et moi étant passionnés d'histoire de France et ma fille étant interne et en terminale au groupe scolaire Saint Denis à Loches.
La cité royale est perchée, bien en haut de la vieille ville.
Chaque pas que j'y fais me saisit au plus profond de mon être car ce lieu chargé d'histoire me fait vibrer au plus profond de mon âme. Je regarde ces vieilles pierres, cette campagne que l'on domine de cette hauteur et j'imagine ceux qui avant moi y ont posé les même regards, l'on bâti et défendu.
La Cité Royale bien son nom, elle est splendide, royale, tout en respirant une certaine « simplicité »
Elle fût une place forte durant la guerre de 100 ans
D'un côté, le logis royal style renaissance et de l'autre le donjon impressionnant
C'est un lieu à visiter absolument.
Même ma fille, qui a passé 4 ans à Loches n’était pas montée jusque là et elle s'en est trouvée râvie. Nous avons visité l'ensemble de cet édifice, toute ma petite famille à vraiment aimé. La cité Royale représente pour moi ce qu'était la France, le roi. Cette place force pouvait accueillir le peuple pour le protéger derrière ses remparts et ses soldats . Son église si belle, son château, son donjon avec ses gardien et ses cachots.
Du regard que je jette de la terrasse du logis, j'imagine un souverain soucieux de son peuple, ne laissant aucune de ses brebis sans travail, sans avoir un sens à sa vie, alors qu'aujourd'hui...
J'ai été impressionné par la salle où Jeanne d'Arc décida le roi a se faire couronner ; se trouver dans cette salle, c'est comme « presque » être présent ce jour là. J'ai été impressionné aussi, d'enter dans cette église et approcher le tombeau d'Agnès Sorel.
Le donjon, est là bien et toujours dressé. Il a même résisté dirait on aux assauts d'autres guerres, vu ce qui ressemble à de nombreux impacts de balles sur ces murs.
Belle France que j'aime que voilà.
Je m'écarte de cette visite, mais j'aime cette cité bien au delà par exemple du château de Versailles. Dans ce dernier, ce luxe qui ne m'attire pas question goût visuel (en dehors des jardins), représente à mes yeux une fortune royale dévoilée alors que le peuple, de ce que j'en ai appris, n'était pas au mieux servi ni traité (mais je dis bien, d'après ce que j'en ai appris), alors que Loches respire la simplicité, l'amour de Dieu et la défense du Roi et du peuple.
Je ne peux que vous encourager à faire le déplacement pour y passer une belle journée qui vaut largement le détour, et si le temps ne vous est pas trop compté, non loin vous attendent de merveilleux joyaux avec Chambord, Chenonceau, Valençay, Monpoupon, Cheverny, Amboise...
http://www.visite-au-chateau.com/loches.htm


Cordialement,
_________________
Si vis pacem, para bellum


Revenir en haut
Rodolphe von Thierstein
Les Chevaliers de la Couronne et de la Foi

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2011
Messages: 720
Localisation: Duché de Bourbonnais
Religion: Chrétien catholique
Masculin

MessagePosté le: Dim 22 Avr - 22:46 (2012)    Sujet du message: Nouveaux programmes d'Histoire, ou l'art de la manipulation Répondre en citant

Pharamon a écrit:
Je ne suis pas certain qu'il faille se désoler de la façon dont l'Histoire est actuellement "désenseignée" en notre Royaume de France. Au contraire...
Depuis le début du XXième siècle, l'enseignement de cette matière n'est que mensonge et propagande. Moins elle est enseignée, moins cette propagande fait de dégat.
Je préfère m'adresser à un esprit "vierge", qu'à une tête formatée pleine de la vulgate révolutionnaire marxiste.
Mon fils a un prof d'Histoire qui fait son travail correctement. Résultat, il m'a expliqué l'autre soir pourquoi il fallait voter pour Poutou.
Bon, il n'a que 15 ans, et ne votera pas non plus... Mais quand même. S'il faut sans cesse repasser derrière les professeurs, qu'on arrette donc d'enseigner l'Histoire à l'école.


Je ne suis pas sûr, car on ne fait pas d'eux des têtes vierges, mais des têtes vides. C'est ainsi que l'on fait en sorte qu'ils ne développent aucun goût pour l'Histoire. Il est évident que la République fera toujours de la propagande, mais plus le temps passe, plus la situation est pire. Qui étudie un peu plus sérieusement l'Histoire (d'autant plus si l'élève intéressé approfondi le sujet) ne pourra éluder une certaine gloire de nos Rois. Beaucoup seraient Légitimiste si ils connaissaient l'Histoire : n'oublions pas que le Légitimisme est un joyau serti dans la châsse de notre histoire !
_________________
Plus fideli quam vitae- Défiance et Fidélité.


