Forum du Royaume de France Index du Forum

Forum du Royaume de France
« Mon principe est tout, ma personne n'est rien » Henri V, Comte de Chambord

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Des Relations entre l'Eglise et l'Etat
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Politique Française
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Comte de Chinon
Comte

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2012
Messages: 518
Localisation: Génelard
Religion: Catholique traditionaliste
Masculin

MessagePosté le: Mar 4 Sep - 19:32 (2012)    Sujet du message: Des Relations entre l'Eglise et l'Etat Répondre en citant

Voici le schéma qu'avait préparé le Cardinal Ottaviani pour le Concile Vatican et qui malheureusement ne fut pas adopté!
il est extrait du livre de Mgr Lefebvre "Ils L'ont découronné"! et est disponible sur le site de la FSSPX!

le Cardinal Ottaviani:


Schéma d’une Constitution sur l’Eglise proposée par la Commission théologique
Résumé : Principe : Distinction entre l’Eglise et la société civile, et subordination du but de la cité au but de l’Eglise. Le pouvoir de l’Eglise et ses limites ; les devoirs de l’Eglise envers le pouvoir civil. Devoirs religieux du pouvoir civil. Principe général d’application de la doctrine exposée. Application dans une cité catholique. Tolérance religieuse dans une cité catholique. Application dans une cité non-catholique. Conclusion.
Commission centrale pontificale préparatoire au concile Vatican II
Schéma d’une Constitution sur l’Eglise
proposé par la Commission théologique
Seconde partie
CHAPITRE IX
DES RELATIONS ENTRE L’EGLISE ET L’ETAT ET DE LA TOLERANCE RELIGIEUSE

