Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La laïcité
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Religion
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Lun 1 Juil - 21:44 (2013)    Sujet du message: La laïcité Répondre en citant

Pro Patria, vous pourriez soit le déplacer, soit le dupliquer vers le post qui à été ouvert, pour faire suite, il y a quelques jours. Merci d'avance.

Entretien de François hollande avec Mme Dalia GRYBAUSKAITE, présidente de la République de Lituanie, ce matin.
As t-elle apporté le tiroir caisse et les cautionnaires de la Lituanie pour la zone Euro?
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 1 Juil - 21:44 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
propatria
Vicomte

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2012
Messages: 370
Localisation: Limousin
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Mar 2 Juil - 09:28 (2013)    Sujet du message: La laïcité Répondre en citant

                                   Tout à fait d'accord pour transférer le texte sur les HARKIS dans une autre rubrique,

                                    indiquez moi donc laquelle  ,
                          
                                    exemple : je clique sur (forum du royaume de France ) ensuite je clique sur( politique française ou internationale)

                                    ou autres , car il existe peu être un chapitre sur la guerre d'Algérie .

                                    Merci de votre réponse .
_________________
« La Contre-révolution ne doit pas être une révolution contraire, mais le contraire de la Révolution. »


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Mar 2 Juil - 15:51 (2013)    Sujet du message: La laïcité Répondre en citant

Sujets divers --> Génocide des français en Algérie
_________________


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Lun 5 Oct - 16:53 (2015)    Sujet du message: La laïcité Répondre en citant

Pérégrin a écrit:

Si l'on saisi la nature satanique de la Révolution et de la République, on n'est pas du tout étonné de ce que nous dit ce brave Peillon... Cette République qui veut révolutionner le monde ne s'est jamais vraiment contenter de tout saccager dans le temporel, elle a cherché à imposer un culte idolâtrique dans le spirituel, et ce dès les débuts : pensons au culte de la déesse raison...etc.

Une émission intéressante qui aborde justement ce sujet de la dimension antichrétienne de la Révolution :


_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Geneviève Lemmer
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2012
Messages: 278
Localisation: Gironde

MessagePosté le: Mar 6 Oct - 15:16 (2015)    Sujet du message: La laïcité Répondre en citant

Merci pour cette vidéo à écouter et ré-écouter! 

Revenir en haut
Solognot
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2012
Messages: 561
Localisation: Au bord du lac Léman
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Ven 9 Oct - 09:15 (2015)    Sujet du message: La laïcité Répondre en citant

Bonne vidéo qui mérite d'être passée à nos jeunes et moins jeunes qui ont gobé la désinformation républicaine. Merci, je l'ai archivée.
_________________
Si vis pacem, para bellum


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Ven 16 Oct - 19:11 (2015)    Sujet du message: La laïcité Répondre en citant

Extrait de "Mémoires d'un paysan" 1851



Mon nom de baptême fut Matthieu, précisément parce que j'étais né le jour de saint Matthieu. C'était une règle chez nos parents de donner à leurs enfants le nom du saint qu'on honorait le jour de leur naissance. Mon père pensait que ce n'était pas sans quelque raison d'en haut, qu'un enfant naissait en la fête de tel saint, plutôt qu'en celle de tel autre. Il existait, selon lui, un rapport intime entre les habitants de l'autre monde et ceux de celui-ci ; en sorte, disait-il, que si nous étions encore au temps heureux où les esprits célestes descendaient sous forme visible parmi les hommes, il n'y a pas de doute que le Seigneur ne dépêchât quelques-uns de ses élus pour venir saluer et nommer les nouveau-nés de chaque jour : abandonnant à chacun d'eux ceux qui auraient paru dans le monde le jour de leur fête. C'est une raison qui en vaut une autre ; mais mon père y tenait. C'est ce qui fit qu'un de mes frères s'appela Loup, malgré toutes les objections des voisins, et même du parrain, qui trouvaient ce nom ridicule. Mon père répondait qu'il n'y a rien de ridicule au ciel, et que ceux-là seuls sont ridicules qui ne savent pas faire inscrire leur nom dans les registres du paradis.

