Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Réflexion
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Sujets divers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Solognot
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2012
Messages: 561
Localisation: Au bord du lac Léman
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Sam 16 Juin - 18:58 (2012)    Sujet du message: Réflexion Répondre en citant

Semper Fidelis a écrit:
Semper Fidelis a écrit:

Exactement, c'est le Roi qui est le "fils aîné" de l'Eglise Romaine.
L'expression fille aînée de l'Eglise est une invention du Père Lacordaire (j'ai la date exacte où elle a été employée pour la 1ère fois sous la monarchie de juillet dans la chaire de Notre-Dame de Paris, je rechercherai dans mes notes si vous désirez) puis a été reprise à la fin du siècle lorsque on a célébré le 14e centenaire du baptême de Clovis.
Depuis elle a fait florès et effectivement elle est utilisée soit par les nationalistes soit par les républicains quand ils veulent brosser les cathos dans le sens du poil (pour mieux leur donner un coup de poignard dans le dos ensuite!!!)




On ne trouve aucun emploi de l'expression "fille aînée de l'Eglise" sous l'Ancien Régime sauf une seule fois, en février 1564
et elle ne désigne pas la France mais la reine Catherine de Médicis : c'est le nonce Prospero di Santa Croce qui emploie l'expression au cours d'un entretien 
qui a trait aux décrets d'application du concile de Trente en France!!!


Ensuite comme je vous le disais plus haut l'expression se retrouve, et cette fois pour désigner la France, dans la bouche du Père Lacordaire 
et cela dans la chaire de Notre-Dame de Paris : c'était le 14 février 1841, dans son discours sur la vocation de la nation française.
Les Rois Louis XVIII & Charles X, renouant avec les traditions de l'Ancien Régime avaient repris le titre de "fils aîné de la Sainte Eglise",
mais en 1841 le souverain légitime - celui qui de droit est "fils aîné", Louis XIX, alias "comte de Marnes" - se trouve en exil.
Et le "roi des Français", Louis-Philippe, dont le règne a commencé par des persécutions contre le clergé catholique, ne pouvait décemment pas
revendiquer un tel titre!!!
Lacordaire est donc le responsable de ce tour de passe-passe qui transfère le titre traditionnel du souverain à la nation.
Comme l'a écrit Mavendorf, le cardinal Langénieux, archevêque de Reims et primat de Gaule belgique, va reprendre l'expression à l'occasion des célébrations du 14ème centenaire du Baptême de Clovis; c'est à partir de là qu'elle fait florès.
Le Pape St Pie X l'utilise une fois en 1911 (pas dans un document officiel) ; 
Pie XI emploie l'expression dans un document officiel, en 1922, celui qui proclame ND de l'Assomption, de manière liturgique, patronne principale de la France ;
ensuite Jean-Paul II lors de sa première visite apostolique en France en 1980, dans son homélie de la Messe de la fête de la Sainte Trinité célébrée au Bourget.


L'expression a davantage été utilisée par les chefs d'état ou de gouvernement français et par les nationalistes catholiques que par les autorités romaines.


Pour le titre de "fils aîné" accordé au Roi de France, on peut en faire remonter la tradition à Pépin le Bref, lorsque, venant au secours du Pape, il crée les états de l'Eglise 
et qu'en retour le Pape donne à la famille régnante la protection spéciale de Sainte Pétronille, dont la tradition disait qu'elle était la fille aînée de Saint Pierre.
Si vous voulez en savoir plus sur Ste Pétronille et sa protection sur la France je vous invite à vous reporter à l'étude que j'avais publié ici >>>
http://leblogdumesnil.unblog.fr/2010/06/01/2010-24-de-sainte-petronille-et-…


par ailleurs pour rectifier l'idée fausse selon laquelle la France aurait été la première nation chrétienne 
j'avais aussi commencé à faire un sort à l'expression fille aînée de l'Eglise dans un autre texte publié à l'occasion du 15ème centenaire de la mort de Clovis le Grand
ici >>>
http://leblogdumesnil.unblog.fr/2011/11/29/2011-90-du-quinzieme-centenaire-…






_________________
Si vis pacem, para bellum


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 16 Juin - 18:58 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Sam 16 Juin - 19:10 (2012)    Sujet du message: Réflexion Répondre en citant

Avant 1789, la "gesta Dei per Francos" se tenait à mi-chemin entre Dieu et le père de famille, comme dans l'Ancien Testament déjà cette figure d'ombre et de lumière, le roi, devenue, depuis l'Évangile, cette figure humaine investie d'une auréole sacrée, dans le Royaume Franc, le Roi très chrétien. De même, qu'il existe dans l'Église un Pape, vicaire du Christ et pasteur du troupeau, il existait au temporel une autorité vouée à gouverner selon la volonté et par la volonté de Dieu. Disons du « Roi très chrétien »,  cela doit s’entendre en fait de toute autorité temporelle qui s’affirmait de droit divin et exigeait d’être reconnue comme telle.

