Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Philippe IV le Bel (1268-1285-1314)
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Rois de France
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Sam 14 Fév - 20:40 (2015)    Sujet du message: Philippe IV le Bel (1268-1285-1314) Répondre en citant

J'ai écrit:
Henryk a écrit:
Philippe le Bel avait 17 ans. Il était marié depuis 1784 à Jeanne de Navarre qui devait être l'unique et noble amour de toute sa vie ; leur couronnement eut lieu à Reims le 6 janvier 1486. La France était heureuse est prospère. Clercs et moines étaient honorés et bien pourvus. Ducs et barons régnaient comme des souverains en leur domaine. Le tiers état connaissait l'abondance, se construisaient de fières demeures et s'habillaient richement. Le royaume est le plus puissant de la chrétienté tandis que l’Angleterre et l'Allemagne sont en pleine révolution. Tout annonçait un grand règne. Nul ne remarquait encore qu'au sommet d'une si riche et si vaste pyramide féodale et communale, le suzerain éminent, le roi, était sans trésor, sans armée, n'ayant plus depuis longtemps, et de loin, les moyens de sa fonction souveraine.




Or il était placé si haut que toutes les jalousies, toutes les ambitions, toutes les rancœurs et les cruautés des nouvelles puissances viendraient saper et usurper ses assises, et même chose impossible à imaginer, s'efforcer de l’abattre, lui le roi très chrétien. Par tous les moyen, au mépris de la foi jurée et de l'esprit chevaleresque. Le roi Philippe IV était de haute taille, comme Saint Louis, et de cheveux blonds, les yeux bleus comme lui. Athlétique. Ses yeux n'étaient point rieurs ni sa parole douce, à la différence du saint. Son regard était attentif,et sa bouche muette. Lui aussi était un saint, mis un saint de marbre pour époque tragique. Philippe le Bel avait une piété austère, tous les matins il assistait à la messe. Deux jours par semaine, il observait un jeune rigoureux ; sur son corps il portait un cilice, et par son confesseur il se faisait donner la discipline. Guillaume de Nogaret dit de lui : « Il est chaste, humble, modeste de visage et de langue. Jamais il ne se met en colère. Il ne hait personne, il ne jalouse personne, plein de grâce, de charité, pieux, suivant toujours la vérité et la justice. Jamais la détraction ne trouve place dans sa bouche. Il est fervent dans la foi, religieux dans la vie ; il bâtit des basiliques, et pratiques des œuvres pieuses. Dieu fait des miracles par ses mains.




Un italien parle de sa « jeunesse vénérable » ses mœurs était pures trop sauvages peut-être : un de ses premiers actes fut d'expulser les femmes de la cour, et l'un des ses derniers, sera de même pureté et justice, mais à l'encontre de ce qu'il avait de plus cher, en marchant sur son cœur. Des historiens tels Michelet et Renan, anticléricaux et antiroyalistes notoires, écrivent : « on dirait le règne du D... »




Il eut pour lui, corps et âmes, de fidèles légistes qui étaient les techniciens de l'époque : Pierre Flote, Guillaume de Nogaret, Enguerrand de Marigny. Et marcha pour lui la foi monarchique. Confiance et dévouement réciproque ; le peuple s'attacha à son roi et lui voue une aveugle fidélité. »

Le peuple ne se trompait pas. Mais sut il jamais de quels périls, tous mortels, ce saint de marbre, cet homme de fer, le sauva? Encore aujourd'hui nous n'en savons rien, et ceux dont c'est le métier de savoir n'en croient rien....




le saint Roi tint tête aux flamands, rebelles riches et cruels. Il souffrit sans défaillir, l'égorgement par traîtrise, trois mille de ces français endormis, aux Matines de Bruges, affreux carnage. Et derechef à Courtrai, le 11juillet 1302 l'égorgement à longs coutelas, de toute sa noble chevalerie, « culbutée dans des fossés invisibles, ou clapotait une bous liquide. » Sans rémission, annonce des guerres des peuples. L'armée royale périt presque entière, le désastre était irréparable . Six milles chevaliers que bientôt à l'appel du Roi relèveront relèveront de valeureux hommes du peuple. Et ce seront les victoire de notre marine à Ziérisksée, et du roi lui même par sa folle bravoure à Mons en Péleve en Août 1304. de cette victoire il répond à ses barons : Elle n'est l’œuvre d'aucun homme elle st l’œuvre de Dieu. (Lévis-Mirepoix) p 137




Et aussitôt il fit la paix. Pour expier leurs infâmes matines, trois milles bourgeois de Bruges durent par la justice royale, faire pèlerinage. Quand à la bataille de Courtrai, il n'en demandait point réparation, étant victoire militaire. « La clémence grandit la justice. Nous replaçons la terre de Flandres, en l'état ou elle était avant » tout en restant pairie de France.




