Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La Tour du Temple 1240-1810

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Sam 14 Juil - 23:03 (2012)    Sujet du message: La Tour du Temple 1240-1810 Répondre en citant





Adressons cette prière pour l'enfant royal du temple.

1 Qui a cru ce que nous avons entendu, et à qui le bras de Yahweh a-t-il été révélé?

2 Il s'est élevé devant lui comme un frêle arbrisseau ; comme un rejeton qui sort d'une terre desséchée; il n'avait ni forme ni beauté pour attirer nos regards, ni apparence pour exciter notre amour.

3 Il était méprise et abandonné des hommes, homme de douleurs et familier de la souffrance, comme un objet devant lequel on se voile la face; en butte au mépris, nous n'en faisions aucun cas.

4 Vraiment c'était nos maladies qu'il portait, et nos douleurs dont il s'était chargé; et nous, nous le regardions comme un puni, frappé de Dieu et humilié.

5 Mais lui, il a été transpercé à cause de nos péchés, broyé à cause de nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix a été sur lui, et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.

6 Nous étions tous errants comme des brebis, chacun de nous suivait sa propre voie ; et Yahweh a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous.

7 On le maltraite, et lui se soumet et n'ouvre pas la bouche, semblable à l'agneau qu'on mène à la tuerie, et à la brebis muette devant ceux qui la tondent; il n'ouvre point la bouche.

8 Il a été enlevé par l'oppression et le jugement, et, parmi ses contemporains, qui a pensé qu'il était retranché de la terre des vivants, que la plaie le frappait à cause des péchés de mon peuple?

9 On lui a donné son sépulcre avec les méchants, et dans sa mort il est avec le riche, alors qu'il n'a pas commis d'injustice, et qu'il n'y a pas de fraude dans sa bouche.

10 Il a plu à Yahweh de le briser par la souffrance; mais quand son âme aura offert le sacrifice expiatoire, il verra une postérité, il prolongera ses jours, et le dessein de Yahweh prospérera dans ses mains.

11 A cause des souffrances de son âme, il verra et se rassasiera. Par sa connaissance le juste, mon Serviteur, justifiera beaucoup d'hommes, et lui-même se chargera de leurs iniquités.

12 C'est pourquoi je lui donnerai sa part parmi les grands; il partagera le butin avec les forts. Parce qu'il a livré son âme à la mort et qu'il a été compté parmi les malfaiteurs ; et lui-même a porté la faute de beaucoup, et il intercédera pour les pécheurs.
_________________


Dernière édition par Henryk le Jeu 4 Avr - 15:04 (2013); édité 6 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 14 Juil - 23:03 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Sam 14 Juil - 23:09 (2012)    Sujet du message: La Tour du Temple 1240-1810 Répondre en citant







Cette gravure nous montre Louis XVII qui a pu être emmené devant les marches de la guillotine. Que peut penser un enfant abandonné de tous, devant un tel spectacle tragique?
_________________


Dernière édition par Henryk le Jeu 13 Fév - 14:40 (2014); édité 3 fois
Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Sam 14 Juil - 23:13 (2012)    Sujet du message: La Tour du Temple 1240-1810 Répondre en citant


_________________


Revenir en haut
Svetozar
Comte

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2012
Messages: 920
Localisation: Russia
Masculin

MessagePosté le: Dim 15 Juil - 03:29 (2012)    Sujet du message: La Tour du Temple 1240-1810 Répondre en citant

Dans le christianisme il est suffit de venerer beaucoup les martyrs d'enfants sacrés , même plus cadet que Louis. Par exemple Sofia et ses filles; à Véra il y avait 12 ans, Nadejda de 10 ans, l'Amour de 9 années.

Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Dim 15 Juil - 13:50 (2012)    Sujet du message: La Tour du Temple 1240-1810 Répondre en citant

Manger? vous voulez dire venérez, non?
_________________


Revenir en haut
Svetozar
Comte

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2012
Messages: 920
Localisation: Russia
Masculin

MessagePosté le: Dim 15 Juil - 14:54 (2012)    Sujet du message: La Tour du Temple 1240-1810 Répondre en citant

Henryk a écrit:
Manger? vous voulez dire venérez, non?







Oui.Chez moi la pas trop bonne connaissance du français.



En Russie Louis serait rangé le saint, comme par exemple le tsarévitch Alexeï ou le tsarévitch Dmitry (le fils d'Ivan Terrible, était tué à l'âge de 9 ans en 1591).