Revenir en haut
Pharamon
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2012
Messages: 13
Localisation: Ila de France
Religion: Catholique

MessagePosté le: Mer 25 Avr - 21:12 (2012)    Sujet du message: Nouveaux programmes d'Histoire, ou l'art de la manipulation Répondre en citant

Je pense qu'il n'y a pas d'autres alternatives que d'enseigner ou, (soyons modeste) d'intéresser nous même nos enfants à l'Histoire.
Pour ma part, le plus vieux de mes fils (15 ans) qui vit avec moi est devenu un passionné, et il est passé du trotskysme au royalisme sans grandes difficultés.
Pour le plus jeune, qui vit chez sa mère, c'est beaucoup plus compliqué... Là-bas, on est socialiste et républicain.

J'ai un peu honte de l'avouer, mais j'ai employé un moyen assez bas, pour ne pas dire totalement démagogique.
Je viens de lui faire lire le brouillon de mon dernier roman, dans lequel je fais de lui le prochain héritier de la couronne... (Ne dites surtout rien à sa Majesté, c'est son anniversaire...)
Il m'a téléphoné tout à l'heure, et a commencé à me poser plein de question sur la pertinence de ce que j'avais écrit. Grand débat en perspective ce week-end.
_________________
« Tout ce que tu peux régler pacifiquement, n’essaie pas de le régler par une guerre ou un procès. »
Mazarin


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Dim 29 Avr - 18:58 (2012)    Sujet du message: Nouveaux programmes d'Histoire, ou l'art de la manipulation Répondre en citant

Pharamon a écrit:

Il m'a téléphoné tout à l'heure, et a commencé à me poser plein de question sur la pertinence de ce que j'avais écrit. Grand débat en perspective ce week-end.

J'espère qu'il a été aussi fructueux que le nôtre ! Laughing
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 611

MessagePosté le: Mer 16 Mai - 21:58 (2012)    Sujet du message: Nouveaux programmes d'Histoire, ou l'art de la manipulation Répondre en citant

Mgr Freppel:

« En réclamant le maintien de la collation des grades par le jury mixte selon la loi de 1875, bien loin d’élever des prétentions exorbitantes, nous ne faisons que réclamer une très minime partie de ce qui nous appartient. L’État, qui a usurpé subrepticement le droit d’enseignement, serait injuste au premier chef en refusant de restituer à la famille et à l’Église au moins une faible portion de leur propriété... Il n’existe dans le monde que deux enseignements premiers : un pouvoir naturel qui réside dans la famille et un pouvoir surnaturel qui réside dans l’Église. Le père a le devoir de donner à son fils l’enseignement qui corresponde à ses conditions. Aussi le père a, de par la nature, le devoir d’enseigner à son fils la vérité... Ainsi, c’est le père qui délègue les instituteurs. L’Église est enseignante de droit divin, en vertu d’une délégation de son fondateur... En dehors de ces deux pouvoirs il n’en existe pas d’autres. Donc, l’État n’est pas un pouvoir enseignant.
« Jusqu’à 1789, l’État favorisait, aidait, secourait l’enseignement, mais il ne se constituait jamais lui-même proprement enseignant. Il laissait ce droit à la famille et à l’Église... S’approprier l’enseignement c’est, de la part de l’État, spolier la famille et l’Église d’un droit inhérent à leur constitution, droit fondé d’un côté sur l’ordre imprescriptible de la nature qui fait le père maître de son fils et de l’enseignement à lui donner ; et de l’autre côté, sur une délégation formelle et positive de Jésus-Christ Roi du monde et Docteur par excellence. Nulle prétention ne peut renverser ce double droit : y porter atteinte, c’est s’attaquer en même temps à la nature et à Jésus-Christ ; c’est tomber dans le socialisme et l’athéisme.

1° L’État
n’étant pas lui-même un pouvoir enseignant, ne peut enseigner, s’il le fait, c’est d’une manière subordonnée aux deux autorités légitimes qui possèdent proprement le droit d’enseignement... Ce qui investira (les professeurs de l’État), ce sera la délégation d’un père de famille, s’il veut, par un libre choix, leur confier ses enfants. Ce qui les investira encore, ce sera, dans la société chrétienne, l’approbation de leur doctrine et de leur mission par l’Église. En matière d’enseignement, l’État ne peut et ne doit être qu’un auxiliaire.


- n’a pas le droit d’imposer des programmes d’enseignement. Il peut, sans sortir de son rôle d’auxiliaire, en proposer mais seulement en proposer, à la libre acceptation de ceux qui ont le droit légitime d’enseigner.

- n’a pas de lui-même le droit de conférer des grades puisque ces grades sont une partie qui n’est pas de son domaine. Si l’État a des professeurs auxquels les parents confient leurs enfants, ils auront eux-mêmes, comme les autres, le droit de conférer les grades mais encore une fois ce n’est pas de l’État qu’ils le tiendront. Le droit de conférer fait partie du droit d’enseigner. Cependant, l’État peut instituer des examens spéciaux à l’entrée des fonctions dont l’exercice importe à la sécurité sociale. Nous reconnaissons à l’État ce droit d’examen professionnel et nous affirmons qu’il lui suffit.