Le Roi de France, par le sacre, entretenait un rapport à Dieu qui lui donnait une autorité souveraine sur son peuple au temporel comme le Pape et les évêques l'ont reçue au spirituel. Tous donc le considéraient comme un homme investi par Dieu du pouvoir de décider en conseil politique et arbitrer les devoirs et les droits de chacun pour le bon ordre général. Même désagréables, injustes, ses décisions devaient être acceptées et suivies comme l'expression d'une volonté plus haute, d'une permission de Dieu. Seuls seraient nuls des lois ou des commandements contraires à ceux de Dieu et de l'Église.

Le Roi tenait un rapport naturel constant dans le bien commun politique, l'ordre, la paix, la prospérité de la communauté, à l'abri de ses frontières. En cela il avait quelque affinité avec la Providence divine, avec l'autorité de tout père de famille. Cette relation du père à sa famille, du chef à ses sujets, lui donnait un sens naturel, un souci du bien de tous, du bien commun, antérieur au bien individuel, et distinct de la somme des biens particuliers. C’est la base de tout ordre politique. Or cette autorité, inscrite dans la nature, était reconnue providentielle.

Car l'habitude du roi, du père de famille, d'être l'homme de tous, ne résulte pas d'une volonté passagère, elle est une vertu morale, elle résulte de leur situation, de leur état. C'était un fait de nature, heureux.

Ainsi, le roi d'Ancien Régime chrétien ne se donnait pas pour mission de rechercher le plus haut degré du bien-être, de la richesse, de la culture de ses sujets, ce qui l’aurait conduit au totalitarisme, ni leur vertu et leur salut éternel, ce qui l’aurait versé dans le cléricalisme théocratique. Il se savait le garant spécifique du bien commun temporel, souverain dans son domaine, en vertu d'une légitimité divine, et donc souverain chrétien.

L’autorité royale française est dynastique, par la sagesse de nos Capétiens, dont un des roys légistes Philippe le Bel, comme était, en vertu des promesses messianiques, celle des rois de Juda. La raison en était profondément surnaturelle : elle s’enracinait dans la foi au mystère de la génération divine dont toute génération humaine est l’image et la ressemblance. Comme le Père donne tout à son Fils unique, dans la vie trinitaire, en l’unité d’un même Esprit, ainsi le roi au premier-né de la France. « Le roi ne meurt pas. » La famille royale dure comme la Vie divine et elle assure à toute famille du royaume une semblable légitimité, la même stabilité d’une autorité paternelle et dynastique.
_________________


Dernière édition par Henryk le Mar 19 Juin - 21:46 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Sam 16 Juin - 20:11 (2012)    Sujet du message: Réflexion Répondre en citant

Semper Fidelis a écrit:
Un véritable royaliste souffre des errements de ses Rois, mais il ne contribue pas à divulguer les fautes du Roi son père !



Merci Semper Fidelis, c'est exactement l'idée que je voulais faire passer sans trouver réellement les mots qui conviennent parfaitement pour l'exprimer.



Okay
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Léandre de Brisaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 428
Localisation: Bugey Blanc
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Sam 16 Juin - 20:22 (2012)    Sujet du message: Réflexion Répondre en citant

Semper Fidelis a écrit:
d) En revanche je veux faire observer que, certes, si Louis XVI eût pensé et réagi comme un Lamponéon, il eût effectivement employé la méthode forte et fait tirer sur les émeutiers : [/size][/font][/color]
mais en cela il eût profondément failli à son rôle de Souverain
Le pouvoir du Roi n'est pas celui d'un dictateur ni d'un président de la république.
Le pouvoir du Roi est d'essence paternelle : et un père ne fait pas tirer sur ses enfants même lorsqu'ils bafouent leur propre père... 