Et, puisque j'ai prononcé ce mot de ridicule, il faut que je consigne ici une observation en passant. N'est-ce pas dans cette invasion de noms, plus absurdes les uns que les autres, qu'il faut chercher le vrai ridicule? Je ne m'y reconnais plus. Qui est-ce qui peut, sans rire ou sans hausser les épaules, prononcer ces noms singuliers que l'on a aujourd'hui la sottise d'appliquer aux enfants? Les premières fois que j'entendis ces bizarres appellations, usitées dans les villes, je ne pus me défendre d'un peu de pitié : mais je ne songeais guère qu'un jour cette comédie se reproduirait dans nos villages, et que j'aurais la satisfaction de voir des Emmeline, des Césarine, des Adine, des Irvina, etc., autour de moi. Mode??? Depuis quand le calendrier de l'Eglise est il devenu si pauvre, que de ne pouvoir fournir des noms à tous les habitants d'un hameau ? Ou depuis quand les saints du paradis sont- ils devenus ridicules?



Habitants des campagnes, vous ne devenez sots que du moment où vous voulez imiter les habitants des villes.


Mon enfance fut ce qu'était alors une enfance au village. Dès le bas âge, on m'apprit à prier, à connaître et à craindre Dieu.

J'aurais ici bien des observations à faire sur la différence qui sépare, sous ce rapport, les temps actuels du temps d'autrefois. Je n'aime point à médire de mon siècle ; et, si j'ai su me tenir en garde contre un défaut, c'est particulièrement contre celui de dénigrer injustement le présent, au profit du passé. Cependant il ne m'est pas possible de ne pas signaler la décadence que nos campagnes ont subie, sous le point de vue de l'instruction et de l'éducation de famille. Ainsi, pour parler d'un point précis, mon père était versé, non-seulement dans la connaissance claire, détaillée, des dogmes et de la morale du christianisme ; non-seulement il était à même d'expliquer très-exactement le Symbole et le Décalogue ; mais il savait encore les cérémonies, les fêtes et les usages de l'Eglise ; il savait quelle épître et quel évangile devaient se dire en tel jour ; il connaissait le but de telle pratique, et son sens réel ou symbolique ; il savait les principaux traits de l'histoire de la religion, les événements les plus remarquables de l'Ancien et du Nouveau Testament. Je l'entendais souvent accompagner le prêtre dans la récitation des prières publiques, dans l'introït, dans l'offertoire de la Messe, etc..



Il connaissait presque tous les psaumes par coeur. Et pourtant mon père savait à peine lire, et ne signa jamais qu'avec une croix. Chaque soir, il nous entretenait de quelque vérité de la religion : nous répétant ou nous commentant ce qu'on nous avait appris au catéchisme, avec toute l'exactitude d'un théologien. Aux principales fêtes, il nous exposait le mystère qui en était l'objet, ou nous racontait les traits les plus saillants de la vie du saint qu'on honorait en ce jour.

Eh bien ! je dois le dire, ces leçons simples et paternelles faisaient sur nous une profonde impression. Nous écoutions avec un grand respect. Les plus petits mêmes faisaient silence pour entendre. Et l'on ne saurait croire quelle place occupa toujours dans mon cœur cette première instruction du jeune âge, liée à tous les plus doux souvenirs du foyer. Je sens qu'aucune autre, pas même celle du prêtre, n'aurait pu la remplacer. Les leçons du prêtre sont forcément rares et courtes; elles ont de plus un caractère d'autorité qui leur donne peut-être un certain poids pour l'intelligence, mais qui les empêche de pénétrer assez avant dans le cœur. L'instruction, au contraire, qui se distribue au foyer, en même temps qu'elle est continue, a quelque chose de grave et de doux, tout à la fois, qui l'imprime bien avant clans le souvenir. Nous étions tellement habitués à entendre notre père saisir les choses sous le côté religieux, que, de lui-même, notre esprit se portait aussi dans cette direction, et que rien à nos yeux ne pouvait rendre estimable ce qui contredisait les commandements de Dieu ou de l'Eglise. La religion était bien réellement la lumière de notre intelligence, la règle de nos jugements, le motif de nos actions, et le juge de nos consciences. Nous n'estimions bien que ce que nous savions plaire à Dieu, et mal que ce que nous prévoyions devoir lui déplaire.