Em.me et Rev.me Seigneur
Cardinal ALFREDO OTTAVIANI
Rapporteur


N.B. Le schéma doctrinal présenté par le cardinal Ottaviani, comportait dans sa version originale latine sept pages de texte et seize pages de références, allant de Pie VI (1790) à Jean XXIII (1959). Il fut écarté, dès la première session du Concile, au profit du schéma rédigé par le Secrétariat pour l’unité des chrétiens sous la direction du cardinal Bea. Ce dernier schéma, qui se voulait pastoral, s’étendait sur quatorze pages, sans aucune référence au magistère qui a précédé.
Le schéma Ottaviani ne jouit pas d’une autorité magistérielle, mais il représente l’état de la doctrine catholique sur la question à la veille de Vatican II et exprime substantiellement la doctrine que le Concile aurait dû proposer s’il n’avait pas été détourné de sa fin par le coup d’Etat de ceux qui en ont fait les « Etats généraux du peuple de Dieu » , un second 1789 ! Ajoutons enfin que le Concile aurait pu apporter à cet exposé toutes précisions ou améliorations utiles.
1. Principe : Distinction entre l’Eglise et la société civile, et subordination du but de la cité au but de l’Eglise
L’homme, destiné par Dieu à une fin surnaturelle, a besoin et de l’Eglise et de la Société civile pour atteindre sa pleine perfection. La Société civile, à qui l’homme appartient de par son caractère social, doit veiller aux biens terrestres et faire en sorte que, sur cette terre, les citoyens puissent mener une « vie calme et paisible » (cf. I Tim. 2, 2) ; l’Eglise, à qui l’homme doit s’incorporer de par sa vocation surnaturelle, a été fondée par Dieu pour que, s’étendant toujours de plus en plus, elle conduise ses fidèles, par sa doctrine, ses sacrements, sa prière et ses lois, à leur fin éternelle.
Chacune de ces deux sociétés est riche des facultés nécessaires pour remplir comme il se doit sa propre mission ; chacune aussi est parfaite, c’est-à-dire suprême en son ordre et donc indépendante de l’autre, détentrice du pouvoir législatif, judiciaire et exécutif. Cette distinction des deux cités, comme l’enseigne une constante tradition, repose sur les paroles du Seigneur : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » (Mt. 22, 21).
Cependant, comme ces deux sociétés exercent leur pouvoir sur les mêmes personnes et souvent à propos d’un même objet, elles ne peuvent s’ignorer l’une l’autre ; elles doivent même procéder en parfaite harmonie, afin de prospérer elles-mêmes non moins que leurs membres communs.
Le Saint Concile, dans l’intention d’enseigner quelles relations doivent exister entre ces deux pouvoirs, d’après la nature de chacun d’eux, déclare en tout premier lieu la ferme obligation de tenir que tant l’Eglise que la Société civile ont été instituées pour l’utilité de l’homme ; que la félicité temporelle, confiée au soin du Pouvoir civil, ne vaut rien toutefois pour l’homme s’il vient à perdre son âme (cf. Mt. 16, 26 ; Mc. 8, 36 ; Lc 9, 25). Que, par conséquent, la fin de la société civile ne doit jamais être recherchée en excluant ou en lésant la fin ultime, à savoir le salut éternel.
2. Le pouvoir de l’Eglise et ses limites ; les devoirs de l’Eglise envers le pouvoir civil
Comme donc le pouvoir de l’Eglise s’étend à tout ce qui conduit les hommes au salut éternel ; comme ce qui touche seulement à la félicité temporelle est placé, comme tel, sous l’autorité civile ; il suit de là que l’Eglise ne s’occupe pas des réalités temporelles, sinon pour autant qu’elles sont ordonnées à la fin surnaturelle. Quant aux actes ordonnés à la fin de l’Eglise autant qu’à celle de la cité, comme le mariage, l’éducation des enfants et autres semblables, les droits du pouvoir civil doivent être exercés de telle façon que, au jugement de l’Eglise, les biens supérieurs de l’ordre surnaturel ne subissent aucun dommage. Dans les autres activités temporelles qui, demeurant sauve la loi divine, peuvent être à bon droit et de diverses manières envisagées ou accomplies, l’Eglise ne s’immisce aucunement. Gardienne de son droit, parfaitement respectueuse du droit d’autrui, l’Eglise n’estime pas lui appartenir le choix d’une forme de gouvernement, celui des institutions propres au domaine civil des nations chrétiennes : des diverses formes de gouvernement, elle ne désapprouve aucune, à condition que la religion et la morale soient sauves. De même, en effet, que l’Eglise ne renonce pas à sa propre liberté, de même elle n’empêche pas le Pouvoir civil d’user librement de ses lois et de ses droits.
Quels grands biens, en accomplissant sa mission, l’Eglise procure à la société civile, les chefs des nations doivent le reconnaître. En effet, l’Eglise elle-même coopère à ce que, par leur vertu et leur piété chrétienne, les citoyens deviennent bons ; et s’ils sont tels que l’ordonne la doctrine chrétienne, au témoignage de saint Augustin (Ep. ad Marcellinum, 138, 15), sans aucun doute, grand sera le salut public. Aux citoyens aussi, l’Eglise impose l’obligation d’obtempérer aux ordres légitimes « non seulement par crainte du châtiment, mais par motif de conscience » (Rom. 13, 5). Quant à ceux-là à qui l’on a confié le gouvernement du pays, elle les avertit de l’obligation d’exercer leur fonction, non par volonté de puissance, mais pour le bien des citoyens, comme devant rendre compte à Dieu (cf. Héb. 13, 17) de leur pouvoir reçu de Dieu. Enfin, l’Eglise inculque l’observance des lois aussi bien naturelles que surnaturelles, grâce auxquelles puisse être réalisé, dans la paix et la justice, tout l’ordre civil, et entre les citoyens et entre les nations.