Revenir en haut
Gilgalaad
Les Chevaliers de la Tradition

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 166
Localisation: Crest-Drôme
Religion: Catholique traditionnel

MessagePosté le: Dim 15 Juil - 15:23 (2012)    Sujet du message: La Tour du Temple 1240-1810 Répondre en citant

Svetozar a écrit:

Oui.Chez moi la pas trop bonne connaissance du français.

Et c'est tout à votre honneur, je ne serais même pas capable d'écrire bonjour en Russe ! Very Happy
_________________
Pour Dieu, pour le Roy et pour la France !

Seigneur Dieu premier servi !


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Mar 17 Juil - 11:04 (2012)    Sujet du message: La Tour du Temple 1240-1810 Répondre en citant

http://www.dailymotion.com/video/x59afo_louis-xvii-partie-2_webcam


1)Un enfant de sept comprend que l'on ourdit un complot (1mn30)

Expliquer psycanalytiquement (sic)

2)L'enfant à répété en connaissance du sujet (sic)

3) technique de faire parler (méthode d'investigations)les enfants sur ce qu'ils savent utiliser par les révolutionnaires, comme plus tard par les bolchéviques

4) Qu'est ce que Michéle Lorin (3mn 27) peut savoir d'un enfant qui certainement devenu prostré, sujet à la résilience, atteint du syndrome de Stocholm, pour parler  psy républicain, s'est rendu compte dans son retour au Temple,  emmuré du 19 Janvier 1794 au 8 juin 1795, des accusations qu'il a porté contre sa mère et à certainement été amené à la guillotine ou fut assassiné son Père le Roy.
_________________


Dernière édition par Henryk le Dim 10 Mar - 14:42 (2013); édité 2 fois
Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Jeu 19 Juil - 22:44 (2012)    Sujet du message: La Tour du Temple 1240-1810 Répondre en citant

Huit Juin et la tombe de la tour.

Des larmes voilent mes paupières,
Mon coeur se saigne et se fend,
Lorsque, sans prêtre, au cimetière
On porte un cadavre d'enfant ;

Lorsque dans la rue, l'oeil se range,
Laissant le Dies Irae en chemin,
Pour exploiter l'adieu d'un ange
Et le convoi d'un chérubin !

Car avec respect je m'incline
Devant ce petit corps glacé
Qu'en de longs flots de mousseline
Sans nul symbole on a placé ;

Devant ce faible front sans tache
Qui maintes fois sut m'attendrir,
Et qu'un Simon a pris à tâche,
De dégrader et de flétrir.

O Français, saisis de vertige
Qui, dans là fange du ruisseau,
Traînez l'innocent et pieux prestiges
Des blonds enfants morts au berceau.

Qui, par un matin de dimanche,
Aux regards du peuple interdit,
D'une mignonne robe blanche
Osez faire un linceul maudit.

Devant vous nul ne trouva grâce,
Mais, je le dis sur le seuil,
« O libres-penseurs, votre place,
« N'est pas derrière un tel cercueil.

Sachez que cet être qui tombe
Ne vous fut point sacrifié,
Et que vous volez une tombe
A Notre Dieu divin Crucifié.

http://www.youtube.com/watch?v=D32g88i_i5w&feature=related

Preuves de la mort de Louis XVII
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6221782t/f27.texte.r=Gomin.langFR
_________________


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Lun 6 Aoû - 12:31 (2012)    Sujet du message: La Tour du Temple 1240-1810 Répondre en citant

La même année en Espagne...

Depuis les événements du Soulèvement d'Aranjuez en  mars 1808 pendant lesquels le roi Charles IV a abdiqué en faveur de son fils Ferdinand VII, Madrid est occupée par le général Murat (23 mars).

Ferdinand VII revient à la cour, salué par les acclamations du peuple de Madrid. Napoléon l'invite à le rejoindre à Bayonne. Le 20, Ferdinand VII passe la frontière, espérant, lors de cette réunion, se faire reconnaître comme roi d'Espagne. Son père demande à se joindre à eux et arrive à Bayonne le 30, escorté par les troupes françaises. En fait, Napoléon par ses pressions, obtient l'abdication de Charles IV et de Ferdinand VII en faveur de Joseph Bonaparte (futur Joseph Ier).

À Madrid, une Junta de Gobierno représente le roi Ferdinand VII. Cependant, le pouvoir effectif reste entre les mains de Murat, lequel a réduit la Junta de Gobierno à un rôle de simple marionnette ou de simple spectatrice des événements.