Philippe le Bel tint tête au pape Boniface VIII. Bataille qu'il mena avec son peuple, pendant sept ans, au risque d'être ensembles, interdis et excommuniés, ainsi livrés en pâture, à tous les ennemis du Royaume près à la curée.




Vieillard cupide, vindicatif, jaloux de cette sainte et sereine puissance royale, Benoît Gaétani, devenu pape, se voulu despote divin de l'univers, temporel et spirituel. Il fit tant et tant que l'excommunication du roi de France et l'interdit étaient décidés, déjà datés, pour le 8 septembre 1303.




Alors Philippe le Bel déclara à ses trois fils que :  « s'il leur arrivait jamais, par faiblesse, d'admettre que le roi de France, tenait son pouvoir d'un autre que de Dieu, ils auraient à se considérer, comme frappés de sa malédiction. »




Le roi pour gagner du temps, accusa le pape d'hérésie ; il en vint pour faire bonne mesure, à mettre en doute la légitimité de son élection. Cette accusation, portée diligemment par Nogaret à Anagni, suspendit la sanction canonique et sauva la France. Il n'y eu ni gifle ni brutalité de l'envoyé du roi de France. Mais l'accompagnait tout un parti d'italiens excédés des rapines et violences de Boniface VIII, conduit par Sciarra Colonna, qui pillèrent les trésors du pape, et malmenèrent ses gens. A la vue de cet effondrement de tout ce à quoi il tenait si fort, argent et or, le pape tomba dans une totale hébétude, dont il ne sortit plus jusqu'au 11octobre, ou il mourut. La France ne connaîtra plus de telles ingérences romaines, jusqu'en1893 et 1926.




Le roi tint à l'hérésie des Templiers, ordre de moines chevaliers, de près de 200 ans d'âge, dont nul cependant ne fut saint. Les Templiers étaient devenus les banquiers de la Terre Sainte, et des armées et des rois, chrétiens ou musulmans, français ou anglais ! Ce qui les avait amenés souvent à trahir le saint Royaume de Jérusalem, et ensuite la France. Finies les croisades, le temple se se reconvertit en un gigantesque pouvoir apatride financier, doublé d'une force militaire qu'il tenait en son pouvoir, à la moindre alerte, le roi de France. Le duc de levis Mirepoix, insinue, sinon proclamer : Les cathares, contraints par l'Inquisition de se convertir et de se croiser, s'étaient infiltrés dans l'ordre, et sous le couvert de son secret-juré, l'avaient en garde partie gagné à son hérésie, à son reniement de jésus Christ, et au mépris de sa Sainte Croix.




Philippe le Bel averti de l'hérésie, se souvint des promesses de son Sacre ou depuis Saint Louis figurait de chasser les hérétiques du Royaume et ces hérétiques étaient les albigeois. (Le Sacre des rois de France ; abbé Goy; page 57).

Une nouvelle fois, cet homme de fer, que tous ces gens suivaient avec une admirable discipline, et dont tous le peuple épousait les sentiments, sévit. Après une semaine en jeune et prière, en une journée, deux tout au plus, les templiers étaient arrêtés. Ce coup de filet royal, qui épargna du sang et des larmes. Au concile de Vienne, l'ordre était aboli.










   



Cet ordre à trahi sa vocation première. Il arrivera la même chose au double visage de la Compagnie du Saint Sacrement dans le jansénisme, et que Louis XIV se devait de faire comme Philippe le bel. Le jansénisme, hérésie, mais surtout société secrète, sous Louis XV se liera à la franc-maçonnerie, venue d'Angleterre, et ce cocktail explosera à la révolution.