3. Devoirs religieux du pouvoir civil
Le pouvoir civil ne peut être indifférent à l’égard de la religion. Institué par Dieu, afin d’aider les hommes à acquérir une perfection vraiment humaine, il doit, non seulement fournir à ses sujets la possibilité de se procurer les biens temporels, — soit matériels, soit intellectuels —, mais encore favoriser l’affluence des biens spirituels leur permettant de mener une vie humaine de façon religieuse. Or, parmi ces biens, rien de plus important que de connaître et de reconnaître Dieu, puis de remplir ses devoirs envers Dieu c’est là, en effet, le fondement de toute vertu privée et, plus encore, publique.
Ces devoirs envers Dieu obligent envers la Majesté divine, non seulement chacun des citoyens, mais aussi le pouvoir civil, lequel, dans les actes publics, incarne la société civile. Dieu est, en effet, l’auteur de la société civile et la source de tous les biens qui, par elle, découlent en tous ses membres. La société civile doit donc honorer et servir Dieu. Quant à la manière de servir Dieu, ce ne peut être nulle autre, dans l’économie présente, que celle que Lui-même a déterminée, comme obligatoire, dans la véritable Église du Christ et cela, non seulement en la personne des citoyens, mais également en celle des Autorités qui représentent la société civile.
Que le pouvoir civil ait la faculté de reconnaître la véritable Église du Christ, cela est clair de par les signes manifestes de son institution et de sa mission divines, signes donnés à l’Eglise par son divin Fondateur. Aussi, le pouvoir civil, et non seulement chacun des citoyens, a le devoir d’accepter la Révélation proposée par l’Eglise elle-même. De même, dans sa législation, il doit se conformer aux préceptes de la loi naturelle et tenir strictement compte des lois positives, tant divines qu’ecclésiastiques, destinées à conduire les hommes à la béatitude surnaturelle.
De même que nul homme ne peut servir Dieu de la manière établie par le Christ, s’il ne sait pas clairement que Dieu a parlé par Jésus-Christ, de même la société civile, elle aussi, ne peut le faire, si d’abord les citoyens n’ont pas une connaissance certaine du fait de la Révélation, tout comme le Pouvoir civil en tant qu’il représente le peuple.
C’est donc d’une manière toute particulière que le pouvoir civil doit protéger la pleine liberté de l’Eglise et ne l’empêcher en aucune manière de s’acquitter intégralement de sa mission, soit dans l’exercice de son magistère sacré, soit dans l’ordonnance et l’accomplissement du culte, soit dans l’administration des sacrements et le soin pastoral des fidèles. La liberté de l’Eglise doit être reconnue par le pouvoir civil en tout ce qui concerne sa mission, notamment dans le choix et la formation de ses aspirants au sacerdoce, dans l’élection de ses évêques, dans la libre et mutuelle communication entre le Pontife romain et les évêques et les fidèles, dans la fondation et le gouvernement d’instituts de vie religieuse, dans la publication et la diffusion d’écrits, dans la possession et l’administration de biens temporels, comme aussi, de façon générale, dans toutes ces activités que l’Église, sans négliger les droits civils, estime aptes à conduire les hommes vers leur fin ultime, sans en excepter l’instruction profane, les œuvres sociales et tant d’autres moyens divers.
Enfin, il incombe gravement au pouvoir civil d’exclure de la législation, du gouvernement et de l’activité publique, tout ce qu’il jugerait pouvoir empêcher l’Église d’atteindre sa fin éternelle ; bien plus, il doit s’appliquer à faciliter la vie fondée sur des principes chrétiens et conformes au plus haut point à cette fin sublime pour laquelle Dieu a créé les hommes.
4. Principe général d’application de la doctrine exposée
Que le pouvoir ecclésiastique et le Pouvoir civil entretiennent des rapports différents selon la manière dont le pouvoir civil, représentant personnellement le peuple, connaît le Christ et l’Eglise fondée par Lui, voilà ce que l’Eglise a toujours reconnu.
5. Application dans une cité catholique
La doctrine intégrale, exposée ci-dessus par le Saint Concile, ne peut s’appliquer sinon dans une cité où les citoyens, non seulement sont baptisés, mais professent la foi catholique. Auquel cas, ce sont les citoyens eux-mêmes qui choisissent librement que la vie civile soit informée selon les principes catholiques et qu’ainsi, comme dit saint Grégoire le Grand : « La voie du Ciel soit plus large ouverte » (Ep. 65, ad Mauricium).