Le 27 avril, Murat sollicite, théoriquement au nom de Charles IV, l'autorisation de conduire à Bayonne, la reine d'Étrurie (fille de Charles IV), et l'infant François de Paule. Au début, lors de la réunion dans la nuit du 1er au 2 mai, la junte refuse, puis finalement cède à la suite des instructions de Ferdinand VII, amenées par un émissaire arrivé de Bayonne.

¡Que nos lo llevan!  
Ils nous l'enlèvent !
Le 2 mai 1808, la multitude commença à se concentrer devant le Palais Royal. La foule vit comment les soldats français amenaient hors du palais la reine d'Étrurie. Sa sortie ne produisit aucun choc. La présence d'une autre voiture a fait penser qu'elle était destinée à l'infant François de Paule. Au cris de ¡Que nos lo llevan! (Ils nous l'enlèvent!), la foule pénétra dans le palais. L'infant apparut à un balcon augmentant l'agitation sur la place. Les deux officiers français chargés du transfert, le colonel Auguste Lagrange et Michel Desmaisieres furent sauvés par une patrouille passant par là. Ce tumulte est exploité par Murat, qui dépêche un bataillon de grenadiers de la Garde Impériale au palais, accompagnés par de l'artillerie, lesquels tirent sans sommations sur la foule déchaînée. Cette foule se disperse dans tout Madrid aux cris de Mort aux Français. La lutte va s'étendre à Madrid et durera pendant des heures.

Goya retracera ses sanglantes heures dans une oeuvre dédiée a ses insurgés royalistes.
_________________


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Mar 7 Aoû - 12:20 (2012)    Sujet du message: La Tour du Temple 1240-1810 Répondre en citant

http://maria-antonia.justgoo.com/t1836-le-chateau-de-vincennes

un lien sur des photos de la sainte Chapelle d'un fort ressemblant à la tour du temple...
_________________


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Sam 26 Jan - 23:01 (2013)    Sujet du message: La Tour du Temple 1240-1810 Répondre en citant




photo aérienne des fondations de la Tour du Temple
_________________


Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Dim 10 Mar - 14:34 (2013)    Sujet du message: La Tour du Temple 1240-1810 Répondre en citant



Voila une photo  récente d'un ouvrage similaire à la tour du temple sur lequel il manque les deux petites tours d''entrée

C'est dans ces fossés du fort de Vincennes que le duc D'Enghien fut éxécuté par ordre de Napoléon.
_________________


Dernière édition par Henryk le Jeu 4 Avr - 15:07 (2013); édité 3 fois
Revenir en haut
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 609

MessagePosté le: Mer 20 Mar - 19:55 (2013)    Sujet du message: La Tour du Temple 1240-1810 Répondre en citant


De tous les agréments que d'avance il rêvait.
Cependant un regret assombrit ses pensées :
Ses fleurs, ses tendres fleurs, vont être délaissées;
Il ne les verra plus! et sa mère demain
N'aura pas le bouquet préparé par sa main!

Dans le calme apparent de la foule ennemie
On croit la haine éteinte; elle n'est qu'endormie.
Le peuple a vu sa force; impassible, il attend.
S'il montre du respect, c'est un piège qu'il tend;
Mais les gardes nombreux, qu'on relève à chaque heure,
Entourent de geôliers la royale demeure.
Le Roi, plus malheureux que son dernier sujet,
Ne peut hors de Paris tenter un court trajet.
Chacun est libre en France, et lui seul est esclave!
On enchaîne ses mains; ses pas, on les entrave,
Et sa captivité, plus dure à tout moment,
Lui ravit le repos, l'air et le mouvement.
Les meneurs, dont l'orgueil à l'audace s'allie,
Du peuple, chaque jour, font arriver la lie
Jusques au Souverain; et leurs vils députés
Vomissent tour à tour toutes les lâchetés.