Voilà un argument de qualité face à ceux qui pensent que Louis XVI aurait dû "faire tirer dans le tas". Merci cher ami Okay
_________________
«Être ouvert à son temps, ce n’est pas en accepter benoîtement les dérives et les propositions contre
nature.» Louis XX, le 31 mai 2015


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Sam 16 Juin - 20:36 (2012)    Sujet du message: Réflexion Répondre en citant

Comte de Chinon a écrit:
Attention, mon intention n'est pas de faire le procès de LOUIS XVI mais de constater ce qui c'est passé!

Il est toujours possible d'établir une critique (dans un cadre certes approprié), le tout est de savoir si elle se veut constructive. Il faut donc connaître la pensée réelle qui se cache derrière, vérifier si elle est sincèrement traditionnelle où révolutionnaire.

Votre "Réflexion" historique, pour reprendre le titre du sujet, ne serait pas accueillie de la même manière sur un forum nationaliste.
Les nationalistes seront bien évidement d'accord avec vous, et profiteront de la brèche ouverte pour enfoncer le clou de la Révolution. Ils vous diront que les rois étaient mauvais, raison de plus pour tourner la page et pour "sauver la France" en construisant une pensée nouvelle (principe gauchiste d'autonomie) recouverte d'une très légère couche de vernis traditionaliste pour berner et enrôler les catholiques sous la bannière de la Révolution.

C'est justement dans ce piège que refusent de tomber les légitimistes.


Comte de Chinon a écrit:
Si cela peut vous apaisez je ne suis pas nationaliste! mais si vous definissez la politique de vouloir un Etat fort ou l'oppostion est balayée pour le bien commun une conception Républicaine de l'autorité, cela ne me dérange pas et je ne me défilerai pas en affirmant que c'est comme cela que je vois les choses!

En France lorsque l’on sert le Roy légitime désigné par l’institution, c’est le Christ Lui même qu’il s’agit de servir (Le Christ vrai Roi de France). C’est tout de même un aspect de la Monarchie Française qui devrait être un élément déterminant dans la conduite politique à tenir pour des personnes se définissant comme « Catholiques et Français », vous ne croyez pas ?

La Révolution est tout d'abord une pratique, on commence par tourner le dos au Roy dans la recherche d'un Etat fort armé parfois certes d'excellentes intentions... Mais tout cela n'a jamais rien produit de positif dans notre pays pour le bien commun ainsi que l'atteste l'histoire. Pourquoi ? Et bien parce que on n'agit pas en cohérence avec le réel (La France n'existe pas tout simplement en dehors de sa tradition Catholique et Royale).
On devient alors un Monsieur Malgrétout ou un Monsieur Tradi, c'est-à-dire sous l'influence du libéralisme la meilleure caution du système démocratique que l'on prétend combattre :


http://www.viveleroy.fr/Essai-sur-le-liberalisme-pratique,2


_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Dim 17 Juin - 06:37 (2012)    Sujet du message: Réflexion Répondre en citant

Un rappel de formulation de Semper fidelis

Permettez-moi tout d'abord quelques remarques d'ordre général :a) il faut absolument se garder de généraliser quand on veut être honnête et rigoureux :
on ne peut ni ne doit dire « la noblesse a fait ci... » ou « le clergé a fait ça... », non !
Il y a des nobles, ou plus exactement encore « certains nobles en nombre plus ou moins important », qui ont fait ou dit ceci,
et il y a des membres du clergé, ou plus exactement encore « certains membres du clergé en nombre plus ou moins important », qui ont fait ou dit cela...
A l'intérieur d'un même corps on trouve toutes les nuances d'opinions, de discours et de comportements
et on ne peut les généraliser à l'ensemble du corps dont ils sont les membres...


b) il y a une règle absolue en histoire : « on ne juge pas du passé avec les lunettes d'aujourd'hui »,
sans quoi on sombre dans une espèce d'anachronisme psychologique et moral qui fausse toutes choses.




Léandre de Brisaux, je parlais des actions du Comte de Provence en période révolutionnaire, non de Louis XVIII de 1814.