Toutefois, même dans ces heureuses conditions, il n’est permis en aucune façon au pouvoir civil de contraindre les consciences à accepter la foi révélée par Dieu. En effet, la foi est essentiellement libre et ne peut être objet de quelque contrainte, comme l’enseigne l’Eglise en disant : « Que personne ne soit contraint à embrasser à contre cœur la foi catholique » (C.I.C., can. 1351).
Pourtant, cela n’empêche pas que le pouvoir civil doive procurer les conditions intellectuelles, sociales et morales requises pour que les fidèles, même les moins versés dans la science, persévèrent plus facilement dans la foi reçue. Ainsi donc, de même que le pouvoir civil s’estime en droit de protéger la moralité publique, de même, afin de protéger les citoyens contre les séductions de l’erreur, afin de garder la cité dans l’unité de la foi, ce qui est le bien suprême et la source de multiples bienfaits même temporels, le pouvoir civil peut, de lui-même, régler et modérer les manifestations publiques d’autres cultes et défendre ses citoyens contre la diffusion de fausses doctrines qui, au jugement de l’Eglise, mettent en danger leur salut éternel.
6. Tolérance religieuse dans une cité catholique
Dans cette sauvegarde de la vraie foi il faut procéder selon les exigences de la charité chrétienne et de la prudence, afin que les dissidents ne soient pas éloignés de l’Eglise par la terreur, mais plutôt attirés à elle, et que ni la cité, ni l’Eglise ne subissent aucun dommage. Il faut donc toujours considérer et le bien commun de l’Eglise et le bien commun de l’Etat, en vertu desquels une juste tolérance, même sanctionnée par des lois, peut, selon les circonstances, s’imposer au Pouvoir civil ; cela, d’une part, afin d’éviter de plus grands maux, tels que le scandale ou la guerre civile, l’obstacle à la conversion à la vraie foi et autres maux de cette sorte, d’autre part, afin de procurer un plus grand bien, comme la coopération civile et la co-existence pacifique des citoyens de religions différentes, une plus grande liberté pour l’Eglise et un accomplissement plus efficace de sa mission surnaturelle, et autres bien semblables. En cette question, il faut tenir compte, non seulement du bien d’ordre national, mais encore du bien de l’Eglise universelle (et du bien civil international). Par cette tolérance, le pouvoir civil catholique imite l’exemple de la divine Providence, laquelle permet des maux dont elle tire de plus grands biens. Cette tolérance est à observer surtout dans les pays où, depuis des siècles, existent des communautés non-catholiques.
7. Application dans une cité non-catholique
Dans les cités où une grande partie des citoyens ne professent pas la foi catholique ou ne connaissent même pas le fait de la Révélation, le pouvoir civil non-catholique doit, en matière de religion, se conformer du moins aux préceptes de la loi naturelle. Dans ces conditions, ce pouvoir non-catholique doit concéder la liberté civile à tous les cultes qui ne s’opposent pas à la religion naturelle. Cette liberté ne s’oppose pas alors aux principes catholiques, étant donné qu’elle convient tant au bien de l’Eglise qu’à celui de l’Etat. Dans les cités où le pouvoir ne professe pas la religion catholique, les citoyens catholiques ont surtout le devoir d’obtenir, par leurs vertus et actions civiques grâce auxquelles, unis à leurs concitoyens, ils promeuvent le bien commun de l’Etat, qu’on accorde à l’Eglise la pleine liberté d’accomplir sa mission divine. De la libre action de l’Eglise, en effet, la Cité non-catholique, elle aussi, ne subit aucun dommage et retire même de nombreux et insignes bienfaits. Ainsi donc, les citoyens catholiques doivent s’efforcer à ce que l’Eglise et le pouvoir civil, bien qu’encore séparés juridiquement, se prêtent une aide mutuelle bienveillante.
Afin de ne pas nuire, par nonchalance ou par zèle imprudent, soit à l’Eglise soit à l’Etat, les citoyens catholiques, dans la défense des droits de Dieu et de l’Eglise, doivent se soumettre au jugement de l’autorité ecclésiastique : à elle appartient de juger du bien de l’Eglise, selon les diverses circonstances, et de diriger les citoyens catholiques dans les actions civiles destinées à défendre l’autel.
8. Conclusion
Le Saint Concile reconnaît que les principes des relations mutuelles entre le pouvoir ecclésiastique et le pouvoir civil ne doivent pas être appliqués autrement que selon la règle de conduite exposée ci-dessus. Toutefois il ne peut permettre que ces mêmes principes soient obscurcis par quelque faux laïcisme, même sous prétexte de bien commun. Ces principes, en effet, reposent sur les droits absolument fermes de Dieu, sur la constitution et la mission immuables de l’Eglise, sur la nature sociale aussi de l’homme, laquelle, demeurant toujours la même, à travers tous les siècles, détermine la fin essentielle de la Société civile elle-même, nonobstant la diversité des régimes politiques et les autres vicissitudes de l’histoire.
(Traduction établie avec le précieux concours de
Monsieur le Professeur Gabriel Chabot)