Ce que les Templiers n'ont pu faire sous Philippe le bel, un autre chancre rebelle à l'autorité, le fera. Ceci dit, nous ne connaissons pas toutes les accusations contre cet ordre apatride, vraies ou fausses, comme l'objecte henri, qui sont portées devant le Roi.
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 14 Fév - 20:40 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Rodolphe von Thierstein
Les Chevaliers de la Couronne et de la Foi

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2011
Messages: 720
Localisation: Duché de Bourbonnais
Religion: Chrétien catholique
Masculin

MessagePosté le: Dim 15 Fév - 19:31 (2015)    Sujet du message: Philippe IV le Bel (1268-1285-1314) Répondre en citant

Henryk a écrit:
Ceci dit, nous ne connaissons pas toutes les accusations contre cet ordre apatride, vraies ou fausses, comme l'objecte henri, qui sont portées devant le Roi.








Cet ordre était aussi "apatride", ou plutôt international, que celui de Saint-Jean ou celui des Chevaliers Teutoniques, défendre les intérêts du Roi de France n'était absolument pas son rôle, je ne comprends pas dès lors comment on peut lui reprocher de n'avoir pas combattu avec Philippe à Bruges ou Courtrai. A lire ce sujet, on dirait qu'il y avait une sorte de complot international templier à l'époque, je crois que c'est largement spéculer sur des faits qui restent encore flous. La question de savoir pourquoi Philippe IV a fait chuter le Temple n'est pas encore clairement tranchée. Il y a sûrement plusieurs raisons, outre son bras de fer avec le Pape, il est vrai que le Temple était devenu une grande puissance financière qui aurait pu s'avérer gênante par la suite, d'autant que les espoirs de reconquérir la Terre Sainte comme auparavant s'étaient évanouis. Cependant leur fortune restait réduite en comparaison du Trésor Royal. L'Ordre s'était certainement relâché avec le temps, et avec la chute des Etats Latins, il avait perdu tout crédit même auprès des petites gens en Europe, y avait-il pour autant pratiques démoniaques et sodomites ? Comme l'a dit Henri, les aveux sont suspects, après tout on était dans un procès politique, pas dans une recherche de justice. Enfin, beaucoup de penseurs de l'époque, y compris le Pape, étaient favorables à une fusion de tout les ordres militaire pour une gigantesque offensive contre les musulmans, avec à leur tête un roi. Philippe était-il partant pour être justement ce roi ? En tout cas Jacques de Molay ne le souhaitait pas comme on peut s'en douter. Il semble en fait que c'était le fils de Jacques d'Aragon qui était pressenti à la tête de se super-ordre, or Jacques d'Aragon était en rivalité avec la France et allié à la papauté : le risque de voir l'Aragon à la tête d'une telle organisation, le prestige et la puissance qu'elle aurait pu apporter, a pu aussi peser dans la décision d'éliminer l'Ordre. Le problème était aussi qu'ils étaient aux ordres directs du Pape au sein même du Royaume, alors qu'ils s'occupaient de l'argent de la Couronne : à quoi bon garder ces gêneurs, alors qu'au début du XIVe siècle de nouvelles élites bourgeoises pouvaient fort bien s'occuper d'administrer le Royaume ? De plus l'arrestation des Templiers permettait de porter un coup dur à la noblesse et de faire une démonstration de puissance. Il s'agit d'un coup de majesté, comme plus tard Louis XIV et Fouquet, pour des raisons également assez obscures.
Concernant le blason de la City, d'argent à la croix de gueules avec en canton une épée du même en pal pointe en haut, il me semble bien plus vraisemblable qu'il s'agisse d'une variation sur le thème du drapeau anglais, plutôt que d'une hypothétique et mystérieuse survivance templière cachée aux yeux des honnêtes gens...
_________________
Plus fideli quam vitae- Défiance et Fidélité.


Revenir en haut
henri
Baron

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2014
Messages: 223
Localisation: SUD
Masculin

MessagePosté le: Dim 15 Fév - 23:07 (2015)    Sujet du message: Philippe IV le Bel (1268-1285-1314) Répondre en citant

Il me semble avéré en tout cas que l'élimination du réseau templier fut une décision royale pour "Raison d'Etat", car elle fut soudaine et ne concernait pas quelques individus mais l'ensemble de l'Ordre . Les raisons précises sont inconnues. Les historiens pensent qu'elles sont d'ordre économique, mais si on relie, en effet judicieusement, cette affaire au différent Louis XIV-Fouquet, on peut considérer que l'aspect matériel n'était que le révélateur, et que des considérations d'un niveau supérieur (l'intérêt à terme du Royaume), ont joué : Le Roi ne pouvait admettre que l'essence même du Pouvoir qu'il avait charge de préserver soit l'objet d'une quelconque force extérieure, et les conflits futurs, notamment la Fronde, prouvèrent la justesse de cette inquiétude, le point d'orgue en sera la révolution, du fait de la trahison parlementaire : les "Etats généraux" devaient conforter le royaume, hélas ils le poignarderont dans le dos. 
_________________
Dans l'attente de la Restauration !.