Précieuse instruction du foyer, gage de la vertu et de la paix, seul fondement solide du bonheur, qu'êtes-vous devenue depuis? Qui vous apprécie encore, qui vous cherche, qui vous maintient? Hélas! Dieu a disparu, ou est du moins bien près de disparaître de la chaumière du laboureur. Autre temps, autres soucis. L'habitant des campagnes a suivi le torrent des villes; il a déserté le Dieu de son berceau. Je vois les jeunes pères de famille (je dis jeunes par rapport à moi se préoccuper de beaucoup de choses, et déployer un empressement, une activité qu'on n'avait peut-être pas de notre temps.) Mais je m'aperçois que leurs intérêts spirituels propres, et ceux de leur famille, entrent pour peu de chose dans ce mouvement incessant et inquiet; je crois même que c'est, en général, la chose la plus négligée. Je souhaite que ce changement tourne à bien ; mais j'ai peine à en attendre autre chose que de mauvais résultats.





Aucun événement bien grave ne signala ma première enfance, si ce n'est que le feu consuma notre foin mis en grange et notre écurie. J'avais trois ou quatre ans, quand ce désastre nous frappa. On ne sut point alors quelle en était la cause. La voix publique accusa un de nos anciens domestiques, que mon père avait été obligé de renvoyer, à cause de sa conduite équivoque. Des indices, qui plus tard acquirent une certaine gravité, désignaient cet homme comme l'auteur de notre malheur : il nous en voulait depuis sa sortie de chez nous, il nous avait menacés, on l'avait vu rôder autour de notre domicile pendant la nuit, etc.. : toutes circonstances qui favorisaient les soupçons conçus sur son compte. Mais mon père n'en voulut rien croire. C'était, disait-il, le feu du ciel. Nous étions assez habitués à son langage, pour comprendre ce que cela voulait dire. Il ne nous cachait pas, du reste, sa pensée.

De qui, demandait-il un jour à l'aîné de mes frères, de qui penses-tu que nous viennent les moissons de nos champs, les herbes de nos prés, les fruits de nos arbres? — Du bon Dieu. — Et pourquoi nous les donne-t-il ? — Pour sa gloire et pour notre bien. — Mais sa gloire ne passe-t-elle pas avant tout ? — Oui : c'est la première fin pour laquelle il nous a créés. — Or, si sa gloire exige qu'il nous mette à l'épreuve, avons-nous lieu de nous en plaindre ? — Non : il reste toujours le maître de ce qu'il nous donne. — Eh bien ! mon enfant, ne nous plaignons donc pas, et disons tous comme le saint homme Job : Dieu nous l'avait donné, Dieu nous l'a été ; que son saint nom soit béni !
Et cependant nous perdions beaucoup. Cet événement faillit nous ruiner. Toutes nos récoltes avaient été consumées, et la plus grande partie de notre bétail périt aussi dans les flammes. Ma mère et mes soeurs pleurèrent beaucoup ; et nous autres, plus petits, nous pleurions aussi comme elles. Mon père seul resta calme, et ne démentit jamais ces sentiments de résignation, que 'habitude lui
avait presque rendus naturels. — Le bon Dieu, disait-il souvent, sait si ce qu'il nous a ôté nous était nécessaire ou non : dans le premier cas, il nous le rendra ; dans le second, nous pourrons nous en passer. — Ce sera, disait-il une autre fois, une raison pour nous de travailler davantage. Persuadons-nous que c'est un motif de plus que le Seigneur nous a donné pour nous exciter à reconquérir, par notre diligence, ce que nous avons perdu, sans qu'il y ait de notre faute.

On se remit, en effet, au travail avec une nouvelle ardeur. Et je ne sais comment cela se fit, si ce n'est que Dieu y mit la main ; mais peu à peu nos brèches se réparèrent, et, peu d'années après, nous ne nous sentions plus du coup qui nous avait si rudement frappés. Cette leçon ne fut point perdue pour moi. Plus tard, quand l'âge de la réflexion me vint, je compris le mérite de la résignation et de l'abandon à la Providence. Je crois fermement que nous péchons trop souvent par ces deux côtés : on ne sait pas se résigner, ou ne sait pas espérer; la prudence humaine est le mobile de notre conduite.
Nous ne comptons que sur nos propres efforts, pour obtenir des profits ou réparer des pertes. Et Dieu, qui est jaloux de l'abandon filial de ses enfants, se plaît à déconcerter les calculs de notre fausse sagesse ; il nous abandonne à elle, nous laisse dans la main de notre propre conseil, et l'expérience prouve souvent combien cette punition est terrible. Oui, oui, heureux l'homme qui sait mettre sa confiance au Seigneur ! Heureux, surtout, le laboureur, s'il se laisse aller paisiblement au cours de cette bonne Providence, dont l'action doit être si visible pour lui, puisqu'il dépend exclusivement d'elle !