N.B. Nous avons omis les nombreuses notes que comportait ce document. Si l’on veut en prendre connaissance, qu’on se reporte au texte latin original.
    
_________________
Comte de Chinon
Capitaine-Lieutenant des Gendarmes de la reine



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 4 Sep - 19:32 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Dim 9 Sep - 18:59 (2012)    Sujet du message: Des Relations entre l'Eglise et l'Etat Répondre en citant

Les relations entre l'Eglise et l'Etat depuis la révolution tournent toujours au désavantage de la première. Les accords sont toujours mauvais, et poursuivent implacablement dans la même logique, c'est à dire dans le sens donné à la base par la Révolution. Il est toujours plus aisé de définir et comprendre les origines du problème actuel (mort du Roi de France, ralliement à la république et loi de 1905), que de se s'avancer à définir avec précision l'apogée de ce phénomène tragique que l'on appelle la "déchristianisation".

La laïcité instaurée par la république, n'avait pas simplement pour but de séparer les deux pouvoirs (spirituel et temporel), mais de réduire dans le but d'anéantir définitivement, celui de l'Eglise. Chose que les maçons n'avaient sûrement pas prévu dans leur fanatisme, c'est que l'islam conquérant aujourd'hui en occident (dont ils ont très nettement favorisé l'émergence) ne réclame la laïcité que par opportunisme (en attendant d'être plus fort et mieux enraciné), mais certainement pas par conviction...! Voilà aujourd'hui sous nos yeux le résultat de la République, qui a voulu se substituer à toute autre forme de transcendance...

Le seul régime qui convient à la France c'est la monarchie Chrétienne et Capétienne, elle seule a vocation à être le bras séculier dont l’Eglise a besoin. C'est le seul régime politique qui permettra à l'Eglise de retrouver dans notre pays les droits qui sont les siens. Les autres tentatives de bricolage démocratique de type nationaliste où orléaniste, n'y changeront rien.
  
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Comte de Chinon
Comte

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2012
Messages: 518
Localisation: Génelard
Religion: Catholique traditionaliste
Masculin

MessagePosté le: Dim 9 Sep - 19:09 (2012)    Sujet du message: Des Relations entre l'Eglise et l'Etat Répondre en citant

je suis d'accord avec vous Mavendorf, mais ce document traite des relations entre l'Eglise et l'Etat en général et pas seulement la France! 
_________________
Comte de Chinon
Capitaine-Lieutenant des Gendarmes de la reine



Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Dim 9 Sep - 19:43 (2012)    Sujet du message: Des Relations entre l'Eglise et l'Etat Répondre en citant

Comte de Chinon a écrit:

je suis d'accord avec vous Mavendorf, mais ce document traite des relations entre l'Eglise et l'Etat en général et pas seulement la France! 