-  n’a pas le droit d’exclure de la collation des grades ceux à qui elle appartient, c’est-à-dire aux corps enseignants établis avec l’autorité de la famille et de l’Église. Agir ainsi serait les chasser de leur propre domaine et, par conséquent, commettre une violation des plus iniques. Les universités libres, fondées par les familles et par l’Église, ont toute autorité légitime pour enseigner et, de plein droit, conférer les grades. L’iniquité serait d’autant plus grande que l’État qui les expulserait n’a aucun droit en ce terrain. Cette expulsion pourra se faire cependant.



Pour ranimer le courage, Mgr Freppel exhorta en ces termes :
« Il y a un mal contre lequel je ne cesse de lutter ; le découragement. Sous l’impression des mécomptes du passé et des menaces de l’avenir, il n’est pas rare de rencontrer des chrétiens qui se laissent aller au découragement. Tout leur semble perdu, parce que nous n’avons pas réussi à tout sauver. Or, je ne sache rien de plus funeste que le découragement pour les grandes et nobles causes que nous avons à soutenir. Il faut bien se pénétrer de cette maxime, qu’on n’est pas toujours sûr de l’emporter ici-bas, même quand on a pour soi les bons arguments et les bonnes intentions.


Sans doute, je ne veux pas le nier, la vérité finit toujours, à la longue, par avoir raison, et le droit par triompher de l’injustice, mais cela n’empêche ni le droit ni la vérité d’avoir leurs heures d’abandon et d’obscurcissement. Il y a des moments où le vertige de l’erreur fait tourner les têtes et où les meilleurs raisonnements ne viennent pas à bout d’une passion aveugle et obstinée. Est-ce un motif pour désespérer de l’avenir ? À Dieu ne plaise ! Dans les luttes de la vie, il faut savoir être vaincu ; seulement, au lieu de rester sur sa défaite, sans même tenter un nouvel effort, il faut reprendre haleine, rechercher avec soin pourquoi l’on a été vaincu, et se remettre immédiatement à l’œuvre pour ressaisir la victoire.


« Lorsque l’on se mêle de combattre, il est bon de ne pas trembler d’avance devant l’idée d’un échec possible. Donc, messieurs, pas de défaillances, quelles que soient les épreuves que l’avenir puisse nous réserver à nous-mêmes et à nos institutions. Car Dieu, de qui nous sommes et pour qui nous vivons, ne nous commande par de vaincre, mais de combattre. L’honneur d’une vie, comme son vrai mérite, c’est de pouvoir répéter jusqu’au bout cette parole du Divin Maître : Nous avons fait ce que nous devions faire. Le reste, il faut l’abandonner à Dieu, qui donne la victoire ou permet la défaite, et qui fait contribuer l’une comme l’autre à l’accomplissement de ses éternels et impénétrables desseins. Vainqueurs ou vaincus, qu’importe, si nous avons fait notre devoir. Il y a deux sentiments qu’il ne faut jamais perdre de vue, parce qu’ils font notre force, comme ils sont notre gloire : nous travaillons pour la France et nous servons l’Église. »
_________________


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 611

MessagePosté le: Jeu 26 Juil - 17:41 (2012)    Sujet du message: Nouveaux programmes d'Histoire, ou l'art de la manipulation Répondre en citant

La publicité à l'école, une interdiction oubliée depuis 1936, mais une belle manipulation de l'enfant depuis.



Rappelons  que le système publicitaire est contraire à tout principe éducatif, contraire à l’exercice de l’esprit critique et à la formation de citoyens libres ?"

"Les maîtres et les élèves doivent ils servir directement ou indirectement à quelque publicité commerciale que ce soit?  Autorisation des marques sous les préaux à condition d'un logo "discret", les "malettes pédagogiques", partenariats, jeux-concours sont permis?

 L'hypocrisie est patente : les marques consentiraient-elles l'investissement nécessaire à la conception, la fabrication, la distribution de leur pédago matériel" par pure philanthropie,(sic) si elles n'en escomptaient pas des retombées commerciales?

L'habillement inégalitaire par les marques et uniformisant de la publicité, actuellement par effet de groupe, contraignent les enfants a sublir de la discriminination à l'école.


Vérification de la «discrétion » des logos ?
Qui contrôle le caractère pédagogique du matériel proposé ?
Qui juge de son but commercial ?


Des marques, entre autres, tous "partenaires"(1) enthousiastes qui se livrent à un véritable endoctrinement  mercantile sur les plus vulnérables "Le cerveau d’un enfant contin ue en effet à se construire jusqu’à sept ans, et c’est le cortex préfrontal, zone impliquée dans les choix de consommation, qui se développe en dernier. Il est donc d’autant plus important de préserver des bulles d’oxygène non polluées par la publicité, comme l’école, pour que nos enfants grandissent en citoyens doués d’esprit critique et d’imagination." Sournoise, insidieuse, perverse et pour tout dire inacceptable, ainsi apparaît la publicité à l'école.  



(1) Ils  versent aujourd’hui les salaires des journalistes de la télé, de la radio ou de la presse, disposent de l’argent des plus grosses entreprises du monde pour faire pression sur les hommes et femmes politiques. Certains d’entre eux travaillent pour des dictateurs dans les pays pauvres.  
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:35 (2016)    Sujet du message: Nouveaux programmes d'Histoire, ou l'art de la manipulation

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Sujets divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com