Revenir en haut
Rodolphe von Thierstein
Les Chevaliers de la Couronne et de la Foi

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2011
Messages: 720
Localisation: Duché de Bourbonnais
Religion: Chrétien catholique
Masculin

MessagePosté le: Lun 16 Fév - 00:14 (2015)    Sujet du message: Philippe IV le Bel (1268-1285-1314) Répondre en citant

henri a écrit:
Il me semble avéré en tout cas que l'élimination du réseau templier fut une décision royale pour "Raison d'Etat", car elle fut soudaine et ne concernait pas quelques individus mais l'ensemble de l'Ordre . Les raisons précises sont inconnues. Les historiens pensent qu'elles sont d'ordre économique, mais si on relie, en effet judicieusement, cette affaire au différent Louis XIV-Fouquet, on peut considérer que l'aspect matériel n'était que le révélateur, et que des considérations d'un niveau supérieur (l'intérêt à terme du Royaume), ont joué : Le Roi ne pouvait admettre que l'essence même du Pouvoir qu'il avait charge de préserver soit l'objet d'une quelconque force extérieure, et les conflits futurs, notamment la Fronde, prouvèrent la justesse de cette inquiétude, le point d'orgue en sera la révolution, du fait de la trahison parlementaire : les "Etats généraux" devaient conforter le royaume, hélas ils le poignarderont dans le dos. 


Je crois d'ailleurs que c'est l'une des premières élimination pour Raison d'Etat dans le Royaume, cela marque un tournant dans l'histoire politique de notre pays. Je ne pense pas en effet que les raisons économiques furent centrales dans cette arrestation, parce qu'au final le Trésors n'a pas touché grand chose de la fortune de l'Ordre, seules les dettes envers l'Ordre ont disparu, le déficit fut plutôt comblé par une lourde taxation des banquiers et des milieux "proto-capitalistes". 
Et Fouquet, qui rêvait de jouer les Mazarin, et l'Ordre du Temple, qui a puissamment aidé les finances royales, furent au final des outils utiles un temps mais qui devinrent dangereux ou potentiellement dangereux par la suite. C'est toujours une décision cruelle et pleine de cynisme, et dans ces cas là, nous autres Modernes avons tendance à condamner le souverain qui l'a prise (et ce pauvre Philippe Le Bel qui a eu le malheur de s'opposer au Pape, en prend naturellement plein la figure, y compris et même surtout chez les Catholiques, qu'est-ce qu'il était méchant à côté de ce bon Roi Saint Louis !), mais comme vous le dîtes ce type de décision sont parfois salutaires pour la survie du Royaume.
_________________
Plus fideli quam vitae- Défiance et Fidélité.


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Lun 16 Fév - 11:19 (2015)    Sujet du message: Philippe IV le Bel (1268-1285-1314) Répondre en citant

Bertrand de Sartiges, reçu chevalier de l'ordre du Temple, fous le grand-maître Guillaume de Beaujeu, en 1279. Il était commandeur de Carlat en 1309. Arrêté en même temps que les templiers de fa province, Bertrand de Sartiges fût interrogé avec eux par l'évêque de Clermont, en juin 1309, puis transféré à Paris, où il fut choisi par les accusés pour défendre l'ordre devant la commission instituée par le pape Clément V, tâche qu'il sut remplir jusqu'au bout avec courage & dignité
_________________


Revenir en haut
Suger1144
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2016
Messages: 138
Localisation: Lyon
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Sam 2 Avr - 17:36 (2016)    Sujet du message: Philippe IV le Bel (1268-1285-1314) Répondre en citant

le légiste Guillaume de Nogaret était le petits-fils d'un "cathares"

Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Dim 3 Avr - 16:58 (2016)    Sujet du message: Philippe IV le Bel (1268-1285-1314) Répondre en citant

Et alors?
_________________


Revenir en haut
Suger1144
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2016
Messages: 138
Localisation: Lyon
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Dim 3 Avr - 17:17 (2016)    Sujet du message: Philippe IV le Bel (1268-1285-1314) Répondre en citant

Henryk a écrit:
Et alors?


donc il avait des raisons d'en vouloir à la papautés .