Vous avez publié dans "Politique Française", cher ami. Wink

De toute façon ça ne change pas grand chose, c'est de la France que vient le problème pour s'étendre à toute l'Europe d'abord, puis dans le monde entier. C'est sous l'impulsion de la Révolution qu'il n'existe plus aujourd'hui d'Etats Catholiques.
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Comte de Chinon
Comte

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2012
Messages: 518
Localisation: Génelard
Religion: Catholique traditionaliste
Masculin

MessagePosté le: Dim 9 Sep - 19:47 (2012)    Sujet du message: Des Relations entre l'Eglise et l'Etat Répondre en citant

tout à fait! mais j'ai posté là apres moult hésitations entre Politique Française et Religion! j'aurai peut-etre du mettre cet article dans Religion!
_________________
Comte de Chinon
Capitaine-Lieutenant des Gendarmes de la reine



Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Lun 10 Sep - 06:23 (2012)    Sujet du message: Des Relations entre l'Eglise et l'Etat Répondre en citant

Comte de Chinon a écrit:

tout à fait! mais j'ai posté là apres moult hésitations entre Politique Française et Religion! j'aurai peut-etre du mettre cet article dans Religion!

L'équilibre entre les deux pouvoirs (temporel et spirituel) est toujours très difficile à trouver, ainsi que l'atteste l'histoire. Wink
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Comte de Chinon
Comte

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2012
Messages: 518
Localisation: Génelard
Religion: Catholique traditionaliste
Masculin

MessagePosté le: Lun 10 Sep - 17:02 (2012)    Sujet du message: Des Relations entre l'Eglise et l'Etat Répondre en citant

c'est le moins qu'on puisse dire!!! Wink
_________________
Comte de Chinon
Capitaine-Lieutenant des Gendarmes de la reine



Revenir en haut
Léandre de Brisaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 428
Localisation: Bugey Blanc
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Lun 10 Sep - 22:30 (2012)    Sujet du message: Des Relations entre l'Eglise et l'Etat Répondre en citant

Comte de Chinon a écrit:
Pourtant, cela n’empêche pas que le pouvoir civil doive procurer les conditions intellectuelles, sociales et morales requises pour que les fidèles, même les moins versés dans la science, persévèrent plus facilement dans la foi reçue. Ainsi donc, de même que le pouvoir civil s’estime en droit de protéger la moralité publique, de même, afin de protéger les citoyens contre les séductions de l’erreur, afin de garder la cité dans l’unité de la foi, ce qui est le bien suprême et la source de multiples bienfaits même temporels, le pouvoir civil peut, de lui-même, régler et modérer les manifestations publiques d’autres cultes et défendre ses citoyens contre la diffusion de fausses doctrines qui, au jugement de l’Eglise, mettent en danger leur salut éternel.


Okay

Il serait bon de le rappeler à ces évêques (ou cardinaux), plus préoccupés par le "dialogue inter-religieux" que par le salut des âmes de leurs ouailles.




Mavendorf a écrit:
Comte de Chinon a écrit:

je suis d'accord avec vous Mavendorf, mais ce document traite des relations entre l'Eglise et l'Etat en général et pas seulement la France! 

Vous avez publié dans "Politique Française", cher ami. Wink

De toute façon ça ne change pas grand chose, c'est de la France que vient le problème pour s'étendre à toute l'Europe d'abord, puis dans le monde entier. C'est sous l'impulsion de la Révolution qu'il n'existe plus aujourd'hui d'Etats Catholiques.