C'est peut-être le cas de signaler ici une différence qui m'a toujours frappé entre le cultivateur et l'homme de métier : c'est que celui-ci , étant l'unique agent de son travail, est naturellement tenté de ne le rapporter qu'à lui. En effet, qu'a sous les yeux l'artisan? Ses instruments et son industrie : rien de plus. Le fileur, le tisserand, le manœuvre, ne voyant que le produit de leur volonté, s'apercevant qu'aucune cause étrangère ne se mêle de ce qu'ils font, sont insensiblement conduits à tout rapporter à eux. Ils tombent dans une sorte d'indifférence ou d'oubli pour cette Cause première, dont l'assistance secrète échappe à leurs yeux.



Le laboureur, au contraire, est sans cesse rappelé à la pensée d'un agent surnaturel, qui tient en ses mains le résultat de ses travaux. II sait fort bien que ces moissons, qui lui ont coûté tant de peines, peuvent lui être enlevées par l'acte d'une volonté supérieure, indépendante, que rien ne peut empêcher ni même prévoir. Il est donc forcé de sentir que, s'il travaille, un autre féconde; que, s'il espère, il n'a jamais droit de compter sur rien. Le tonnerre qui gronde dans les airs, et auquel l'homme de l'atelier ne fait pas même attention,, est pour lui souvent un arrêt suprême, une sentence de vie ou de mort. Et toujours, et malgré lui, en quelque sorte, il est forcé de se souvenir qu'ils sont DEUX pour préparer les résultats ; et que c'est en vain qu'il labourera la terre et l'ensemencera, si Celui qui est dans les cieux n'envoie le soleil et la pluie pour féconder la semence, et n'écarte les intempéries des saisons.

Cette réflexion m'a paru importante, comme dirait St Isidore, et j'en ai conclu, dans mon gros bon sens, que c'est là, peut-être, qu'il faut chercher la raison pour laquelle l'homme des champs sera  le dernier qui retiendra la foi religieuse, et surtout le dogme de la Providence. Il est difficile, il est impossible à un vrai laboureur de ne pas croire en Dieu.
_________________


Revenir en haut
Frère Cailliau
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2014
Messages: 71
Localisation: Abbaye Saint Georges 41800 Saint Martin des Bois
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Dim 1 Nov - 08:11 (2015)    Sujet du message: La laïcité Répondre en citant

Bien que la foi marque un pays dans sa culture et ses traditions, la Foi en elle-même, celle qui sauve l'individu parce qu'en son cœur il Croit, cette Foi est encore quelque chose de plus que l'ensemble culturel (festif, artistique, sémantique). Nous, chrétiens, ne devons donc pas nous étonner que chaque génération réclame de nouveaux Témoins, de saints prêtres et religieux, des livres crédibles s'adressant à de nouveaux publics. Ce n'est pas la Foi qui est à réinventer, mais elle ne peut vivre et se dire que sur le mode inventif à l'infini de l'amour. L'histoire et la géographie, l'histoire de France et celle de l'art, sont des moyens pour la foi, ou encore l'affection pour sa famille, ou le sens identitaire, mais la FOI est d'ordre divin, sacré, elle pénètre ces réalités d'en haut, elle est un Sommet qui justifie les terribles nuits traversées par des mystiques comme Mère Térésa ou Saint Jean de la Croix et Thérèse de Lisieux.
C'est par notre piété, quand elle irriguera nos connaissances, que nous serons forts d'une culture chrétienne. Aussi bien celle-ci peut-elle mourir si nous négligeons la piété, en comptant sur les formes, l'esthétique, tout ce qui est dit "grand" ou "célèbre", comme S. Louis, Jeanne d'Arc...
_________________
https://plus.google.com/u/0/ frèrematthieucailliau/posts

Placebo Domino / Je plairai au Seigneur


Revenir en haut
Chevalier-de-Moncaire
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2012
Messages: 92
Religion: Catholique Apostolique Romaine
Masculin

MessagePosté le: Dim 1 Nov - 14:03 (2015)    Sujet du message: homophobie Répondre en citant

Mavendorf a écrit:
Léandre de Brisaux a écrit:
Et ce monsieur Peillon est à présent le ministre du Formatage national...