_________________


Dernière édition par Henryk le Dim 17 Juin - 20:55 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Semper Fidelis
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2012
Messages: 737
Localisation: Vivarais
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Dim 17 Juin - 06:55 (2012)    Sujet du message: Réflexion Répondre en citant

Et (pardonnez-moi de me citer moi-même) :
"on ne peut jamais enfermer un personnage historique dans ce que nous révèle un seul comportement circonscrit dans un moment donné"


Cela aussi est particulièrement vrai pour Louis XVIII : 
- ses agissements lorsqu'il était Comte de Provence et intriguait contre Louis XVI - même semble-t-il - à certains moments de la révolution sont effectivement peu louables.
- sa prudence et sa sagesse lorsqu'il revint en France en 1814 et conserva intouchés les principes de la monarchie traditionnelle ainsi que la manière admirable dont il redressa le Royaume en quelques années (j'ai lu, mais je ne sais plus où que la Restauration avait en 15 ans remis les finances de la France dans le positif, alors qu'elles étaient dans le rouge depuis longtemps avant la révolution et que cette dernière + les guerres de l'empire + la dette de guerre due aux alliés n'avaient bien sûr rien arrangé)
... c'en est l'illustration.
Un personnage n'est jamais tout ceci ou tout cela : il a une histoire, une évolution...
_________________
« Le trône de Saint Louis sans la religion de Saint Louis est une supposition absurde ».

(Chateaubriand)


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Rodolphe von Thierstein
Les Chevaliers de la Couronne et de la Foi

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2011
Messages: 720
Localisation: Duché de Bourbonnais
Religion: Chrétien catholique
Masculin

MessagePosté le: Dim 17 Juin - 11:19 (2012)    Sujet du message: Réflexion Répondre en citant

Semper Fidelis a écrit:
Cela aussi est particulièrement vrai pour Louis XVIII : 
- ses agissements lorsqu'il était Comte de Provence et intriguait contre Louis XVI - même semble-t-il - à certains moments de la révolution sont effectivement peu louables.


Il paraît qu'il était presque réjoui de l'arrestation du Roi à Varennes...

Semper Fidelis a écrit:
- sa prudence et sa sagesse lorsqu'il revint en France en 1814 et conserva intouchés les principes de la monarchie traditionnelle ainsi que la manière admirable dont il redressa le Royaume en quelques années (j'ai lu, mais je ne sais plus où que la Restauration avait en 15 ans remis les finances de la France dans le positif, alors qu'elles étaient dans le rouge depuis longtemps avant la révolution et que cette dernière + les guerres de l'empire + la dette de guerre due aux alliés n'avaient bien sûr rien arrangé)

Quel était l'Etat des finances sous Bonaparte ? Comment finançait-il ses monstrueuses campagnes militaires ?
_________________
Plus fideli quam vitae- Défiance et Fidélité.


Revenir en haut
Comte de Chinon
Comte

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2012
Messages: 518
Localisation: Génelard
Religion: Catholique traditionaliste
Masculin

MessagePosté le: Dim 17 Juin - 15:44 (2012)    Sujet du message: Réflexion Répondre en citant

Mavendorf c'est bien gentil Monsieur Tradi et Monsieur Malgretout mais a part combattre tout seul dans votre coin en faisant de sympathiques réunions où se pressent 10 personnes, en éditant un journal que lisent 5 abonnés vous pensez combattre et lutter pour le retour du Roi! c'est un point de vue Si vous n'exluiez pas la possibilité d'agir dans un parti politique dans le cadre du moindre mal je serais d'accord avec vous, mais là ce n'est pas le cas! Au départ je pensais comme cela, mais j'ai commencé à me poser des questions en voyant divers sujet d'actualités et la lumière m'est venue lors de ma dernière retraite dans un sermon de Mgr Lefebvre où il exhortait à s'engager en politique! Nous avons le devoir de défendre  (parfois malgré eux) nos concitoyens en luttant politiquement!
Je voudrais savoir si vous seriez plutôt Pétainistes ou gaullistes dans ce cas là: De Gaulle a fichu le camp pour mener un combat "propre" à Londres sans compromission avec les Allemands mais Pétain est resté pour lutter pied à pied, finissant condamné à mort alors que de Gaulle finissait président! logiquement vous devriez être Gaulliste! Pensez vous que les Vendéens auraient du émigrer avec certains nobles et ne revenir qu'une fois la révolution terminée, finissant avec les honneurs plutôt que quasi eclipsés comme ils le furent?
Ne prenz pas mal ce que j'ai mis sur le nombre de participants et de lecteurs juste au dessus, c'est pour faire un contraste!   
sur un autre sujet je ne cherche pas à tourner le dos au Roi comme vous semblez le croire! j'ai l'impression en vous lisant (pas seulement vous ) que l'on doit cacher les eventuelles erreurs de la monarchie pour ne pas donner de grain à moudre aux révolutionnaires et que par pièté filiale on ne doit rien dire! Mais je pense que lorsqu'une personne fait un erreur on est en devoir de le lui faire remarquer! De meme on me dit que le Roi est un Père: Fort Bien , mais le père ne doit-il pas corriger ses enfants et parfois employer la manière forte (punition sous toute ses formes jusqu'u coup de martinet)!!!! Louis XI que expulse tous les habitants d'Arras parce qu'ils se sont révoltés et qui en exécute quelques uns est-il un affreux révolutionnaire? La répression des Camisards par Louis XIV en fait elle un Révolutionnaire avant l'heure!!!
 