Corrigez-moi si je me trompe, mais la crise post-concile (je désigne ici toutes les aberrations commise par certains conciliaires) est bien française à l'origine ?
_________________
«Être ouvert à son temps, ce n’est pas en accepter benoîtement les dérives et les propositions contre
nature.» Louis XX, le 31 mai 2015


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Lun 10 Sep - 23:25 (2012)    Sujet du message: Des Relations entre l'Eglise et l'Etat Répondre en citant

Monseigneur Lefebvre dans son livre "Lettre ouverte aux catholiques perplexes", établit lui même le lien entre le concile Vatican II et les doctrines philosophiques issues de la Révolution Française.
Je vous invite mon cher Léandre à découvrir, où à relire simplement peut-être le chapitre XIV intitulé "Vatican II, une subversion organisée", en voici ci-dessous un court extrait :

Le rapprochement que je fais de la crise de l’Eglise avec la Révolution française n’est pas une simple métaphore. Nous sommes bien dans la continuité des philosophes du XVIIIe siècle et du bouleversement que leurs idées ont provoqué dans le monde. Ceux qui ont transmis ce poison à l’Eglise l’avouent eux-mêmes. C’est le cardinal Suenens s’écriant : « Vatican II, c’est 89 dans l’Eglise », et il ajoutait, parmi d’autres déclarations dépourvues de précautions oratoires : « On ne comprend rien à la Révolution française ou russe si l’on ignore l’ancien régime auquel elles ont mis fin… De même, en matière ecclésiastique, une réaction ne se juge qu’en fonction de l’état de choses qui a précédé. » Ce qui a précédé et qu’il considérait comme devant être aboli, c’est le merveilleux édifice hiérarchique ayant à son sommet le pape, vicaire de Jésus-Christ sur la terre : « Le concile Vatican II a marqué la fin d’une époque ; pour peu qu’on prenne plus de recul, il a même marqué la fin d’une série d’époques, la fin d’un âge. »....


Pour lire la suite :

http://www.fsspx.org/fr/bibliotheque-mediatheque/lettre-ouverte-aux-catholi… 
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Comte de Chinon
Comte

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2012
Messages: 518
Localisation: Génelard
Religion: Catholique traditionaliste
Masculin

MessagePosté le: Mar 11 Sep - 18:38 (2012)    Sujet du message: Des Relations entre l'Eglise et l'Etat Répondre en citant

tout à  fait et l'on peut rajouter à cela les hommes:
Yves Congar
Henri de Lubac
Jacques Maritain
Cardinal Tisserant
Cardinal Lefebvre ( à ne pas confondre avec son Glorieux Cousin)


A ce sujet je ne peux que vous conseiller  ce livre, très bien fait et très accesible:
 



ou encore celui là écrit par le MJCF :
 

_________________
Comte de Chinon
Capitaine-Lieutenant des Gendarmes de la reine



Revenir en haut
Léandre de Brisaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 428
Localisation: Bugey Blanc
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Mar 11 Sep - 19:23 (2012)    Sujet du message: Des Relations entre l'Eglise et l'Etat Répondre en citant

Mavendorf a écrit:
Monseigneur Lefebvre dans son livre "Lettre ouverte aux catholiques perplexes", établit lui même le lien entre le concile Vatican II et les doctrines philosophiques issues de la Révolution Française. 


Je suis tout à fait conscient de ce lien, mais je parlais seulement des graves dérives post-concile, il me semble bien qu'elles ont tout d'abord été perpétrées par une partie du clergé français avant de s'étendre plus avant.


Mavendorf a écrit:

Je vous invite mon cher Léandre à découvrir, où à relire simplement peut-être le chapitre XIV intitulé "Vatican II, une subversion organisée", [...]

http://www.fsspx.org/fr/bibliotheque-mediatheque/lettre-ouverte-aux-catholi… 



Merci cher ami Okay
_________________
«Être ouvert à son temps, ce n’est pas en accepter benoîtement les dérives et les propositions contre
nature.» Louis XX, le 31 mai 2015


Revenir en haut
Léandre de Brisaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 428
Localisation: Bugey Blanc
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Mar 11 Sep - 19:25 (2012)    Sujet du message: Des Relations entre l'Eglise et l'Etat Répondre en citant