Un d'entre eux va plus loin : cruellement infâme,
accuse la Reine, une mère, une femme,
Et devant son époux, et devant son enfant!
Puis, fier de son insulte, il s'en va triomphant.
Et, le visage en pleurs, cette mère outragée
Gémit devant son fils, doublement affligée;
Et ce fils, du méchant fait oublier le fiel
Par les mots les plus doux, qu'il semble prendre au ciel.
Pauvre enfant, le malheur déjà fond sur ta tête!
Pourras-tu résister aux coups de la tempête?
0 fragile arbrisseau qui, sur un sol plus doux,
Devais croître et mûrir loin des vents en courroux!
 Victime des rigueurs de suppôts sans entrailles,
Que de fois le Dauphin dut regretter Versailles !
D'un exercice utile incessamment privé,
Il cache les douleurs dont il est abreuvé,
Et, quand autour de lui gronde la multitude,
Avide de savoir, il se livre à l'étude.
De ses privations le travail le distrait.
Chaque leçon renferme un plus puissant attrait,
Et lorsque son esprit à ce devoir s'enflamme,




La charité s'éveille et règne dans son âme.
Le saint amour du bien fait éclore en son coeur
Tous les entraînements de son charme vainqueur;
Et, guidé par sa mère auprès de la souffrance,
Sa main donne l'offrande et sa voix l'espérance.
Tel est le noble emploi de ses rares loisirs!
Quels innocents transports et quels pieux plaisirs,
Quand, d'un lit de douleur, la prière propice
Pour la Reine et pour lui s'élève de l'hospice,
Ou quand sous l'humble toit, du malheur ignoré
L'accueille, en bénissant, un murmure sacré !
Heureux de ses bienfaits, ému par ces prières,
Des pleurs compatissants coulent de ses paupières,
Et, dans son zèle ardent à distribuer l'or,
Il voudrait se priver pour donner plus encor.
Mais les enfants trouvés, pauvres fleurs éphémères,
Qui n'obtinrent jamais un baiser de leurs mères,
Font éclater surtout son attendrissement.


Des royaux orphelins l'espoir et la famille
 Viennent porter leur tête au triangle odieux
 Qui termine leurs maux et leur ouvre les cieux.
 Mais quand les proscripteurs n'ont plus d'autres victimes
Et que leur rage aveugle a soif encor de crimes,
Rongés d'ambition, de leur ombre peureux,
Pour garder le pouvoir ils s'égorgent entre eux.
Inévitable but! conséquence fatale
 D'un régime étayé sur la force brutale !


Tremblez tous, ô tyrans, que mord un ver rongeur!
Dieu saura contre vous susciter un vengeur!
Au bruit de ces forfaits dont l'audace le trouble,
Au Temple, de Simon la cruauté redouble.
Tenu comme l'élève et comme lui captif,
L'instituteur se plaint de rester inactif
Dans cet isolement où l'ardeur de son zèle
N'a pas même à sévir contre un enfant rebelle.
Il voit son esclavage, en mesure le poids,
Se rend compte du mal produit par quelques mois,

1 Exécution de Mme Elisabeth

Le trouve insuffisant, ne prévoit pas l'issue
De cette lutte à mort par la haine conçue,
Et, pareille au boa qui tue en étouffant,
Sa rage monstrueuse enveloppe l'enfant.
S'il parle, c'est l'enfer qui parle par sa bouche.
Tantôt de la victime il inonde la couche,
La contraint d'y dormir, et d'expier le tort
D'avoir invoqué Dieu dans un pieux transport;
Tantôt son bras nerveux avec fureur la frappe,
Et tantôt de ses mains avec force s'échappe
Quelque objet meurtrier qui vole, en tournoyant,
Vers le timide agneau, qui l'évite en fuyant.
Une autre fois le maître, humiliant l'esclave,
Lui présente ses pieds, ordonne qu'il les lave,
Et lorsque enfin d'un Roi les mains l'ont essuyé,
Il jure et par des coups ce vil soin est payé.
Enfin le mal triomphe! Immobile et glacée,
La paupière du Roi vers la terre est baissée;


Sur ses traits altérés une morne pâleur
Révèle que le sang a perdu sa chaleur;
Sa bouche est sans sourire; une lourde atonie
Paralyse son corps, et la douce harmonie,
Qu'on voyait éclater chez cet enfant si beau,
N'est plus! Car de sa vie on éteint le flambeau.
Simon se réjouit de sa persévérance!
Désormais aucun soin ne vaincra la souffrance
Qui porte les venins d'un principe mortel
Chez le Prince opprimé par un monstre cruel.
Du duel le bourreau n'attendra pas le terme,
Sa tâche est accomplie; il a semé le germe,
Le temps fera le reste! Il s'en va satisfait :
On n'assassine point l'enfant, on s'en défait ! .../....


par Tous les moyens...                  Poème Imprimé sous Napoléon III  Gallica
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:48 (2016)    Sujet du message: La Tour du Temple 1240-1810

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Patrimoine -> Histoire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com