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Dim 3 Avr - 17:36 (2016)    Sujet du message: Philippe IV le Bel (1268-1285-1314) Répondre en citant

Celui qui en voulait au Pape Boniface VIII, et non à la Papauté, est Sciarra Colonna, pour la destitution de sa famille.C'est d'ailleurs lui qui le giflera, et non Nogaret.
_________________


Revenir en haut
Suger1144
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2016
Messages: 138
Localisation: Lyon
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Dim 3 Avr - 17:38 (2016)    Sujet du message: Philippe IV le Bel (1268-1285-1314) Répondre en citant

Le roi Philippe IV a commit un faute grave pour l'époque avec l’évêque de Pamiers bernard Saisset. il l' convoqué devant lui et une assemblée de baron, accuser de trahison. Hors d'après le privilège du For un ecclésiastique ne peut être jugée par une juridictions laïque, mais dans ce cas précis par un concile demander par le pape. 

Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Dim 3 Avr - 18:57 (2016)    Sujet du message: Philippe IV le Bel (1268-1285-1314) Répondre en citant

L’évêque de Pamiers fut jugé pour premièrement des raisons politiques, en suscitant au comte de Toulouse et au comte de Comminges de se libérer de la tutelle du roi. Je pense que le roi avait des raisons de l'accuser d'hérésie, et que sont devoir était de le renvoyer au Pape.

La bulle "Cléricis Laicos" rendait le Pape Boniface VIII qui déposa le pape Clément V, maitre de l'autel et du Trône.
_________________


Revenir en haut
Suger1144
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2016
Messages: 138
Localisation: Lyon
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Dim 3 Avr - 19:10 (2016)    Sujet du message: Philippe IV le Bel (1268-1285-1314) Répondre en citant

Henryk a écrit:
L’évêque de Pamiers fut jugé pour premièrement des raisons politiques, en suscitant au comte de Toulouse et au comte de Comminges de se libérer de la tutelle du roi. Je pense que le roi avait des raisons de l'accuser d'hérésie, et que sont devoir était de le renvoyer au Pape.





ce ne sont pas les accusation que je remet en cause . le roi a jugé l’évêque dans une cour laïque (privilège for, clerc ne peut être jugé que part tribunal ecclésiastique), sans l'accord du pape


Revenir en haut
Suger1144
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2016
Messages: 138
Localisation: Lyon
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Dim 3 Avr - 19:13 (2016)    Sujet du message: Philippe IV le Bel (1268-1285-1314) Répondre en citant

Henryk a écrit:



La bulle "Cléricis Laicos" rendait le Pape Boniface VIII qui déposa le pape Clément V, maitre de l'autel et du Trône.


Boniface VIII n'a pas déposé le pape clément V, il n'a fait que répondre à la question de clément V si un pape pouvait démissionner. 


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Dim 3 Avr - 19:27 (2016)    Sujet du message: Philippe IV le Bel (1268-1285-1314) Répondre en citant

Lorsque l''on dépose un Pape, l'on finit souvent comme lui, destitué.

Je vous rappelle que vous avez accepté des règles en arrivant dans ce Forum; et vous serai gré d'en tenir compte.
_________________


Revenir en haut
Suger1144
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2016
Messages: 138
Localisation: Lyon
Religion: Catholique
Masculin

MessagePosté le: Dim 3 Avr - 20:42 (2016)    Sujet du message: Philippe IV le Bel (1268-1285-1314) Répondre en citant

Henryk a écrit:
Philippe le Bel tint tête au pape Boniface VIII. Bataille qu'il mena avec son peuple, pendant sept ans, au risque d'être ensembles, interdis et excommuniés, ainsi livrés en pâture, à tous les ennemis du Royaume près à la curée.




Vieillard cupide, vindicatif, jaloux de cette sainte et sereine puissance royale, Benoît Gaétani, devenu pape, se voulu despote divin de l'univers, temporel et spirituel. Il fit tant et tant que l'excommunication du roi de France et l'interdit étaient décidés, déjà datés, pour le 8 septembre 1303.