_________________
Comte de Chinon
Capitaine-Lieutenant des Gendarmes de la reine



Revenir en haut
Rodolphe von Thierstein
Les Chevaliers de la Couronne et de la Foi

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2011
Messages: 720
Localisation: Duché de Bourbonnais
Religion: Chrétien catholique
Masculin

MessagePosté le: Dim 17 Juin - 20:03 (2012)    Sujet du message: Réflexion Répondre en citant

Comte de Chinon a écrit:
Je voudrais savoir si vous seriez plutôt Pétainistes ou gaullistes dans ce cas là: De Gaulle a fichu le camp pour mener un combat "propre" à Londres sans compromission avec les Allemands mais Pétain est resté pour lutter pied à pied, finissant condamné à mort alors que de Gaulle finissait président! logiquement vous devriez être Gaulliste! Pensez vous que les Vendéens auraient du émigrer avec certains nobles et ne revenir qu'une fois la révolution terminée, finissant avec les honneurs plutôt que quasi eclipsés comme ils le furent ?

Je ne vois pas le lien entre les évènements de l'Occupation et l'engagement royaliste... De toute façon aucun des deux n'a restauré le roi !

De toute manière ce n'est pas plus en fustigeant tel ou tel roi ou telle ou telle catégorie sociale : noblesse, clergé ou autre que l'on ramènera le roi à Reims !
Je ne crois pas que la question soit si on a le droit de critiquer ou pas les rois. Je pense que l'on peut émettre des critiques, effectivement, bien que l'on soit royaliste, je dirais même que c'est parfois nécessaire. Le problème, c'est que vous avez présenté votre sujet en jetant en pâture aux lecteur la phrase suivante :
Citation:
Pour moi la Monarchie et la noblesse ont abdiqué leur pouvoir et leur devoir. 

Là ce n'est plus une critique constructive et raisonnée, mais une fustigation un peu tapageuse, admettez. Ce n'est pas qu'il n'y a aucune critique de Louis XVI à faire, mais c'est que présenté comme cela, pour les éventuels lecteurs ce n'est pas la meilleure façon de les attirer.

Notre rôle est de soutenir la monarchie, on peut en relever les déviances, mais pas juger les rois ! Ce qui a manqué à Louis XVI, c'est précisément de soutien en 89, et en restant en France, il n'a pas abdiqué. Il avait peut-être des défauts dans sa politique, mais il avait parfaitement conscience de son devoir sous la Révolution, c'est cela qui l'a conduit à la guillotine et à la mort, tout comme sa femme la Reine, tout comme son fils le Dauphin. Mais qui fut fidèle à au souverain ? Bien peu de son vivant ! En tant que Légitimiste, on doit être fidèle à la Royauté et la soutenir même dans la défaite !

Comte de Chinon a écrit:
Mavendorf c'est bien gentil Monsieur Tradi et Monsieur Malgretout mais a part combattre tout seul dans votre coin en faisant de sympathiques réunions où se pressent 10 personnes, en éditant un journal que lisent 5 abonnés vous pensez combattre et lutter pour le retour du Roi! c'est un point de vue Si vous n'exluiez pas la possibilité d'agir dans un parti politique dans le cadre du moindre mal je serais d'accord avec vous, mais là ce n'est pas le cas! Au départ je pensais comme cela, mais j'ai commencé à me poser des questions en voyant divers sujet d'actualités et la lumière m'est venue lors de ma dernière retraite dans un sermon de Mgr Lefebvre où il exhortait à s'engager en politique! Nous avons le devoir de défendre  (parfois malgré eux) nos concitoyens en luttant politiquement!