Comte de Chinon a écrit:
tout à  fait et l'on peut rajouter à cela les hommes:
Yves Congar
Henri de Lubac
Jacques Maritain
Cardinal Tisserant
Cardinal Lefebvre ( à ne pas confondre avec son Glorieux Cousin)


J'ignorais totalement que Mgr Marcel Lefebvre avait un cousin cardinal Embarassed Okay
_________________
«Être ouvert à son temps, ce n’est pas en accepter benoîtement les dérives et les propositions contre
nature.» Louis XX, le 31 mai 2015


Revenir en haut
Mavendorf
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2011
Messages: 3 841
Localisation: Lorraine
Religion: Catholique Romain
Masculin

MessagePosté le: Mer 12 Sep - 20:54 (2012)    Sujet du message: Des Relations entre l'Eglise et l'Etat Répondre en citant

Léandre de Brisaux a écrit:
Mavendorf a écrit:
Monseigneur Lefebvre dans son livre "Lettre ouverte aux catholiques perplexes", établit lui même le lien entre le concile Vatican II et les doctrines philosophiques issues de la Révolution Française. 


Je suis tout à fait conscient de ce lien, mais je parlais seulement des graves dérives post-concile, il me semble bien qu'elles ont tout d'abord été perpétrées par une partie du clergé français avant de s'étendre plus avant.


En toute franchise Léandre, je vous avoue que je ne me suis pas suffisamment penché sur la question dans le détail pour établir avec précision le rôle joué par la majorité du clergé français pendant la période du concile et les années qui ont suivi.


Ce qui apparaît tout de même très nettement il me semble, c'est que ceux qui ont fait le choix de se battre avec détermination contre Vatican II étaient Français.
Monseigneur Marcel Lefebvre le premier évidemment, mais aussi l'Abbé Georges de Nantes, fondateur de la CRC (A noter qu''il était Maurrassien). C'est aussi les premières apparitions les plus virulentes des mouvements sédévacantistes, dont nous avons un exemple très concret, resté célèbre d'ailleurs chez nous en Lorraine.
L'Abbé Michel COLLIN qui s'était auto-proclamé comme étant le Pape Clémént XV, il avait fondé le petit Vatican à Clémery (C'est à quelques kilomètres seulement de chez moi). Il existe un site internet sur ce sujet qui a été fait par l'un de ses proches parents. Si vous voulez découvrir ce personnage, et lire les détails de cette histoire ancienne :

http://www.gerard-collin.com/clement xv/histoire resumee.htm

Le problème révolutionnaire vient certes à l'origine de notre pays en révolte contre l'autorité Divine. Mais cependant, malgré les apparences, c'est aussi dans notre patrie que la résistance au concile est la plus présente et la mieux organisée. Il me semble avoir lu que la FSSPX rassemble plus de 650 000 personnes dans le monde, dont plus de 150 000 fidèles rien que pour la France...
_________________
Va, va et advienne que pourra...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Henryk
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2011
Messages: 3 608

MessagePosté le: Dim 21 Juil - 14:05 (2013)    Sujet du message: L'alliance de l'Autel et du Trône Répondre en citant



Une représentation de l'union complémentaire des autorités spirituelle et temporellle
_________________


Revenir en haut
JEAN-PAUL
écuyer

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2012
Messages: 21
Localisation: ISBERGUES
Religion: CATHOLIQUE
Masculin

MessagePosté le: Mer 8 Oct - 20:36 (2014)    Sujet du message: Relation Eglise-Etat Répondre en citant

Bonjour à toutes et tous,'
Peux t'on savoir quelles seront les relations entre  l'Eglise et l Etat lorsque le Roi seras à sa place, sur le Trône du Royaume de France. Je ne doute pas que ces relations s'améliorent considérablement mais comment cela se passera t-il?


Pour que vive la France, vive le Roi louis XX
_________________
JPO


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:00 (2016)    Sujet du message: Des Relations entre l'Eglise et l'Etat

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Royaume de France Index du Forum -> Actualité -> Politique Française Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com