Alors Philippe le Bel déclara à ses trois fils que :  « s'il leur arrivait jamais, par faiblesse, d'admettre que le roi de France, tenait son pouvoir d'un autre que de Dieu, ils auraient à se considérer, comme frappés de sa malédiction. »




Le roi pour gagner du temps, accusa le pape d'hérésie ; il en vint pour faire bonne mesure, à mettre en doute la légitimité de son élection. Cette accusation, portée diligemment par Nogaret à Anagni, suspendit la sanction canonique et sauva la France. Il n'y eu ni gifle ni brutalité de l'envoyé du roi de France. Mais l'accompagnait tout un parti d'italiens excédés des rapines et violences de Boniface VIII, conduit par Sciarra Colonna, qui pillèrent les trésors du pape, et malmenèrent ses gens. A la vue de cet effondrement de tout ce à quoi il tenait si fort, argent et or, le pape tomba dans une totale hébétude, dont il ne sortit plus jusqu'au 11octobre, ou il mourut. La France ne connaîtra plus de telles ingérences romaines, jusqu'en1893 et 1926.





 



L'épisode d’agami ne c'est pas vraiment dérouler comme l'avez racontez :


 Philippe IV envoyé Guillaume de Nogaret à Rome pour lui remettre son acte d'accusation auxquelles il devra répondre devant un concile (qui devait réunir); Mais le pape se trouvait a Agani. Nogaret d'abord n'osa il  y a aller mais apprenant que le pape allait lancé une excommunication contre le roi voulut l’empêché par la force. Il demande de l'aide au rois de Naples, au romains au nom de la défense de l'église contre un usurpateur, un hérétique et un tyran. Mais ils ont refusé.  il se tourna ver les gibelin de la Romagne et s'aboucha avec Rinaldo de Supino, ennemi mortel de Boniface, pour contraindre Boniface à un concile. si le projet plut à Rinaldo et à ses troupes , ils ne voulurent s'engagé que si ils étaient couvert par Le roi de toute poursuite, ce que Nogaret leur promit en montrant un copie d'une lettre du roi  donnant l’autorisation à son légiste de conclure des alliances en son nom. Aux scrupules qu'avait encore Rinaldo, Nogaret lui disait qu'il agissaient en bon catholiques pour le bonheur de l'église. Nogaret du accepté la demande des italiens de marché en premier avec l’étendard du roi, donc de ne joué q'un rôle secondaire, laissant A Nogaret et au roi de France L'honneur et le danger. Cette exigence déplut à Nogaret, il voulait se présenté en défenseur de l’Eglise et de la foi. Hors marché sous la bannière fleurdelisée, c'était agir en soldat du roi, donc se dépouillé de l'impunité. Il résout ce problème en pénétrant à Agnani précédé par le gonfanon de ST-Pierre. Le troupe pénétrant à Anagni dans la nuit du 6 au 7 fut au criant : Vive le roi de France! Mort au pape. Les neveux de Boniface; Les neveux de Boniface se défendirent : on fit des barricades. Nogaret et les siens  durent faire la guerres des rues; ils arrivèrent ainsi, après une série de combats, devant le palais. pendant qu'une partie des assaillants cherchaient à enfoncer les portes, quelques-uns mirent le feu à la cathédrale, qui avait une communication avec la demeure du pape, et pénétrèrent dans le palais. tout fut perdu dès lors pour Boniface. il fut grand dans son malheur : il se revêtit des ornement sacerdotaux et monta sur son trône. Nogaret la signifia au concile et le somma de le convoquer, lui promettant la protection du roi. Boniface ne lui répondit pas. Sciarra colonna le menaça et Boniface répondit << voici mon cou, voici ma tête>>. Sciarra voulut le frapper Nogaret l'en empêcha. voulant s'en vanter auprès du pape, il répondit avec méprit "je me console de me voir poursuivre par des Patarins pour la cause de L'Eglise" (Patarin nom des hérétiques en langue vulgaire patarin). On prétend que Colonna frappa Boniface de son gantelet. Il parait certai nque le pape fut respecté. Nogaret ne savait que faire, lorsqu'au bout de trois jours le peuple d'Anagni, honteux de sa trahison, vint réclamer Boniface; Nogaret dut contraint de s'enfuir, l’étendard du roi fut traîne dans le boue.


source: La France sous Philippe le Bel Par Edgard Boutaric Ligaran
 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:25 (2016)    Sujet du message: Philippe IV le Bel (1268-1285-1314)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Rois de France Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com