Ceux qui "s'engagent en politique", c'est à dire s'engagent en démocratie, n'ont pas à critiquer la démocratie ni la révolution. Vous voulez vous battre pour le Roi en démocratie ? Je vous prie dans ce cas de vous référer aux résultats minables d'Alliance Royale, les royalistes démocrates se mentent à eux-même en croyant faire quelque chose, parce qu'en fait, leur seule solution de réussite est la compromission avec le système !
Les soi-disant royalistes/chrétiens démocrates, qui ont tous le glorieux projet de restaurer la France chrétienne, finissent tous par se battre pour un chiffon de papier, pour savoir si l'Union Européenne a oui ou non des "racines chrétiennes", par exemple.
_________________
Plus fideli quam vitae- Défiance et Fidélité.


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Dim 17 Juin - 20:12 (2012)    Sujet du message: Réflexion Répondre en citant

Cher monsieur, nous faisons de la formation politique, royale, chrétienne, nous ne donnons pas de cours de Karaté, ni de cours de tout à l'égo Chateaubrianesque. Montez votre parti, si vous avez la solution finale, nous vous reconnaitrons à vos oeuvres, cher donneur de leçon.

Ne prenez pas au premier degré ce que nous écrivons... tournez le 7 fois dans votre esprit avant de composer sur Duddley Pound, Cunninghann, Leahy,  Weggand, Leclerc, Giraud, Decoux, des notes, ou réfléxions un peu trop mineures, mains non royalistes.

Seu Pacem, seu bella gero =----> belle devise à mettre en pratique.
_________________


Dernière édition par Henryk le Dim 17 Juin - 20:38 (2012); édité 2 fois
Revenir en haut
Comte de Chinon
Comte

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2012
Messages: 518
Localisation: Génelard
Religion: Catholique traditionaliste
Masculin

MessagePosté le: Dim 17 Juin - 20:23 (2012)    Sujet du message: Réflexion Répondre en citant

Mais je ne suis pas un royaliste-démocrate!!!! je pense que nous pouvons et devons nous battre pour sauver ce qui peut l'être encore et quand on peut empecher certains maux dans le systeme politique actuel et en meme temps que nous pouvons et devons propager la doctrine légitimiste (pas dans le systeme puisqu'ils sont opposés) mais dans notre vie de tous les jours! 
pour l'occupation et les émigrés je parlais du principe du combat de l'intérieur ou de l'exterieur du système: gaullistes et émigrés= victoire finale de l'extérieur et vendéens et "pétainistes"  défaite finale de l'intérieur! c'est tout, je ne pensais pas evidemment qu'ils avaient restauré la monarchie!
Pour Louis XVI il a peut etre fait son devoir sous la révolution (meme si je ne suis pas completement d'accord) mais il ne l'a pas assez fait avant! 
J'ai peut etre eté un peu dur dans mon analyse et ca vous a choqué, mais j'ai dit ce que je pensais! 
_________________
Comte de Chinon
Capitaine-Lieutenant des Gendarmes de la reine



Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Dim 17 Juin - 20:25 (2012)    Sujet du message: Réflexion Répondre en citant

Comte de Chinon a écrit:
Mavendorf c'est bien gentil Monsieur Tradi et Monsieur Malgretout mais a part combattre tout seul dans votre coin en faisant de sympathiques réunions où se pressent 10 personnes, en éditant un journal que lisent 5 abonnés vous pensez combattre et lutter pour le retour du Roi!


Les légitimistes ne sont pas dans la logique de la « loi du nombre ». Ce n’est pas la quantité qui fait la Vérité, du reste vous devriez savoir que les apôtres n’étaient pas très nombreux, mais que malgré les difficultés et les embûches cela ne les a pas empêché d’étendre la parole de Notre Seigneur Jésus-Christ dans le monde entier.


La Vérité est UNE l’erreur est multiple, si vous préférez la seconde à la première comme tous les démocrates, il ne vous reste que l’embarras du « choix » : Civitas ? Front National ? Mouvement pour la France ? UMP ? MNR ? Alliance Royale ? Action Française ? Tous prétendent avoir le remède, mais aucun ne parvient ne serais-ce qu’à freiner légèrement le processus révolutionnaire. Les « alliances » ne sont que de façade et masquent une volonté à peine dissimulée de toujours vouloir absorber l’autre pour se débarrasser d’un concurrent potentiel, et faire grandir SA structure sur le principe du plus petit dénominateur commun...