Voici sa dernière frasque :


 
Citation:

Mariage gay : Peillon recadre l'enseignement catholique


Vincent Peillon craint que l'initiative de l'enseignement catholique ne se traduise dans les écoles par une augmentation des phénomènes d'homophobie.


EXCLUSIF - Dans une lettre adressée à tous les recteurs de France, le ministre de l'Éducation nationale met en avant la crainte d'une recrudescence des incidents homophobes dans les établissements scolaires...
.




HOMOPHOBIE ? Les amis des gueuses maçoniques et des monarchies constitutionelles du même genre peuvent dire n'importe quelle sotise mais un mariage entre deux être du même sexe n'est pas un véritable mariage sinon une moquerie du mariage.
Source et suite :

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/01/04/01016-20130104ARTFIG0041…

_________________
Pour Dieu, la Royauté légitime et la Famille: PRESENT!


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Chevalier-de-Moncaire
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2012
Messages: 92
Religion: Catholique Apostolique Romaine
Masculin

MessagePosté le: Dim 1 Nov - 14:17 (2015)    Sujet du message: La laïcité Répondre en citant

Royalys a écrit:

Citation:

 Ce qui est amusant de vérifier chez les laïcards de circonstance (de ceux qui subissent la laïcité républicaine, sans l'avoir véritablement choisi) lorsque nous les bousculons un petit peu sur le terrain de la religion, c'est qu'ils pensent toujours ne pas s'en sortir trop mal en termes de "repères moraux". Que leurs moeurs ne sont pas déshumanisées ni complètement dépravées...
 
C'est, qu'en réalité, leurs critères sont complètement calqués sur ceux de la religion Chrétienne (Ce sont ceux par exemple qui fêtent Noël, sans jamais aller à l'église sauf pour un enterrement, où un baptême pour boire un canon et faire la fête...). Il y a beaucoup de gens qui font du Christianisme sans le savoir.
Je trouve votre remarque particulièrement intéressante Mavendorf, je ne sais pas pour vous autres mais moi je suis déjà tombé sur ce genre de remarque. Difficile de répondre quoi que ce soit car en effet "les mœurs ne sont pas déshumanisées ni complètement dépravées..."J'ignorai quoi répondre sur ce genre de remarque qui pour le coup me semblait difficile à contrer car juste en soi.

Ironie des choses, si cela est vrai c'est car ces gens possèdent un fond de culture et de moral chrétienne...

Désormais je saurai quoi répondre et vous en remercie! Il serait intéressant de développer ce point et j'ai des éléments sur lequel j'aimerai votre avis;

De nos jours et j'en ai bien peur, nos fêtes chrétiennes sont en train de se faire effacer et substituer par des fêtes commerciales et Laïque. En effet ce n'est pas la naissance de Jésus que l'on fête ni sa résurrection mais c'est le passage d'un gros monsieur au manteau rouge et celui d'un "lapin" qui amènerait des œuf en chocolat... --'


La Toussaint est une fête chrétienne qui fait partie de notre identité française ou europénne occidentale tandis que Hallowen est une fête payenne qui n'a rien a voir avec notre culture.

Inutile de faire
l'inventaire des autres fêtes comme la Toussaint et Halloween et autres, les faits sont là. Posez la question aux enfants devenu grand dans une paire d'année et a part pour certains miraculés je pense sincèrement qu'aucun d'eux ne saura d'où viennent ces fêtes.

Comment peut on lutter contre ce genre de chose? Contre nos fêtes qui deviennent laïque? Cette année on parlait déjà de marché "d'Hiver" au lieu de "Noël"
 

_________________
Pour Dieu, la Royauté légitime et la Famille: PRESENT!


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:51 (2016)    Sujet du message: La laïcité

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Religion Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4
Page 4 sur 4

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com