Si par malheur on accepte Votre thèse organisée par Votre esprit libéral, il va vous falloir entrer dans une « nouvelle négociation », celle de nous vendre la carte de VOTRE parti politique ! Voyez-vous ce qui fait la force de la pensée légitimiste, c’est son refus de rentrer dans cette logique révolutionnaire. Sans polémiquer indéfiniment sur ce sujet, grand bien vous fasse cher ami de placer votre confiance dans ceux qui se laissent fourvoyer par le système (mais sachez alors que vous n’avez plus rien à faire sur ce forum, à part peut être nous faire perdre notre temps.. Mais ma patience à des limites..). Nous n’avons pour notre part aucune sympathie à l’égard de vos champions de « l’entrisme » ; nous souhaitons seulement qu’ils cessent de faire passer leurs œuvres piégées pour des « hauts sommets » de la pensée contre-révolutionnaire.



Comte de Chinon a écrit:
C'est un point de vue Si vous n'exluiez pas la possibilité d'agir dans un parti politique dans le cadre du moindre mal je serais d'accord avec vous, mais là ce n'est pas le cas!



Agir dans un parti politique au service du Roy ? Laughing
Pourriez vous me dire lequel ? Nous y voilà donc enfin…, il me semblait bien que la « réflexion » historique visait comme d’habitude à nous faire épouser les roues dentées du système programmé pour nous « réduire ».

Où sont les fruits des travaux et des actions de vos semblables, de ceux qui se sont placés dans cette logique ? Ont-ils avancé d’un seul millimètre dans la puissante matrice à dépouiller les Français ? Vous qui prétendez tirer les leçons de l’histoire, que voulez vous faire de sérieux à l’heure actuelle à l’intérieur du système, après tous les Concordats, tous les Ralliements qui ont fait travailler nos braves Catholiques au seul système républicain et surtout pas au nôtre ! C’est avec la plus grande des lassitudes que les légitimistes sont régulièrement les témoins désabusés de toutes vos entreprises démocratiques bâties sur du sable, laminées les unes derrières les autres par les icebergs de la démocratie ! Je constate à regret que politiquement tout « traditionaliste » que vous êtes,  il vous reste beaucoup à apprendre.


Comte de Chinon a écrit:
Au départ je pensais comme cela, mais j'ai commencé à me poser des questions en voyant divers sujet d'actualités et la lumière m'est venue lors de ma dernière retraite dans un sermon de Mgr Lefebvre où il exhortait à s'engager en politique!



Vous vous plaisiez à faire la critique de Louis XVI, n’oubliez pas de faire celle de Monseigneur Lefebvre lorsqu’il se place sur un terrain qui n’est pas le sien, « la politique ». Il n’appartient pas directement aux Clercs d’organiser la cité temporelle : distinction des pouvoirs mais pas séparation.

http://beaudricourt.hautetfort.com/archive/2011/01/31/justice-tradition-fid…

De plus « s’engager en politique » n’est pas synonyme il me semble de se fourvoyer avec l’ennemi... Vous êtes d’accord avec ça j’imagine ? Autrement vous auriez une conception bien curieuse de « l’engagement »…



Comte de Chinon a écrit:
Nous avons le devoir de défendre (parfois malgré eux) nos concitoyens en luttant politiquement!



Je n’ai pas l’impression de ne rien faire pour eux voyez-vous, bien au contraire d’ailleurs, j’estime faire bien plus que les
frondeurs, les royalistes œcuméniques et les éternels perdants qui viennent nous vendre leur petit catéchisme républicain.

Encore une fois s’engager politiquement n’est pas synonyme de se corrompre dans les partis politiques, où se rencontrent  catholiques « égarés », néo-païens violemment anti-chrétien et franc-maçons grécistes de la « nouvelle droite » ! Si vous préférez en connaissance de cause épouser les contours de telles structures plutôt que la nôtre, ne venez surtout pas ensuite tenter de nous donner des leçons de conduite...


Comte de Chinon a écrit:
Je voudrais savoir si vous seriez plutôt Pétainistes ou gaullistes dans ce cas là: De Gaulle a fichu le camp pour mener un combat "propre" à Londres sans compromission avec les Allemands mais Pétain est resté pour lutter pied à pied, finissant condamné à mort alors que de Gaulle finissait président! logiquement vous devriez être Gaulliste! 


Ni l’un, ni l’autre. Je ne vois pas dans ces hommes là des héros, je doute fortement que leur préoccupation était le retour de la Monarchie Traditionnelle. Ils ont été des hommes de la Révolution, la Révolution des « droits de l’homme » a divers masques à son actif. Il serait bon de prendre un peu de recul et d’évoluer sur cette question.


Comte de Chinon a écrit:
Pensez vous que les Vendéens auraient du émigrer avec certains nobles et ne revenir qu'une fois la révolution terminée, finissant avec les honneurs plutôt que quasi eclipsés comme ils le furent?



Vous généralisez comme d’habitude. Vous devriez prendre le temps de relire ce que vous a répondu brillamment à ce sujet Semper Fidelis.



Comte de Chinon a écrit:
J'ai l'impression en vous lisant (pas seulement vous ) que l'on doit cacher les eventuelles erreurs de la monarchie pour ne pas donner de grain à moudre aux révolutionnaires et que par pièté filiale on ne doit rien dire!




Reste que l’institution est bonne… Nos rois avaient des faiblesses comme tous les hommes, ils ont commis des erreurs, c’est un fait que vous jugez utile de nous resservir à chaque message pour nous faire accepter la suite : « Marianne », « l’esprit des lumières », le « vote » de ponce Pilate et la « déesse raison »… !

Ici c’est NON !! On n’invente pas la Vérité, on s’y plie. Sur ce forum s’exerce une autorité qui est légitimiste, j’exècre les discussions qui tournent en ronds, alors que les arguments ont déjà été développés et entendus… C’est bien la dernière fois que vous nous resservez ce sujet sous peine d'un bannissement (doublée d’une peine à effectuer), pour une durée qui restera à déterminer.

Je crois que vous vouliez un Etat fort, où l’opposition est balayée ? Bienvenue en Monarchie !



Comte de Chinon a écrit:
De meme on me dit que le Roi est un Père: Fort Bien , mais le père ne doit-il pas corriger ses enfants et parfois employer la manière forte (punition sous toute ses formes jusqu'u coup de martinet)! 



C’est vrai, mais là je crois que vous nous avez prouvé suffisamment que vous ne résistez pas à la tentation de vouloir inverser les rôles en cherchant à punir le père vous même, lui qui aurait avec vous bien du travail à accomplir.

La conjoncture actuelle nous laisse entrevoir que pour le moment le Père (Le Roy Légitime) a d’autres chats à fouetter que l’ingratitude du « comte de Chinon ».
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Comte de Chinon
Comte

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2012
Messages: 518
Localisation: Génelard
Religion: Catholique traditionaliste
Masculin

MessagePosté le: Dim 17 Juin - 20:40 (2012)    Sujet du message: Réflexion Répondre en citant

Je crois que vous vouliez un Etat fort, où l’opposition est balayée ? Bienvenue en Monarchie !   



Voilà que vous appliquez ce que j'aurai voulu voir il y a quelques années!!! Okay  


Reste que je n'ai jamais eu la volonté de vous obligé à voter ni à adorer Marianne (que d'ailleurs ne n'adore pas)! et si ce n'est pas à Mgr Lefevbre d'oragniser la Cité ou est le droit de la monarchie d'établir les lois de l'Eglise? 


Ne vous donnez pas la peine de m'exclure, si je vous ennuie tant que cela je m'en irais! 
_________________
Comte de Chinon
Capitaine-Lieutenant des Gendarmes de la reine



Revenir en haut
Léandre de Brisaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 428
Localisation: Bugey Blanc
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Dim 17 Juin - 20:42 (2012)    Sujet du message: Réflexion Répondre en citant

Henryk a écrit:
Léandre de Brisaux, je parlais des actions du Comte de Provence en période révolutionnaire, non de Louis XVIII de 1814.


J'ai fini par comprendre le sens de votre message dans le suite de ce sujet: je ne savais, jusqu'à présent, rien des actions peu louables du Comte de Provence sous la Révolution. Donc, maintenant que j'ai élargi mes connaissance historiques de la période révolutionnaire, je suis d'accord avec vous. Okay
_________________
«Être ouvert à son temps, ce n’est pas en accepter benoîtement les dérives et les propositions contre
nature.» Louis XX, le 31 mai 2015


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:30 (2016)    Sujet du message: Réflexion

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Sujets divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
Page 3 sur 4

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com